Mon idée d’un jour parfait

Celleux qui me connaissent savent que j’adore planifier mes journées à l’avance, que j’ai des tableaux Trello de workflow et truc que je dois planifier à faire dans le futur. J’suis pas la reine de l’organisation, mais je passe une bonne heure chaque lundi à en faire.

Si sur le papier les plannings ça marche bien, dans la pratique, eh, ça marche pas toujours super bien. 
Rajoutons à ça que les journées dont je rêve sont différente de celle que je vis et j’me suis dit que ça serait drôle de vous parler de ce que je rêverais d’avoir comme journée dans ma vie.

Mon planning idéal

Dans un monde idéal où j’aurais des possibilités infinis, j’adorerais que mes journées ressemble à ça :

6h00 Le réveil sonne, je me lève comme une fleur

6h30 J’ai fini de petit-déjeuner et je fais mon sport

7h30 Je commence ma journée de travail avec une petite heure de maintenance : réponse aux mails et réseaux sociaux, préparation des workflows d’envois des commandes et autres tâches qui prennent moins de deux minutes

8h30 Je commence à peindre (j’englobe dedans les recherches de composition ainsi que le dessin)

12h00 Fin de la mâtiné de boulot, c’est l’heure de manger devant Youtube ou Internet

13h30 Un peu de ménage chez moi

14h00 On retourne bosser. Là selon les jours, rédaction d’article, mise en vente sur mes boutiques ou continuation d’illustrations en cours.

17h30 Fin de la journée de boulot !

20h00 Au lit pour lire

21h00 Au dodo !

Voilà, ça casse pas trois-pattes à un canard. C’est mon planing rêvé, mais réalisable.

Parce que si on me laisse vraiment rêvé, j’adorerais n’avoir que 4 heures de travail par jour et me garder les 5 heures suivantes pour explorer ce que je n’ai jamais pu explorer et ça ne serait pas que l’illustration. J’adorerais aussi ne pas à avoir à faire du ménage chez moi ahah (mais comme j’ai pas envie d’avoir une aide ménagère, je pourrais jamais me débarrasser de ça).

Mon planning actuel

Il dépends des jours. J’ai de gros problèmes pour dormir et j’enchaine des nuits de 4h avec des nuits de 10h, entre-coupé de demi-heure de sommeil ici et là. Ce qui fait que mes journées peuvent commencer autant à 3h du matin qu’à 11h.

Il y a longtemps que j’ai abandonné l’idée d’avoir un vrai planning. Je m’arrange pour avoir 9h de travail (continu ou non) entre 00h01 et 23h59.

Globalement, les enchaînements se font de manière similaire, même si les horaires ne collent pas.

J’ai aussi plus d’une heure de tâche diverses, parce que j’ai de la recherche de client dans le tas et diverses tâches pour la maintenance de mon entreprise que j’adorerais déléguer. Un jour j’aurais quelqu’un pour m’assister et faire toutes ses tâches qui m’empêche de prendre plus de temps pour dessiner, mais ce sera pas pour tout de suite.
Parce que soyons franc, je vais pas engager quelqu’un, même à temps partiels, tant que moi je peux pas vivre de mon entreprise. C’est logique.

Pourquoi je transforme pas mon planning actuel ?

Déjà, le plus gros point, si je voulais coller à mon planning idéal, cela voudrait dire que j’ai trouvé mon moyen idéale pour dormir à horaire régulier.
J’y arrive parfois, mais c’est pas du tout régulier et je suis incapable de trouver la raison. Il y a des nuits c’est mon voisin, d’autre nuits de l’anxiété et d’autres nuits je sais juste pas.

Si un jour j’arrivais à avoir un rythme régulier, il me faudrait juste une aide de temps à autre pour déléguer et avoir plus de temps pour dessiner.

C’est donc un but super atteignable, sur le papier. Dans les faits, j’ai encore pas mal de travail à faire dans mon auto-entreprise avant d’en arriver là … Donc, un jour, peut-être, j’espère.

