Skip to main content
Lesbos, deux juments lesbiennes s'enlaçant au clair de lune dans l'eau

Lesbos

« Lesbos, terre des nuits chaudes et langoureuses qui font qu’à leurs miroirs, stérile volupté, les filles aux yeux creux, de leurs corps amoureuses caressent les fruits mûrs de leur nubilité. »

Lesbos, deux juments lesbiennes s'enlaçant au clair de lune dans l'eau

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : Format 29,7×21 cm (3508×2480 px), 300dpi
Temps :
3h15
Inspiration(s) musicale(s) : David TMX – Lesbos

Détail(s) et inspiration(s) :

J’étais en train de présenter David TMX (mon artiste préféré français) à des connaissances quand j’ai redécouvert cette chanson. Et … mon cerveau a fait une connexion étrange, qui m’a fait faire un croquis.
Le lendemain, en revoyant ce croquis j’me suis dit : il faut que j’me le fasse.

1. Voici donc le croquis, fait en 30min en barbouillant dans tous les sens, en fait (ma méthode habituelle pour faire des croquis quoi).
Le ciel est un simple dégradé, avec un brush étoile (en fait, un brush à bord dur au centre avec un brush à bord doux par-dessus) en blanc, jaune et bleu qui sont à plusieurs niveaux d’opacité. Par-dessus j’ai collé une lune (photo licence 0) à qui j’ai rajouté un halo blanc.
Niveau fond, j’ai utilisé un brush forêt que j’ai en vert très foncé, puis un vert-jaunit très peu saturé pour faire les berges sur un fond marron qui prends l’ensemble du bas de l’illustration.
Avec un brush bleu j’ai fait l’eau, avec des bords en dégradé d’opacité. J’ai ensuite pris une teinte bleu ciel pour faire le motif sur la surface de l’eau avec un de mes brushs d’eau (qui change totalement de texture selon le mouvement du stylet). Avant de finaliser l’eau avec des vaguelettes et surtout, le reflet de la lune avec un brush vague.
J’ai ensuite fait un croquis rapide des deux juments que j’ai coloré rapidement, l’une en gris, l’autre en bai.
J’ai rapidement avec un gros brush à bord dur fait l’eau flottante autour d’elles, finalisant mon croquis.

2. (si j’en crois mes notes, j’ai fait cette étape en 15min)
En reprenant mon croquis original le lendemain, je trouvais que le bai de la jument de gauche n’allait pas. Elle est donc devenue grise également.
J’ai également rajouté des montagnes en arrière-plan, j’trouvais que ça manquait.
Et j’ai aussi retravaillé mes blobs d’eau avec une gomme et un brush à bord doux bleu et blanc.

3. Étape un peu bateau, mais qui a de l’importance : j’ai mis un dégradé d’opacité sur les étoiles, plus elles sont proches de l’horizon et moins elles sont visibles.
J’ai aussi rajouté de la lumière sur les arbres, permettant de différencier les arbres de façon individuelle et pas comme juste une masse (ça retire l’impression que c’est un brush du coup).
J’ai aussi passé l’eau correctement autour des juments, de façon à ce que ça ne passe plus au-dessus d’elles quand ça doit passer derrière.

4. J’ai recentré mes juments et rajouté une ombre sous elle.
J’ai dû faire d’autres choses puisque 15min séparent ce WIP du précédent, mais j’ai pas noté ce que j’ai fait et … je vois pas. J’ai dû retoucher des détails.

5. Étape assez simple : j’ai mis en volume la jument de droite.
Ma méthode comme d’hab est de faire les ombres avec un brush à bord doux, je floute là où il y a besoin et avec un brush plus petit, je reviens vers quelques détails ici et là où il y a besoin.

6. Et on fait pareille avec la jument de gauche.
J’ai aussi fait les crins.
Avant de régler la colorimétrie, je trouvais ça trop bleu. En rajoutant un peu de violet à l’illustration et retirant un peu de saturation, on retrouve cette teinte que je préfère qui reste bleu, mais moins vive.

Lesbos, deux juments lesbiennes s'enlaçant au clair de lune dans l'eau

7. J’ai fait les ombres de l’eau flottante sur l’eau plane, avant de rajouter l’eau sur les membres des juments.
Avec ça, j’ai repeint quelques détails ici et là.


