Skip to main content

Laisse l’océan te rendre libre

Est-ce que ce n’est pas fabuleux ? C’est impressionnant, poissonnant, mais vrai : la magie peut faire beaucoup.

" Laisse l'océan te rendre libre " illustration au fonds de l'océan par Scotis (Charlotte Leclère)

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps : 4~ heures

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Est-ce que vous vous souvenez de ce croquis fait en juillet 2017 ? Oui, je suis loin à remonter dans ma liste de dessin à faire, que voulez-vous. Pour en revenir à nos moutons, j’ai donc ressortie ce croquis représentant Alekiss et Encre et j’ai trouvé il y a quelques mois cette photo de bubulles pleines de couleurs pour m’inspirer lors de l’étape de peinture.
    A mon grand regret je sais pas d’où elle vient cependant, si quelqu’un la retrouve et son auteur, dites-le moi, que je puisse créditer … J’ai un peu honte …
    L’idée derrière ce croquis est simple : dans leurs bulles leur permettant de respirer sous l’eau, Encre présente la vie océanique à Alekiss.
    Croquis préparatoire de l'illustration " Laisse l'océan te rendre libre " par Scotis
  2. Le croquis était déjà fait, j’ai entamer directement ma partie préféré d’une illustration : le choix et le positionnement des couleurs. Et pour une fois, j’ai prit le temps de noter au fur et à mesure ce que je faisais, donc si vous en inspiré, vous aurez plein de détails pour cette étape (d’habitude il n’y en a pas parce que je met en moyenne un mois entre la réalisation de l’illustration et la rédaction d’un article).
    Donc, tout d’abord, j’ai peint le fond en bleu, puis j’ai fait des traits bleu plus clair avec un pinceau en opacité réduite pour faire des raies de lumières en partant du haut du dessin. Par dessus en vert foncé et avec un brush de feuilles j’ai peint les algues, plus le vert est foncé, plus l’algue est lointaine. Avec un pinceau noire, j’ai peint rapidement la faune (poisson et baleine). Il ne sont pas des éléments importants de la composition, donc j’ai fait le choix de ne pas les peindre en détail, mais qu’en silhouette. Je ne voulais pas qu’ils attirent de trop le regard. Je me suis faites plaisir avec la bulle : un cercle beige avec des bords violet pour la partie de la bulle derrière Alekiss et Encre et un cercle bleu clair avec des touches de roses et de blanc pour la partie de la bulle devant les sujets. C’est en les mettant en lumière vive qu’on obtiens cette effet. Rapidement (parce que ça sera refait proprement plus tard) je peins les deux OCs avec leur couleurs, puis pour les intégrer correctement dans l’illustration je leur appose des reflets bleus en opacité réduite. J’en profite pour le dernier détail qui cherche ses couleurs : le poisson (c’est pas un poisson réel, mais il est fortement inspiré des bettas splendens, j’adore leurs voiles)
    Recherches de couleurs et de composition de l'illustration " Laisse l'océan te rendre libre " par Scotis
  3. C’est très reposants de peindre des fonds marins. J’me suis découvert une nouvelle passion …
    Pour en revenir à nos poissons, j’ai flouté le fonds bleus en trois cliques, ça me fait une base propre. Ensuite, en m’aidant d’un modèle j’ai peint en noir une baleine à bosse, puis les poissons. Avec un brush bleu ciel j’ai rajouté quelques traits de lumières sur toutes la faune de façon très grossière. Armée de mon outil de flous, j’ai flouté tout ce beau-monde en respectant la règle du  » plus c’est loin, plus c’est flou « . Avec un brush à bord flou et du bleu ciel, je suis ensuite venu faire rapidement plein de traits partout sur toutes les algues, rien que ça ça m’a prit 30min, vous comprendrez que j’ai pas voulu m’appliquer de trop ahah. J’ai flouté les algues les plus lointaines et au passage, j’ai changé la colorimétrie pour rajouter un peu plus de bleu aux algues et foncer celle en premier-plan (après tout, aussi loin sous l’eau, elles sont éclairés par la bulle, donc on les voit se détacher).
  4. Après l’arrière-plan et le plan-avant, il était temps d’attaquer le plan médian et les trois personnages (oui, le poisson est un personnage). J’ai d’abord tout simplement flouté l’intégralité de la bulle, avant de refaire le reflet blanc avec un brush aquarelle, pour lui donner un peu de texture.
    J’ai ensuite repeint au propre et avec les bonnes couleurs les personnages, avec une anatomie correcte et des bords propres. Ces applats me permettent après de peindre tranquillement. C’est une étape pas super fun, mais super utile. Pour le poisson, j’ai juste posé rapidement des couleurs et des reflets bleus.
    Peinture du plan moyen de l'illustration " Laisse l'océan te rendre libre " par Scotis
  5. L’étape où j’ai peint sérieusement : d’abord j’ai peins Encre, puis Alekiss, avant d’enfin peindre le poisson. Par dessus tout ça j’ai repeint les reflets bleus que j’ai intégré de façon relativement discrète pour Alekiss et Encre et de façon plus visible pour le petit poisson.
    J’ai également peint un contour rose autour des algues en premier plan : la bulle elle éclaire la scène, c’est donc normal qu’elle crée de la lumière de sa propre couleur et pas de la lumière blanche.
  6. Finition de l'illustration " Laisse l'océan te rendre libre " par Scotis

