Skip to main content

Comme une larme dans la pluie

Entends le bruit des millions de luttes dans l’immensité. Regarde le ciel : nous sommes si peu et si éloigné, les yeux pleins d’étoiles élargit par les souvenirs.

Illustration à l'encre de chine de Charlotte, représentant un pegase au dessus d'eau dans la nuit

Détails techniques

Matériel(s) : crayon aquarellable, encre de chine, gelpen blanc
Temps : ~2 heures

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Dans le train je m’occupais en dessinant ce qui me passait dans l’esprit sans trop me soucier du résultat quand ce croquis est ressortie. Il m’a tout de suite plu et je l’ai donc gardé sagement sous le coude, attendant le bon moment.
    Croquis préparatoire par Scotis d'un pégase
  2. Ce moment est arrivé deux ou trois jours plus tard. Avec mon crayon aquarellable jaune j’ai redessiner le pégase sur une feuille de papier.
  3. A l’aide de mon éternel pinceau et à de l’encre de chine (sérieusement, je l’ai depuis le collège) j’ai fait le lineart du sujet.
  4. Avant de tracer l’horizon et de réaliser la forêt. Jusque-là, pas de soucis, il s’agit d’utiliser mon pinceau de façon à dessiner le contour et remplir.
  5. Avec l’eau, ça se complique. Je suis nulle en texture, j’en fais jamais et encore moins comme ça de tête sans modèle et directement à l’encre de chine (j’aime les challenges des fois). Ma technique a été de faire plein de petits traits en écrasant bien le pinceau. C’est ça qui donne ce motif si particulier. Contre toute attente, ça rends pas mal !
  6. Avec un gelpen blanc, j’ai rajouté des vaguelettes autour du sabot.
    Illustration en cours de réalisation d'un pegase à l'encre de chine
  7. Est ensuite venue le temps de faire le ciel. Je voulais un dégradé fluide … j’ai pas réussis. Le résultat reste rigolo ceci dit et finalement, ça colle à la texture de l’eau. J’ai simplement écrasé mon pinceau en haut de la feuille et laisser descendre le pinceau. En cours de route, j’avais plus d’encre cependant, c’est pour ça que la partie gauche de l’illustration est plus clair.
  8. Avec un gelpen je suis venue rajouter des ch’tiotes n’étoiles et une lune.

Alors, cette histoire de texture ?

Eh bah … Je sais que pour le prochain Inktober j’ai de quoi travailler ahah.

Sérieusement, ça serait bien que j’apprenne à faire autre chose que des aplats simple en illustration traditionnel. Je commence à explorer mes limites de façon bien sympa, il serait temps que j’en apprenne plus pour me faire encore plus plaisir !

C’est très rare que je fasse des illustrations en noir et blanc, en plus. C’était agréable de changer autant de technique que de façon de procéder. C’est à refaire, clairement.


Pégase de la lune

Petite jument ailée bleue a décidé de faire un saut devant son amie la lune, voir le monde d’en haut.

Aquarelle d'un cheval ailé (Pégase) bleu devant une lune sur fond noir

Détails techniques

Matériel(s) : Aquarelle, encre de chine, pastel et posca

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Après mon illustration Nébuleuse de la licorne, j’me suis dit que ça serais sympa de tenter de faire une lune (et ça reste dans les cercles et l’espace, l’idée me bottait bien)
  2. J’avais justement une jument-libellule qui traînait dans mon carnet et que j’avais envie de faire depuis quelques temps. Ni une, ni deux, j’ai scanné mon dessin, l’ai remit relativement au propre sur Photoshop et ai cherché une référence de lune. J’ai profité d’être sur photoshop pour faire des essais de compositions et de couleurs. Tant qu’à faire.
    Mock-up pré-aquarelle de l'illustration et planification des éléments
  3. J’ai ensuite mit le croquis sur feuille spéciale aquarelle à l’aide d’une table lumineuse et d’un crayon aquarellable (je jure que ces crayons sont une invention de génie : ça disparait à l’eau et rends pas l’aquarelle toute grisâtre contrairement au crayon de papier).
  4. Équipée de mon pentel (un pinceau à encre de chine), est venu le temps relativement long du lineart qui m’a demandé plus de délicatesse que je n’en possède. Enfin, ce fut une étape bien sympa et qui donne tout son caractère à l’illustration finale, donc c’était important que j’en sois heureuse (et ce fut le cas une fois que j’ai eut fini). Et une fois le lineart fait, j’me suis donnée à cœur joie à peindre le fonds à l’encre de chine (parce que si je l’avais fait à l’aquarelle ça aurait pas était assez opaque, surtout aux zones proche du lineart).
    Encre de chine pré-aquarelle
  5. J’ai ensuite fait la base de la lune à l’aquarelle, en tentant de refaire correctement les cratères … avant de me rendre compte que j’avais pas le niveau et que j’y arrivais pas. Je suis donc partie faire le cheval dans des tons bleus.
  6. Une fois l’aquarelle bien sèche, je me suis équipée de ma référence de lune, de mon pastel blanc, d’un crayon aquarellable noir et d’un crayon buvard pour couche après couche foncer ou éclaircir des zonnes, puis mélanger les couches et ainsi de suite jusqu’à avoir un résultat qui me convenait.
  7. Enfin, avec un posca blanc et mon nouveau copain le pastel blanc je suis partie mettre des détails sur l’aile du pégase qui devait avoir un contour blanc depuis le début, mais au moment du lineart je m’étais trompée (ça m’arrive souvent quand je garde pas sous les yeux mes recherches préalables …)

Et pour le suivant, quel astre ?

Je me retenterais bien une galaxie, mais dans les tons violet/rose, parce que je m’étais éclatée sur la première. Je me ferais bien aussi des planètes du système solaire, ou des naines gazeuses.
Je suis pas encore bien décidée, on verra bien donc ^^.

Et si jamais l’illustration vous plait bien, elle est en vente sur ma boutique !