Dessiner le corps d’un cheval

On a vu comment réaliser le squelette pour dessiner facilement un cheval avec une bonne anatomie … Il est donc temps d’apprendre à dessiner le corps en détail !

Que ce soit la croupe, le poitrail ou le ventre, je vais tenter d’être aussi claire et précise que possible pour que ça soit simple pour vous de dessiner des chevaux dans le futur ! Et ce, quelle que soit la position de votre cheval !

Dessiner le corps

Comme on l’a vu dans l’article où j’explique longuement comment obtenir un croquis correct d’un cheval, le corps d’un cheval est composé de deux cercles.

Quand vous avez votre croquis de réaliser et que vous êtes prêt à mettre un peu en forme pour que votre cheval en fil de fer ressemble à un vrai cheval il est bon de remarquer que la croupe n’est pas tout à fait un rond … et l’épaule non plus, en fait.
Certaines personnes partent directement de ces nouvelles formes dont je vais vous parler dans cet article et n’utilisent pas de ronds. Si c’est plus simple pour vous, changer votre technique habituelle donc ! Les ronds c’est bien, seulement si ça vous aide.

Un peu de lexique

Désolé pour les gens n’aimant pas les cours d’anatomies, mais j’ai besoin de vous montrer quelques termes que j’utilise pour que dans le reste de l’article je puisse en toute clarté vous parler de ce que je dessine, sans passer par des termes alambiqués pour décrire une zone qui a déjà un nom.
Je sais que pour dessiner on a pas besoin de connaitre le nom des parties du corps d’un cheval, mais c’est plus simple pour expliquer.

Dessiner l’épaule

L’épaule peut être simplifiée en un triangle arrondi ou un genre de poire qui comprend le garrot, le poitrail et le coude.
Selon la race, ce triangle va avoir une base (la partie entre le poitrail et le coude) plus ou moins large.

Je pars d’un rond pour ma part, pour trouver l’épaule correctement, j’ai tendance à réaliser le trait de l’antérieur en fil de fer, cela me donne une idée du mouvement. Je remonte ce trait jusqu’au garrot (vaguement en suivant l’omoplate). Cela me donne la direction de l’épaule et son mouvement.
Généralement, l’épaule suit le mouvement de l’antérieur.

Je pars de l’avant du garrot pour arriver à l’implantation de l’encolure. Approximativement vers le milieu de l’épaule (cela dépend de la race) et au-dessus du poitrail.
En dessous de l’encolure et rejoignant le ventre se trouve le poitrail qui forme un autre côté de notre triangle. Ce dernier trait est rond et suit le premier cercle que j’ai placé sous le croquis.

Pour trouver le dernier côté du triangle formant l’épaule, il suffit de trouver le coude et de le faire rejoindre l’arrière du garrot.

Bon, comme vous le voyez, cela ne forme pas tout à fait un triangle … puisqu’il y a une partie du garrot qui forme un quatrième côté. Mais c’est plus simple de retenir qu’il faut former un triangle que retenir qu’il faut dessiner un quadrilatère avec une base plus grosse au niveau du poitrail. Enfin, je trouve. Retenez comme c’est plus facile pour vous !

Vu de l’arrière, le trait de la cage thoracique se superpose à la visualisation de l’épaule.

Vues de face, les épaules d’un cheval ressemblent à une poire presque ronde, la base avec le poitrail étant la partie la plus large.
Ou alors à un genre de losange ? Je trouve l’idée de poire plus facile à retenir visuellement.

Pour dessiner l’épaule de face, cette méthode fonctionne très bien, mais il faut que je vous parle plus longuement du poitrail, alors, on va passer au poitrail !

Note sur le volume :
si vous voulez peindre votre cheval, notez que la jonction entre le sterno maxillaire (le muscle qui traverse l’encolure et fini au niveau du poitrail) et le deltoïde (le muscle de l’avant de l’épaule) en partance du biceps forme un creux (sa profondeur dépend du cheval et de sa musculature).

Comment dessiner le poitrail

Pour dessiner le poitrail, il faut déjà trouver sa position.

Il est entre les antérieurs, jusque-là facile. Le poitrail remonte environ jusqu’au milieu de l’épaule, juste en dessous d’où disparaît l’œsophage.

On a donc un triangle qui forme l’emplacement global des deux muscles pectoraux qui forme le poitrail. En le séparant en deux, vous avez le volume principal du poitrail !

Je reparlerais plus en profondeur de l’encolure lors de mon tuto sur la tête, mais je considère que l’implantation de l’encolure forme un losange.

Notez que le poitrail bouge le mouvement des antérieurs et épaules, c’est que ça bouge un cheval !

De la même façon, parfois les antérieurs obscurcissent la visibilité du poitrail, surtout de face.

Avec ça, vous pouvez trouver et dessiner facilement l’avant-main, quel que soit l’angle de votre cheval !

Comment dessiner la croupe

Si vous aviez retenu que la croupe c’était un cercle, bingo ! Vous savez faire la base d’une belle croupe !

