Skip to main content

Art block : en venir à bout

On le redoute. On le craint. Pourtant on cherche à l’apprivoiser … Il s’agit de *éclair aveuglant de trailer de film* l’ART BLOCK. *gasp*

Il fallait une entrée en matière dramatique pour un sujet tout aussi dramatique.
C’est bien l’une des choses terribles qui arrivent à tout artiste et qu’on redoute toustes un peu (beaucoup). C’est quand vous avez plus aucune idée de ce que vous voulez dessiner et/ou avait perdu votre motivation pour faire tout ce qui peut être relié de près ou de loin à votre pratique artistique.
Plus qu’un manque d’inspiration, c’est vraiment une panne sèche de toute envie artistique. Et c’est dur.

Personne ne t’aime Art Block.

L'art block, c'est quoi ?

Comme dit au début de cet article, il s’agit de quand vous avez plus aucune idée de ce que vous voulez dessiner et/ou avait perdu votre motivation pour faire tout ce qui peut être relié de près ou de loin à votre pratique artistique.

Ce ne sont pas les seuls symptômes puisque ça s’accompagne d’un manque de confiance en soi, un trop plein de comparaison avec d’autres artistes (en se rabaissant constamment) et surtout, un dégoût assez évidemment de ce qu’on fait.

Bref, c’est une saleté.

Pourquoi ?

Parce qu’on va pas super bien. On a pas le moral. On manque d’inspiration. On a peur de mal faire. On se sent nul.

On a tous une raison.
Et quoi que vous vous disiez, votre raison est bonne. Elle n’est pas futile, vous ne devez pas vous sentir fautif ou laisser votre anxiété vous gagner. Demandez-vous pourquoi vous voulez dessiner. Est-ce que cette raison vaux le coup de s’en rendre malade ? Sans doute pas.

Que faire contre l'art block

Dessiner !

Merci Captain Obvious.

De rien lecteurice.

Comment sortir de l’Art block alors ?

En trouvant la cause du blocage et réglant le souci. C’est peut-être dû à plein de choses.

D’abord, en observant nos petites habitudes qu’on avait quand tout marchait. Pourquoi est-ce que vous arriviez à dessiner ? Qu’est-ce qui a changé depuis ? C’est peut-être un tout petit truc qui vous a détraqué, mais ça peut suffire.

Si vous en avez la motivation, tenter d’en parler autour de vous. En plus de vous aider à ne pas rester dans votre coin, les gens qui vous connaissent sauront peut-être vous aider à mettre le doigt sur ce qui ne va pas.

Tenter de nouvelles choses, que ce soit dans votre vie ou dans votre pratique artistique, mais ne forcez pas. Le but est de vous sortir de l’Art Block, pas de vous dégoutter de l’illustration et vous en éloigner encore plus.

On a tous nos petites habitudes secrètes, nos motivations. Le tout est de rester ouvert, tester de nouvelles choses et s’écouter.

Vous avez mal au poignet ? Il existe des gants spécialisés (appelé gant artiste, gant à deux doigts, gant à tablette ou juste orthèse ou attelle) pour le dessin qui peut-être peuvent vous aider. Pensez à bien vous étirer les poignets, doigts, mains et bras (voir le dos) et à ne pas forcer.

Même si ce n’est pas à proprement parlé un problème de motivations, notre santé c’est ce qui nous donne la pêche, il est donc important d’en prendre soin.

Je parle plus longuement de quelques pistes pour s’organiser et être confortable quand on dessine ici.

Une pause

Parfois, ce qu’il faut c’est s’éloigner de la feuille. Tout simplement. Et aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs.

Faire une randonnée ou découvrir un nouveau lieu, noter sur un papier ce qui nous a inspiré ou mitrailler de photos. Ou au contraire, ne plus penser à dessiner et profiter de faire autre chose, se poser et respirer pleinement.

Ou alors, peut-être jouer à un jeu-vidéo, aller voir un film, lire un livre, bref, consommer un autre média et se faire du bien. Qui sait, cela vous inspirera ? Et au pire, vous aurez passé un agréable moment.

Maîtriser ces deux compétences : « ça passe » et « tant pis »

Ce sont deux compétences assez essentielles, je trouve. Peut-être que ça vous aidera en rien, mais pour moi c’est carrément la base de ma santé mentale.

Ces idées sont importantes et utiles pour continuer d’avancer et ne pas se focaliser sur une perfection qui est inatteignable. Parce que l’art c’est pas fait pour être parfait et il vaut mieux faire que parfaire.
C’est utile de se souvenir de ça pendant un art block.

