Destruction

Couper des légumes ou écraser un fruit, laissez s’échapper son envie de tout détruire … Pour ensuite se remplir l’estomac. C’est bien souvent une excellente idée.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 33 x 24 cm (2875 x 3900 px), 300dpi
Temps :
1h30

Détail(s) et inspiration(s) :

Je sais pas si c’est vraiment une série, mais en tout cas, je la continue ! Et la conclue, car je doute de mettre au propre les deux derniers croquis qu’il me reste (ou en tout cas, si je le fais, c’est pas avant plusieurs mois).

Obstructif
Représentation

1. J’ai eu pas mal d’idée pour celui-là, mais que j’ai abandonné en cours de route parce que si je voulais faire une illu autour de l’idée de destruction, je voulais pas un cheval menaçant ou dangereux.

Finalement, écraser un fruit c’est pas trop menaçant, même si le cheval nous présente sa croupe. Et j’aime bien l’idée de la pastèque (au départ c’était un ballon), parce que son jus est rougeâtre. On suggère tout en restant bon enfant.

2. C’est rare que je dessine des chevaux vus de l’arrière, surtout avec un membre soulevé comme ici, donc je suis fière de mon anatomie, même si je sais qu’en vrai, elle est sans doute pleine de défauts. 

3. Pour la robe, j’ai fait simple niveau pie et me suis faites plaisir niveau bai.


Top 10 des films d’animation à avoir dans sa collection (selon Scotis)

Vous savez pas quoi regarder ce week-end ? Bon, bah j’suis pas cinéphile et j’regarde peu de films, mais quand même j’vous ai fait une petite sélection made in Scotis et parce qu’il parait que ça fait des vues, j’en ai fait un top !

Bon, ce top est très approximatif parce que déjà ça prend en compte que mon avis à moi, mais aussi parce que je mélange sans faire de distinction film d’animation 3D et film d’animation 2D. 
Bon, ceci dit, je me suis limité à faire un classement qui dépend uniquement du côté graphique et visuelle de l’animation, sans me soucier de l’histoire (même si elle est importante, j’me suis clairement pas focalisé dessus).
Donc, c’est un classement très personnel et qui dépend uniquement de mes goûts, c’est clairement pas universel et j’serais ravie de voir quel est votre propre classement ou si vous auriez placé ailleurs un des films que j’ai cités !

Notez que j’ai pas exclus les films que tout le monde semble connaitre, parce que doit bien y avoir des gens qui l’ont pas vu dans mes lecteurices. Sait-on jamais.

Les images que j’ai incluses dans cet article ne m’appartiennent pas !
Elles sont là pour vous montrer à quoi ressemblent les films dont je parle, histoire de vous donner envie.

Kiki la petite sorcière, de Hayao Miyazaki, des Studios Ghibli

10. Ghibli

Bon, j’commence BIEN mon classement avec non pas un film, mais un studio. J’savais vraiment pas comment classer tout ça …

Le style est globalement similaire dans leurs films, mais ils sont tous beaux. J’adore leur façon de représenter les choses telles qu’on les ressent, plus que telles qu’on les voit vraiment (les cheveux qui se dressent quand on a peur, les larmes qui coulent en grosses gouttes, la nourriture qui donnent vraiment envie …)

Mes préférés sont Le château dans le ciel, Nausicaä de la vallée du vent et Kiki la petite sorcière, avec des gros coups de cœur pour Mon voisin Totoro, Princesse Mononoké, Le royaume des chats, Arriety, le petit monde des chapardeurs, Ponyo sur la falaise et Souvenir de Marnie.

Là, vous voyez pourquoi j’pouvais pas tous les classer individuellement ?

Colorful de Keiichi Hara

09. Colorful

J’saurais pas le décrire graphiquement ? Il mélange assez subtilement des fonds qui me rappellent des peintures à l’huile à de l’animation japonaise, sans tirer vers le Ghibli super coloré.
Les textures sont un peu plus rêches et coupantes, tout en ayant un côté moins  » filtre printemps qui fait popper toutes les couleurs sur ta rétine « .

