Skip to main content

Temple de la création

Des fois les nouvelles du monde me donnent le blues, mais je me rappelle de tous les mythes, de toutes les découvertes, tous les mystères qu’ils nous restent encore à dévoiler.
Des fois je me sens faible, effrayée de faire une oeuvre d’art, mais je suis destiné à de grandes choses, je dois être brave pour me dévoiler.
Beaucoup de gens ont peur pour moi, comme si j’étais une cause perdue. Mais je suis régulière avec mes pinceaux, comme si je tenais de Bob Ross. Avancez, prenez ma main, soyez patient et nous vivrons pour des générations dans un monde coloré.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : Format 21 x 29,7 cm (format 4961 x 7016 px), 600dpi
Temps :
11h
Inspiration(s) musicale(s) : Children of bodom – Silent night, bodom night

Détail(s) et inspiration(s) :

Je voulais tester mes capacités à créer des fresques après la petite que j’ai pu réaliser pour le Hall de Thorïn. Je voulais surtout réaliser ladite frise à plat et la mettre ensuite en volume, d’une façon simple. Bref, l’image d’Alekiss et Encre (deux de mes OCs) parcourant un temple et contemplant deux frises s’est imposée à moi. 

1. Après quelques recherches rapides, j’ai réalisé ce croquis au propre.

J’ai puisé mon inspiration architecturale dans un mélange d’église abandonnée et de temple maya. Je voulais quelque chose de très simple et monochrome. C’est à la fois un choix esthétique parce que c’est ce qui me plait, mais aussi un choix pour mettre l’accent sur les fresques.

2. Avant de réaliser les fresques, je voulais y voir un peu clair dans le croquis. J’ai posé mes textures de roches sur tous les côtés et fait des jolis aplats sur Encre (la ratte) et Alekiss (la jument) pour avoir une vision d’ensemble.
Pour ce faire, j’ai utilisé un brush texture roche (si jamais, je rappelle que j’ai fait un tutoriel sur les brush photoshops).

3. Après avoir fini les aplats corrects des personnages, j’ai rendu toutes les valeurs au croquis. 

Le seul éclairage de la scène est la magie d’Encre, j’ai hésité sur la teinte de bleu, mais je suis partie sur un genre de cyan. L’accent est mis sur la fresque la plus proche de notre œil de spectateurs : celui qu’admirent les deux personnages.
J’ai principalement utilisé des dégradés de noirs pour réaliser cette étape, même si avec un brush grunge j’ai fait la bulle de magie autour d’Encre.

4. On peut admirer ici le croquis en cours de réalisation. Il s’agit de la première fresque. Graphiquement il s’agit d’un mélange timide de fresques maya et nordique. Je sais ce que je veux pour cet univers, mais j’ai encore un peu de mal à le traduire, ça viendra quand je construirai l’univers un peu mieux.

En tout cas, il s’agit d’un croquis réalisé en trois couleurs parce que je veux trois épaisseurs pour donner une idée de bas-relief.

5. Une fois le croquis fini, j’ai décalé les différentes couches à leur emplacement final, avant de créer le relief.

Cette fresque représente le monde tel qu’il existe : dans les racines de l’arbre les Bulles des Dieux se trouvent, au centre de l’arbre, les cerfs parcourent la Terre (qui est notre monde normal) entre les Bulles de l’Animalité et enfin, en haut de l’arbre, l’Humanité est parcourue par les chouettes.

Il s’agit d’une représentation inexacte de la mythologie de mon monde (il manque les chevaux qui ont un rôle important) puisqu’il s’agit de la raison de la présence des deux personnages dans ce temple : découvrir le rôle des rats et des chevaux dans tout ça. 
Bon, faut p’tet pas regarder de trop près, parce que je crée encore le folklore du monde de mes personnages. J’aime beaucoup cette fresque cependant.

6. Passer du temps sur la fresque c’était bien rigolo, mais il est temps d’avancer un peu le reste de l’illustration, et notamment : faire les ombres et mises en relief des deux personnages.

