Quelques rappels pour les créatifs anxieux et/ou dépressif

Les problèmes de confiances en soi, la peur de ne pas être parfait, la peur de ne pas être à la hauteur d’un objectif qu’on s’est placé ou juste, la dépression … C’est parfois dur d’être un artiste et au-delà de la vision glorifiés (et fausse) de ce qu’est la vie d’artiste, peu de gens comprennent les doutes qui nous envahissent. 
La bonne nouvelle, c’est qu’on est pas seul. Chaque artiste connait ou a connu l’anxiété due à sa pratique. On a développé pas mal d’idée pour s’entre-aider et se rassurer.

C’est à ça que va servir cet article, nous rappeler combien on est top cool et que, ça va aller !

Vous êtes bien plus que ce que vous créez

Vous trouvez que ce que vous faites est nul ou moyen ? Eh bien vous, vous n’êtes pas moyen ou nul ! Vous êtes en plein apprentissage.
Même si cela fait 50 ans que vous dessinez, vous avez encore beaucoup à apprendre !

Même si vous ne vous en rendez pas compte, vous avez plus de valeurs que le niveau que vous jugez avoir.

Vous voyez surtout tout le chemin qu’il vous reste à parcourir et pas le chemin parcouru, parce que vous êtes sur votre voie d’artiste. Comme on dit : l’herbe est plus verte ailleurs parce qu’on ne voit par la terre sous l’herbe avec la perspective.

Votre productivité ne détermine pas votre valeur

Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas capable de produire 50 oeuvres/minutes que vous êtes nul.

Le but n’est pas de peindre à toute allure et rivalisez les photocopieuses, le but est de peindre ce qui vous intéresse et vous faire plaisir, tout en ravissant les yeux des gens ! Vous pouvez produire un tableau par an et être heureux de le faire. C’est ça le plus important.

Travailler lentement et éviter de vouloir finir le plus vite possible une peinture peu même être bénéfique à votre productivité ! Vous prendrez le temps de véritablement vous concentrer sur ce que vous faites, réfléchir à ce que vous faites et pourquoi vous le faites (voir réfléchir à comment améliorer votre façon de le faire), vous prendrez le temps d’être délibéré (et libéré) et cela pourra donner vos meilleures chances de faire une oeuvre qui vous plaisent !

C’est autorisé de ne rien faire parfois et de vous reposer

Parfois, pour être un meilleur artiste, il faut savoir se mettre en hibernation créative, voir se faire une véritable pause pour repartir du bon pied après. Cela fait partie intégrante du processus créatif : le burn-out ça a jamais fait du bien à qui que ce soit.

Quand je dis pause, je parle d’une véritable pause pour se relaxer et juste, lâchez loin derrière nous tous nos petits soucis. Non, une pause où on scroll en boucle sur les réseaux sociaux n’est pas une pause. Une vraie pause, c’est une pause où on ne stimule pas (ou presque pas) son cerveau : aller marcher/courir, faire de la méditation, lire un livre, écouter un audiobook en buvant du thé en regardant par votre fenêtre …
Pas besoin que ses pauses durent 1h, juste 10min dans votre journée peut faire du bien.

Tout ce que vous entreprenez n’a pas à devenir un produit fini

Ce n’est pas parce que vous commencez une peinture ou un projet que vous devez le finir. Cela peut rester un WIP ou juste, vous pouvez l’abandonner et le reprendre à 0 sur un support tout neuf.

Ce n’est pas parce que ce n’est pas fini que vous n’avez pas appris en le faisant ou que vous ne pouvez pas juste l’aimer en l’état. Les croquis ont aussi leur propre beauté.

Tout ce que vous faites n’a pas à être important, d’une valeur significative ou même bien

Parce que vous avez fini quelque chose ne veut pas dire que vous devez le présenter à la terre entière comment vous avez trop progressé !
Vous pouvez aussi en être fier-e et ne pas le montrer, le garder rien que pour vous. Ou ne pas en être fier et ne le montrer qu’aux gens de confiance pour avoir des retours intéressants. Ou peut-être juste l’oublier dans un coin.

