Portrait de Nori

 » Au-delà des montagnes embrumées
Loin des sombres cavernes du passée
Les pins rugissaient vers le ciel haut et fier
Les vents gémissaient dans la nuit d’hiver
Rouge le feux sur mille lieues
Flambaient les arbres torche de lumière. « 

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 29,7×29,7 cm (3508 x 3508 px), 300dpi
Temps :
2h

Détail(s) et inspiration(s) :

Je voulais juste me détendre et peindre d’après modèle, cela faisait très longtemps que je ne l’avais pas fait. J’ai choisis de prendre un humain pour changer et ait prit mon nain préféré de la série de film The Hobbit, Nori, joué par Jed Brophy.

1. Premier jet : un croquis rapide, puis des couleurs tout aussi rapide. J’ai fait un aplat, puis ait placé rapidement quelques ombres et reflets. Je suis un modèle, donc ce fut une étape rapide.
J’ai tenté d’utiliser le moins possible la pipette, mais pour avoir la bonne couleur de peau et de cheveux j’avoue que j’ai pipeté une teinte de base.

2. Je peint en alternant croquis visible et invisible, le temps de poser suffisament de détail pour le faire disparraitre. On voit apparaitre plus de détail de la tenue, mais aussi des cheveux et du visage.
Doucement on commence à reconnaitre le nain.

3. Maintenant sans croquis, j’attaque les détails de couture de la tenue et je finis le visage jusqu’à ce qu’il me conviennent, surtout au niveau des yeux.

4. La versions finale, après pas mal de travail sur la barbe et les cheveux.


Soigner

Je ne prête pas attention à la fin du monde. Pour moi le monde a déjà fini de multiples fois et recommencer à nouveau au petit matin.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 21 x 29,7 cm (2480 x 3508 px), 300dpi
Temps :
1h30
Inspiration(s) musicale(s) : The correspondents – Fear & Delight

Détail(s) et inspiration(s) :

J’avais la chanson Fear & Delight coincé dans ma tête et envie de faire un portrait en jouant avec mes brushs en mode mixe de couleur. J’ai donc décidé de faire un portrait de cheval dans l’humeur de la chanson : fond rouge, mais jument semblant inoffensive, mais un brin sensuel (oui, penser un cheval sensuel est dérangeant, c’était pas ma partie préféré non plus). Le tout pour un résultat géniale à la fin, mais qui est censé mettre mal à l’aise.

1. Premièrement j’ai fait le croquis. Pour la tête j’ai dû prendre en référence des chevaux baillant. Je sais pourquoi je galère autant à ouvrir les bouches de mes chevaux : j’en ai pas assez peint et dessiner avec référence, il faudra que je me fasse une session de rattrapage à l’occasion.
Croquis fait, j’ai ensuite posé une couleur rouge en fond, puis mit de l’alezan sur le cheval.
C’est là que le fun de la peinture a commencé avec un pinceau brun foncé, puis noir pour crée un bord noir autour du cheval qui semble éclairer l’illustration et les ombres sur la jument en elle-même.
Histoire de garder logique les couleurs et apporter un peu de nuance j’ai fait les crins plus foncé, la langue rose et ajouté une petite pelote blanche entre les naseaux. Le tout avec un brush peinture à l’huile très sec et donc texturé.

2. Je cache le croquis pour avoir une meilleure vision de cette première couche de peinture et avec un pinceau acrylique plus fin, je viens peindre des détails, revoir les contours si besoin est et de manière générale, lisser un peu quelques endroits qui me paraissait trop brut. L’idée n’est pas de tout lisser, j’aime les textures du premier brush et c’est pas pour rien que je l’ai utilisé, mais d’offrir de la douceur là où il y en a besoin (le visage, l’épaule et les flancs par ex) pour offrir une image globale plus douce et de la variété dans ce qu’on voit.

3. Ce second-layer fait, j’ai apporté un bout du nez plus gris avec un calque de colorimétrie, puis j’ai peint les dents, les cils et la langue.
Bref, c’est la dernière étape où je peints les derniers détails et lisse les derniers endroits que je désires lissés.

Et tada ~
Ça fait un portrait de jument !

… Sensuel

Oui, j’ai bien utiliser ce mot en parlant d’une jument. J’aime pas peindre des humains et c’est là que je me retrouve à aborder des sujets (la sensualité, les décors de villes, les robes à froufrou) qui ne sont PAS adapté DU TOUT aux chevaux. Généralement je le fais quand même, mais je crois que c’est la première peinture que je fais dont je suis fier-e (ça rends exactement comme ce que j’avais en tête) et aussi un brin dégouté-e/déçu-e de moi-même. Je note que ce sujet de sensualité lié aux chevaux me mets mal à l’aise et que je ne risque pas de le repeindre, donc.

C’était bon à savoir et tester.