En attendant, je peux toujours continuer d’améliorer mes workflows pour qu’ils soient encore plus facile et rapide à réaliser et continuer d’automatiser ce que je peux dans mon entreprise pour être un one-woman-show encore plus productif.

Les plans sur la comète

Dans un jour parfait, si j’pouvais contrôler plein de truc sur lesquels j’ai aucun contrôle, je rajouterais bien  » un tour dans mon jardin pour atteindre mon atelier qui serait en fait un cabanon de jardin aménagé pour y contenir mon bureau et mon matériel, dont mon PC « .

J’adorerais avoir un lieu de travail totalement détaché de ma future ferme (rêve).
Juste un bureau rien qu’à moi ça serait déjà énorme et c’est l’un de mes buts pour quand on déménagera. Travailler dans son salon, c’est sympatoche, mais bon, un lieu bien séparé pour travailler ça sera top.

J’adorerais aussi pouvoir planifier des heures d’écritures pour mon blog.
Un jour j’adorerais pouvoir dire  » je suis la référence quand il s’agit de peindre ou dessiner des poneys  » (eh, j’ai prévenu que c’était un rêve). Du coup, me dire chaque jours  » pendant une heure, j’écris un article sur comment dessiner ou peindre les chevaux  » ça serait su-per !
Techniquement, je me bloque déjà de temps à autres des moments où je le fais, mais comme j’ai tendance à écrire des tutos sur plein de sujets différents parce que ça me plait, oui, c’est pas uniquement centré sur les chevaux pour le moment.

Depuis que j’ai lancé mon entreprise, j’ai quasi arrêté de jouer aux jeux-vidéos. J’avoue que j’adorerais avoir un planing où j’ai l’énergie de passer une heure (ou plus) sur un jeu-vidéo certains jours.

Il y a plein de choses que j’adorerais intégrer dans ma vie de tous les jours, mais pas forcément tous les jours. Ce serait drôle qu’un jour je les liste, juste pour moi.


Top 10 des films d’animation à avoir dans sa collection (selon Scotis)

Vous savez pas quoi regarder ce week-end ? Bon, bah j’suis pas cinéphile et j’regarde peu de films, mais quand même j’vous ai fait une petite sélection made in Scotis et parce qu’il parait que ça fait des vues, j’en ai fait un top !

Bon, ce top est très approximatif parce que déjà ça prend en compte que mon avis à moi, mais aussi parce que je mélange sans faire de distinction film d’animation 3D et film d’animation 2D. 
Bon, ceci dit, je me suis limité à faire un classement qui dépend uniquement du côté graphique et visuelle de l’animation, sans me soucier de l’histoire (même si elle est importante, j’me suis clairement pas focalisé dessus).
Donc, c’est un classement très personnel et qui dépend uniquement de mes goûts, c’est clairement pas universel et j’serais ravie de voir quel est votre propre classement ou si vous auriez placé ailleurs un des films que j’ai cités !

Notez que j’ai pas exclus les films que tout le monde semble connaitre, parce que doit bien y avoir des gens qui l’ont pas vu dans mes lecteurices. Sait-on jamais.

Les images que j’ai incluses dans cet article ne m’appartiennent pas !
Elles sont là pour vous montrer à quoi ressemblent les films dont je parle, histoire de vous donner envie.

Kiki la petite sorcière, de Hayao Miyazaki, des Studios Ghibli

10. Ghibli

Bon, j’commence BIEN mon classement avec non pas un film, mais un studio. J’savais vraiment pas comment classer tout ça …

Le style est globalement similaire dans leurs films, mais ils sont tous beaux. J’adore leur façon de représenter les choses telles qu’on les ressent, plus que telles qu’on les voit vraiment (les cheveux qui se dressent quand on a peur, les larmes qui coulent en grosses gouttes, la nourriture qui donnent vraiment envie …)

Mes préférés sont Le château dans le ciel, Nausicaä de la vallée du vent et Kiki la petite sorcière, avec des gros coups de cœur pour Mon voisin Totoro, Princesse Mononoké, Le royaume des chats, Arriety, le petit monde des chapardeurs, Ponyo sur la falaise et Souvenir de Marnie.

