Skip to main content

S’organiser pour dessiner

On aimerait toustes dessiner mieux, plus souvent, dans de bonnes conditions … Ou au moins avoir tout le loisir de s’amuser dans notre pratique artistique.

Je suis pareille que vous : j’suis souvent en galère, mais au fil des années, j’ai pris quelques habitudes pour m’écouter et m’améliorer. Voilà donc quelques conseils qui, je l’espère, vous aideront.

Comprenez votre fonctionnement

D’abord, voyez comment vous êtes organisé et listez votre façon de faire globale (chaque dessin est unique, mais vous avez sans doute vos propres petits rituels).
Est-ce que vous avez besoin d’un espace bien défini ? De musique ? De silence ? D’outils particuliers ?
En connaissant votre manière de faire et de bien fonctionner vous pourrez vous organiser.

Maintenant que vous savez comment vous êtes, il est temps de faire en sorte que ça soit plus simple pour vous d’obtenir vos conditions idéales.
Déclarez cette espace votre espace de dessin et placez-y vos outils (même s’il s’agit concrètement d’un plateau avec vos feutres que vous placez sur votre bureau pour dessiner et ranger dans votre bibliothèque le reste du temps).
Besoin d’une musique ? Faites une playlist d’au moins une heure que vous pouvez écouter sans avoir à lever les yeux de votre dessin toutes les chansons.
Peut-être que vous dessinez mieux le soir, faites en sorte d’avoir une plage horaire de libre à ce moment-là.

Bref, voyez pour obtenir le plus facilement du monde votre situation idéale pour dessiner dans de bonnes conditions.

Un espace de travail

Même si vous devez le ranger tous les jours pour faire place aux autres activités de votre vie, il doit être facilement accessible et surtout, non dangereux (oui, vous voulez pouvoir aérer votre pièce si vous utilisez des peintures toxiques).

Devoir chercher pendant 30min vos outils pour vous installer c’est frustrant. Essayez de pouvoir les avoir à portée de main facilement quand vous voulez dessiner.
À défaut d’un bureau dédié, peut-être qu’une boite que vous pouvez déplacer dans votre maison avec des séparations pour vos différents outils serait simple et sympa à avoir.

Dans tous les cas, essayez d’avoir un espace où vous ne vous sentez pas coincé et surtout, une bonne chaise (sérieusement, vous allez y passer du temps sur votre chaise, faites en sorte qu’elle ne soit pas inconfortable).

Préparez en amont

Si souvent les croquis sont plus expressifs que le dessin final et même si vous avez peut-être déjà une bonne bibliothèque visuelle dans votre tête, pensez que vous ne saurez jamais tout dessiner.

C’est là que les recherches (croquis par exemple) et les références sont utiles.
Pensez donc à avoir vos propres catalogues de références et tutoriels sous la main, que ce soit sous la forme d’une bibliothèque pleine de livres et découpage dans des magazines ou sous la forme d’un dossier sur votre bureau (Pinterest est bien pour faire ce genre de catalogue de référence, d’ailleurs).

Jouons au jeu du "trouvons le chaton"

Un peu de discipline

Si vous voulez dessiner sérieusement ou de façon régulière, il vous faudra vous forcer un peu. C’est-à-dire définir un nombre de croquis ou de minutes que vous voulez passer à dessiner chaque semaine/mois et faire en sorte d’y parvenir.

Si vous dessinez pour votre propre plaisir, ce n’est pas la peine de vous forcer. Il n’y a vraiment rien de mal de ne dessiner qu’une fois l’an. Le dessin si ce n’est pas votre métier doit rester quelque chose de fun (et même si c’est votre métier c’est mieux si c’est fun, hein).

Dans tous les cas, si vous comptez vous forcer, rappelez-vous que même 5% c’est mieux que 0% si votre but est 100%. C’est-à-dire que même si c’est juste faire un rond pendant 5min c’est mieux que de ne pas dessiner du tout ce jour. Cela empêche les jours à 0 et vous force doucement à former une habitude.
J’ai appris avec le temps que la motivation est fluctuante (selon ma santé mentale et physique et pleins de choses que je contrôle pas), mais la discipline est toujours-là. Motivation ou non, je sais que je dessinerais tous les jours de la semaine, parce que j’en ai pris l’habitude, que j’ai ce temps destiné à ma pratique du dessin tous les jours.

Prenez soin de vous

Je pourrais vous donner tous les conseils du monde pour vous forcer à dessiner … mais au final, le conseil le plus important dans tout ça c’est FAITES ATTENTION À VOUS.

