Skip to main content

Bienvenue dans mon esprit troublé

Ce monde est cruel, on se fait passer pour les jouets du destin. Est-ce que je pourrais faire une suggestion ? Pour ma part j’apprécierais de ne plus en être un. Je me noie dans mon propre esprit troublé.

Alekiss, jument alezan se noyant dans les fonds marins, sous le regard d'un requin. Peinture numérique par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps : 3h

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Encore sous l’eau ? Encore sous l’eau. C’est mon thème du moment. J’aurais pas dû jouer autant à Subnautica, humpf (très bon jeu, je recommande).
    L’inspiration derrière ce dessin vient d’Amanda Ghost, artiste que j’ai découvert lors d’une nuit blanche avec grand plaisir.
    Comme souvent, on retrouve mon personnage Alekiss qui se retrouve en train de se noyer et de vomir ses tripes (plutôt littéralement) sous le regard d’un prédateur. Et pourtant elle sourit. Oui, ça se voit mal avec le sang, c’est fait exprès pour laisser planer le doute. Est-ce qu’elle apprécie de se noyer ? Pas vraiment, mais c’est une descente plutôt agréable, le paysage est sympathique et elle a de la compagnie.
  2. Assez de préambuled sur le pourquoi du dessin. J’ai d’abord fait un croquis rapide de la jument avant de me jeter dans les couleurs. Pour le fond, ce sont diverses touches de bleus avec un brush à effet aquarelle, avec des touches de jaunes en lumière vive pour éclairer le sujet (c’est ça qui crée le vert). Toujours en fonds avec un brush noir à bord flou, j’ai rajouté le requin. J’ai ensuite mis en aplat rapide les couleurs d’Alekiss, pour avoir une référence dans le futur et rajouté par-dessus un calque bleu, pour modifier la colorimétrie du personnage. Vu qu’il s’agit de mon étape de croquis pour dans le futur faire correctement toutes mes couches de peinture, j’ai rajouté le sang et les bulles et particules.
    Le tout est fait rapidement, mais ce sont mes recherches de couleurs et de compositions, pour pouvoir peindre tranquillement après.
  3. Maintenant que je sais où je vais, je crée un groupe de calque et tranquillou-bilou je repeins mon fonds. J’ai un peu lissé les couleurs, mais pas trop. J’aimais bien la texture aquarelle de mon brush initiale. Je trouve qu’il va bien avec les fonds marins.
  4. Avec un brush noir à bord flou, j’ai repeints mon requin qui s’est transformé en Boneshark (du jeu Subnautica). Un petit coup de flou gaussien. J’ai peint par-dessus en vert l’œil, puis rajouté quelques reflets ici et là de l’œil sur le corps du requin.
  5. Avec quelques difficultés (maudit membres) j’ai refait un dessin relativement au propre de la jument, pour avoir une anatomie plus sympa.
  6. J’ai fait l’aplat des couleurs du cheval au propre.
  7. J’ai trouvé que le fonds manquait d’un petit quelques choses. J’ai donc rajouté quelques algues, que j’ai ensuite flouté pour les éloigner du sujet.
  8. J’ai refait au propre le sang avec un brush nuage et un peu de flou (plus le sang s’éloigne de sa source, plus il se dilue dans l’eau).
  9. Avec un brush et un effet j’ai rajouté les bubulles. J’ai découvert par hasard ce brush et j’vous le recommande chaudement ! (sérieux, il est classe)
  10. Enfin, j’ai mit en volume le cheval.


Regarde ici, juste un sourire

 » Tu es si libre.  »
C’est ce que tout le monde me dit et pourtant, j’ai l’impression de ne pas appartenir à ce monde, comme une poupée sans volonté ; les gens m’expliquent comment parler, comment marcher, comment vivre. Je ne peux me plaindre, je n’ai personne à blâmer sinon moi-même. J’ai perdu tout contrôle, c’est affolant.

