Avatar Cadeaux d’anniversaire

Laisse tes rêves te donner l’inspiration et te guider vers la réponse.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : Format 1000px x 1000px, 72dpi
Temps :
3h
Inspiration(s) musicale(s) : Les elles

Détail(s) et inspiration(s) :

J’étais tombée il y a quelque temps sur le travail d’Andrey Yakovlev et Lili Aleeva et … j’attendais la bonne occasion pour pouvoir les copiter. Parce que leur travail me fait rêver et que j’adore leur approche des superpositions des couleurs et motifs, surtout dans leur série servant à rendre hommage au Folklore slave.

1. Comme il s’agissait d’un avatar sur un Facebook privé, j’me suis fait plaisir pour copier sans trop me cacher ma référence.
Le fond a été réalisé avec un brush imitant la craie en violet, par-dessus je suis venu coller mes motifs avec un dégradé du jaune vers le orange. J’ai découvert que l’outil de trait droit dépendait de l’orientation du calque sur Photoshop … On arrête pas d’apprendre.
Pour la tâble, il s’agit d’un carré rouge avec trois couches de brush à motif différent, donc un déformé pour coller à la perspective.

2. Pour le personnage … La pose est basique car moi et les humains … Je voulais quelque chose d’assez droit et délicat, comme mon modèle qui est ma mère.
La robe joue sur les opacités, mais je la voulais relativement simple. Je savais pas comment j’allais pouvoir gérer les ombres avec autant de détails (j’apprends doucement, j’voulais pas devoir reprendre de 0 en cours de réalisation).

3. M’aidant de ma photo de référence, j’ai peint tous les détails du visage, rajouté des perles, puis enfin, j’ai commencé à appliquer les volumes avec une teinte violette.
Ce fut un peu long, mais ça m’a permis d’avancer drastiquement et qu’on y voit clair. Ma méthode est de prendre un gros brush, puis un plus petit et en opacité réduite affirmer les volumes petit à petit jusqu’à ce que le résultat me plaise.

4. Après avoir peint grossièrement, je suis repassée calmement sur certaines zones (surtout le visage) sur un nouveau calque pour ne pas être gênée par les superpositions.

Après ça, j’ai opéré quelques retouches de correction ici et là et … tada !

Bien le copitage ?

Oui et non.

Concrètement, j’ai appris par analyse pas mal de choses, puis-ce qu’avant de choisir cette composition-là, j’ai fait quelques croquis rapides. Avoir un modèle m’a permis de me lâcher sur l’utilisation des brushs et donc de créer des motifs et textures intéressantes.

De l’autre, j’ai carrément repomper, ça m’été pas arrivé depuis longtemps et c’est clairement plus de l’inspiration à ce stade. Donc si j’ai appris … j’suis pas la plus à l’aise sur ma  » réussite « .

C’était intéressant, mais c’était une référence trop proche à mon gout. Je le referais donc pas pour mon bien-être personnel.
Enfin, je referais du copitage, mais la prochaine fois, ça restera dans mes brouillons ! Parce que je continue de soutenir mordicus qu’on apprend en copiant (la réalité, nos références ou autres), juste … même en citant l’inspiration, je compte pas refaire de projet personnel autour d’une référence comme ça.


Réaliser des dessins impressionnant : la technique du thumbnailing

On a tous eu ce moment où on a eu l’idée trop géniale du siècle qui va être l’oeuvre où on connaitra la gloire et le succès. On se jette à corps perdu dans a réalisation de notre chef-d’oeuvre et … une fois finie, ça ne ressemble pas du tout à ce qu’on avait en tête. C’est pas moche, mais c’est passable. Rien à voir avec notre grandiose idée.
Heureusement, le thumbnail résous ce soucis assez facilement !

Comment éviter qu’une bonne idée finisse dans une réalisation bof

En très bref : la technique du thumbnailing.

En quoi consiste cette technique ?
Quand on a une idée, plutôt que de plonger directement dans le format final, il faut passer par une étape de croquis pour savoir exactement ce que vous voulez et comment vous allez parvenir au résultat que vous voulez.

