Skip to main content

Laissez-nous chasser le ciel

Je les regarde prendre leur envol tous les soirs et je me demande quand viendra mon tour. Quand pourrais-je les suivre et quitter ce quotidien qui n’a jamais vraiment été mien ? Je n’aspire qu’à aller là où le vent les porte pour qu’enfin les cieux me soient clément.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 21 x 29,7 cm (2480 x 3508 px), 300dpi
Temps :
7h15
Inspiration(s) musicale(s) : Faun – Federkleid

Détail(s) et inspiration(s) :

L’inspiration vient d’une nouvelle que j’ai commencé à écrire (alors que j’ai pas fini de corriger une autre, oui, j’aime être sur plein de projets en même temps). Forcément, on retrouve les protagonistes sur la couverture.

1. J’avais une idée de ce que je voulais comme position pour mes personnages, j’ai donc rapidement fait un crayonné avant d’attaquer quelques couleurs. J’ai pas mal trainé sur Pinterest avant de m’arrêter sur une tenue pour Sophie. Finalement je suis partie sur des teintes globales de violet et un peu de jaune pour rappeler la spiritualité et le bonheur, ainsi que donner l’impression d’un coucher de soleil. La fin d’une ère. Ce qui colle avec le squelette d’histoire que j’ai pour le moment.

2. J’ai rajouté ici et là d’autres détails, en rajoutant des ombres principalement et en passant pas mal de temps à redessiner correctement les deux corbeaux et faire les contours des plumes relativement individuellement.

3. J’ai commencé à peindre les textures et volumes du personnage masculin. J’ai un peu galéré sur le costume parce que j’ai pas l’habitude d’en peindre. C’est de ma faute, il faudrait que je dessine plus d’habillement de manière générale.

Ceci étant dit, je suis amoureuse de ma veste, surtout de sa texture et de sa coupe. Il doit y avoir des défauts que je ne vois pas, mais je l’adore.

4. J’ai refait avec un peu plus de patience les boutons de la veste et surtout … la cravate. De loin on ne le voit pas et c’est dommage, mais j’ai beaucoup mit d’amour dans mes textures.

5. J’ai repris les corbeaux pour lisser certaines couleurs, en redéplacer et de manière générale, commencé à peindre sérieusement. 
Si on compare avec le corbeau de mon illustration « Le cheval, le poisson et le corbeau« , on constate que j’ai une meilleure compréhension des ailes d’ailleurs. Un jour je saurais peindre correctement les plumes.

6. Après les trois autres personnages, c’était le moment de commencer à peindre Sophie et … son pull et sa veste. J’arrivais pas à donner le volume que je voulais au niveau des seins, ce fut ma bête noire de cette illustration. Je pense que ça venait de la veste qui dès le sketch était assez aux fraises et que j’ai pas réussi à récupérer correctement.

7. Je suis revenue sur les corbeaux pour peindre quelques détails, surtout au niveau du duvet/plumage court autour du corps et du bec.
Je vois pas mal de défaut déjà, mais j’suis assez fière de moi. Ils ressemblent vraiment à des oiseaux.

8. Sur un nouveau calque j’ai repeint en détail le visage de mes protagonistes humains. Surtout j’ai redétaillé les bouches, yeux et nez.

9. J’ai revu une dernière fois les seins de Sophie qui … ne sont toujours pas comme je le voudrais, mais à ce stade, je sais plus quoi en faire.

Malgré ça, je suis heureuse parce que j’ai vraiment donné ce que j’ai pu niveau texture et détails sur les vêtements. Chose que je ne fais pas autant d’habitude.

Je vois plein de défauts, mais je vois aussi plein de progrès et ça me donne envie d’en dessiner encore plus dans le futur.

Réaliser la couverture avant la nouvelle

J’déconseillerais bien de faire dans cet ordre-là. Parce que l’histoire peut changer ou ne jamais être écrite (j’me connais un peu), mais je trouvais l’idée bien sympa et je voulais la faire tant que j’en avais envie.

Au pire si je n’écris pas la nouvelle, je me serais tout de même éclatée sur l’illustration et c’est ce qui compte.
J’aime bien me laisser portée par le courant des fois et cette illustration, c’était tout à fait ça. Juste moi qui m’amuse.

Je peux ainsi vous aider à faire la couverture de votre nouvelle ou roman !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.