7. Après ce détour, je suis retournée à mes fresques en réalisant le croquis de la seconde !
Ici, il s’agit de Shaikmushz (nom potentiellement temporaire, j’suis pas encore décidée), la Déesse créatrice des Bulles de l’Animalité (et potentiellement du monde, là aussi c’est encore en cours de réflexion).

Le drôle de symbole derrière elle est simplement une représentation de la magie. Elle est au fond de l’eau car c’est la source de vie. Et les poissons ? Les premiers organismes complexes (enfin, leur idée, plus que leur représentation précise).

8. J’avais un petit souci de perspective au niveau du bas du mur, donc je l’ai retouché. Le sol remonte donc un peu et ça rend moins étrange visuellement.

9. J’ai passé plus de temps sur cette fresque que je l’aurais voulu à cause de tous les reliefs causés par les algues … J’aimerais que cette étape de mise en volume aille plus vite, mais j’ai pas encore trouvé une technique qui soit rapide et produise un résultat qui visuellement me convient. (il y avait bien une option chemin sur Illustrator qui m’intéresserait pour ça, mais j’ai plus ce logiciel, hé)

En tout cas, c’est fait et ça rend bien, donc je suis heureuse.
J’aime mes volumes.

10. Pour faire une pause dans les fresques, j’ai peint le sol (et le plafond, qu’on ne voit presque pas).

Il s’agit de dalle, donc ça a été relativement rapide à peindre : un brush à bord doux, du blanc, du noir, on passe sur chaque côté, emballé c’est pesé.
J’ai mis quelques craquelures sur certaines dalles. Parce que c’est un vieux temple, quand même, faudrait pas que ça fasse trop neuf.

11. Enfin, j’ai appliqué les couleurs à mes petites fresques. J’avais super hâte de passer à cette étape, j’avais déjà ma palette de prête.
Les peintures sur les fresques permettent d’améliorer leur lecture et … de les rendre plus jolis. 

Je sais que concrètement, ces fresques ont plein de défauts divers et variés qu’il me heurte la rétine, mais je les adore.
J’aimerais en faire plus dans le futur, donc j’espère pouvoir me créer plus de possibilités d’en faire.

12. La bulle de magie d’Encre me plaisait pas du tout, je suis donc revenue dessus en revoyant l’éclairage autour et donnant une véritable consistance de bulle à la bulle (répétition bonjour).
C’est pas encore ça, mais c’est déjà amplement mieux.

13. L’éclairage du temple était fait uniquement d’ombre noire … La lumière était donc par défaut de la couleur que j’ai utilisée pour peindre. Sauf que le lieu est concrètement éclairé par la bulle et la magie bleue d’Encre.
J’ai donc rajouté de la lumière bleue aux fresques, ça rend encore plus pétantes les couleurs au passage et uniforme les différentes teintes des fresques.

14. Le décor étant globalement fini, j’ai donc enfin commencé à peindre Alekiss. Enfin, faire sa seconde couche pour lisser les ombres déjà faites et rajouter les détails tels que les crins, yeux et autres.

15. Après quelques retouches de détails, voilà le résultat final !

Temple de la création ?

C’est censé être le temple de Shaikmushz. Déesse rat qui est pour le moment de la création de l’univers de mes OCs la Déesse ayant créée le monde, la vie et tout ce qui entoures tout ça.

Depuis janvier j’essaye de créer un peu plus concrètement le monde dans lequel vivent mes OCs. J’avais que des idées jetés ici et là, des croquis sans queue ni tête et des notes illogiques jusque-là. Comme j’espère un jour écrire et illustrer l’histoire d’Alekiss, j’ai décidé qu’en 2019 je créerais doucement leur univers, folklore, croyance, mythe.

J’ai donc désormais un Trello où je rassemble mes idées et tente de concrétiser et d’organiser tout ce schmiliblik. Faire ça me donne un catalogue d’idée, mais aussi me rend heureuse parce que ça m’amuse. À terme je pense que ça donnera une série d’illustration intéressante (ou même plusieurs, en fait, j’ai déjà quelques idées).

Je sais pas si j’en parlerais plus dans le futur, sans doute en passant. On verra comment ça se goupille, comme toujours (oui, ma tendance à vivre de semaines en semaines se voit beaucoup sur ce genre de projets perso).