Je suppose que toutes les oeuvres que je trouve parfaites si je demande à son créateur ce qu’iel en pense, iel saura me faire une liste des défauts qu’iel y voit et dont j’avais même pas idée.

Il faut apprendre à laisser tomber. C’est pas simple.
Et je parle pas de laisser tomber sa pratique tout entière, mais juste parfois se reculer de son illustration et se demander si rester bloquer 5h sur ce bouton de manchette est vraiment utile. On peut se focaliser entièrement sur un détail, qui ne veut pas marcher, quelque soit la méthode que vous tenter et c’est là que ces deux options viennent en tête.

« Ça passe »

Cette première option, c’est quand on travaille sur quelque chose qu’on apprécie globalement, mais il y a des imperfections qui nous travaillent, malgré ça, dans son ensemble, l’illustration nous plait.

C’est ce qu’on doit ressentir lorsqu’on finit un croquis avant de commencer à encrer, par exemple.

Cela signifie d’accepter que ce ne sera pas parfait et continuer, en appréciant le résultat en l’état.

« Tant pis »

Cette seconde option, c’est quand on déteste à tous les niveaux ce qu’on fait, mais qu’on le poste quand même parce qu’on a plus envie de travailler dessus.

Cela signifie passer à autre chose pour ne pas rester bloquer. Vous pourrez toujours revenir dessus plus tard ou recommencer de 0.
La plupart du temps quand quelque chose ne veut pas marcher, il vaut mieux effacer et tout reprendre, quitte à aller s’aider de tutos ou de référence pour mieux recommencer.

Quelques idées pour se relancer

Un manque de direction

Parfois, on sait juste pas où donner de la tête. On aimerait s’améliorer en anatomie, mais aussi apprendre à peindre un fond et au final, on sait pas où focaliser son énergie.
Un bon moyen de savoir où aller est de rassembler quelques oeuvres récentes et demander une critique constructive à quelqu’un (si possible quelqu’un dessinant aussi). Vous découvrirez sans doute des défauts que vous n’aviez pas vus et saurez sur quoi vous concentrer dans le futur.

Changer de médium

Peut-être que c’est juste votre technique habituel qui vous ennuie. C’est l’occasion de tenter autre chose !
Vous êtes plutôt papier et crayon ? C’est peut-être le moment de tenter de dessiner sur votre PC avec une tablette. Plutôt peinture numérique ? C’est peut-être le moment de tenter de dessiner sur une feuille.

Ou alors tenter la peinture, que ça soit de l’aquarelle ou de la gouache, cela promet de vous changer et de vous apporter de nouvelles connaissances. En plus d’élargir vos compétences, vous apprendrez sur votre médium habituelle sans même vous en rendre compte.

Si vous n’arrivez vraiment pas à dessiner ou peindre, peut-être que la photographie vous plaira ? Même si c’est avec vos photos, vous pourrez travailler la composition de votre photo en plus de vous amuser autrement.
Il y a plein d’autres moyens de s’exprimer : la couture, la cuisine, le bricolage, le collage … Bref, c’est le moment de tenter autre chose.

Le sujet

Peut-être que vous vous lassez de dessiner sans cesse des chevaux.

Et si vous tentiez les chats ? Les humains peut-être ? Et les natures mortes, ça vous tente pas ? Les fleurs, tout le monde aiment les fleurs.
Ou alors faire un fan-art de votre série ou film préféré.
Pour plus d’idée, j’ai rassemblé dans un article toutes mes idées pour trouver l’inspiration.

Les challenges

Parfois les challenges nous motivent à revenir au dessin, quelque soit le type de challenges qu’on s’impose.

Il ne faut ja-mais oublier le fun dans sa pratique artistique.
Si vous n’appréciez pas quelque chose, vous pourrez pas continuer indéfiniment à le faire.

Les illustrations prennent du temps, apprendre à en faire prend du temps, s’améliorer prend du temps. En plus de ça, c’est dur. On doit fournir beaucoup d’effort en plus de temps. On oublie vite combien c’est dur de toujours être motivé à bien faire et s’améliorer, parfois sans vraiment voir nos efforts récompensés. C’est donc vraiment essentiel de se rappeler que ça doit être amusant de voir quelques traits devenir une image. C’est magique, d’être un être capable de créer des mondes et des idées, de pouvoir les montrer aux autres.

Il faut donc se donner des challenges pour progresser, mais ne pas oublier de trouver des façons amusantes et excitantes de régler les problèmes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.