Bienvenue dans mon esprit troublé

Ce monde est cruel, on se fait passer pour les jouets du destin. Est-ce que je pourrais faire une suggestion ? Pour ma part j’apprécierais de ne plus en être un. Je me noie dans mon propre esprit troublé.

Alekiss, jument alezan se noyant dans les fonds marins, sous le regard d'un requin. Peinture numérique par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps : 3h

Détail(s) et inspiration(s) :

Encore sous l’eau ? Encore sous l’eau. C’est mon thème du moment. J’aurais pas dû jouer autant à Subnautica, humpf (très bon jeu, je recommande).
L’inspiration derrière ce dessin vient d’Amanda Ghost, artiste que j’ai découvert lors d’une nuit blanche avec grand plaisir.
Comme souvent, on retrouve mon personnage Alekiss qui se retrouve en train de se noyer et de vomir ses tripes (plutôt littéralement) sous le regard d’un prédateur. Et pourtant elle sourit. Oui, ça se voit mal avec le sang, c’est fait exprès pour laisser planer le doute. Est-ce qu’elle apprécie de se noyer ? Pas vraiment, mais c’est une descente plutôt agréable, le paysage est sympathique et elle a de la compagnie.

1. Assez de préambule sur le pourquoi du dessin. J’ai d’abord fait un croquis rapide de la jument avant de me jeter dans les couleurs. Pour le fond, ce sont diverses touches de bleus avec un brush à effet aquarelle, avec des touches de jaunes en lumière vive pour éclairer le sujet (c’est ça qui crée le vert). Toujours en fonds avec un brush noir à bord flou, j’ai rajouté le requin. J’ai ensuite mis en aplat rapide les couleurs d’Alekiss, pour avoir une référence dans le futur et rajouté par-dessus un calque bleu, pour modifier la colorimétrie du personnage. Vu qu’il s’agit de mon étape de croquis pour dans le futur faire correctement toutes mes couches de peinture, j’ai rajouté le sang et les bulles et particules.
Le tout est fait rapidement, mais ce sont mes recherches de couleurs et de compositions, pour pouvoir peindre tranquillement après.

2. Maintenant que je sais où je vais, je crée un groupe de calque et tranquillou-bilou je repeins mon fonds. J’ai un peu lissé les couleurs, mais pas trop. J’aimais bien la texture aquarelle de mon brush initiale. Je trouve qu’il va bien avec les fonds marins.

3. Avec un brush noir à bord flou, j’ai repeints mon requin qui s’est transformé en Boneshark (du jeu Subnautica). Un petit coup de flou gaussien. J’ai peint par-dessus en vert l’œil, puis rajouté quelques reflets ici et là de l’œil sur le corps du requin.

4. Avec quelques difficultés (maudit membres) j’ai refait un dessin relativement au propre de la jument, pour avoir une anatomie plus sympa.

5. J’ai fait l’aplat des couleurs du cheval au propre.

6. J’ai trouvé que le fonds manquait d’un petit quelques choses. J’ai donc rajouté quelques algues, que j’ai ensuite flouté pour les éloigner du sujet.

7. J’ai refait au propre le sang avec un brush nuage et un peu de flou (plus le sang s’éloigne de sa source, plus il se dilue dans l’eau).

9. Enfin, j’ai mit en volume le cheval.


Regarde ici, juste un sourire

« Tu es si libre. »
C’est ce que tout le monde me dit et pourtant, j’ai l’impression de ne pas appartenir à ce monde, comme une poupée sans volonté ; les gens m’expliquent comment parler, comment marcher, comment vivre. Je ne peux me plaindre, je n’ai personne à blâmer sinon moi-même. J’ai perdu tout contrôle, c’est affolant.

Illustration par Scotis représentant une jument alezan dansant dans une mise en scène de marionnette, sur de la glace

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps : 3 heures

Détail(s) et inspiration(s) :

En Avril 2017 j’avais réalisé un croquis d’un cheval dansant … Et bah j’ai enfin pris le temps de le mettre en couleur !