Vous êtes votre outil le plus important. Que ce soit votre corps ou votre mentale.

Qu’est-ce que j’entends par prenez soin de vous ?

  • Faites des pauses régulières (et arrêtez dès que vous êtes fatigués)
  • Étirez-vous (particulièrement les mains, poignets, bras, épaules et dos, voir tête)
  • Pensez à boire et manger correctement régulièrement
  • Dormez bien (une bonne nuit de sommeil fait des miracles sur la créativité)
  • N’oubliez pas de faire autre chose (du sport, une autre pratique artistique sans rapport avec l’illustration, lisez, bref aérer votre tête)
  • Soyez gentil avec vous-même (soyez votre meilleur fan)

Dans la même veine, peut-être qu’être entouré d’autres artistes (amateur ou non) pour parler de vos frustrations, partager vos dernières trouvailles et parler illustration vous fera du bien. Hésitez pas à rejoindre un forum, conversation sur les réseaux sociaux ou tout autre forme de groupe où vous sentez à l’aise pour échanger avec d’autres gens.

Eddy, mon collègue qui adore autant que moi mon bureau.

Et vous, c’est quoi vos astuces pour vous organiser ?


Parcours de Scotis en illustration

Vers 2019 et au delà !

Je suis tombée sur ce meme de Kamaniki (retrouvable ici) en novembre dernier et je me suis dit, pourquoi pas poster ça en janvier ? C’est intéressant de voir comment j’ai évolué depuis mes débuts « sérieux » dans le dessin, malgrès de nombreuses longues pauses.

J’ai passé de nombreuses heures à farfouiller internet à la recherche de vieux dessins de moi que j’ai pu oublier d’effacer (oui, j’ai très rapidement honte de moi-même). Ce fut l’occasion de pas mal rire. J’aime beaucoup mon moi du passé.

Scotis
2007 - 2018

C’est l’année où j’ai découvert via Equideo que des gens dessinait et pire, coloriait sur leur ordinateur. Genre, c’était possible quoi. Et je m’en doutais même pas. J’ai donc télécharger photofiltre et en avant ! C’était long, j’avais des crampes autour de ma souris, mais ça m’amusait et j’y passais de longues heures. J’étais plus qu’inspirait par mes artistes préférés.

Une amie de ma mère m’avait offert ma première version de Photoshop. J’ai découvert avec joie les calques et brushs.

Je ne me rappelle pas avoir tellement dessinait ces deux années-là. Mais j’ai vers fin 2010 découvert HARPG et découvert que je pouvais sans aucune honte élever des tonnes de chevaux et réaliser du hoarding virtuel. Vous pouvez d’ailleurs remarquer ma yulequine que j’ai toujours six ans plus tard. Je suis fidèle à mes pixels.

Mes années HARPG sur DeviantArt, mais aussi mes débuts du « je dessine partout » qui se traduit par  » je dessine sur mon téléphone » très souvent dans le bus. Peu d’observation, mais je m’amusais comme une petite folle.

Pas beaucoup de dessin, pas mal de changement dans ma vie et de baisse de moral. Je remercie mon amoureux d’avoir été là pour moi, parce que c’était pas toujours drôle dans ma tête. mais j’ai commencé à faire du croquis d’après modèle et ça m’a beaucoup aidé.

C’est l’année où j’ai vraiment arrêter de dessiner pour les autres et où j’ai commencé à me faire plaisir. Oui, c’est possiblement débile, mais c’est vraiment là que j’ai compris qu’avant de vouloir montrer des beaux trucs aux autres, il fallait que j’apprenne à dessiner ce que moi j’aimais ou voulais faire. Les dessins étaient pas toujours super technique, ne partait pas toujours d’un sujet alambiquer, mais c’était des sujets qui me tenaient à coeur ou que j’avais envie d’exprimer. Au final, c’est à partir de là, que j’aime mes dessins (même mes moches).

Niveau illustration, encore une bonne année. Plus de feuilles volantes et de WIP ou croquis que je ne pourrais jamais en garder. Beaucoup d’apprentissage et d’essais (souvent loupé), mais là encore, une de mes meilleures années. J’ai appris à dessiner des humains, j’arrive quasi sans soucis à représenter ce que j’ai en tête, je n’ai quasi plus honte de montrer mes dessins (même mes moches). Bref, je suis épanouis et heureuse.