Vous pouvez faire des choses justes pour vous

Envie de peindre à l’identique un screenshot de votre film préféré ? Ou faire une copie d’unae artiste que vous appréciez ? Certes, ce ne sera pas montrable (question droit d’auteur), mais vous apprendrez beaucoup en copiant ! Surtout, vous vous serez fait plaisir en recopiant quelque chose qui vous fait plaisir.

Et le fanart honteux que vous voulez faire depuis des jours ? Faites-le. Rien que pour vous. Vous n’êtes pas obligé de le montrer à quiconque.

Faites-vous plaisir dans votre coin !

Vous pouvez garder vos secrets (que ce soit gardé des projets ou des techniques)

Ce n’est pas parce que des gens vous réclament un tuto ou que vous partagiez vos astuces que vous devez le faire.
Si vous aimez le faire, vous pouvez bien sûr, mais rien ne doit vous empêcher de répondre « non, désolé, je n’ai pas envie de partager mon savoir ».

Toustes les artistes ne partagent pas tout leur savoir.

Vous avez le droit de dire non

Un projet ne vous enchante pas ? Vous aviez dit que vous feriez un fanart à quelqu’un, mais finalement vous avez d’autres projets plus passionnants/payés/des imprévus et vous allez donc retirer votre proposition ?

Quelle que soit la chose à laquelle vous voulez dire non, vous en avez le droit. Rien ne doit vous forcer la main. 

Personne n’est parfaitement efficace

On glorifie la productivité et la perfection, on recherche un équilibre innatégnable pour devenir une meilleure version de nous-même et d’un côté, vouloir s’améliorer c’est génial ! Sauf quand on tombe dans le piège d’oublier qu’il n’y à pas de point d’arrivée dans le voyage vers la perfection.
On reste humain, avec nos travers et nous sommes unique. Il ne faut donc pas chercher à atteindre une destination qui n’existe pas. Prendre le temps, jour après jour d’être plus heureuxse et de s’améliorer dans des domaines où c’est possible, au final, c’est bien mieux.

Les systèmes pour être plus productif, c’est utile et appréciable, mais cela ne doit pas nous éloigner de notre joie de peindre/dessiner (et de vivre).

Eww feelings tips

J’savais pas comment nommer cette liste, je sais le nom est nul, mais c’est une liste que j’ai toujours sur mon Bullet-Journal de truc à faire quand j’vais pas super bien, mais que tout de suite, je suis incapable de deviner/savoir d’où ça vient. Je fais généralement les choses dans cet ordre jusqu’à ce que ça aille mieux et après, je vais mieux ou au moins, je suis suffisamment calme pour prendre du recul sur la situation et corriger ce qui m’embête.

  1. Exercice de respiration antipanique (Inspirer deux fois calmement, bloquer la respiration 5 missisipis, expirer deux fois calmement, reprendre jusqu’au calme complet de chez complet)
  2. Respire un grand coup et fixe un mur vide pendant quelques minutes
  3. Enfile un kigu/un pull/enroule-toi dans ton doudou et allume ta lampe à lave/une bougie
  4. Qu’est-ce qui serait la chose unique qui une fois faite fera de cette journée une bonne journée ? Casse cette chose en petit morceau réalisable que tu ne peux pas louper quoiqu’il arrive et mets-toi au boulot. Respire, tout ira bien.
  5. Va marcher (ou tourner en rond dans mon salon), bois de l’eau, fait une sieste de 20min, mange quelque chose d’healthy SOUVIENS-TOI QUE TU ES GENIALLISSIME !
  6. Passes min 10min sur un de ses sites : http://stars.chromeexperiments.com/ ou http://weavesilk.com/ ou https://thisissand.com/
  7. Ne tentes pas de tout faire à la fois, un projet à la fois et si possible, pas plus d’un par heure.

Et vous, c’est quoi vos astuces que vous donneriez aux gens angoissés dans leur pratique artistique ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.