Illustration d'Alekiss la jument plaçant une biche au centre d'un cercle de magie

Hourly comic day 2019

Une journée dans la peau d’Alekiss … Allons soigner du cerf ! Scotis est notre esclave pour la journée.

C’est quoi le Hourly Comic Day ?

Tous les ans, au premier février a lieu un challenge qui s’appelle le Hourly Comic Day (jour de la BD chaque heure, grosso-modo en français).

Le but est de réaliser une mini-bd ou un petit dessin chaque heure du jour où on est réveillé.

Ce que j’ai proposé

Non contente d’y participer, j’avais décidé de faire voter les gens sur Twitter pour qu’ielles décident des suites de l’aventure. C’était l’occasion de m’amuser avec les gens.

Chaque heure je postais un croquis des actions que les gens avaient choisies via un TwitterPoll, ielles avaient 30 minutes pour choisir comment avancer l’histoire … et j’avais donc 30 min pour dessiner.

J’avais bloqué ma journée pour ne faire que ça. Vue comment j’étais morte en fin de journée, j’imagine pas si j’avais tenté de faire autre chose à côté …

Voilà donc un récapitulatif de ce qui s’est passé ce jour-là.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop

Chaque image a été réalisée en 30min, pour ne pas trop m’embêter avec les couleurs, j’ai rajouté par dessus chacune un filtre jaune. Comme ça j’avais pas à trop m’embêter à choisir des couleurs qui allaient ensemble (pas folle la guêpe).

Illustration numérique d'Alekiss au sein de l'arbre refuge de la Bulle

« Alekiss vient de se réveiller … À vous de choisir ce qu’Alekiss va faire ensuite. »

Ce qui a été voté :
100% promenade en forêt.
0% Aller petit-déj’
1 vote

Première illu de la journée à 7h, j’ai eu une heure pour la faire, ce qui explique que c’est une des plus avancés comme image ahah.

Encre (la ratte) alpaguant l'attention d'Alekiss (la jument) illustration

« Sur le chemin de la forêt pour réaliser sa promenade matinale, Alekiss croise Encre.
Encre :  » Hey, un moineau est venu me dire que Alodie est malade. La harde est dans la clairière ouest, est-ce que tu pourrais aller voir ce qu’il en est pour moi s’il te plait ? À vous de choisir ce qu’Alekiss va répondre. »

100% Je vais voir !
0% Après ma promenade.
0% Nope, j’vais me promener.
2 votes

Là, je savais que quel que soit le choix, je voulais qu’Encre interrompe la décision. Donc j’ai eu une heure pour faire l’illustration là aussi. J’adore cette illu, j’la trouve bien chouette.

Illustration d'Alekiss la jument devant choisir un chemin dans la forêt

« Alekiss décide d’aller voir la harde à la demande d’Encre, sans hésitation !
Cependant, elle ne sait pas vraiment si elle doit prendre son temps ou se dépêcher … Après tout, elle ne sait pas s’il s’agit d’un empoisonnement ou juste de quelques poils arrachés. À vous de choisir le chemin qu’Alekiss va choisir. »

50% Le chemin court, au galop
50% Le chemin long, au pas
2 votes

Dans tous les cas, j’avais besoin d’une forêt, donc j’ai eu là encore une heure pour dessiner le fond. Jusque-là c’était tranquille.
Le fait qu’il y ait 50%/50% niveau vote m’a fait rire.

Alekiss la jument saluant la harde de cerf

« Arrivée à la harde après avoir pris le chemin court, au pas (n’aillant pas réussis à se décider), Alekiss est agréablement surprise de constater qu’Alodie n’a qu’un mauvais rhume rien de bien dangereux ! 
Il faut la soigner maintenant !
À vous de choisir ce qu’Alekiss va tenter comme méthode pour soigner le rhume d’Alodie. »

0% Met le membre en plâtre
71% Lui fait du thé
29% Lui fait un câlin
7 votes

Là, par contre j’ai eu que 30min pour réaliser … 8 personnages. Rien que ça. Des cerfs, des animaux que j’dessine quasi jamais en plus de ça. Du coup, pas de fonds, hein, j’ai fait ce que j’ai pu x’).
Personne n’a voulu mettre un antérieur en plâtre pour soigner un rhume, j’ai pas compris !