Illustration par Scotis représentant une jument alezan dansant dans une mise en scène de marionnette, sur de la glace

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps : 3 heures

Détail(s) et inspiration(s):

  1. En Avril 2017 j’avais réalisé un croquis d’un cheval dansant … Et bah j’ai enfin pris le temps de le mettre en couleur !
  2. En reprenant le brouillon ma première tâche a été de chercher des couleurs. Pour le cheval, pas de soucis, il s’agit d’Alekiss. Pour le fonds, je voulais une patinoire sous les sabots de la jument, parce qu’à la toute base ce dessin est inspiré de Yuri on ice. Je suis partie sur des tons violet-bleuté pour l’esprit et la tranquillité, mais aussi pour la mélancolie.
  3. Des fils ont rapidement fait leur apparition sur la jument. Je sais pas exactement ce qui s’est passé comme déclic dans mon cerveau pour passer d’un cheval faisant du patinage à une marionnette, sans doute mon humeur du moment qui est ressortie de force dans l’illustration.
  4. J’ai commencé à détailler le fond, en ajoutant notamment de la fumée au sol et d’autres cordes à l’arrière. J’ai aussi rajouté des étoiles sur le fonds. Le tout devant rappeler une scène (ou chapiteau) où se déroule des numéros de marionnettes et/ou de magie.
  5. J’ai ensuite peint le personnage, enfin et réglé quelques détails sans trop d’importance.

Ça part de Yuri on ice, donc ?

Tout à fait.
J’suis arrivée assez tard à la fête et ai eut donc douze épisodes à regarder d’un coup. Forcément, en en faisant pratiquement en marathon, j’ai fini par avoir envie d’en dessiner plein, des patineurs. À un moment, comme souvent, j’ai dérapé et j’ai fini par dessiner un cheval qui patine. Pourquoi pas.

Du coup, oui, je conseille cette animé, si jamais certains sont intéressé.


Comme une larme dans la pluie

Entends le bruit des millions de luttes dans l’immensité. Regarde le ciel : nous sommes si peu et si éloigné, les yeux pleins d’étoiles élargit par les souvenirs.

Illustration à l'encre de chine de Charlotte, représentant un pegase au dessus d'eau dans la nuit

Détails techniques

Matériel(s) : crayon aquarellable, encre de chine, gelpen blanc
Temps : ~2 heures

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Dans le train je m’occupais en dessinant ce qui me passait dans l’esprit sans trop me soucier du résultat quand ce croquis est ressortie. Il m’a tout de suite plu et je l’ai donc gardé sagement sous le coude, attendant le bon moment.
    Croquis préparatoire par Scotis d'un pégase
  2. Ce moment est arrivé deux ou trois jours plus tard. Avec mon crayon aquarellable jaune j’ai redessiner le pégase sur une feuille de papier.
  3. A l’aide de mon éternel pinceau et à de l’encre de chine (sérieusement, je l’ai depuis le collège) j’ai fait le lineart du sujet.
  4. Avant de tracer l’horizon et de réaliser la forêt. Jusque-là, pas de soucis, il s’agit d’utiliser mon pinceau de façon à dessiner le contour et remplir.
  5. Avec l’eau, ça se complique. Je suis nulle en texture, j’en fais jamais et encore moins comme ça de tête sans modèle et directement à l’encre de chine (j’aime les challenges des fois). Ma technique a été de faire plein de petits traits en écrasant bien le pinceau. C’est ça qui donne ce motif si particulier. Contre toute attente, ça rends pas mal !
  6. Avec un gelpen blanc, j’ai rajouté des vaguelettes autour du sabot.
    Illustration en cours de réalisation d'un pegase à l'encre de chine
  7. Est ensuite venue le temps de faire le ciel. Je voulais un dégradé fluide … j’ai pas réussis. Le résultat reste rigolo ceci dit et finalement, ça colle à la texture de l’eau. J’ai simplement écrasé mon pinceau en haut de la feuille et laisser descendre le pinceau. En cours de route, j’avais plus d’encre cependant, c’est pour ça que la partie gauche de l’illustration est plus clair.
  8. Avec un gelpen je suis venue rajouter des ch’tiotes n’étoiles et une lune.

Alors, cette histoire de texture ?

Eh bah … Je sais que pour le prochain Inktober j’ai de quoi travailler ahah.

Sérieusement, ça serait bien que j’apprenne à faire autre chose que des aplats simple en illustration traditionnel. Je commence à explorer mes limites de façon bien sympa, il serait temps que j’en apprenne plus pour me faire encore plus plaisir !

