Skip to main content

Contrefaçon

Une imitation, une fabrication, un joli faux, une contrefaçon ; une carcasse vide derrière un artiste. Est-ce qu’il y a encore une trace d’innocence ?

Cheval marin dans l'eau profonde entourée de méduse, illustration par Scotis (Charlotte Leclère)

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps : 4 heures
Inspiration(s) musicale(s) : Pale – The Birthday Massacre

Détail(s) et inspiration(s) :

1. J’suis toujours fascinée par les méduses (Princess Jellyfish oblige). J’adore voir les photos de méduses, c’est tellement classe comme organisme (est-ce que c’est un animal ? Google me dit que oui). Quitte à peindre des scènes marines, ça me démangeais d’en faire avec des méduses. Donc, me voilà.
Alors, je sais que ça se voit peu sur ce premier jet, mais le fonds n’est PAS noir. Il s’agit d’un bleu très foncé, à la limite du noir, avec de multiples raies de lumières dans des teintes de bleu royal (même si oui, ça ne se voit que très peu, je voulais un fond foncé et ce n’est qu’après un réglage colorimétrique que ça se voit).
Pour les méduses, j’ai voulu faire grossièrement la forme principale, j’avais plusieurs modèles et j’ai mélangé mes caractéristiques préféré des méduses. D’abord, j’ai peint les chapeaux, sur un calque en opacité 100% le cœur de la méduse et en opacité réduite (environ 20%) le tour gélatineux et translucide. Sur un nouveau calque, j’ai peint des détails grossièrement de ce chapeau, avec du blanc les reflets lumineux qui donnent un côté brillant et le bas des chapeaux avec du vert menthe-à-l’eau.
Pour les tentacules, après plusieurs essais, je me suis fait un joli petit brush globalement en forme de chapeau, en rectifiant le pas pour qu’ils se chevauchent et tada ! Ça donne mes tentacules (qui sont tentacool).

2. Là, j’opère la magie ! Ou je rectifie juste ma colorimétrie … et je joue sur l’ambiance de l’illustration. J’ai rajouté des bubulles plus ou moins flouté dans le fonds. Elle rajoute un peu de vie sans avoir à repeindre trente-six méduses.
Sur un calque en lumière vive en opacité réduite, avec l’aide d’un brush aquarelle j’ai peint une multitude de couleurs multicolores pour créer cette effet si particulier de fluctuation de la lumière et des couleurs sur l’ensemble des sujets.
J’avais un vieux croquis que je traînais depuis environ septembre 2017 (j’savais pas trop ce que je voulais en faire, en fait), que j’ai donc refait relativement au propre pour l’utiliser dans l’illustration (oui, il fallait absolument que je case un poney quelque part).
J’ai repeint calmement quelques détails sur les méduses de plus, ainsi que rajouter des filaments et rajouté un effet biseau sur les tentacules (j’voulais tenter de gagner du temps, mais c’est moche, on est d’accord).

3. J’ai ensuite peint mon cheval-marin ! Dans des tons bleus, entre le fond et les méduses niveaux teintes. Pour rajouter de la texture et parce que ça faisait longtemps, j’ai rajouté des écailles sur lui, j’adore l’effet nacré que cela crée !
J’ai aussi rajouté des bubulles et revues un peu les tentacules-filaments de mes méduses.

4. Je me suis enfin occupé correctement des tentacules, elles en avaient grand besoin mes pauvres méduses ! Je leur ai rajouté un liseré blanc sur les tentacules, avant de prendre un brush et peindre correctement les ombres et reflets. Ce fut légèrement long, mais tellement satisfaisant de voir enfin les méduses et leurs tentacules ressembler à quelque chose.
Tant que j’étais à rajouter des liserés blancs, j’en ai rajouté un à la crête de notre poney marin.

5. Enfin, j’ai peint les ombres et mises en relief du cheval marin, afin de le finir et le mettre en valeur par rapport aux méduses sur lesquelles j’ai passé quasi tout mon temps.
Avec ça, j’ai fini mon illustration dont je suis fière.