Là, vous voyez pourquoi j’pouvais pas tous les classer individuellement ?

Colorful de Keiichi Hara

09. Colorful

J’saurais pas le décrire graphiquement ? Il mélange assez subtilement des fonds qui me rappellent des peintures à l’huile à de l’animation japonaise, sans tirer vers le Ghibli super coloré.
Les textures sont un peu plus rêches et coupantes, tout en ayant un côté moins  » filtre printemps qui fait popper toutes les couleurs sur ta rétine « .

TW sur ce film : le pitch de base c’est la réincarnation, donc ça tourne pas mal autour de la mort.

Du même réalisateur, j’ai bien aimé Miss Hokusai, si jamais ça vous a plu.

Mune, le gardien de la lune par Onyx-Films

08. Mune, le gardien de la lune

C’est un quasi constant contraste de Chaud et de Froid, niveau couleur. En même temps, on parle de la Lune et du Soleil, de la Nuit et du Jour. Il y a plein de textures partout, de couleurs partout et ça change de ce qu’on voit habituellement en 3D.

Il y a pas mal de plan mega classe dans leur composition. Ce film est un enchaînement de belles séquences en plus d’avoir des charadesigns et des paysages magnifiques.

Je l’ai vue il y a quatre ans je crois et si j’ai pas de souvenirs de l’ambiance sonores, j’ai une excellente mémoire de pas mal de plans qui se sont imprimés dans mon cerveau.

Le royaume de Ga’hoole par Zack Snyder

07. Le royaume de Ga’hoole – La légende des gardiens

Ce film il est chouette (j’étais obligée, désolée) !

Ce que j’adore c’est sans aucun doute les charadesigns, de la personnalité donnée au design des chouettes, à leurs accessoires et leur façon d’occuper les paysages. Il est plein de design adapté aux chouettes. C’est pas juste des chouettes qui parlent et sont vaguement humanisées au niveau de leur comportement, sans vous spoiler, ce sont des chouettes qui savent bricoler, mais de façon logique et adaptée à l’animal.

J’trouve ça génial, tout simplement et les charadesigns (oui, je radote dessus, toutes les chouettes sont superbes et pleines de caractères).

La mouette et le chat par Enzo D’Alò

06. La mouette et le chat (qui lui apprit à voler)

Ce qui me marque c’est les scènes de rêves, mais il y a plein d’ambiances tout au long du film qui m’ont marqué. Les décors s’adaptent selon qui les voit (et voir un musée du point de vue d’une mouette terrorisée c’est flippant).

Jack et la mécanique du coeur par EuropaCorp

05. Jack et la mécanique du coeur

J’avais lu le livre et j’avais écouté je sais pas combien de fois l’album, donc j’ai découvert ce film que du point visuel (même si ça diverge, hein) et j’étais pas déçue du voyage !

C’est plein de surréalisme et plein de passage préfère mettre en avant le ressenti et les émotions esthétiquement parlant plutôt que de juste laisser les personnages s’exprimer, ça donne un film plein d’émotions et de moments d’animations qui s’envole lyriquement (est-ce possible pour des images ? J’sais pas).

Moana par Disney

04. Moana

Les cheveux <3. L’eau <3. Ce film est superbe (comme pas mal de Disney, j’ai envie de dire).

Mais ce que j’ai surtout adoré dans ce film et je l’ai revu plusieurs fois juste pour ça, c’est Lolotaï. J’ai dévoré les concepts art par la suite tellement j’en avais pas eu assez.
Et la séquence de chant de Maui et les tatouages de Maui. Il y a plein de pépites qui m’ont fait du bien les mirettes.

