Skip to main content

Réverbération d’arc-en-ciel

Il est temps que j’arrête d’être responsable.
Sauter en l’air, aller chercher quelque chose à manger, écrire un livre et détruire quelques règles que je me suis imposées sans raison. Cette créativité a besoin de s’exprimer. Je suis mon propre naufrage, mais un désastre épanoui.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : Format 21 x 29,7 cm (5847 x 4134 px), 500dpi
Temps :
7h
Inspiration(s) musicale(s) : Van Canto – Infinity

Détail(s) et inspiration(s) :

À force de me balader dans Hyrule dans BOTW à la recherche de Korogu j’me suis dit qu’un jour je ferais un temple. Ce jour est finalement arrivé. Donc l’inspiration première, c’est le Temple du temps du Plateau, même si après, j’ai fortement dérivé parce que je voulais plein de couleurs et de l’eau.

1. Première longue étape où j’ai tracé tous mes volumes, mes ouvertures, mes arrondis, mes profondeurs. Bref, l’étape où j’ai eu l’impression de mourir. Et encore, j’ai tenté de garder ça assez simple.
Merci les règles de perspective.

2. Ensuite est venu le temps de mettre les bonnes teintes, parce que je fais mes croquis en gris pour avoir les valeurs en tête, mais je voulais des murs beiges. J’ai aussi rapidement peint l’extérieur qu’on voit au travers des fenêtres et mis rapidement les reflets sur le sol, pour tester plus qu’autre chose. J’voulais voir ce que ça donnerait.

3. Petit croquis rapide sur les marches du temple pour inclure Alekiss dans la composition. J’ai pas vraiment attention à l’anatomie, comme souvent, c’est juste pour avoir l’emplacement en tête et gérer le reste de la composition autour de ça sans mauvaise surprise.

4. Avancement du bâtiment avec la création d’un plafond voûté, finalement, ça faisait trop carré pour moi. J’ai aussi créé les fenêtres, ce fut drôle (ou pas).
Pour les aplats j’utilise l’outil lasso polygonal, mais pour les traits ? L’outil pinceau classique parce que je pige rien à l’utilisation de l’outil plume qu’il faudra sérieusement que j’apprenne à maîtriser.

5. C’est là que je me suis éclatée, avec la création des couleurs sur les vitres que je voulais absolument et par conséquence toutes les réflexions de couleurs, rais de lumières. Bref, ça brille de partout ! J’ai utilisé divers brushs aquarelle et des filtres de flous sur cinq couleurs (jaune, orange, violet, bleu et vert).
J’ai aussi passé les fenêtres en blanc.
J’ai tenté de garder le tout dans des tons gris et violet, pour ne pas exploser mes rétines.

6. J’ai mis des ombres aux bords des fenêtres pour leur donner du volume, avant de passer à la porte avec ses moulures de poissons et d’algue qui sont pas visibles derrière le cheval.

7. Après avoir fait les lumières, il était temps de passer aux ombres … Cela fait ressortir la lumière et adoucit les couleurs un peu trop vives, doubles avantages donc !

8. Après quelques rajouts de détail autour de la porte et correction minime à divers endroit, j’ai enfin mis une texture de pierre sur les murs et divers éléments architecturaux en dehors du sol.

9. Maintenant que le décor est relativement fini, j’ai refait correctement les reflets sur le sol, avec une bonne perspective ce coup-ci. Ça change tout et si je trouvais déjà les réflexions classes, là ça l’est encore plus !

10. Je savais dès le début que je voulais de la végétation sauvage au sol … Et bah je les ai enfin peint avec divers brushs de feuillages et d’herbes que j’ai alterné avec les teintes de verts. J’ai reporté sur le groupe de calques les effets de lumières et d’ombre du sol.

11. Après avoir passé cinq heures sous l’état de croquis, Alekiss gagne enfin des vraies formes, des couleurs et même des volumes et des crins !
Je suis trop gentille, je sais.

12. Après quelques retouches sur la végétation et les sabots d’Alekiss, j’ai peint l’eau, d’abord en posant une teinte bleue sur le sol, puis en créant des vaguelettes, les bords et enfin, le reflet du personnage et les ondes de propagations.
J’ai hésité à mettre des paillettes, mais ça rendait pas bien. Trop de réflexion et d’effet de lumière de partout je pense.

13. Et voilà le résultat !

ARLEQUIN

Oui, on est plusieurs à trouver que les couleurs font penser aux bonbons acidulés colorés. J’aime beaucoup l’idée que j’y fais penser sans en faire trop, vu que j’avais ça systématiquement en tête dès que je voyais l’illustration.

Autrement, c’était l’occasion de me tester entre la perspective (que j’aime), le fait que ce soit un bâtiment plein de gros détails et l’occasion de tester mes brushs de végétations.
Globalement, je suis contente de mes progrès.

Genre, j’aime beaucoup ma végétation et la composition de l’image.
Après, j’suis en amour avec mon sol.

J’ai juste du mal à peindre pas mal de truc en volume, comme les colonnes que j’ai pas osé faire ronde (et je regrette maintenant) et la porte. J’ai encore tellement à apprendre et si j’ai l’impression d’avancer à grands pas dans mon apprentissage, j’ai aussi l’impression d’avoir trouze mille choses à apprendre.

Emportez votre poney en t-shirt, en mug, en sticker ou en coussin !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.