TW sur ce film : le pitch de base c’est la réincarnation, donc ça tourne pas mal autour de la mort.

Du même réalisateur, j’ai bien aimé Miss Hokusai, si jamais ça vous a plu.

Mune, le gardien de la lune par Onyx-Films

08. Mune, le gardien de la lune

C’est un quasi constant contraste de Chaud et de Froid, niveau couleur. En même temps, on parle de la Lune et du Soleil, de la Nuit et du Jour. Il y a plein de textures partout, de couleurs partout et ça change de ce qu’on voit habituellement en 3D.

Il y a pas mal de plan mega classe dans leur composition. Ce film est un enchaînement de belles séquences en plus d’avoir des charadesigns et des paysages magnifiques.

Je l’ai vue il y a quatre ans je crois et si j’ai pas de souvenirs de l’ambiance sonores, j’ai une excellente mémoire de pas mal de plans qui se sont imprimés dans mon cerveau.

Le royaume de Ga’hoole par Zack Snyder

07. Le royaume de Ga’hoole – La légende des gardiens

Ce film il est chouette (j’étais obligée, désolée) !

Ce que j’adore c’est sans aucun doute les charadesigns, de la personnalité donnée au design des chouettes, à leurs accessoires et leur façon d’occuper les paysages. Il est plein de design adapté aux chouettes. C’est pas juste des chouettes qui parlent et sont vaguement humanisées au niveau de leur comportement, sans vous spoiler, ce sont des chouettes qui savent bricoler, mais de façon logique et adaptée à l’animal.

J’trouve ça génial, tout simplement et les charadesigns (oui, je radote dessus, toutes les chouettes sont superbes et pleines de caractères).

La mouette et le chat par Enzo D’Alò

06. La mouette et le chat (qui lui apprit à voler)

Ce qui me marque c’est les scènes de rêves, mais il y a plein d’ambiances tout au long du film qui m’ont marqué. Les décors s’adaptent selon qui les voit (et voir un musée du point de vue d’une mouette terrorisée c’est flippant).

Jack et la mécanique du coeur par EuropaCorp

05. Jack et la mécanique du coeur

J’avais lu le livre et j’avais écouté je sais pas combien de fois l’album, donc j’ai découvert ce film que du point visuel (même si ça diverge, hein) et j’étais pas déçue du voyage !

C’est plein de surréalisme et plein de passage préfère mettre en avant le ressenti et les émotions esthétiquement parlant plutôt que de juste laisser les personnages s’exprimer, ça donne un film plein d’émotions et de moments d’animations qui s’envole lyriquement (est-ce possible pour des images ? J’sais pas).

Moana par Disney

04. Moana

Les cheveux <3. L’eau <3. Ce film est superbe (comme pas mal de Disney, j’ai envie de dire).

Mais ce que j’ai surtout adoré dans ce film et je l’ai revu plusieurs fois juste pour ça, c’est Lolotaï. J’ai dévoré les concepts art par la suite tellement j’en avais pas eu assez.
Et la séquence de chant de Maui et les tatouages de Maui. Il y a plein de pépites qui m’ont fait du bien les mirettes.

Dans la même veine, j’avais bien aimé les passages d’animation qui se passait dans le château d’Elsa dans La reine des neiges ou les animations du Docteur Facillier dans La princesse et la grenouille.
Disney j’les préfère pour les histoires plus que pour le côté visuel, mais il y a tellement de petites pépites dans leurs films que j’peux pas m’empêcher de voir leurs films d’animation.

Tout en haut du monde par Rémi Chayé

03. Tout en haut du monde

À la base, l’affiche en aplat sans contours m’avait fait me dire « j’vais le voir, m’a l’air pas mal graphiquement ».

Alors, non seulement il l’est, mais il regorge de plan large mag-ni-fi-que !