Parcours de Scotis en illustration

C’était l’année où je me souhaitais plus de dessin finis … et je l’ai fait ! Je n’ai pas ralentis mes croquis, j’ai donc beaucoup appris en parralèle, mais j’ai prit le temps de réaliser autrement mes croquis et thumbnails pour finir plur rapidement et sans perdre mon idée de base mes illustrations. J’ai aussi enfin commencé à peindre sérieusement des fonds et … ça m’a fait faire un sacré bond en avant ? Rajoutons à ça ma reprise de l’aquarelle et ça a été une année bien heureuse pour moi, 2017 (au moins côté dessin).

Parcours de Scotis en illustration

L’année où j’me suis donnée à fonds sur mes illustrations persos, que ce soit en aquarelle, en composition, en couleurs, en fonds, en tout. J’ai relevé de sacré défis (comme enfin me mettre à la perspective) et ça a donné ! Encore un bond saut en avant dont je suis fière !

En avant vers 2019+ !

C’est un peu triste que 2018 soit finis. Mais ça permet de préparer une année 2019 encore plus remplie de couleurs, d’essais, sans doute de déception oui, mais aussi pleine de bonheur. C’est tout le mal que je me souhaite en tout cas (et à vous aussi).

Pour 2019 ?

Je me souhaite encore une année pleine de surprises et d’essais, où j’apprendrais à faire des décors et compositions qui me plaisent.

En vous souhaitant une bonne année 2019 pleine de bonheur <3 !


Aurora Borealis

Je t’ai vendu pour une chance de bonheur. Réveille-toi dans les toiles de ton drap. Le plus gros tissu de mensonges. Nous sommes amis.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps :
2h15

Détail(s) et inspiration(s) :

Il s’agit bien entendu d’un fan-art en hommage à Pokémon et surtout, d’Aurora Borealis, ma Primarina/Oratoria. Il s’agit d’une amie de Dess pour celleux qui se souviennent de ma Galekid. En jouant sur un serveur Discord à PKM j’ai eut envie de la dessiner.

1. J’ai d’abord réalisé le fond. Pour le cercle bleu, j’ai utilisé diverse teintes un peu en vrac, puis rajoutez diverses paillettes losanges en jaune, en en floutant la moitié, histoire de créer un peu de profondeur dans ce fond qui m’a prit cinq minutes à faire. J’ai ensuite peint grossièrement le … c’est censé être un pouffe. J’ai pris des teintes raisins-violette parce que je trouvais que ça changeait du bleu trop présent dans la composition globale. Par-dessus, j’ai fait mon croquis de mon Oratoria avachie langoureusement sur son pouf.

2. Après avoir finalisé le croquis, j’ai proprement réalisé tous les aplats. Petite précision, ce ne sont pas les couleurs officielles, je me suis permise de nuancer les couleurs à la création du personnage il y a deux ans, c’est donc une légère variation (mais à moins d’avoir le sprite original sous les yeux, on y voit que du feu).

3. J’ai commencé à mettre les ombres violettes ainsi que la lumière jaune selon ma méthode préférée : un gros brush pour faire ça en gros, on lisse avec le doigt, puis on revient plus tranquillement avec un petit brush à bord doux pour rajouter des détails et faire quelque chose de moins grossiers.

4. Je continue d’affiner mes ombres et lumières, ainsi que commencer à peindre les diverses perles de Rora.

5. Enfin, j’ai peint les yeux et finalisé dans les détails cette petite peinture rigolote à faire.
C’est aussi là que j’ai rajouté une texture parchemin sur l’entièreté de l’illustration, j’avais envie de tester depuis quelque temps et je trouvais que ça rendait bien, non ?

Qui est Aurora Borealis ?

Anciennement, j’avais une partie RP Pokémon sur DeviantArt. J’avais commencé avec Desdémone (Dess) ma galekid et après quelque temps de jeu, eut le starter d’Aurora Borealis (Rora). C’est de ce vieux temps qu’elle vient. Dess était un pokemon informe et très caractérielle, ronchon et réservé. Je voulais donc son contraire avec Rora : un pokémon extravertie et qui aime se montrer (ça colle à l’espèce du pokémon en prime).

Le design et les couleurs varient un peu du sprite officielle, tout en respectant les standards. J’ai peu eut l’occasion de jouer avec Rora, car j’ai quitté le RP depuis, mais elle tiendra avec Dess une place dans mon petit cœur pour longtemps encore.


