Femme au bain (2022 version)

Les rêves sont tel des bulles de savons : delicates, iridescente et pleine de magie.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 29,7 x 21 cm (5847 x 4134 px), 500dpi
Temps :
(temps)
Inspiration(s) musicale(s) : The do – Was it a dream ?

Détail(s) et inspiration(s) :

En 2017 j’avais peint une femme se baignant dans l’espace : ce fut une de mes peintures préférés pendant longtemps. J’adore les bulles et j’avais adorer peindre une à une les bulles (malgré le temps que ça prends).
Cinq ans plus tard, je me suis demandé « hey, ça donnerait quoi avec mon niveau actuel ? « , ce qui est une excellente question. Déjà, par pure curiosité et aussi pour pouvoir comparer où j’en suis niveau peinture de paysage abstrait, bubulles et humain.

1. Première étape : les deux éléments principaux à faire en croquis.

Pour la future spirale de bulles, pas trop de soucis : j’ai dessiner à plat une spirale, que j’ai ensuite déformé avec l’outils Déformation pour la mettre en perspective (c’est un de mes outils préférés pour ça). Et tada ~
J’ai rajouté quelques bulles et l’énorme en premier plan qui est élément très important de l’original.

Pour l’humaine au milieu, ce fut un peu plus complexe car j’ai toujours un peu de mal avec les anatomies non-animales, mais je m’en suis bien tiré sur cette étape de croquis.
(avec pratiquement un an de recul, je pense que j’aurais faire le sein gauche plus écarté pour le faire plus tombant et déplié plus la jambe droite pour une position plus lascive/confortable)

2. Mon croquis fait, je me suis attaqué-e à l’ambiance : j’ai peint des galaxies et étoiles en fond, avant de régler les teintes de ma spirales de bulles en me basant sur les teintes choisie sur la toile de la galaxie.

Entre chaque « branche » visible de la spirale j’ai aussi glissé un calque de couleurs bleutés somber pour crée un effet de profondeur : plus on s’éloigne, plus c’est sombre.

3. Mon étape préféré est ainsi arrivé : LES BUBULLES !
J’aurais pu utiliser un brush déjà tout fait, oui, mais j’aime me compliqué la vie parce que déjà, ça me détends, mais aussi parce que je trouve le résultat plus convainquant.
Bon, pour les placer j’ai quand même utilisé un brush : un brush rond avec de l’aléatoire de taille et de la dispersion (j’suis pas tant une tête de mule que ça, vous voyez). Pour un effet plus plein j’ai trois calques de bulles au total : un de remplissage, un au-dessus pour rajouter de la profondeur et un de bulles s’écartant un peu, pour un effet plus chaotique et remplie.
Ensuite, avec un brush doux je suis venus efface l’intérieur des bulles en tentant de garder des épaisseurs relativement aléatoire.

Je suis ensuite revenues sur l’humaine pour faire les aplats de couleurs. Histoire de faire une pause entre deux bulles.

Avant de retourner faire mes bulles !

Notons que plus on s’éloigne du centre de la spirale, plus les bulles sont flous.

4. Avec un brush à bord doux et une couleur rose presque blanche, je suis venue faire des reflets de lumières sur chaque bulles, les orientants vers le personnage (pour guider le regard vers l’humaine, un peu, mais aussi car je considère que c’est ma source de lumière).
Je n’ai pas réalisé cette étape sur les bulles les plus éloignés : leur couleur suffit amplement.

Quelques petits réglages et hop, c’est le fond qui est fini !

5. Est venue l’étape où placer les volumes sur mon personnage. Ce que j’ai fait (voir mon tuto sur le sujet si vous voulez plus de détail sur cette étape).

Et voilà une jolie seconde version récente de mon illustration de base !

Comparaison

Si on a déjà vu l’original, on imagine bien le level-up entre 2017 et 2022, mais c’est encore plus visible quand on les mets côte à côte.

C’est flagrant : je maitrise bien plus ce que je fais !
Vous trouvez pas ?

Vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.