Les fonds marins c’est cool !

Avec ce dessin, j’me suis développer une passion pour les fonds marins. J’en ai d’ailleurs repeints un autre depuis (vous le verrez dans … *compte* 4 articles ! Donc approximativement un mois)
J’adore l’eau et le bleu, donc forcément, ça m’appelle grave comme thème …

Je trouve cette illustration très poétique. Et un cheval qui marche sous l’eau, ça change, non ?


Comme une larme dans la pluie

Entends le bruit des millions de luttes dans l’immensité. Regarde le ciel : nous sommes si peu et si éloigné, les yeux pleins d’étoiles élargit par les souvenirs.

Illustration à l'encre de chine de Charlotte, représentant un pegase au dessus d'eau dans la nuit

Détails techniques

Matériel(s) : crayon aquarellable, encre de chine, gelpen blanc
Temps : ~2 heures

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Dans le train je m’occupais en dessinant ce qui me passait dans l’esprit sans trop me soucier du résultat quand ce croquis est ressortie. Il m’a tout de suite plu et je l’ai donc gardé sagement sous le coude, attendant le bon moment.
    Croquis préparatoire par Scotis d'un pégase
  2. Ce moment est arrivé deux ou trois jours plus tard. Avec mon crayon aquarellable jaune j’ai redessiner le pégase sur une feuille de papier.
  3. A l’aide de mon éternel pinceau et à de l’encre de chine (sérieusement, je l’ai depuis le collège) j’ai fait le lineart du sujet.
  4. Avant de tracer l’horizon et de réaliser la forêt. Jusque-là, pas de soucis, il s’agit d’utiliser mon pinceau de façon à dessiner le contour et remplir.
  5. Avec l’eau, ça se complique. Je suis nulle en texture, j’en fais jamais et encore moins comme ça de tête sans modèle et directement à l’encre de chine (j’aime les challenges des fois). Ma technique a été de faire plein de petits traits en écrasant bien le pinceau. C’est ça qui donne ce motif si particulier. Contre toute attente, ça rends pas mal !
  6. Avec un gelpen blanc, j’ai rajouté des vaguelettes autour du sabot.
    Illustration en cours de réalisation d'un pegase à l'encre de chine
  7. Est ensuite venue le temps de faire le ciel. Je voulais un dégradé fluide … j’ai pas réussis. Le résultat reste rigolo ceci dit et finalement, ça colle à la texture de l’eau. J’ai simplement écrasé mon pinceau en haut de la feuille et laisser descendre le pinceau. En cours de route, j’avais plus d’encre cependant, c’est pour ça que la partie gauche de l’illustration est plus clair.
  8. Avec un gelpen je suis venue rajouter des ch’tiotes n’étoiles et une lune.

Alors, cette histoire de texture ?

Eh bah … Je sais que pour le prochain Inktober j’ai de quoi travailler ahah.

Sérieusement, ça serait bien que j’apprenne à faire autre chose que des aplats simple en illustration traditionnel. Je commence à explorer mes limites de façon bien sympa, il serait temps que j’en apprenne plus pour me faire encore plus plaisir !

C’est très rare que je fasse des illustrations en noir et blanc, en plus. C’était agréable de changer autant de technique que de façon de procéder. C’est à refaire, clairement.


Viper (Celsia°Lunatik)

J’ai le cœur comme du chewing-gum : tu me gouttes et je te colle. – Les Brigittes

Viper, OC de Celsia°Lunatik, peint à l'aquarelle et encre de chine par Charlotte
Viper, OC de Celsia°Lunatik

Détails techniques

Matériel(s) : Encre de chine et aquarelle
Temps : ~2 heures

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Avec Celsia°Lunatik, on avait décidé de faire un échange de dessin : je lui dessinais son OC Viper, elle me dessinait Encre. La première étape a donc été comme tout dessin de faire le brouillon, au crayon de papier ce coup-ci.
  2. A l’aide d’un pinceau et de l’encre de chine, j’ai réalisé le lineart.
    WIP - Lineart de Viper, par Scotis
  3. Armée d’un autre pinceau, d’eau et de mon aquarelle, est venu l’étape la plus coloré : celle de la peinture !

