La motivation de dessiner, où la trouver

Les muses des artistes c’est capricieux … Et assez volatile. Il y a des jours où on déborde d’énergie et de motivation, le pouvoir de l’artiste tout puissant est avec nous. Et des jours où, non, on l’a pas du tout la motivation.

Le manque de motivation, ça me connait bien ! J’ai un peu appris à mes dépens que la motivation ça se remplace bien par de la discipline et des routines qui me permettent de dessiner tous les jours.

Voilà quelques conseils pour trouver sa motivation et si possible, la garder !

Trouver votre motivation

Votre raison de dessiner

C’est pas si aléatoire que ça comme question. J’l’ai pas tiré de mon chapeau magique pour rien et j’l’ai surtout pas placé aussi haut dans ma liste de conseil juste pour mon bon plaisir.

Savoir POURQUOI je dessine, c’est ce qui m’a motivée et me remotive. C’est pas juste parce que ça me fait du bien (même si c’est une raison). Mon but dans la vie c’est de mettre du poney dans la vie des gens. J’suis pas la fille de Crésus, je peux pas acheter des poneys et des pâtures à gogo pour les offrir aux gens. Donc je me suis tournée vers l’illustration pour offrir des dessins de poneys aux gens (c’est mieux que les colliers de nouilles).

Certains dessinent pour informer les gens de sujets tels que la grossophobie ou la vie d’une personne transgenre. Certains dessinent pour communiquer leur amour des chats ou des femmes. Certains dessinent juste pour apprendre à dessiner, pour leur plaisir personnel.

Il y a pas de « bonne » raison de dessiner, mais le savoir ça permet de se souvenir des raisons qui nous ont fait commencer et reprendre son crayon/stylet/pinceau.

Alors, quel est votre but dans votre vie créative ?

Savoir quoi dessiner

Des fois, c’est pas tant la motivation en soi le souci, mais plutôt l’inspiration. 
C’est là qu’entrent en jeu les prompts, les études, les gestures drawings, les challenges ou autres jeux. J’en ai fait un article complet avec plein d’astuces pour trouver le sujet de son prochain dessin, ainsi que des sites pour s’inspirer et apprendre.

Visualiser votre motivation

Pourquoi est-ce que vous ne vous feriez pas un endroit devant lequel vous passez souvent avec vos illustrations en cours ou un collage d’image qui vous donne envie de dessiner ?
Si vous passez devant, il y a de fortes chances que votre cerveau en le voyant se dise « tient, j’irais bien dessiner ! ». Cela peu être vos propres illustrations, mais aussi simplement des choses que vous aimerez bien dessiner dans le futur, des croquis d’idées, des illustrations de gens qui vous inspire … L’idée, c’est que ça soit visuellement quelque chose qui vous donne envie et que vous n’allez pas oublier dans un coin sans jamais le revisiter.

Garder votre motivation

Rendez les choses plus accessibles

Vous voulez dessiner … mais ça implique d’abord de dégager une plage horaire entre votre série télévisée et votre vaisselle, pendant ce créneau chèrement acquis il vous faudra ranger votre table … Déjà d’ici j’ai la flemme pour vous.
Si c’est galère de juste commencer à dessiner, toute l’énergie descend à 0 avant même le premier trait.
Plus c’est simple, plus souvent vous ferez !

Il vaut mieux tenter d’avoir le moins d’étapes possible avant de s’installer devant son plan de travail. Ce qui implique d’avoir un espace dédié (même minuscule) pour dessiner ou facilement dégageable et se réserver du temps.  J’en parle plus longuement dans un article complet parlant de comment s’organiser pour dessiner.

Autant que possible, si vous voyez que vous n’arrivez pas à mettre en place une habitude ou à faire quelque chose, demandez-vous pourquoi il y a de la résistance. Une fois que vous l’avez trouvé, chercher ce qui cause cette résistance et ensuite, travailler à plusieurs solutions pour l’accommoder (des fois, la première solution marche, mais réalistiquement, il faut souvent plusieurs itérations d’une idée ou mettre plusieurs choses en place pour faire disparaitre une résistance).
Faites tout changement étape par étape pour déjà vous y habiter, mais aussi pour pouvoir voir si ça vous convient vraiment et vous adapter (ou adapter le changement à vous).

Et à l’inverse, si vous voyez que quelque chose vous empêche trop de faire ce que vous aimeriez faire, rendez ça moins accessible.
Par exemple, si vous pouvez vous isoler dans une pièce avec un casque réducteur de bruit extérieur en prévenant qu’il ne faut pas vous déranger, vous serez moins distrait par les bruits dans le reste de votre foyer et personne ne viendra frapper à votre porte. Cela peut aussi être le fait de couper internet pour n’avoir accès qu’à votre logiciel de dessin ou carnet. À vous de voir quelles sont vos distractions les plus fréquentes et les retirer de vos moments autant que faire se peut.

Juste 5 minutes

(ou un cercle)

Là. Effort minimal. Résultat garanti.

C’est comme ça que je fais mon premier trait souvent, en me disant  » je gribouille 5 min sur ce dessin sur un calque pour noter mes idées  » et bien souvent (pour pas dire 95% du temps), je finis par passer une heure ou plus sur mon dessin.

Le plus dur c’est le plus souvent de commencer et affronter sa page blanche ou le fait de s’installer. Une fois qu’on a commencé à gribouiller, le cerveau suit tout seul et sait enfin retrouver la motivation qu’il avait perdue on ne sait où. C’est fourbe un cerveau … mais on est capable de l’être encore plus, non mais !