Bienvenue dans mon esprit troublé

Ce monde est cruel, on se fait passer pour les jouets du destin. Est-ce que je pourrais faire une suggestion ? Pour ma part j’apprécierais de ne plus en être un. Je me noie dans mon propre esprit troublé.

Alekiss, jument alezan se noyant dans les fonds marins, sous le regard d'un requin. Peinture numérique par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps : 3h

Détail(s) et inspiration(s) :

Encore sous l’eau ? Encore sous l’eau. C’est mon thème du moment. J’aurais pas dû jouer autant à Subnautica, humpf (très bon jeu, je recommande).
L’inspiration derrière ce dessin vient d’Amanda Ghost, artiste que j’ai découvert lors d’une nuit blanche avec grand plaisir.
Comme souvent, on retrouve mon personnage Alekiss qui se retrouve en train de se noyer et de vomir ses tripes (plutôt littéralement) sous le regard d’un prédateur. Et pourtant elle sourit. Oui, ça se voit mal avec le sang, c’est fait exprès pour laisser planer le doute. Est-ce qu’elle apprécie de se noyer ? Pas vraiment, mais c’est une descente plutôt agréable, le paysage est sympathique et elle a de la compagnie.

1. Assez de préambule sur le pourquoi du dessin. J’ai d’abord fait un croquis rapide de la jument avant de me jeter dans les couleurs. Pour le fond, ce sont diverses touches de bleus avec un brush à effet aquarelle, avec des touches de jaunes en lumière vive pour éclairer le sujet (c’est ça qui crée le vert). Toujours en fonds avec un brush noir à bord flou, j’ai rajouté le requin. J’ai ensuite mis en aplat rapide les couleurs d’Alekiss, pour avoir une référence dans le futur et rajouté par-dessus un calque bleu, pour modifier la colorimétrie du personnage. Vu qu’il s’agit de mon étape de croquis pour dans le futur faire correctement toutes mes couches de peinture, j’ai rajouté le sang et les bulles et particules.
Le tout est fait rapidement, mais ce sont mes recherches de couleurs et de compositions, pour pouvoir peindre tranquillement après.

2. Maintenant que je sais où je vais, je crée un groupe de calque et tranquillou-bilou je repeins mon fonds. J’ai un peu lissé les couleurs, mais pas trop. J’aimais bien la texture aquarelle de mon brush initiale. Je trouve qu’il va bien avec les fonds marins.

3. Avec un brush noir à bord flou, j’ai repeints mon requin qui s’est transformé en Boneshark (du jeu Subnautica). Un petit coup de flou gaussien. J’ai peint par-dessus en vert l’œil, puis rajouté quelques reflets ici et là de l’œil sur le corps du requin.

4. Avec quelques difficultés (maudit membres) j’ai refait un dessin relativement au propre de la jument, pour avoir une anatomie plus sympa.

5. J’ai fait l’aplat des couleurs du cheval au propre.

6. J’ai trouvé que le fonds manquait d’un petit quelques choses. J’ai donc rajouté quelques algues, que j’ai ensuite flouté pour les éloigner du sujet.

7. J’ai refait au propre le sang avec un brush nuage et un peu de flou (plus le sang s’éloigne de sa source, plus il se dilue dans l’eau).

9. Enfin, j’ai mit en volume le cheval.


Poignée d’amour

À ce moment, je suis à nue et épurée. Le soleil se reflète sur mon kaléidoscope. Maintenant je vois.

Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop

Détail(s) et inspiration(s) :

En février 2017 j’avais eut cette idée d’une petite personne étant une source d’eau. Je trouvais l’idée mignonne et les essais de couleurs que j’avais fait en y pensant rendait bien. J’avais donc glissé le croquis dans ma liste d’illustration à faire un jour. Et ce jour est arrivée.

1. La première étape a été de refaire le croquis, mais avec une anatomie correcte, ce coup-ci. J’ai pas mal galérer à faire le torse et les bras. Sérieusement, les seins c’est surfait.

2. J’ai ensuite reprit les couleurs et grossièrement colorié l’illustration. J’ai avec un énorme brush bloqué certaines ombres. Avec ça on avait une bonne vision de l’illustration.

3. Le début de la peinture ! Ma première envie a été de peindre l’eau du fonds, pour ça j’ai mélangé divers teintes de bleus, puis avec un brush ovale très aplatis je suis venue avec un bleu plus clair créer un effet de vaguelette.