Élisabeth (Lizzie)

Quand ça grince, c’est que ça ne sert pas. Sinon, ça brille ou ça tourne bien.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps :
1h
Inspiration(s) musicale(s) : Cécile Corbel – Arriety’s song

Détail(s) et inspiration(s) :

J’avais besoin d’un second cheval pour compléter l’équipage du Colvert avec le Capitaine Rod. Au début je ne savais pas ce que je ferais, jusqu’à ce que je tombe sur le prompt « Lizzie aux mains d’or, une maitresse de manœuvre d’un bateau pirate nommé ainsi car ‘elle tient si fort ses pièces entre ses mains qu’elles en font maintenant partie intégrante' ».
Bon, pas de monnaie sur le forum où elle allait faire office de PNJ, mais par contre, faire une jument haute en couleur de par son caractère et physique, mais aussi avec des bijoux, ça c’était possible !

1. Au début je suis partie sur une jument de selle assez basique, pour la coiffure je voulais des crins libres, mais aussi des crins attachés qui font sens pour une jument sur un bateau. Un peu par hasard le chignon est venu et, c’est une coiffure rapide, peu genré, c’était donc parfait pour Lizzie !

2. Je savais dès le début que je voulais lui faire porter des bijoux aux antérieurs, mais c’est juste mon envie de couleur qui fait que je lui ai littéralement fait les crins multicolore au lieu de la garder simplement bai sooty.
C’est surtout dans son histoire d’ancienne jument d’humain qui découvre son identité et les bienfaits des sociétés modernes de chevaux indépendants que ça se justifie : elle veut se démarquer.

3. Après avoir donc fait les aplats, est venu le temps de mettre tout ça en volume pour véritablement donner vie à Lizzie : des ombres, et quelques réhauts de couleurs pour la lumière et lui donner une teinte un peu plus jaune que brune à son bai, pour mieux aller avec son surnom, mais aussi ses crins.

Et voilà une belle jument pirate !

Une fausse pirate, comme Rod ?

Totalement !
Ce coup-ci pleinement assumé puisqu’elle n’a jamais connu autre chose qu’Equidae ou le monde Humain (notre monde) en tant que jument de club hippique.


Délicate floraison

Ô tendre fleur du champ et ô douce verdeur du fruit, ô fardeau sans moelle, qui ne fléchit pas les cœurs vers les crimes ! Ton corps un calice, son vin jamais drainé.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 21 x 21 cm (2480 x 2480 px), 300dpi
Temps :
1h30
Inspiration(s) musicale(s) : Blackbriar – You’re haunting me

Détail(s) et inspiration(s) :

Cassandra est seule dans un endroit qu’elle ne connait pas, elle qui a toujours été entourée de multiples chevaux et sur terre, de son support Hildegard von Blingin’ son ancienne amoureuse. Je voulais représenter son isolement émotionnelle, sous ses rires incessants et ses jeux.

1. Je savais déjà quel citation je voulais utilisé, mais voulais un fond noir pour représenter son esprit emplie de multiple pensée pas toujours joyeuse. 
J’ai fait un croquis de la long’ma, avant de faire sa robe en applat, puis rajouté quelques dégradés ou rehaut de couleur qui font entièrement partie d’elle. Le but était d’avoir une version juste sans ombre d’elle pour ensuite pouvoir me concentrer sur les ombres.

2. Là on peut voir que j’ai rajouté la citation de Hildegard von Bingen, de son poème  » O Jerusalem  » (sur l’image j’ai utilisé la traduction anglaise car c’est celle que je préfère, mais en introduction d’article je vous ait mit la traduction française).
C’est là que j’ai commencé à ajouté les ombres.
Je les voulais très franches, de façon à ce qu’on ne distingue pas clairement là où commence et là où finis Cassandra.

3. J’ai lissé un peu les couleurs et ombres, avant de repeindre par-dessus les détails manquant, où renforcer encore plus les ombres. J’en ai profité pour faire en sorte que l’ombre de Cassandra se reflète plus grand qu’elle sur la surface noire de l’image.

Ça change un peu de tes composition habituel

Totalement !
J’avais besoin d’un peu de changement et l’arc narratif de Cassandra, ma long’ma était une excuse parfaite pour m’essayer de peindre avec plus de noir que de couleur. Je ne suis pas 100% satisfait-e de l’effet, je pense que j’aurais dû utilisé plus d’ombre encore et faire plus briller les bijoux et écailles, mais j’aime beaucoup la composition.
Cela faisait longtemps que je n’avais pas était content-e d’une peinture faite si rapidement (moins de 2h).


Voici venir le soleil

Voici venir le soleil.
Cela peu t’alarmer : comment est-il arrivé si prêt sans bruit ? Est-ce quel que chose que tu as fait ? Est-il là pour t’aveugler ? Ou simplement pour chasser les ombres de ta vie ? Est-il là pour te blesser ? Ou pour te guider ?