La technique du Thumnailing permet d’explorer rapidement toutes les opportunités de votre idée pour choisir celle qui sera la plus impressionnante. Savoir à l’avance exactement ce que vous ferez vous permettra de rechercher des tutos si vous savez que vous ne savez pas faire tel ou tel élément, vous pourrez repérer rapidement les erreurs et les corriger avant même d’avoir commencé à dessiner ou peindre. Cette technique vous aidera à garder votre objectif en tête et de continuer à avancer, même si vous faites de nombreuses pauses, ce qui vous permettra de faire attention à vous et gagner du temps.

Au final, cette technique ne sera peut-être pas aussi magique qu’on le désire touste, parce qu’on est touste limités par notre propre créativité et notre savoir-faire, mais elle permet d’avoir plus souvent des illustrations dont on est fière. Et rien que pour ça, ça vaut le coup de prendre quelques minutes à faire des thumbnails, croquis et étude avant de commencer à dessiner.

Que faire avec les Thumbnails

Tester la composition de son dessin

Le personnage serait peut-être mieux dans une pose dynamique. Ou alors dans un tout autre angle. Oh, ça rend mieux comme ça !

Avec des croquis rapides et des traits jetés vous verrez vite si la pose, l’anatomie de votre personnage convient. C’est le moment de rendre l’illustration plus dynamique ou de travailler l’expression.
C’est aussi le moment de voir si le personnage n’est pas trop perdu dans son environnement ou si en bougeant un élément, on aurait pas moyen de faire focaliser l’oeil vers le cœur de la scène que vous chercher à représenter.

Tester la couleur

Vous vouliez une scène dans des tons froids, mais est-ce qu’en plaçant le personnage dans la lumière jaune que vous avez prévu ça ne le mettrait pas plus en valeur ? Ou peut-être que finalement, une palette de couleur pastel vous plait plus ?

Soyez créatif, en trois coups de pinceau l’ambiance entière du croquis change et c’est le moment de prévoir les lumières, la saturation, les valeurs et donner du caractère, de l’émotion à votre illustration.

Le secret du Thumbnail ?

Ne pas avoir peur d’explorer.

Ces petits croquis doivent être rapides et peu détailler, le but est d’aller vite à l’essentiel pour voir rapidement ce qui marche ou non et trouver une meilleure idée sans y passer des heures.

Il faut aussi se rappeler qu’il n’y a pas de mauvaise façon de faire.
Quel que soit le sujet de votre illustration, vous n’arriverez sans doute pas du premier coup à l’idée du siècle, mais en faisant plusieurs croquis sur le même sujet à la suite, vous trouverez celui qui fait BOOM dans votre cœur et sera agréable à travailler et à admirer une fois fini.


Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

Fenêtre sur la gravitation

La gravitation n’est quand même pas responsable du fait que les gens tombent amoureux, nan ?

Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

Détails techniques

Matériel(s) : Crayon aquarellable, encre de chine noire, aquarelle liquide, aquarelle et gelpen blanc.
Taille du document : Format 10,5 × 14,8 cm
Temps :
1h

Détail(s) et inspiration(s) :

Avec ma nouvelle aquarelle liquide, j’avais envie de tester une galaxie … parce que j’peux diluer plus facilement mes teintes avec et ça faisait longtemps que j’en avais pas fait.

1. J’ai d’abord pris un crayon aquarelle jaune pour placer grossièrement mes formes.
Avec un crayon aquarelle rouge, j’ai redéfini mes formes et réalisé le croquis final du cheval et de la fenêtre (que j’ai tracé à la règle).
Pourquoi avoir utilisé des crayons aquarelle ? Ils disparaissent avec l’eau (sauf sur ce papier aquarelle qui absorbe TOUT).

2. Après avoir gommé un peu les traits du crayon pour qu’ils s’estompent, j’ai utilisé mon pentel habituel pour réaliser tout le travail de lineart.

J’ai ensuite attendu que l’encre sèche un peu pour regommer un peu le crayon aquarelle.

3. Est ensuite venu le moment le plus fun : peindre le fond.

En soi, c’est simple, il s’agit d’ajouter par tâche le bleu le plus dilué vers un bleu classique vers du noir.
Dans la pratique, ça demande pas mal d’allées retour entre les teintes et tenter de palier le fait que le papier absorbe l’eau et pigment, sans les laisser se diffuser correctement.

Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

4. Le fond fini, j’ai peint le poney en palomino.
Avec un gelpen blanc je suis ensuite venue faire des étoiles sur le fond.