Dans la même veine, j’avais bien aimé les passages d’animation qui se passait dans le château d’Elsa dans La reine des neiges ou les animations du Docteur Facillier dans La princesse et la grenouille.
Disney j’les préfère pour les histoires plus que pour le côté visuel, mais il y a tellement de petites pépites dans leurs films que j’peux pas m’empêcher de voir leurs films d’animation.

Tout en haut du monde par Rémi Chayé

03. Tout en haut du monde

À la base, l’affiche en aplat sans contours m’avait fait me dire « j’vais le voir, m’a l’air pas mal graphiquement ».

Alors, non seulement il l’est, mais il regorge de plan large mag-ni-fi-que !

Spiderman, Into the spiderverse par Peter Ramsey, Bob Persichetti et Rodney Rothman

02. Spider-man Into the spiderverse

EXPLOSIONS DE COULEURS !

La découverte de l’année 2019 et j’leur donnerais bien tout mon argent pour que le studio fasse d’autres films.

Il a inclus sans trop de mal plein d’effet qui sortent tout droit des comics (et je parle pas que d’onomatopées), il y a plein d’utilisation d’halftones les color-key sont super osé, l’animation est faite d’une manière dont j’ai pas retenu le nom, mais permet qu’il n’y ai ja-mais de flou. On peut arrêter l’image quand on veut et en faire un screenshot clair digne d’une illustration individuelle.

On en prend plein les mirettes à chaque seconde. M’ont fait aimer Spiderman très fort.

Mentions honorables

Ce sont des films qui m’ont marqué visuellement, mais que j’ai pas su classer ou que j’ai pas réussi à faire monter dans le Top10, alors qu’ils sont très bons.
J’les conseille autant que ceux qui sont dans le top10 cependant, donc : regardez-les, ils sont bons.

Les enfants loups, Ame et Yuki

Paprika
(TW je pense, l’est vraiment chelou, mais j’ai pu le voir, donc méfiez-vous, mais à prioris pas besoin de TW)

Le Roi et l’Oiseau

Le roi lion

Coco

Anastasia

Les Croods

Summer Wars

Avril et le monde truqué

La traversée du temps

Brisby et le secret de Nimh

Prince et princesse

La planète au trésor, un nouvel univers

La route d’Eldorado

Leafie, a hen into the wild

Tokyo Godfathers
(TW sur l’abandon, le suicide, la mort, mise à tabac, quelques insultes transphobes)

Brendan et le secret de Kells par Tomm Moore et Nora Twomey

01. Brendan et le secret de Kells

(Presque) Tout droit sortie d’un livre enluminé.

C’est inspiré d’un livre ancien et tout du long, ça le rappelle avec succès. Que ce soit niveau composition des plans, géométrie des paysages ou personnages, texture. C’est unique et très bien maîtrisé.

Du même studio et dans le même style visuel, il y a Le chant de la mer qui est tout aussi beau et maîtrisé.

Maintenant que j’ai cité les miens : c’est quoi vos films d’animation que vous me conseillez ?


Cheval en fauvisme par Scotis

Mon mouvement artistique favoris

Quand on me demande quelles sont mes inspirations, je réponds du tac-au-tac : Ji-di, Steven Universe et les poneys. Pourtant j’ai grandi en passant pas mal de week-end dans les musées et j’ai même fait trois ans d’histoires de l’art. Les mouvements artistiques, je connais aussi. Et si j’ai des goûts assez classiques, j’me suis dit : pourquoi pas en parler ? On parle jamais assez des classiques.
(Old but gold, comme disent les anglophones)

Qu’est-ce qu’un mouvement artistique

J’vais plus ou moins paraphraser Wikipédia, parce que ce site explique bien mieux que moi.

