Silence dans la forêt - Illustration par Scotis

Silence dans la forêt

Quand soudainement le vent tombe, les oiseaux s’envolent, fuyant la rampante brume qui annonce une fin prochaine.
Fuis.

Silence dans la forêt - Illustration par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 29,7 x 21 cm (5847 x 4134 px), 500dpi
Temps :
4h00
Inspiration(s) musicale(s) : Faun – Wind & Geige XV

Détail(s) et inspiration(s) :

Pendant que j’écris tranquillement dans mon coin certains épisodes de la vie d’Alekiss, j’ai des envies d’illustrer certains moments. Cette illustration par exemple représente le premier matin d’Alekiss et son frère Gauvain (oui, un cerf et une jument sont frère et sœur). La brume se lève, sortant du lit de la rivière et les bruits étrange de la nature les inquiète. Pour deux jeunes habitués à vivre dans leur harde dans leur bulle … la nature se révèle aussi mystérieuse que dangereuse. Et ce, malgré les explications d’un corbeau curieux venu répondre à leur question et les guider.

1. Croquis rapide de la scène que j’avais en tête avec les couleurs rapides, histoire que je vois si tout va bien ensemble. C’est jeté entre le fromage et le dessert, mais j’aime la composition. Le dégradé au sol c’est pour m’aider à différencier les différents plans et les couleurs atmosphériques.

2. Commençage de peinture sur le décor, avec divers brushs texturés je viens faire les feuilles mortes au sol, mais aussi l’écorce des arbres. Je peins les feuillages en fond et sur les arbres, ainsi que les oiseaux en fonds.

Avec un brush à bord doux, j’apporte des ombres sous l’écorce et je lisse les couleurs du dégradé au sol.

J’ai tendance à sauter d’un élément à l’autre jusqu’à avoir un résultat qui me plait.

3. Maintenant que j’ai un décor qui me plait relativement (j’continuerais d’en modifier quelques détails ici et là), j’ai refait un croquis anatomiquement correct pour les trois personnages, avant de faire les aplats de leur robe. J’en profite pour apporter des modifications à leurs couleurs locales pour les intégrer correctement à la scène, même s’ielles restent plat.

Si jamais, j’explique plus en détail ma méthode pour peindre des personnages dans mon article « Comment je peints mes personnages ».

4. Pendant que je repeins ici et là des détails sur le décor afin qu’il me convienne plus, j’ai rajouté de la brume au sol. Je trouvais que ça rendait bien avec l’ambiance Halloween de l’illustration. Cela donne aussi une excuse d’avoir les persos tournés vers la même direction.

5. Après avoir lissé les couleurs là où il y en avait besoin, j’ai commencé en mode produit à peindre les ombres, assez grossièrement, histoire qu’on commence à voir les volumes principaux.

6. J’ai ensuite plus détaillé les muscles et ombres, ainsi qu’apporté des zones de lumières.

7. Sur un calque par-dessus tous les autres, je peins ce que j’appelle la surcouche : tous les détails et corrections que je peux faire sans que ça impacte les calques en dessous et sans que j’aie à chercher 36 ans mes calques où apporter les détails.

Silence dans la forêt - Illustration par Scotis

Et tada !

Quand est-ce qu’on pourra la lire, la vie d’Alekiss ?

Bonne question. Cela fait trois ans que j’écris dessus de temps à autre, j’ai des cases de dessinées du temps où ça devait être une BD, mais en soi, j’suis toujours pas sûre de ce que je veux écrire exactement.

Depuis l’an dernier j’étoffe l’univers et du coup, j’ai envie de faire une bible graphique avant d’écrire l’histoire d’Alekiss. Donc, heu, je sais pas. Mystère et boule de gomme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.