Je pige pas ce papier

C’est un papier  » spécial aquarelle « , mais il se comporte pas comme mes autres papiers du même style.

Déjà, son défaut qui me fait hurler : il me laisse pas effacer mes crayons aquarelle.
Sur n’importe quel autre papier si je fais mon croquis au crayon aquarelle, quand je passe l’aquarelle, le crayon se diffuse avec l’eau/l’aquarelle et disparaît. Là, non. J’peux gommer en amont pour tenter d’effacer un peu, mais quoi que je fasse, le crayon restera ad vitam æternam. Du coup j’essaie d’utiliser des teintes que j’utilise après, mais quand même, c’est se casser la binette pour rien.

Ensuite, je pige pas sa relation avec l’eau ?
Bon, je débute encore en aquarelle, donc ça doit être moi, tout simplement, mais je pige pas.
D’un côté il fait le brouillon en avalant toute l’eau que j’lui file (pigment compris) et sèche super vite. De l’autre, si je remets de l’eau dessus, il garde le pigment et rejette l’eau déjà dans le papier, me créant des tâches étranges sur le papier.
Alors que mes autres papiers si je rehumidifie, ça relève juste le pigment et m’aide à faire des dégradés.

Bref, je pige pas ce papier, c’est un poil énervant.
Sans compter qu’il est énormément texturé et que j’aime pas d’un point de vue très personnel.

Je regrette pas de l’avoir acheté, il m’a permis de tester, mais clairement, quand j’aurais fini la ramette, je rachèterais pas ce genre de papier.

Et vous, vous avez un matériel que vous pigez pas ?


Portrait réalisé pendant InkTober

Le secret ? 
Il n’y à rien à sous-entendre, il est là où l’on ne cherche pas. Se déplaçant pour ne jamais paraître à nos yeux.

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détail(s) et inspiration(s) :

Après les quatre Inktober très coloré (que vous aviez vu dans l’article Galaxie d’émotion) je suis restée avec mes portraits de chevaux émotifs, mais je suis partie entièrement à l’encre noire et que ça, me focalisant sur les motifs pour former un fond plus que sur la crinière.

C’était fun, j’fais jamais vraiment de fonds en motifs géométrique comme ça. J’ai pu expérimenté et ça m’a fait du bien. J’me pensais incapable de le faire, mais en fait j’adore le rendu. Je dis pas que c’est beau (enfin, si, j’le sous-entends), mais je dis que visuellement c’est agréable.
Il me reste à continuer d’expérimenté en ce sens.


Galaxie d’émotion

Elles sont toujours dans un coin de ma tête, à veiller, à s’exprimer. Tu aurais dû faire quelque chose plus tôt, j’aurais dû dire quelque chose, plus vite. Ce n’est pas si facile.
Elles sont toujours dans un coin de ma tête, veillant. Et je le dis à chaque fois : ce n’est pas si facile.
Et j’apprends. Et j’anticipe. Et je vais mieux. 

Optimisme

Détails techniques

Matériel(s) : Encre de chine noire, aquarelle, gel à paillette, gel métallique argenté.
Temps :
 25min

Aggressivité

Détails techniques

Matériel(s) : Encre de chine noire, aquarelle, gel à paillette.
Temps :
 25min

Anticipation

Détails techniques

Matériel(s) : Encre de chine noire, aquarelle, gel à paillette, gel métallique dorée.
Temps :
 25min

Soumission

Détails techniques

Matériel(s) : Encre de chine noire, aquarelle, gel à paillette.
Temps :
 25min

Détail(s) et inspiration(s) :

Pour Inktober, j’avais décidé de faire des séries de 4. Pour varier, mais aussi avoir l’occasion de tester des choses qui m’intéresser, mais que j’avais pas eu l’occasion de tester avant.

Pourquoi série de quatre ?
Parce que je voulais pouvoir tester et revenir sur mes tests pour voir si vraiment j’aimais ou non les techniques.

Pour commencer tout doux, j’avais choisi de juste faire des petits portraits en me focalisant sur des expressions (parce que je trouve mes chevaux peu émotifs).
Le thème galaxie et des paillettes ? Indulgence. J’aime ça. Je pouvais, j’ai fait.