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 29.7 x 21 cm (3508 x 2480 px), 300dpi
Temps :
1h / 1h30
Inspiration(s) musicale(s) : Steven Universe – Here comes a thought

Détail(s) et inspiration(s) :

On m’avait demandé en challenge de faire un cheval avec des bois de cerfs. Sur Tumblr je suis tombé sur une photo d’Akhal Teke palomino qui comme beaucoup de chevaux de sa race semblait brillé et ça m’a rappelé les esprit divin de Zelda Twillight Princess et du coup, celui qui ressemble vaguement ) un rongeur avec des bois de cerf qui encercle une grosse boule de lumière.
C’est ces deux idées qui ont donné lieu à ce design.

1. Première étape, j’ai fait le croquis : un cheval Akhal Teke niveau stature, puis les bois. À cause des bois, j’ai vite oublié l’idée de faire une crinière, je trouvais que ça n’allais pas ensemble, par contre j’ai décidé de faire un genre de traine avec la queue, je trouvais que ça équilibrais un peu et évitait que tout les éléments de designs soit au niveau de la tête. 
Et j’imagine qu’une fois en mouvement, ça rajoute un peu de légèreté à ce perso.

Niveau couleur, je voulais un cheval soit crème, sois palomino, mais comme je savais que j’allais ajouter des éléments dorées, je suis partie sur du crème.
Simple, efficace.

2. Après avoir peint quelques ombres pour que je vois où sont les formes du cheval, j’ai peint des motifs sur son corps en dorée, puis j’ai rajouté des fils dorées dans la queue.
Les sabots, les yeux et les bois ont été fait en dorée. C’est une fois tout ce dorée rajouté qu’on voit l’inspiration des esprits divins. C’était pas subtil du tout comme clin d’oeil.
Pour la sphère dorée, je voulais que le personnage inspire une idée du soleil, donc la boule magique n’est pas blanche, mais franchement dorée.

3. On retire le croquis pour pouvoir peindre plus en détail le personnage, en m’assurant qu’on arrive encore bien à lire les différentes formes.
Et voilà ;D !

Le soleil est là !

C’était vraiment un design pour me faire plaisir et faire plaisir à quelqu’un, c’est pas un dessin sur lequel je me suis attardé ou sur lequel je me suis compliqué la vie. J’ai littéralement prit deux choses qui visuellement me plaisait et en ai fait un mix.

Ça rends bien. Je suis donc content-e.


Contact

Et flottant parmi les messages, seul-e derrière mon écran, je me sens aimé et entouré d’ami-e.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 31,82 x 35,28 cm (902 x 1000 px), 72dpi
Temps :
2h10
Inspiration(s) musicale(s) : Salut c’est cool – Des formes et des couleurs

Détail(s) et inspiration(s) :

Ça faisait quelques temps que je n’avais pas refait ma page contact et en la refaisant, je me suis dit que ça serait cool de refaire l’image de la page. Avant c’était juste une illu d’Alekiss assez lambda, mais je voulais quelques choses qui montre mieux que c’est la page contact et que l’illustration y est à sa place, que c’est pas juste une image que j’avais sous la main.

1. Ce tourbillon de bande coloré qui symbolise les messages sont la première chose que j’ai fait ! Très simplement j’ai tracé deux traits pour faire les bords extérieurs d’un tube, fait un rond que j’ai écrasé en suivant ces deux traits et en faisant coulisser cet ovale le long de mes guides, j’ai fait à plusieurs hauteurs les contours de mes nouveaux messages. J’ai mit un peu au pif les couleurs de ma charte graphique, en gardant le côté extérieur au tourbillon plus clair : les messages sont orientés vers l’intérieurs.

2. J’ai ensuite dessiné une Alekiss flottant au centre de ce tourbillon que j’ai incliné pour l’envelopper plus correctement.
Sur le croquis j’ai fait les aplats très classique d’Alekiss, avant de rajouter sur elle des bandes de couleurs correspondants aux illuminations des messages.

3. Après avoir posé des ombres sur Alekiss est venu un moment géniale où j’ai fait briller les messages ! Bah oui, ce sont des e-mails, donc c’est numérique, ça se lit sur un écran et ça éclaire. Sisi, ça fait sens. Dans tous les cas, j’ai rajouté un halo lumineux à chaque message et revu leur opacité pour les faire un peu moins opaque.
J’en ai profité pour rajouter des couleurs sur Alekiss, pour mieux qu’on voit que ce sont les messages qui se reflètent sur elle.

4. La composition et les couleurs me plaisant, j’ai donc fini de peindre tranquillement, avant de me dire que les réflections des messages sur Alekiss n’était pas assez visible. Je les ait donc rehaussé et j’aime beaucoup les couleurs que ça apporte ! Peut-être un brin trop technicolor par rapport au reste du site, mais ça me plait.

Ma page contact

Elle me permet de recevoir vos mails, vous la trouverez ici si vous voulez envoyer directement un e-mail et ne pas me laisser de commentaire.