Illustration d'Alekiss faisant tombé du thé sur une biche

« Oups.
En voulant faire du thé à Alodie, Alekiss a fini par renverser la tasse (encore brûlante) sur elle. Pas de brûlure à déclarer, mais ça a clairement pas aidé la jeune biche. »

80% S’excuser platement
20% Faire mine de rien
5 votes

On note qu’il y a une personne qui a voté pour ne rien faire, hein. J’vous ai vu. Merci de m’avoir fait rire.
Ce dessin tout court me fait rire, en fait. Pauvre Alodie.

Illustration d'une harde de cerf par Scotis

« Les excuses d’Alekiss n’y font rien : Alodie est enrhumée et trempée, les biches se méfient qu’une nouvelle maladresse n’empire les choses et Virgil ne sait pas s’il doit protéger sa harde ou laisser Alekiss continuer de soigner Alodie.
Bref la harde est énervée. »

50% Distraire avec de la magie
50% Aller chercher Encre
2 votes

Dur choix ce coup-ci …
Moi j’ai eu 30 minutes pour dessiner 7 cerfs. Tout allait bien dans ma vie. (non)

J’en profite de les avoir aligné pour les présenter rapidement si jamais ça intéresse quelqu’un : 
– Odette (fille de Luan)
– Luan (qui est enceinte, d’où sa forme chelou)
– Rowena (mère d’Alodie et de Luan et mère adoptive d’Alekiss)
– Alodie
– Virgil (père de personne, il est arrivé en cours de route dans la harde après le départ de Douglas)
– Erin (mère d’Edith, enceinte aussi)
– Edith (TROP MIMI !)
Vous vous sentez perdu ? Dites-vous que j’avais présélectionné les persos, toute la harde n’est pas là et j’ai 62 cerfs dans la harde sur un étalage de 30ans.

Encre la ratte, illustration par Scotis

« Soudainement, alors qu’Alekiss observe ses options, Encre arrive au grand galop, un sac d’herbe en bouche et prête à soigner elle-même Alodie !
Voilà qui va bien dépêtrer Alekiss de cette situation … gênante. »

50% Soigner avec Encre
25% Observer Encre faire
25% Disparaître dans la fumée
4 votes

Je crois que c’est à partir de là que mon énergie a commencé à s’évaporer … Pas de fonds alors qu’il y a qu’un seul perso.

Encre et Alekiss créant un cercle de magie. Dessin par Scotis

« Alekiss après avoir proposé à Encre d’aider à soigner Alodie, a aidée à tracer le cercle de transmutation.
Il ne reste plus qu’à faire se tenir Alodie au centre de celui-ci. »

50% Appeler Alodie
50% Porter Alodie
4 votes

Petit regain d’énergie.

Illustration d'Alekiss la jument plaçant une biche au centre d'un cercle de magie

« Alodie était très lente à venir après qu’Alekiss l’ait appelé. Alors Alekiss est allée la chercher et l’apporter au centre du cercle.
Comme ça c’est fait rapidement, pas de perte de temps.
(Alodie vit sa meilleure journée, Encre est désespérée) »

17% Le rituel fonctionne
83% ?̊̂ͮ?̏̓͝
6 votes

Comme il y avait eu un 50/50, j’ai choisi de dessiner ce qui m’amusait (et bonus pour la re-utilisation de fonds).

Une biche au centre d'un cercle de magie activée

« Alodie est guérie et n’a plus de rhume !
Cependant, le rituel n’a pas marché comme prévu et elle est désormais … indigo ? Mais au moins elle n’est plus malade, enfin quelque chose qui marche (à peu près) ! »

60% Stoppons-là !
40% Un autre rituel ?
5 votes

Encore une utilisation de fonds, mais j’me suis amusée niveau effet spécial ! Pauvre Alodie qui en prend la tronche ahah.

