Skip to main content
Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

Fenêtre sur la gravitation

La gravitation n’est quand même pas responsable du fait que les gens tombent amoureux, nan ?

Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

Détails techniques

Matériel(s) : Crayon aquarellable, encre de chine noire, aquarelle liquide, aquarelle et gelpen blanc.
Taille du document : Format 10,5 × 14,8 cm
Temps :
1h

Détail(s) et inspiration(s) :

Avec ma nouvelle aquarelle liquide, j’avais envie de tester une galaxie … parce que j’peux diluer plus facilement mes teintes avec et ça faisait longtemps que j’en avais pas fait.

1. J’ai d’abord pris un crayon aquarelle jaune pour placer grossièrement mes formes.
Avec un crayon aquarelle rouge, j’ai redéfini mes formes et réalisé le croquis final du cheval et de la fenêtre (que j’ai tracé à la règle).
Pourquoi avoir utilisé des crayons aquarelle ? Ils disparaissent avec l’eau (sauf sur ce papier aquarelle qui absorbe TOUT).

2. Après avoir gommé un peu les traits du crayon pour qu’ils s’estompent, j’ai utilisé mon pentel habituel pour réaliser tout le travail de lineart.

J’ai ensuite attendu que l’encre sèche un peu pour regommer un peu le crayon aquarelle.

3. Est ensuite venu le moment le plus fun : peindre le fond.

En soi, c’est simple, il s’agit d’ajouter par tâche le bleu le plus dilué vers un bleu classique vers du noir.
Dans la pratique, ça demande pas mal d’allées retour entre les teintes et tenter de palier le fait que le papier absorbe l’eau et pigment, sans les laisser se diffuser correctement.

Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

4. Le fond fini, j’ai peint le poney en palomino.
Avec un gelpen blanc je suis ensuite venue faire des étoiles sur le fond.

Je pige pas ce papier

C’est un papier  » spécial aquarelle « , mais il se comporte pas comme mes autres papiers du même style.

Déjà, son défaut qui me fait hurler : il me laisse pas effacer mes crayons aquarelle.
Sur n’importe quel autre papier si je fais mon croquis au crayon aquarelle, quand je passe l’aquarelle, le crayon se diffuse avec l’eau/l’aquarelle et disparaît. Là, non. J’peux gommer en amont pour tenter d’effacer un peu, mais quoi que je fasse, le crayon restera ad vitam æternam. Du coup j’essaie d’utiliser des teintes que j’utilise après, mais quand même, c’est se casser la binette pour rien.

Ensuite, je pige pas sa relation avec l’eau ?
Bon, je débute encore en aquarelle, donc ça doit être moi, tout simplement, mais je pige pas.
D’un côté il fait le brouillon en avalant toute l’eau que j’lui file (pigment compris) et sèche super vite. De l’autre, si je remets de l’eau dessus, il garde le pigment et rejette l’eau déjà dans le papier, me créant des tâches étranges sur le papier.
Alors que mes autres papiers si je rehumidifie, ça relève juste le pigment et m’aide à faire des dégradés.

Bref, je pige pas ce papier, c’est un poil énervant.
Sans compter qu’il est énormément texturé et que j’aime pas d’un point de vue très personnel.

Je regrette pas de l’avoir acheté, il m’a permis de tester, mais clairement, quand j’aurais fini la ramette, je rachèterais pas ce genre de papier.

Et vous, vous avez un matériel que vous pigez pas ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.