Un mouvement artistique ou courant artistique est un ensemble d’artistes et/ou de leurs oeuvres qui se ressemblent (que ce soit par l’idée ou visuellement).
Généralement, on associe le mot mouvement artistique lorsqu’on peut clairement le définir théoriquement.
Du côté du courant artistique, c’est plus flou et souvent ça vient après la fin du mouvement artistique pour désigner des tendances (stylistique ou d’idée). Les courants sont définis par les artistes eux-mêmes ou des critiques extérieurs.

En gros, on respecte l’adage : qui se ressemble s’assemble.

Cheval en fauvisme par Scotis

Fauvisme

Ce fut un mouvement très rapide et très régional. En France, de 1903 à 1910 est né ce courant qui s’inspire des peintures post-impressionniste. On a longtemps labélisé ce mouvement comme étant brutale, d’où le surnom  » fauvisme  » (à comprendre dans le sens qu’on compare les artistes à des fauves qui ne respectent rien). On le reconnait par les couleurs chromatiques très marquées, des contours secs et des larges aplats de couleurs vives (certains diront violente), le tout en se basant quasi-exclusivement sur l’instinct en séparant couleur et sujet, afin d’accentuer le ressentit et la réaction du public.
En lire plus sur Wikipedia sur le Fauvisme.

Ce qui me plait par-dessus tout dans ce mouvement ? Les couleurs !

Les couleurs sont toujours très pures et contrastées. L’utilisation des sous-couches d’une couleur différente est très présente et donne une nouvelle profondeur aux sujets. Les palettes sont souvent trop violentes à mon gout, mais ça explose de sensations dans mon œil et c’est toujours un plaisir de sentir les émotions d’un arbre ou d’un ciel.

Je préfère ce mouvement quand il représente des paysages que des humains. Les portraits me mettent toujours un peu mal à l’aise. C’est sans doute le face à face avec les émotions des portraits, plus que leur fidélité qui me fait ça.
Quand on représente quelqu’un en cherchant à être le plus juste, on cherche pas à me présenter une personnalité, des goûts, des émotions et c’est plus solennel et me donne moins envie de détourner le regard de malaise.

Art nouveau

Mouvement artistique principalement de 1890 à 1910 il peut se résumer par son utilisation des courbes coup de fouet. On y retrouve beaucoup représentées les femmes et la nature, tout en courbe et assymétrisme. On y retrouve beaucoup d’influence symbolique, des mythes et folklores. International, tout le monde le connait ce mouvement-là.
C’est ce qu’on appelle un art total dans le sens qu’on le retrouve dans les affiches, peintures, meubles, dans l’architectures, les vitraux … bref, partout.
À part les arabesques, on peut aussi caractériser l’art nouveau par ses couleurs particulières, ses ornementations inspirées de la faune et la flore et le surplus de détails et textures.
En lire plus sur Wikipédia sur l’Art nouveau.

Ce qui m’attire le plus dans l’art nouveau c’est les sujets et les textures.

En même temps un mouvement quasi-exclusivement tourné autour de la représentation de la nature, c’était sûr de me plaire … Mais c’est surtout que c’est une invitation à s’échapper du monde réel pour retourner à une vie sauvage, libre et clairement imaginer. Le tout en projetant une douceur qui apaise.

Il y a aussi la gestion des détails et textures. Les objets ou peintures art nouveau débordent toujours de couleurs et textures, sans jamais perdre en lisibilité. C’est principalement des aplats, dans des palettes très uniforme, mais pas monochrome qui laissent imaginer la texture des choses. C’est le genre d’oeuvre où j’ai envie de coller mon nez dessus pour mieux voir.

Et surtout : c’est jamais figé, toujours en mouvement.

Dans un répertoire un peu différent, mais pas tant que ça, on a le mouvement Arts & Crafts (c’est le concurrent anglo-saxon de l’Art nouveau). Je l’aime aussi beaucoup et c’est un peu réducteur de le mettre comme ça en fin de paragraphe décrivant l’Art Nouveau, mais j’aurais répété ce que j’ai dit pour le décrire, donc je préfère quand même le ranger ici.