Alors, cette échange ?

J’adore les couleurs de Viper, on va pas se mentir. C’est ça qui m’a accroché l’œil et donné envie de la dessiner, c’était un projet pour  » un jour, peut-être « , cet échange m’a donc donné une bonne excuse de me faire plaisir !
Je trouve le charadesign du personnage intéressant, surtout au niveau des cheveux : déjà, le dégradé est intéressant, mais surtout, le changement de texture entre les pointes et les racines est intéressant.
La tenue a été inventé sur le vif. Je voulais un T-shirt difforme, mais féminin, comme le personnage avait déjà l’habitude de porter. Pour le short, je voulais rester dans le bleu et comme les ouvertures du T-shirt s’y prêtait bien, je suis partie sur un short, avec de la dentelle parce que je voulais rester sur une idée d’ouverture et de féminité. Cela reste discret, mais un élément important quand même (et croyez-moi, faire ça au pinceau a été rigolo).

Pour retrouver Celsia°Lunatik, voilà son Twitter ainsi que son DeviantArt. Faites-lui coucou de ma part !

 


Scraps du mois d’avril 2018

Coucou tout le monde !

Beaucoup d’essai en traditionnel ce mois-ci. J’ai pas mal expérimenté avec l’encre de chine notamment et tenter d’utiliser du surligneurs.

Pour l’occasion, je me suis achetée de nouveaux pinceaux à réservoir, pour faire des mélanges d’encre de chine déjà diluer à l’eau, ça m’évite de revoir les dilutions à chaque fois et c’est sympa à transporter.

Rappel : Scrap signifie bout, morceau, mais aussi reste. Scrap paper est un papier de brouillon. J’utilise ce terme pour englober tous mes essais et trucs pas finis. Les scraps du mois ont pour vocation de montrer les morceaux de réalisations pas finis. Parce qu’on ne progresse pas en ne faisant que des choses super léchées.

Pensez à survoler les images avec votre souris pour voir la description de l’image ou à cliquer dessus pour voir en grand.

Dessin, croquis et gribouillage du mois d'avril

Screenshots du mois d'avril

Conclusion du mois

Petit mois tranquillou-bilou.

J’ai eut pas mal eut d’idée d’illustration que je n’ai pas mit ici car je compte les réaliser et ces WIPs seront dans l’article présentant la version finale.
En fait, ça a été un mois où j’ai pas mal finaliser d’illustration complète, il faut juste que j’écrive et poste les articles relatifs ahah.

Et vous alors, vous avez été productive en avril ?

Si vous voulez voir tout au long du mois ce que je fais, n’oubliez pas de me suivre sur Twitter.


Poignée d’amour

À ce moment, je suis à nue et épurée. Le soleil se reflète sur mon kaléidoscope. Maintenant je vois.

Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop

Détail(s) et inspiration(s):

  1. En février 2017 j’avais eut cette idée d’une petite personne étant une source d’eau. Je trouvais l’idée mignonne et les essais de couleurs que j’avais fait en y pensant rendait bien. J’avais donc glissé le croquis dans ma liste d’illustration à faire un jour. Et ce jour est arrivée.
  2. La première étape a été de refaire le croquis, mais avec une anatomie correcte, ce coup-ci. J’ai pas mal galérer à faire le torse et les bras. Sérieusement, les seins c’est surfait.
  3. J’ai ensuite reprit les couleurs et grossièrement colorié l’illustration. J’ai avec un énorme brush bloqué certaines ombres. Avec ça on avait une bonne vision de l’illustration.
  4. Le début de la peinture ! Ma première envie a été de peindre l’eau du fonds, pour ça j’ai mélangé divers teintes de bleus, puis avec un brush ovale très aplatis je suis venue avec un bleu plus clair créer un effet de vaguelette.
  5. Rajout de prisme de lumière avec un brush losange et divers effets d’opacités vive.
  6. J’ai refait les deux étapes précédentes avec l’eau dans les mains géantes.
    Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP
  7. Ce fut ensuite au tour de la peinture des mains. J’ai utilisé ma méthode habituelle : prendre un gros brush en opacité réduite, faire le gros des ombres et mise en volume, on lisse avec le doigt, on détail avec un brush plus petit en opacité réduite et on répète jusqu’à ce que le résultat me plaise.
    Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP
  8. J’ai peint aussi à ce moment là les ongles, tant que j’y étais et rajouté des effets dans l’eau de la main. La chute d’eau se pare d’écume, l’eau coulant le long des poignets devient moins opaque.
  9. J’ai rajouté un rebord le long de l’eau dans la main et rajouté quelques prismes de lumière également, créant ainsi quelques reflets sur les personnages.
    Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP
  10. Continuation de la peinture des mains et finition. J’ai rougis les extrémités et rajouté une légère texture en plus.
  11. J’ai ensuite peint la peau de la petite-personne en utilisant la même méthode. J’ai bien galérer sur les proportions du visage, étrangement. L’anatomie humaine c’est pas mon dada (c’est le cas de le dire) et comme j’utilise pas correctement mes références … ça a demandé pas mal de tatillonnage, mais j’y suis arrivée !
  12. En opacité réduite j’ai peint quasi un à un les cheveux.
    Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP
  13. J’ai ensuite rajouté des ailes, parce qu’on m’a suggérer l’idée pendant un live et j’ai trouvé que ça collait parfaitement à l’idée que je me faisais de la petite personne.