Les méduses, ses inspirations

À la toute base, je suis retombée (pour la centième fois au moins) sur une des créations 3D de James Gardner-Picket qui avait utilisé Modo et Photoshop pour créer des merveilleuses illustrations que j’aime beaucoup-beaucoup et que je vous invite fortement à aller regarder. (sérieux, clique)

J’adore le contraste dans l’image entre le noir et le blanc et ça m’a rappelé que si j’avais déjà peint des chevaux marins, je m’étais jamais laissé tenté par les méduses.
C’étaient les longs tentacules voilés qui m’impressionnait (à juste titre je dirais), mais quand on prend le temps de réfléchir, ça devient simple. Il faut faire la forme, la simplifier, ensuite mettre les couleurs et après, ça glisse. Je dis pas que maintenant, c’est bon, je saurais refaire, mais pour un premier essai, je trouve que j’m’en suis pas trop mal tiré.


Bienvenue dans mon esprit troublé

Ce monde est cruel, on se fait passer pour les jouets du destin. Est-ce que je pourrais faire une suggestion ? Pour ma part j’apprécierais de ne plus en être un. Je me noie dans mon propre esprit troublé.

Alekiss, jument alezan se noyant dans les fonds marins, sous le regard d'un requin. Peinture numérique par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps : 3h

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Encore sous l’eau ? Encore sous l’eau. C’est mon thème du moment. J’aurais pas dû jouer autant à Subnautica, humpf (très bon jeu, je recommande).
    L’inspiration derrière ce dessin vient d’Amanda Ghost, artiste que j’ai découvert lors d’une nuit blanche avec grand plaisir.
    Comme souvent, on retrouve mon personnage Alekiss qui se retrouve en train de se noyer et de vomir ses tripes (plutôt littéralement) sous le regard d’un prédateur. Et pourtant elle sourit. Oui, ça se voit mal avec le sang, c’est fait exprès pour laisser planer le doute. Est-ce qu’elle apprécie de se noyer ? Pas vraiment, mais c’est une descente plutôt agréable, le paysage est sympathique et elle a de la compagnie.
  2. Assez de préambuled sur le pourquoi du dessin. J’ai d’abord fait un croquis rapide de la jument avant de me jeter dans les couleurs. Pour le fond, ce sont diverses touches de bleus avec un brush à effet aquarelle, avec des touches de jaunes en lumière vive pour éclairer le sujet (c’est ça qui crée le vert). Toujours en fonds avec un brush noir à bord flou, j’ai rajouté le requin. J’ai ensuite mis en aplat rapide les couleurs d’Alekiss, pour avoir une référence dans le futur et rajouté par-dessus un calque bleu, pour modifier la colorimétrie du personnage. Vu qu’il s’agit de mon étape de croquis pour dans le futur faire correctement toutes mes couches de peinture, j’ai rajouté le sang et les bulles et particules.
    Le tout est fait rapidement, mais ce sont mes recherches de couleurs et de compositions, pour pouvoir peindre tranquillement après.
  3. Maintenant que je sais où je vais, je crée un groupe de calque et tranquillou-bilou je repeins mon fonds. J’ai un peu lissé les couleurs, mais pas trop. J’aimais bien la texture aquarelle de mon brush initiale. Je trouve qu’il va bien avec les fonds marins.
  4. Avec un brush noir à bord flou, j’ai repeints mon requin qui s’est transformé en Boneshark (du jeu Subnautica). Un petit coup de flou gaussien. J’ai peint par-dessus en vert l’œil, puis rajouté quelques reflets ici et là de l’œil sur le corps du requin.
  5. Avec quelques difficultés (maudit membres) j’ai refait un dessin relativement au propre de la jument, pour avoir une anatomie plus sympa.
  6. J’ai fait l’aplat des couleurs du cheval au propre.
  7. J’ai trouvé que le fonds manquait d’un petit quelques choses. J’ai donc rajouté quelques algues, que j’ai ensuite flouté pour les éloigner du sujet.
  8. J’ai refait au propre le sang avec un brush nuage et un peu de flou (plus le sang s’éloigne de sa source, plus il se dilue dans l’eau).
  9. Avec un brush et un effet j’ai rajouté les bubulles. J’ai découvert par hasard ce brush et j’vous le recommande chaudement ! (sérieux, il est classe)
  10. Enfin, j’ai mit en volume le cheval.