Spiderman, Into the spiderverse par Peter Ramsey, Bob Persichetti et Rodney Rothman

02. Spider-man Into the spiderverse

EXPLOSIONS DE COULEURS !

La découverte de l’année 2019 et j’leur donnerais bien tout mon argent pour que le studio fasse d’autres films.

Il a inclus sans trop de mal plein d’effet qui sortent tout droit des comics (et je parle pas que d’onomatopées), il y a plein d’utilisation d’halftones les color-key sont super osé, l’animation est faite d’une manière dont j’ai pas retenu le nom, mais permet qu’il n’y ai ja-mais de flou. On peut arrêter l’image quand on veut et en faire un screenshot clair digne d’une illustration individuelle.

On en prend plein les mirettes à chaque seconde. M’ont fait aimer Spiderman très fort.

Mentions honorables

Ce sont des films qui m’ont marqué visuellement, mais que j’ai pas su classer ou que j’ai pas réussi à faire monter dans le Top10, alors qu’ils sont très bons.
J’les conseille autant que ceux qui sont dans le top10 cependant, donc : regardez-les, ils sont bons.

Les enfants loups, Ame et Yuki

Paprika
(TW je pense, l’est vraiment chelou, mais j’ai pu le voir, donc méfiez-vous, mais à prioris pas besoin de TW)

Le Roi et l’Oiseau

Le roi lion

Coco

Anastasia

Les Croods

Summer Wars

Avril et le monde truqué

La traversée du temps

Brisby et le secret de Nimh

Prince et princesse

La planète au trésor, un nouvel univers

La route d’Eldorado

Leafie, a hen into the wild

Tokyo Godfathers
(TW sur l’abandon, le suicide, la mort, mise à tabac, quelques insultes transphobes)

Brendan et le secret de Kells par Tomm Moore et Nora Twomey

01. Brendan et le secret de Kells

(Presque) Tout droit sortie d’un livre enluminé.

C’est inspiré d’un livre ancien et tout du long, ça le rappelle avec succès. Que ce soit niveau composition des plans, géométrie des paysages ou personnages, texture. C’est unique et très bien maîtrisé.

Du même studio et dans le même style visuel, il y a Le chant de la mer qui est tout aussi beau et maîtrisé.

Maintenant que j’ai cité les miens : c’est quoi vos films d’animation que vous me conseillez ?


Représentation

Je peux être une multitude de facettes de moi-même, laissant s’exprimer une foultitude de sentiments et d’envie qu’importe leur contradiction.
Je peux apprécier d’être vu, mais désirer passer inaperçu. Désirer un moment de solitude en étant entouré de gens que j’aime. Désirer rester moi-même tout en évoluant vers une nouvelle personne meilleure que moi.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 33 x 24 cm (2875 x 3900 px), 300dpi
Temps :
1h30

Détail(s) et inspiration(s) :

Comme pour Obstructif, il s’agit de la continuation de la mise au propre d’ancien croquis d’Irish Cob. Ce coup-ci, d’une robe existant vraiment dans la race !

Obstructif

1. Voilà le sketch réalisé en décembre 2018. J’en avais une variante sans le tirage de langue, mais, j’trouve ça plus rigolo avec la langue, donc ça sera la version finale.

2. Moment détente : cet irish cob a un lineart méga simple à faire. Je sais pas pourquoi celui-ci a été aussi détente à faire par rapport aux autres, il est pas moins détaillé que mes autres linearts pourtant.

3. Niveau robe, j’ai pris classique : du pie noir. Après l’appaloosa d’Obstructif, j’me suis dit que ça serait sympa.

Après avoir fait les aplats à ma convenance, j’ai refait un contour autour du cheval, parce que j’aime l’idée et que ça aidera à sa lisibilité quand je le ferai imprimer sur divers support (comme des t-shirts).