4. Rajout de prisme de lumière avec un brush losange et divers effets d’opacités vive.

Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP

5. J’ai refait les deux étapes précédentes avec l’eau dans les mains géantes.

Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP

6. Ce fut ensuite au tour de la peinture des mains. J’ai utilisé ma méthode habituelle : prendre un gros brush en opacité réduite, faire le gros des ombres et mise en volume, on lisse avec le doigt, on détail avec un brush plus petit en opacité réduite et on répète jusqu’à ce que le résultat me plaise.

7. J’ai peint aussi à ce moment là les ongles, tant que j’y étais et rajouté des effets dans l’eau de la main. La chute d’eau se pare d’écume, l’eau coulant le long des poignets devient moins opaque.

Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP

8. J’ai rajouté un rebord le long de l’eau dans la main et rajouté quelques prismes de lumière également, créant ainsi quelques reflets sur les personnages.

Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP

9. Continuation de la peinture des mains et finition. J’ai rougis les extrémités et rajouté une légère texture en plus.

10. J’ai ensuite peint la peau de la petite-personne en utilisant la même méthode. J’ai bien galérer sur les proportions du visage, étrangement. L’anatomie humaine c’est pas mon dada (c’est le cas de le dire) et comme j’utilise pas correctement mes références … ça a demandé pas mal de tatillonnage, mais j’y suis arrivée !

11. En opacité réduite j’ai peint quasi un à un les cheveux.

12. J’ai ensuite rajouté des ailes, parce qu’on m’a suggérer l’idée pendant un live et j’ai trouvé que ça collait parfaitement à l’idée que je me faisais de la petite personne.

Tu t’y retrouves dans tes brouillons ?

Oui.

Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP

Sérieusement, oui-oui.
Quand j’ai une idée je m’arrange toujours pour très rapidement dessiné ce que j’ai en tête. C’est systématiquement bancale, ça ressemble pas à grand chose, mais l’idée est de garder sous la main ce que je veux faire et rapidement figer ce que j’ai en tête. On pourrait dire que c’est un thumbnail, sauf que je fais pas de recherche et balance comme je l’entends sur le papier. ça donne un côté vraiment cradingue, mais l’important est que je m’y retrouve.


Scraps du mois de mars 2018

Whoop !
Le mois de mars a été plus long que février, étrangement. Alors que concrètement on a eut que trois jours de plus …

Enfin, ça a été un mois plein de fun et de poneys !
J’ai de la chance d’être sur un Discord motivant pour me donner envie de dessiner pour moi et ça me fait du bien.

Ce mois-ci, j’ai principalement gribouillé des chevaux, mais j’ai aussi fait un peu de paysage, histoire de m’entraîner et d’apprendre toujours plus !

Rappel : Scrap signifie bout, morceau, mais aussi reste. Scrap paper est un papier de brouillon. J’utilise ce terme pour englober tous mes essais et trucs pas finis. Les scraps du mois ont pour vocation de montrer les morceaux de réalisations pas finis. Parce qu’on ne progresse pas en ne faisant que des choses super léchées.

Pensez à survoler les images avec votre souris pour voir la description de l’image ou à cliquer dessus pour voir en grand.

Dessin, croquis et gribouillage du mois de mars

Un cheval représentant la pierre Bayldonite

Screenshots du mois de mars

Ce mois-ci, pas trop de constructions intéressante sur Minecraft, mais par contre, je me suis mit au jeu android Pottery !
Comme le nom l’indique, il permet de faire de la poterie, du travail de la terre jusqu’à la peinture. C’est relaxant et bien fun. Je m’éclate dessus.

J’ai aussi reprit la manipulation de modèle 3D. Je m’amuse plus qu’autre chose, mais j’me dis que le jour où je galère avec une pose en particulier, ça me sera bien utile. J’ai déjà eut l’utilité de modèle 3D dans le passé et savoir qu’on peut avoir une référence exacte à ce qu’on a en tête c’est top !

Conclusion du mois

Ce fut un mois où je me suis faite plaisir, tout en testant plein de petits trucs ici et là.

Je sais pas comment j’ai réussis à conjuguer les deux. D’habitude c’est sois je teste et je m’amuse pas trop, sois je m’amuse, mais je tente rien de nouveau.

En tout cas, ça donne envie de continuer sur ma lancée ! Le mois prochain, à moi l’encre de chine dans tous ses états (enfin, j’espère) !

Si vous voulez voir tout au long du mois ce que je fais, n’oubliez pas de me suivre sur Twitter.