Si vous en voulez un tirage, vous pouvez l’acquérir dans ma boutique.

Poignée d’amour

À ce moment, je suis à nue et épurée. Le soleil se reflète sur mon kaléidoscope. Maintenant je vois.

Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop

Détail(s) et inspiration(s):

  1. En février 2017 j’avais eut cette idée d’une petite personne étant une source d’eau. Je trouvais l’idée mignonne et les essais de couleurs que j’avais fait en y pensant rendait bien. J’avais donc glissé le croquis dans ma liste d’illustration à faire un jour. Et ce jour est arrivée.
  2. La première étape a été de refaire le croquis, mais avec une anatomie correcte, ce coup-ci. J’ai pas mal galérer à faire le torse et les bras. Sérieusement, les seins c’est surfait.
  3. J’ai ensuite reprit les couleurs et grossièrement colorié l’illustration. J’ai avec un énorme brush bloqué certaines ombres. Avec ça on avait une bonne vision de l’illustration.
  4. Le début de la peinture ! Ma première envie a été de peindre l’eau du fonds, pour ça j’ai mélangé divers teintes de bleus, puis avec un brush ovale très aplatis je suis venue avec un bleu plus clair créer un effet de vaguelette.
  5. Rajout de prisme de lumière avec un brush losange et divers effets d’opacités vive.
  6. J’ai refait les deux étapes précédentes avec l’eau dans les mains géantes.
    Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP
  7. Ce fut ensuite au tour de la peinture des mains. J’ai utilisé ma méthode habituelle : prendre un gros brush en opacité réduite, faire le gros des ombres et mise en volume, on lisse avec le doigt, on détail avec un brush plus petit en opacité réduite et on répète jusqu’à ce que le résultat me plaise.
    Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP
  8. J’ai peint aussi à ce moment là les ongles, tant que j’y étais et rajouté des effets dans l’eau de la main. La chute d’eau se pare d’écume, l’eau coulant le long des poignets devient moins opaque.
  9. J’ai rajouté un rebord le long de l’eau dans la main et rajouté quelques prismes de lumière également, créant ainsi quelques reflets sur les personnages.
    Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP
  10. Continuation de la peinture des mains et finition. J’ai rougis les extrémités et rajouté une légère texture en plus.
  11. J’ai ensuite peint la peau de la petite-personne en utilisant la même méthode. J’ai bien galérer sur les proportions du visage, étrangement. L’anatomie humaine c’est pas mon dada (c’est le cas de le dire) et comme j’utilise pas correctement mes références … ça a demandé pas mal de tatillonnage, mais j’y suis arrivée !
  12. En opacité réduite j’ai peint quasi un à un les cheveux.
    Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP
  13. J’ai ensuite rajouté des ailes, parce qu’on m’a suggérer l’idée pendant un live et j’ai trouvé que ça collait parfaitement à l’idée que je me faisais de la petite personne.

Tu t’y retrouves dans tes brouillons ?

Oui.

Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP

Sérieusement, oui-oui.
Quand j’ai une idée je m’arrange toujours pour très rapidement dessiné ce que j’ai en tête. C’est systématiquement bancale, ça ressemble pas à grand chose, mais l’idée est de garder sous la main ce que je veux faire et rapidement figer ce que j’ai en tête. On pourrait dire que c’est un thumbnail, sauf que je fais pas de recherche et balance comme je l’entends sur le papier. ça donne un côté vraiment cradingue, mais l’important est que je m’y retrouve.

Si cette illustration vous intéresse, sachez que vous pouvez acheter un tirage pour chez-vous sur ma boutique :p.