Scraps du mois de janvier 2020

Janvier, la nouvelle année civile où t’as toujours 36milles trucs à préparer, quand bien même tu prends pas tes bonnes résolutions à ce moment-là. On sent que c’pas mon mois préféré ahah ? On est en 2020 cependant et cela veut dire le début de 12 nouveaux articles de crayonnés, test et autres dessins pas finis ! Principalement des études ce mois-ci, d’ailleurs.

Rappel : Scrap signifie bout, morceau, mais aussi reste. Scrap paper est un papier de brouillon. J’utilise ce terme pour englober tous mes essais et trucs pas finis. Les scraps du mois ont pour vocation de montrer les morceaux de réalisations pas finis. Parce qu’on ne progresse pas en ne faisant que des choses super léchées.

Pensez à survoler les images avec votre souris pour voir la description de l’image ou à cliquer dessus pour voir en grand.

Dessin, croquis et gribouillage du mois de janvier

Dessins à plusieurs mains du mois de janvier

Conclusion du mois

Beaucoup de poneys.
Quoi, c’est le cas tous les mois ?
Oui.

Bon, il y a eu des humains aussi, vu qu’on a fait une soirée gesture drawing sur le Pot créatif (mon Discord), mais je m’amuse beaucoup plus sur les chevaux, surtout en étudiant en noir et blanc les volumes. Cela me force à réapprendre correctement à peindre les muscles et c’est génial comme exercice.


Le demi-sang - Illustration de Scotis

Le demi-sang

Né de notre peur de manquer de nourriture et de notre peur du froid, il naît dans le sang écarlate qui fond la neige, éclairant de rouge le paysage et d’un craquement, déchirant la nuit.

Le demi-sang - Illustration de Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 21 x 29,7 cm (4134 x 5847 px), 500dpi
Temps :
2h30
Inspiration(s) musicale(s) : Gossip – Casualties of war

Détail(s) et inspiration(s) :

En plus de mon article, j’ai une vidéo que j’ai fait à vous présenter !

1. J’ai bien fait les choses, j’ai même gardé mes recherches ! Entre ça et la vidéo, vous pouvez pas dire que j’ai pas bien fait les choses ce coup-ci ahah.

À droite on peut voir ma première idée qui ne marchait pas assez bien à mon gout. J’ai refait à part le cheval, parce que c’était selon moi le pire de l’idée. Finalement, j’ai aussi revu l’image à partir du croquis du cheval, avant de changer la composition, puis les couleurs, jusqu’à avoir l’image en bas à droite qui me plaisait.

2. Sur un nouveau document, j’ai repeint le décor et copié le croquis du cheval.
Le but est d’avoir rapidement les éléments principaux pour pouvoir peindre rapidement.

3. Sur le cheval, j’ai commencé à faire les volumes et ombres. Je peins juste rapidement, histoire d’avoir une idée des couleurs et de l’anatomie.

Sur le décor, j’ai peint le sang au sol et rajouté des sapins devant la forêt, pour créer de la perspective et qu’on voit moins que j’ai utilisé un brush. Et … je sais pas où sont passés ses arbres, justement. Ils ont disparu à un moment, je saurais pas dire quand/pour quelle raison, parce qu’ils rendaient bien.
Press f to pay respect.

J’ai aussi repeint un peu le ciel en rajoutant du rouge et refais quelques nuages.

4. Après avoir peint un peu plus de détail sur le cheval, j’ai globalement peint plus de détails sur le sang au sol, ainsi que fait les ombres.

5. La neige ne me plaisait pas, j’ai donc repeint par dessus en rajoutant plus de textures et de teintes pour avoir un rendu plus poudreux.

J’ai aussi peint de la profondeur dans le sillon de sang, ainsi que des éclats sur le cheval.

6. Avec le décor presque fini, j’ai donc peins le cheval en entier.

J’ai en cours de route transformé le masque en juste de la peinture. L’idée du masque était pour renforcer l’idée de cacher sa véritable nature (né du sang), mais je trouvais finalement plus sympa l’idée de toujours présenter sa véritable naissance à toustes.