Tu t’y retrouves dans tes brouillons ?

Oui.

Fée aqueuse endormit dans les mains d'un humain, illustration numérique par Scotis WIP

Sérieusement, oui-oui.
Quand j’ai une idée je m’arrange toujours pour très rapidement dessiné ce que j’ai en tête. C’est systématiquement bancale, ça ressemble pas à grand chose, mais l’idée est de garder sous la main ce que je veux faire et rapidement figer ce que j’ai en tête. On pourrait dire que c’est un thumbnail, sauf que je fais pas de recherche et balance comme je l’entends sur le papier. ça donne un côté vraiment cradingue, mais l’important est que je m’y retrouve.

Je n’ai plus d’ectoplasme

Fait vite pour me dire ce que tu as à me dire : je n’ai pratiquement plus d’ectoplasme et je dois m’en aller vers des horizons nouveaux.

Cheval zombie ensanglanté alezan, aquarelle par Scotis

Détails techniques

Matériel(s) : crayon aquarellable, Encre de chine, aquarelle et gelpen

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Au crayon aquarellable j’ai rapidement dessiné la forme globale de mon cheval
  2. Toujours avec ce crayon, j’ai dessiné les ossements avec référence et les autres détails de muscles sans référence (oui, je dessine du gore sans avoir l’estomac pour le supporter, bye-bye la logique)
  3. Une fois mon croquis qui me semblait sympa j’ai fait le line avec mon pinceau à encre de chine
  4. Les fibres des muscles ont été fait avec un stylo noir afin d’avoir toujours la même finesse
  5. J’ai ensuite attendue quelques minutes que l’encre sèche pour gommer le crayon aquarelle et ne laisser que l’encre
  6. Première sous-couche de rouge pour les endroits ensanglanter ainsi que du vert à certains endroits (même si on ne le voit plus une fois l’illustration finie)
  7. L’alezan du cheval a ensuite était peint, avec différente teinte pour les extrémités et les sabots
  8. Avec de l’aquarelle rouge, j’ai reprit certaines zones précédemment peintes en rouge pour les faire ressortir
  9. Une fois le tout sec, j’ai mouillée mes crayons aquarelles vert et rouge et ai reprit certain détails ici et là (surtout les côtes et membres osseux)
  10. Avec mon gelpen blanc j’ai rajouté des détails dans l’oeil et tada !

Comme ça tu mélange poney et gore ?

Oui, des fois j’ai des associations bien étrange … Je voulais me tenter à du gore, sans que ça soit trop écœurant (vu que je reste une petite nature). Au début, j’voulais tenter du pastel-gore, mais je sais pas, j’ai pas osé ? Enfin, si, j’ai bien osé sur des croquis, mais ça me plaisait pas. Du coup, j’ai finit avec un mélange pastel-gore ressemblant à mon style habituelle.
C’est pas fait pour être réaliste, c’est clair.

Même si le thème est pas joyeux, j’me suis vraiment éclatée sur cette illustration ! J’ai joué avec des textures que je tente pas autrement, que ça soit pour le line ou l’aquarelle en elle-même. J’avais jamais tenté d’utiliser telle quel les crayons aquarellables, aussi.

Bémol ?
Autant sur le coup j’ai vraiment apprécié de faire cette illu’, autant dès que mon moral remonte, je supporte plus de la voir … Du coup je l’ai rapidement rangé, en fait … Alors que j’suis méga-fière du travail sur le line-art !
J’suis assez lunatique sur les sujets que je traite pour moi-même ahah.

Si jamais le gore avec des chevaux c’est votre kiffe, je vous recommende d’aller voir la galerie de RuffyHeiko, une coupine qui en fait (et bien mieux que moi). Voilà une des œuvres qui m’a indirectement inspiré, d’ailleurs.