1. En reprenant le brouillon ma première tâche a été de chercher des couleurs. Pour le cheval, pas de soucis, il s’agit d’Alekiss. Pour le fonds, je voulais une patinoire sous les sabots de la jument, parce qu’à la toute base ce dessin est inspiré de Yuri on ice. Je suis partie sur des tons violet-bleuté pour l’esprit et la tranquillité, mais aussi pour la mélancolie.

2. Des fils ont rapidement fait leur apparition sur la jument. Je sais pas exactement ce qui s’est passé comme déclic dans mon cerveau pour passer d’un cheval faisant du patinage à une marionnette, sans doute mon humeur du moment qui est ressortie de force dans l’illustration.

3. J’ai commencé à détailler le fond, en ajoutant notamment de la fumée au sol et d’autres cordes à l’arrière. J’ai aussi rajouté des étoiles sur le fonds. Le tout devant rappeler une scène (ou chapiteau) où se déroule des numéros de marionnettes et/ou de magie.

4. J’ai ensuite peint le personnage, enfin et réglé quelques détails sans trop d’importance.

Ça part de Yuri on ice, donc ?

Tout à fait.
J’suis arrivée assez tard à la fête et ai eut donc douze épisodes à regarder d’un coup. Forcément, en en faisant pratiquement en marathon, j’ai fini par avoir envie d’en dessiner plein, des patineurs. À un moment, comme souvent, j’ai dérapé et j’ai fini par dessiner un cheval qui patine. Pourquoi pas.

Du coup, oui, je conseille cette animé, si jamais certains sont intéressé.


Jeux indulgent (Alekiss et Soda)

Quoi de mieux pour renforcer les liens et bien se réveiller que de jouer avec son meilleur ami ? Parce qu’il n’y a pas d’âge pour s’amuser.

Un étalon alezan (Soda) et une jument pie alezan sooty (Alekiss) joue devant leur maison-arbre. Illustration numérique par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop

Détail(s) et inspiration(s) :

J’avais un vieux sketch de Soda (l’étalon alezan à gauche) qui traînait dans ma to-do list depuis l’époque DIRPG, pour quand il aurait sa première jument. Depuis, il a intégré l’univers d’Encre et d’Alekiss. J’les suis dit que ça serait fun de les faire interagir du coup. J’ai donc dessine ma petite jument jouant avec lui.

Croquis préparatoire des personnages et du décor de l'illustration Jeux indulgent par Scotis

1. En traînant sur Tumblr je suis tombée sur une technique qui me tentait bien de tenter et qui se prêtait bien à cette illustration. La technique est de faire un croquis du plan sur un fichier à part, puis l’intégrer au quadrillage du sol et en se servant de ce modèle, monter le décor.

Premières étapes de couleurs et peintures de l'illustration numérique Jeux indulgents de Scotis

2. Une fois le croquis finalisee je me suis attaquer à faire les applats pour avoir une idée des couleurs finales et de comment les personnages sont intégrés.

3. Quand je vois ce que ça donne, j’attaque la phase la plus fun d’une illustration : la peinture ! Il s’agit de tout mettre en 3D, ajouter les textures, bref donner de la vie et tout ça et rendre lisible sans le croquis.

Un étalon alezan (Soda) et une jument pie alezan sooty (Alekiss) joue devant leur maison-arbre. Illustration numérique par Scotis

4. D’habitude j’attaque la peinture des personnages en même temps, mais ce coup-ci je les ai fait en dernier.

5. Maintenant que tout est peint je retouche les petits (ou gros) détails qui me dérange, je fais des derniers réglages couleurs pour que ça rende comme je veux.

6. Ta-da~

Pourquoi intégrer Soda a ton univers ?

Parce que je m’y suis attachée …

J’ai jouee pratiquement trois mois avec lui en le dessinant régulièrement, forcément, ça crée des liens. Alors, certes l’histoire qu’il avait jusque là disparaît, vu qu’il quitte le RPG où il était, mais son design et son caractère reste le même. De plus, Alekiss avait bien besoin d’un compagnon équin pour aller avec sa mentor Encre qui est un rat.

J’ai déjà des idées pour son intégration complète dans l’univers de mes OCs, mais encore rien de définitif. On verra bien ce que ça donne dans le long terme.