C’est très rare que je fasse des illustrations en noir et blanc, en plus. C’était agréable de changer autant de technique que de façon de procéder. C’est à refaire, clairement.


Je n’ai plus d’ectoplasme

Fait vite pour me dire ce que tu as à me dire : je n’ai pratiquement plus d’ectoplasme et je dois m’en aller vers des horizons nouveaux.

Cheval zombie ensanglanté alezan, aquarelle par Scotis

Détails techniques

Matériel(s) : crayon aquarellable, Encre de chine, aquarelle et gelpen

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Au crayon aquarellable j’ai rapidement dessiné la forme globale de mon cheval
  2. Toujours avec ce crayon, j’ai dessiné les ossements avec référence et les autres détails de muscles sans référence (oui, je dessine du gore sans avoir l’estomac pour le supporter, bye-bye la logique)
  3. Une fois mon croquis qui me semblait sympa j’ai fait le line avec mon pinceau à encre de chine
  4. Les fibres des muscles ont été fait avec un stylo noir afin d’avoir toujours la même finesse
  5. J’ai ensuite attendue quelques minutes que l’encre sèche pour gommer le crayon aquarelle et ne laisser que l’encre
  6. Première sous-couche de rouge pour les endroits ensanglanter ainsi que du vert à certains endroits (même si on ne le voit plus une fois l’illustration finie)
  7. L’alezan du cheval a ensuite était peint, avec différente teinte pour les extrémités et les sabots
  8. Avec de l’aquarelle rouge, j’ai reprit certaines zones précédemment peintes en rouge pour les faire ressortir
  9. Une fois le tout sec, j’ai mouillée mes crayons aquarelles vert et rouge et ai reprit certain détails ici et là (surtout les côtes et membres osseux)
  10. Avec mon gelpen blanc j’ai rajouté des détails dans l’oeil et tada !

Comme ça tu mélange poney et gore ?

Oui, des fois j’ai des associations bien étrange … Je voulais me tenter à du gore, sans que ça soit trop écœurant (vu que je reste une petite nature). Au début, j’voulais tenter du pastel-gore, mais je sais pas, j’ai pas osé ? Enfin, si, j’ai bien osé sur des croquis, mais ça me plaisait pas. Du coup, j’ai finit avec un mélange pastel-gore ressemblant à mon style habituelle.
C’est pas fait pour être réaliste, c’est clair.

Même si le thème est pas joyeux, j’me suis vraiment éclatée sur cette illustration ! J’ai joué avec des textures que je tente pas autrement, que ça soit pour le line ou l’aquarelle en elle-même. J’avais jamais tenté d’utiliser telle quel les crayons aquarellables, aussi.

Bémol ?
Autant sur le coup j’ai vraiment apprécié de faire cette illu’, autant dès que mon moral remonte, je supporte plus de la voir … Du coup je l’ai rapidement rangé, en fait … Alors que j’suis méga-fière du travail sur le line-art !
J’suis assez lunatique sur les sujets que je traite pour moi-même ahah.

Si jamais le gore avec des chevaux c’est votre kiffe, je vous recommende d’aller voir la galerie de RuffyHeiko, une coupine qui en fait (et bien mieux que moi). Voilà une des œuvres qui m’a indirectement inspiré, d’ailleurs.


Scraps du mois de mars 2018

Whoop !
Le mois de mars a été plus long que février, étrangement. Alors que concrètement on a eut que trois jours de plus …

Enfin, ça a été un mois plein de fun et de poneys !
J’ai de la chance d’être sur un Discord motivant pour me donner envie de dessiner pour moi et ça me fait du bien.

Ce mois-ci, j’ai principalement gribouillé des chevaux, mais j’ai aussi fait un peu de paysage, histoire de m’entraîner et d’apprendre toujours plus !

Rappel : Scrap signifie bout, morceau, mais aussi reste. Scrap paper est un papier de brouillon. J’utilise ce terme pour englober tous mes essais et trucs pas finis. Les scraps du mois ont pour vocation de montrer les morceaux de réalisations pas finis. Parce qu’on ne progresse pas en ne faisant que des choses super léchées.