Formuler un plan réaliste

Des fois, la motivation on en a besoin sur le long terme et pas juste sur un seul dessin. C’est souvent là qu’écrire sur papier un plan qui permet de visualiser ce qu’on va devoir accomplir ça aide. Surtout si on laisse des espaces pour cocher ce qui est fait, parce qu’on aura envie de gagner et finir notre plan.

Comment faire un plan alors ?
Déjà, il faut que ça soit réalisable. Quitte à commencer avec un petit but pour se mettre en jambe (si votre but à terme c’est de dessiner 8h/jour, commencez peut-être par 30min/jour et augmentez au fur et à mesure des semaines).
Évitez d’avoir 36 buts en même temps. Un gros et un petit, c’est déjà énorme (toutes catégories confondues, pas qu’en illustration).
Votre but doit être quantifiable et spécifique. Dessiner plus, c’est vague. Si votre but devient  » Dessiner 1h par semaine  » vous pouvez voir où vous en êtes super facilement. Idem si votre but c’est  » apprendre à dessiner des chevaux « , c’est pas quantifiable et pas motivant, par contre  » dessiner 100 chevaux avec modèle  » là, c’faisable !

Et la citation de la fin qui m’aide beaucoup :
Un rêve écrit avec une date devient un but.
Un but découpé en étapes devient un plan.
Un plan mis en action devient une réalité.

Trouver l’énergie (physique)

Avoir la motivation, c’est génial. Si l’énergie suit.

Si vous êtes fatigués, affamés ou justes sans énergie … ça risque pas d’aller loin.
Une grande part de la motivation c’est d’aller bien, autant mentalement que physiquement. C’est important de prendre soin de vous.

Si vous n’avez aucune énergie, motivation ou inspiration, demandez-vous si vous avez mangé correctement, dans de bonnes quantités adaptées à vous, si vous êtes bien reposés ou si vous allez bien moralement. C’est dur de dessiner quand on est en pleine crise d’anxiété.

C’est un paragraphe super vague et n’étant ni médecin ni psychologue je vais pas en parler longtemps, mais si vous n’avez pas d’énergie physique, morale ou souffrez de quoi que ce soit, plutôt que de courir après votre motivation, prenez le temps de vous occupez de vous ou de consulter un professionnel de santé. Ce sera plus efficace sur le court et long terme que de lire je ne sais combien de livre ou blog sur comment trouver votre motivation (même si j’vous conseille d’en lire plusieurs, chaque personne étant différente).

Trouver sa motivation c’est super vague comme sujet … mais j’ai tenté de regrouper tout ce qui a pu m’aider par le passé ou marche sur moi, en espérant que ça vous aide autant que moi ça m’aide !


Scraps du mois de juillet 2021

Je trouvais que mes peintures manquaient de couleurs, du coup j’me suis pris 1h chaque matin pour pourvoir expérimenté plusieurs nouvelles techniques, pour voir si ça me plaisait, si ça rendait comme je l’espérais et m’approprier les techniques qui m’ont le plus plut.
C’était un mois super intéressant pour moi du coup !

Rappel : Scrap signifie bout, morceau, mais aussi reste. Scrap paper est un papier de brouillon. J’utilise ce terme pour englober tous mes essais et trucs pas finis. Les scraps du mois ont pour vocation de montrer les morceaux de réalisations pas finis. Parce qu’on ne progresse pas en ne faisant que des choses super léchées.

Pensez à survoler les images avec votre souris pour voir la description de l’image ou à cliquer dessus pour voir en grand.

Dessin, croquis et gribouillage du mois de juillet

Conclusion du mois

Il y a eu des résultats super-dégueu, d’autres mitigé, mais trois dont je suis méga fière ! Bref, c’était une super semaine de test pour moi !


En noir et améthyste

C’est dans l’ombre que l’on est capable de briller pour ce que l’on est réellement, sans le jugement d’autrui pour nous porter préjudice.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 29,7 x 21 cm (5847 x 4134 px), 500dpi
Temps :
1h45
Inspiration(s) musicale(s) : Muse – Explorers

Détail(s) et inspiration(s) :

Après avoir fini de peindre En noir et or, je me suis dit que je ferais bien une série de ces chevaux incrustés de métaux précieux ou pierres précieuses. C’est donc le second de la série ! J’espère en peindre au moins un troisième dans le futur, mais comme j’ai pas encore de croquis, je sais pas quand ça sera.

1. En tout cas, voilà le croquis initial : un cheval alezan qui tire sur le rouge à certains endroits, avec des paillettes partout et des inclusions d’améthystes sur la croupe et le flanc. J’ai rapidement fait les ombres et lumières les plus importantes, même si c’est qu’un croquis on voit déjà pas mal l’aspect final je trouve.

2. Seconde passe de peinture, où j’ai principalement lissé mes traits, mais j’en ai quand même reprononcé certain, ainsi que corrigé un peu le chanfrein qui ne me plaisait pas.

3. Et après 1h30, voilà ce que ça donne !

Rapide cette série de portrait, non ?

Totalement ! Déjà le fait de pas avoir les chevaux de plain-pied ça aide pas mal à aller vite, on rajoute à ça le fond qui est juste un fond noir avec vaguement un dégradé et paf, ça fait des peintures super rapides !
Le but de cette série est plus de me faire plaisir que d’avoir des chevaux super détaillés, mais visuellement, ce style un peu simplifié me va très bien.