Illustration d'Alekiss se réveillant

« Alors qu’un vortex octarine se forme autour d’Alekiss … sa tête quitte son oreiller.
IT WAS A DREAM ALL ALONG *insérer musique kitsh ici* »

J’étais en fin de vie, fatigue morale et physique et les gens avaient voté qu’ils voulaient arrêter là … Alors, après 11h à dessiner quasi-non-stop par tranche de 30min, j’ai décidé d’aller me coucher.

J’me suis amusée

C’était crevant (je range ça niveau fatigue au niveau des 24h de la BD) … et j’ai eu plein de suggestions fun et des réactions motivantes de la part des gens, c’est ce que je cherchais et ça m’a fait bien d’avoir autant d’interaction avec les gens de manière générale.

Aucun regret à avoir donc.
Je le referai l’an prochain je pense. La formule marche bien et a plu, c’est tout ce que je voulais.

30 minutes pour dessiner une illu relativement complète bien qu’encore au stade de croquis est clairement un bon exercice.


Tourbillon d’affection

Essayons de ne pas trop focaliser sur les moyens d’atteindre nos objectifs. Nous ferions mieux de profiter de ce sentiment de balancement et de plénitude quand on s’arrête pour respirer et profiter de nous, de ce qui nous entoure déjà.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : Format 24,89 cm (format 2940 px), 300 dpi
Temps :
1h50
Inspiration(s) musicale(s) : Beast – Rabbit Junk

Détail(s) et inspiration(s) :

J’étais tombée sur cette palette de couleur et BAM. Mon cœur et mon cerveau ont fait ensemble : UN TOURBILLON DE PONEY !
Pourquoi ? Je sais pas, mais j’ai rapidement fait mon croquis en partant de cette base de couleurs.

1. Ce premier croquis a été fait en 10min, rapidement. Rien ne va, c’était surtout histoire de fixer l’idée et pas l’oublier.

J’ai bien fait, vu que j’ai repris le croquis pour commencer à peindre six mois plus tard.
Je voulais que ça aille principalement sur une horloge, d’où la bouille du croquis.

2. Reprenant le croquis, j’ai d’abord refait le croquis pour avoir une anatomie moins bancale, j’ai mis au propre les contours et revu un peu les couleurs et textures du fonds, pour coller avec ma vision six mois après.

Le but était d’avoir une base propre pour peindre.

3. J’ai ensuite commencé à peindre. J’avais la plupart de mes teintes déjà posées, il me fallait juste relisser la plupart des couleurs entre elles, redéfinir quelques gros muscles.
Je fais pas trop dans le détail à ce stade, je lisse juste globalement, pour avoir une vision d’ensemble.

4. Et maintenant qu’on y voit clair, je prends un brush bien petit à bord doux et je peins enfin les détails. Châtaigne, yeux, visage, tendons … bref, tout ce qui était passé à la trappe jusque-là.

5. Après une légère pause, j’aimais mes teintes, mais ça ne faisait pas pétiller mon cœur de bonheur. J’ai donc pris quelques minutes pour régler la colorimétrie de l’illustration jusqu’à ce que ça me plaise.

6. Je continue donc de peindre les détails, avec les crins et des muscles ici et là. 

Je finalise tranquillement tout ce qui me dérange jusqu’à ce que ça me plaise.

ET TADA !

Au final, ça donne ça !

Design seeds ?

Ma pause bonheur des yeux à moi. J’adore avoir ça dans mon flux d’actualité sur Twitter. Bon, ça fait pas toujours popper une idée comme là, mais ça repose les yeux de voir des jolies photos et les couleurs associés. En plus, ça donne une idée de ce qui plait visuellement aux gens comme association de couleurs.

Bref, j’aime bien traîner sur Design Seeds.


Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

Fenêtre sur la gravitation

La gravitation n’est quand même pas responsable du fait que les gens tombent amoureux, nan ?

Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

Détails techniques

Matériel(s) : Crayon aquarellable, encre de chine noire, aquarelle liquide, aquarelle et gelpen blanc.
Taille du document : Format 10,5 × 14,8 cm
Temps :
1h

Détail(s) et inspiration(s) :

Avec ma nouvelle aquarelle liquide, j’avais envie de tester une galaxie … parce que j’peux diluer plus facilement mes teintes avec et ça faisait longtemps que j’en avais pas fait.