J’imagine ce cheval comme né du pire de l’hiver, mais portant le rouge qui annonce le retour de la chaleur.
L’été ne masque pas l’hiver.
L’hiver annonce l’été.

Le demi-sang - Illustration de Scotis

Après mon éternel dernier modifiage de colorimétrie, j’ai fini !
Et tadaa !

(ç’aurait encore mieux rendu avec les arbres devant la forêt, zut)

C’est pas morbide

Bon, en fait, si. 

À la base c’était une sculpture de verre représentant une femme sortant d’un miroir qui m’a fait me dire « et si je peignais un cheval qui émerge d’un lac gelé ! », le lac m’a fait pensé à la Dame du Lac, qui m’a fait pensé à Perceval ce qui m’a rappelé un passage de Perceval de Chrétien de Troyes où Perceval compare du sang dans la neige à je-ne-sais-plus-quelle-dame (amour courtois et image qui m’a perturbée gamine), ce qui m’a donné l’image d’une jument naissant dans le sang sur de la neige.

Le fait que c’est de nuit, j’avais juste envie de peindre un ciel nocturne et j’aimais assez l’idée de peindre du rouge sur du bleu plutôt que du blanc.

On va dire que c’est mon dessin gore de 2020 (j’en avais pas fait depuis « Je n’ai plus d’ectoplasme » en 2018 (si on compte pas les squelettes comme du gore).

Je peux ainsi vous aider à mettre en image vos différents besoins !


Licorne à l’encre

« Ne joue jamais à saute-mouton avec une licorne ! »

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 21 x 29,7 cm (4134 x 5846 px), 500dpi
Temps :
1h

Détail(s) et inspiration(s) :

J’ai toujours plein de brushs à texture craie, aquarelle ou encre, mais si je m’en sers ici et là pour certain détail, je me suis demandé ce que ça donnerait si je tentais une illu qui reproduit l’effet de l’encre de chine ? Je voulais savoir ce que ça donnerait, voir améliorer les brushs que j’avais déjà sous la main pour avoir un rendu qui me plaisait.

1. J’ai fait un carré jaune parce que je voulais quelque chose qui fasse un peu logotype et rentrait dedans (wait for it).
J’ai ensuite écrit la phrase que j’ai vu passer sur ma timeline Twitter et fait rapidement un croquis de licorne pour aller avec …

Et me suis rendue compte que j’avais pas envie de faire rentrer dans un carré finalement l’illustration ! Par contre, j’aimais bien l’idée de faire déborder la licorne et de garder le carré. J’ai donc agrandi la licorne et voilà ce que ça a donné.
C’était pas voulu du tout, mais j’aime bien l’idée graphiquement.

2. Il m’a fallu quelques minutes de modifications du brush que j’avais pour avoir un résultat qui me plaisait. Mais quel bonheur quand j’ai réussi à obtenir l’effet que je voulais ! J’ai aussi tenté d’utiliser le moins possible le CTRL+Z pour obtenir un effet plus proche du réel.
J’suis gaga de mes textures.

3. Même si j’aurais pu garder ma licorne blanche, j’avais envie de contraste par rapport au jaune du fond, donc un cheval quasiment noir. J’ai bidouillé un autre brush aquarelle que j’avais pour faire un aplat texturé. Ça rends pas aussi lisse que j’aurais aimé, mais finalement, ça colle à la texture encre que je recherchais. Après le passage d’une seconde couche pour foncé certaines zones, j’ai lissé un peu la partie de l’entrejambe.

J’ai aussi revu les bords de mon carré jaune et effacé le jaune présent dans la robe de la licorne.

Convaincue ?

Totalement. Si on remarque quelques endroits qui font pas traditionnels du tout, de loin l’illusion est bien classe !

J’apprécie toujours d’avoir un rendu traditionnel en numérique, même si j’en fais pas souvent (toujours plus rapide de sortir directement mon aquarelle et mes encres IRL). C’est intéressant à émuler je trouve.