Pensez à survoler les images avec votre souris pour voir la description de l’image ou à cliquer dessus pour voir en grand.

Dessin, croquis et gribouillage du mois de mars

Un cheval représentant la pierre Bayldonite

Screenshots du mois de mars

Ce mois-ci, pas trop de constructions intéressante sur Minecraft, mais par contre, je me suis mit au jeu android Pottery !
Comme le nom l’indique, il permet de faire de la poterie, du travail de la terre jusqu’à la peinture. C’est relaxant et bien fun. Je m’éclate dessus.

J’ai aussi reprit la manipulation de modèle 3D. Je m’amuse plus qu’autre chose, mais j’me dis que le jour où je galère avec une pose en particulier, ça me sera bien utile. J’ai déjà eut l’utilité de modèle 3D dans le passé et savoir qu’on peut avoir une référence exacte à ce qu’on a en tête c’est top !

Conclusion du mois

Ce fut un mois où je me suis faite plaisir, tout en testant plein de petits trucs ici et là.

Je sais pas comment j’ai réussis à conjuguer les deux. D’habitude c’est sois je teste et je m’amuse pas trop, sois je m’amuse, mais je tente rien de nouveau.

En tout cas, ça donne envie de continuer sur ma lancée ! Le mois prochain, à moi l’encre de chine dans tous ses états (enfin, j’espère) !

Si vous voulez voir tout au long du mois ce que je fais, n’oubliez pas de me suivre sur Twitter.


Jeux indulgent (Alekiss et Soda)

Quoi de mieux pour renforcer les liens et bien se réveiller que de jouer avec son meilleur ami ? Parce qu’il n’y a pas d’âge pour s’amuser.

Un étalon alezan (Soda) et une jument pie alezan sooty (Alekiss) joue devant leur maison-arbre. Illustration numérique par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop

Détail(s) et inspiration(s):

  1. J’avais un vieux sketch de Soda (l’étalon alezan à gauche) qui traînait dans ma to-do list depuis l’époque DIRPG, pour quand il aurait sa première jument. Depuis, il a intégré l’univers d’Encre et d’Alekiss. J’les suis dit que ça serait fun de les faire interagir du coup. J’ai donc dessine ma petite jument jouant avec lui.
  2. En traînant sur Tumblr je suis tombée sur une technique qui me tentait bien de tenter et qui se prêtait bien à cette illustration. La technique est de faire un croquis du plan sur un fichier à part, puis l’intégrer au quadrillage du sol et en se servant de ce modèle, monter le décor.
    Croquis préparatoire des personnages et du décor de l'illustration Jeux indulgent par Scotis
  3. Une fois le croquis finalisee je me suis attaquer à faire les applats pour avoir une idée des couleurs finales et de comment les personnages sont intégrés.
  4. Quand je vois ce que ça donne, j’attaque la phase la plus fun d’une illustration : la peinture ! Il s’agit de tout mettre en 3D, ajouter les textures, bref donner de la vie et tout ça et rendre lisible sans le croquis.
    Premières étapes de couleurs et peintures de l'illustration numérique Jeux indulgents de Scotis
  5. D’habitude j’attaque la peinture des personnages en même temps, mais ce coup-ci je les ai fait en dernier.
  6. Maintenant que tout est peint je retouche les petits (ou gros) détails qui me dérange, je fais des derniers réglages couleurs pour que ça rende comme je veux.
  7. Ta-da~

Pourquoi intégrer Soda a ton univers ?

Parce que je m’y suis attachée …

J’ai jouee pratiquement trois mois avec lui en le dessinant régulièrement, forcément, ça crée des liens. Alors, certes l’histoire qu’il avait jusque là disparaît, vu qu’il quitte le RPG où il était, mais son design et son caractère reste le même. De plus, Alekiss avait bien besoin d’un compagnon équin pour aller avec sa mentor Encre qui est un rat.

J’ai déjà des idées pour son intégration complète dans l’univers de mes OCs, mais encore rien de définitif. On verra bien ce que ça donne dans le long terme.

 

Si l’illustration vous a plu, vous pouvez l’acquérir pour décorer votre chez-vous dans ma boutique !