1. J’ai d’abord pris un crayon aquarelle jaune pour placer grossièrement mes formes.
Avec un crayon aquarelle rouge, j’ai redéfini mes formes et réalisé le croquis final du cheval et de la fenêtre (que j’ai tracé à la règle).
Pourquoi avoir utilisé des crayons aquarelle ? Ils disparaissent avec l’eau (sauf sur ce papier aquarelle qui absorbe TOUT).

2. Après avoir gommé un peu les traits du crayon pour qu’ils s’estompent, j’ai utilisé mon pentel habituel pour réaliser tout le travail de lineart.

J’ai ensuite attendu que l’encre sèche un peu pour regommer un peu le crayon aquarelle.

3. Est ensuite venu le moment le plus fun : peindre le fond.

En soi, c’est simple, il s’agit d’ajouter par tâche le bleu le plus dilué vers un bleu classique vers du noir.
Dans la pratique, ça demande pas mal d’allées retour entre les teintes et tenter de palier le fait que le papier absorbe l’eau et pigment, sans les laisser se diffuser correctement.

Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

4. Le fond fini, j’ai peint le poney en palomino.
Avec un gelpen blanc je suis ensuite venue faire des étoiles sur le fond.

Je pige pas ce papier

C’est un papier  » spécial aquarelle « , mais il se comporte pas comme mes autres papiers du même style.

Déjà, son défaut qui me fait hurler : il me laisse pas effacer mes crayons aquarelle.
Sur n’importe quel autre papier si je fais mon croquis au crayon aquarelle, quand je passe l’aquarelle, le crayon se diffuse avec l’eau/l’aquarelle et disparaît. Là, non. J’peux gommer en amont pour tenter d’effacer un peu, mais quoi que je fasse, le crayon restera ad vitam æternam. Du coup j’essaie d’utiliser des teintes que j’utilise après, mais quand même, c’est se casser la binette pour rien.

Ensuite, je pige pas sa relation avec l’eau ?
Bon, je débute encore en aquarelle, donc ça doit être moi, tout simplement, mais je pige pas.
D’un côté il fait le brouillon en avalant toute l’eau que j’lui file (pigment compris) et sèche super vite. De l’autre, si je remets de l’eau dessus, il garde le pigment et rejette l’eau déjà dans le papier, me créant des tâches étranges sur le papier.
Alors que mes autres papiers si je rehumidifie, ça relève juste le pigment et m’aide à faire des dégradés.

Bref, je pige pas ce papier, c’est un poil énervant.
Sans compter qu’il est énormément texturé et que j’aime pas d’un point de vue très personnel.

Je regrette pas de l’avoir acheté, il m’a permis de tester, mais clairement, quand j’aurais fini la ramette, je rachèterais pas ce genre de papier.

Et vous, vous avez un matériel que vous pigez pas ?


Portrait réalisé pendant InkTober

Le secret ? 
Il n’y à rien à sous-entendre, il est là où l’on ne cherche pas. Se déplaçant pour ne jamais paraître à nos yeux.

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détail(s) et inspiration(s) :

Après les quatre Inktober très coloré (que vous aviez vu dans l’article Galaxie d’émotion) je suis restée avec mes portraits de chevaux émotifs, mais je suis partie entièrement à l’encre noire et que ça, me focalisant sur les motifs pour former un fond plus que sur la crinière.

C’était fun, j’fais jamais vraiment de fonds en motifs géométrique comme ça. J’ai pu expérimenté et ça m’a fait du bien. J’me pensais incapable de le faire, mais en fait j’adore le rendu. Je dis pas que c’est beau (enfin, si, j’le sous-entends), mais je dis que visuellement c’est agréable.
Il me reste à continuer d’expérimenté en ce sens.