Après les croupes sont rarement rondes, en fait, cela dépend des chevaux, mais vous avez toujours plus ou moins la pointe de la fesse qui est visible.

Mon astuce pour faire une croupe moins ronde et plus correcte, c’est de tracer un trait qui part de la queue et va jusqu’à la pointe de la hanche, cela aplatit un peu le haut de la croupe.
Pour la pointe de la fesse, je considère qu’elle est au 3/4 du haut de la croupe, à partir de là, je fais rejoindre l’arrière de la cuisse au niveau du grasset.

Vu de dos la croupe est toujours assez arrondi, bien qu’on aplatit un brin au niveau des cuisses. On voit surtout les hanches au niveau du dos.
Le seul point compliqué (et encore) vient de la liaison entre l’intérieur de la cuisse avec la jambe, cela fait une accolade.

Alors, je fais un point rapide sur les parties génitales que je ne sais pas dessiner, mais n’oubliez pas que cette zone existe, voici quelques croquis pour vous donner un ordre d’idée de leur position.
Le jour où je saurais les dessiner je rallongerais le tuto.

De face, on ne distingue pas le haut de la croupe: les chevaux font assez tonneaux.

De 3/4 on voit surtout les hanches ressortir.

Comment dessiner le ventre

Le ventre est assez simple : un trait pour la colonne vertébrale qui relie l’épaule à la croupe et un rond pour le bidon en lui-même.
Bon, ça c’est dans la théorie, il y a moyen de faire mieux.

Pour le dos, déjà, il ne faut pas oublier le garrot. C’est la partie la plus haute d’un cheval (qui sert à définir sa taille). Plus ou moins saillante selon la race, c’est toujours bien de faire commencer le dos juste au-dessus de son point le plus haut.

La colonne vertébrale n’est jamais toute droite, entre le garrot et les hanches il est donc bon de créer une légère courbe.
Généralement, la zone la plus creuse est la zone juste derrière l’épaule.

J’en avais déjà parlé rapidement dans le précédant tuto « comment dessiner facilement un cheval », mais la colonne vertébrale bien que très souple ne se plie pas vraiment de haut en bas, que ce soit en extension ou en flexion (contraire à l’encolure qui est très souple)

Pour le ventre une fois que vous avez la colonne, vous pouvez représenter un cercle pour la cage thoracique.

La zone du passage de sangle qui relie le poitrail au ventre est une zone assez plate.

La zone derrière la cage thoracique allant jusqu’à la croupe de son côté est assez arrondie : attention à ne pas la faire remonter plus haut que l’épaule ! On dessine un cheval pas un lévrier ;p. On doit pouvoir tracer sans soucis un trait du bas poitrail au grasset pour tracer le ventre.

Quelques autres détails

On dessine peu souvent des chevaux sous ses angles, mais c’est toujours bien de savoir à quoi les chevaux ressemblent vu du ciel et vu d’en dessous.

Globalement, on voit toujours bien le ventre qui est un cercle écrasé, mais tout de même un cercle. À côté les épaules et la croupe est presque plate !

Vu de dessus …

… et vu de dessous !

Vu de haut, voici un exemple de flexion de l’encolure et du dos, on note sur le corps n’est pas forcément souple bien qu’il s’incurve, mais que l’encolure de son côté à une plus grande capacité de flexion !

Comment dessiner la queue d’un cheval

Je reparlerais en détail de la queue lors d’un autre tutoriel où je vous apprendrais la correspondance avec leur position et les émotions des chevaux, mais on peut quand même voir les bases !

La queue est composée de vertèbres de la colonne vertébrale, quand vous la dessinez, qu’elle soit implantée haute ou basse, elle est donc dans la continuation du dos. Leur mouvement vers le haut est donc relativement limité, bien que quelque race (comme le Pur Sang-arabe par exemple) peuvent la monter assez haut.
Niveau mouvement, bien que bougeant moins, pensez à la queue des chiens.

Il ne s’agit pas non plus d’une « queue de cheval » comme on fait dans nos cheveux, tous les crins ne poussent pas de la base : il y a une partie sans crins au niveau de l’anus (question d’hygiène) et les crins poussent tout du long de la partie où la queue se situe.

Le plus simple c’est de faire le croquis de la partie de la queue de base et de rajouter par dessus les crins selon la position et le mouvement.

Et voilà !

Ce fut un article long (et long à prévoir, écrire et illustrer), mais un article complet ! Enfin, aussi complet que j’ai pu le faire. J’ai tenté d’entrer au maximum dans le détail pour que vous compreniez ma façon de faire et mes raisons de le faire. J’ai beaucoup appris en observant de vrais chevaux et dessinant d’après modèle, donc c’est ce que je vous recommande, mais je sais combien les tutos sont bien utiles donc voilà tout ce que je sais.

Je l’ai déjà dit dans mon article « Comment dessiner facilement un cheval », mais je vais rajouter au fur et à mesure d’autres articles sur chaque partie du corps pour compléter celui-ci, jusqu’à ce que j’ai fait l’entièreté du corps du cheval, donc restez à l’écoute !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.