Lesbos, deux juments lesbiennes s'enlaçant au clair de lune dans l'eau

Lesbos

« Lesbos, terre des nuits chaudes et langoureuses qui font qu’à leurs miroirs, stérile volupté, les filles aux yeux creux, de leurs corps amoureuses caressent les fruits mûrs de leur nubilité. »

Lesbos, deux juments lesbiennes s'enlaçant au clair de lune dans l'eau

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : Format 29,7×21 cm (3508×2480 px), 300dpi
Temps :
3h15
Inspiration(s) musicale(s) : David TMX – Lesbos

Détail(s) et inspiration(s) :

J’étais en train de présenter David TMX (mon artiste préféré français) à des connaissances quand j’ai redécouvert cette chanson. Et … mon cerveau a fait une connexion étrange, qui m’a fait faire un croquis.
Le lendemain, en revoyant ce croquis j’me suis dit : il faut que j’me le fasse.

1. Voici donc le croquis, fait en 30min en barbouillant dans tous les sens, en fait (ma méthode habituelle pour faire des croquis quoi).
Le ciel est un simple dégradé, avec un brush étoile (en fait, un brush à bord dur au centre avec un brush à bord doux par-dessus) en blanc, jaune et bleu qui sont à plusieurs niveaux d’opacité. Par-dessus j’ai collé une lune (photo licence 0) à qui j’ai rajouté un halo blanc.
Niveau fond, j’ai utilisé un brush forêt que j’ai en vert très foncé, puis un vert-jaunit très peu saturé pour faire les berges sur un fond marron qui prends l’ensemble du bas de l’illustration.
Avec un brush bleu j’ai fait l’eau, avec des bords en dégradé d’opacité. J’ai ensuite pris une teinte bleu ciel pour faire le motif sur la surface de l’eau avec un de mes brushs d’eau (qui change totalement de texture selon le mouvement du stylet). Avant de finaliser l’eau avec des vaguelettes et surtout, le reflet de la lune avec un brush vague.
J’ai ensuite fait un croquis rapide des deux juments que j’ai coloré rapidement, l’une en gris, l’autre en bai.
J’ai rapidement avec un gros brush à bord dur fait l’eau flottante autour d’elles, finalisant mon croquis.

2. (si j’en crois mes notes, j’ai fait cette étape en 15min)
En reprenant mon croquis original le lendemain, je trouvais que le bai de la jument de gauche n’allait pas. Elle est donc devenue grise également.
J’ai également rajouté des montagnes en arrière-plan, j’trouvais que ça manquait.
Et j’ai aussi retravaillé mes blobs d’eau avec une gomme et un brush à bord doux bleu et blanc.

3. Étape un peu bateau, mais qui a de l’importance : j’ai mis un dégradé d’opacité sur les étoiles, plus elles sont proches de l’horizon et moins elles sont visibles.
J’ai aussi rajouté de la lumière sur les arbres, permettant de différencier les arbres de façon individuelle et pas comme juste une masse (ça retire l’impression que c’est un brush du coup).
J’ai aussi passé l’eau correctement autour des juments, de façon à ce que ça ne passe plus au-dessus d’elles quand ça doit passer derrière.

4. J’ai recentré mes juments et rajouté une ombre sous elle.
J’ai dû faire d’autres choses puisque 15min séparent ce WIP du précédent, mais j’ai pas noté ce que j’ai fait et … je vois pas. J’ai dû retoucher des détails.

5. Étape assez simple : j’ai mis en volume la jument de droite.
Ma méthode comme d’hab est de faire les ombres avec un brush à bord doux, je floute là où il y a besoin et avec un brush plus petit, je reviens vers quelques détails ici et là où il y a besoin.

6. Et on fait pareille avec la jument de gauche.
J’ai aussi fait les crins.
Avant de régler la colorimétrie, je trouvais ça trop bleu. En rajoutant un peu de violet à l’illustration et retirant un peu de saturation, on retrouve cette teinte que je préfère qui reste bleu, mais moins vive.

Lesbos, deux juments lesbiennes s'enlaçant au clair de lune dans l'eau

7. J’ai fait les ombres de l’eau flottante sur l’eau plane, avant de rajouter l’eau sur les membres des juments.
Avec ça, j’ai repeint quelques détails ici et là.