 

Cheval art-deco

Autres mouvements que j’aime bien

Si le Fauvisme et l’Art nouveau sont mes deux mouvements artistiques favoris, ce ne sont pas les seuls à me plaire ou m’influencer.

L’impressionnisme est un énorme mouvement que j’adore également. Plus doux que le fauvisme, on y voit beaucoup plus la texture du pinceau et on y voit plus de travail de la lumière, sans perdre de vue le ressenti plus que la fidélité du sujet.
C’est plus pictural, toujours poignant. C’était mon mouvement favori quand j’étais petite, j’ai grandi baigné dedans et j’en avais plein de cartes postales achetées en musée.

Dans une moindre mesure, le Dadaïsme m’influe aussi dans sa remise en question des conventions (que ce soit esthétique, qu’on place sur sois ou convention sociale).
Je déteste autant ce mouvement que je l’apprécie. J’apprécie son principe de base et pas mal des réflexions qui en découlent, mais je déteste le côté condescendant de pas mal des artistes l’ayant cré et qui cherchait à tout prix à ce qu’on rentre dans leur moule/leur façon de pensée (superbe pour un mouvement censé libérer la parole).

Il y aussi plus lointainement le Symbolisme qui me parle, l’Expressionnisme ainsi que les Arts bruts.

Je crois que pas mal de mouvement ont quelque chose qui me parle. C’est ça qui est bien avec les inspirations, on regarde partout et on y trouve ce qui nous plait pour l’inclure dans nos propres créations.


StreamAvatars – Attaque de poney sur Twitch

Vous vous demandez ce que sont ces poneys en bas de mon écran lorsque je réalise un live sur Twitch ? Eh bien ce sont vos avatars avec lesquels vous pouvez personnaliser, faire interagir et participer à votre manière aux lives avec moi ! 

Détail(s) et inspiration(s) :

En étant sur le live de quelqu’un, je me suis longuement amusée à découvrir StreamAvatars et son utilisation avec des Kirbys. Et les Kirby c’est peut-être mignon, mais je voulais la même chose sur mon live AVEC DES PONEYS.
Parce qu’on sait bien que je suis pas du tout obsédé par le sujet.

J’ai donc acheté le logiciel, continué quelques tests avant de prendre finalement un après-midi pour me créer mes propres pixels art, animations, fonds pour OBS et robes.

Je ne pourrais pas faire une liste étape par étape, parce que je débute autant en animation qu’en pixel art, ce qui a donné pas mal d’essais et d’erreur.

Globalement, j’ai créée un damier que voilà pour bien avoir tous mes pixel arts de la même taille.
J’ai créée quelques animations en key-frame pour voir ce que je devais faire et ensuite ait intercalé d’autres frames entre.

Sur StreamAvatars j’ai pu indiquer les FPS de chaque animation, si l’animation retournait en idle après avoir joué, si je devais maintenir la dernière frame (et combien de secondes), si l’animation faisait un loop … Bref plein d’info.
Sachant que la plupart des animations existent de base dans le logiciel et génèrent un tracé particulier et/ou des particules.
Les versions que j’ai générées en gif pour mon blog sont donc des pâles copies qui manque de punch ou de rythme, parce que je n’ai pas les mêmes options sous Photoshop à mon grand regret et les refaire à l’identique aurait prit trop de temps.

J’avais pas fait d’animation depuis bien 2 ans et pas fait de pixel art depuis pratiquement 5.
Ce fut un bon retour dans le temps et j’ai pu constater que j’ai progressé sans le savoir entre temps. Ce qui fait toujours plaisir.

En plus animer des poneys, c’est mon dada !

Animations

Ces animations n’ont pas été générées de la même façon que dans StreamAvatar et manquent cruellement de détails … Pour les voir réellement s’animer, n’hésitez donc pas à me rejoindre en live !

Idle animation

Walk animation

Sit animation

Stand animation

Jump animation

Hug animation

Dance animation

Attack animation

Fart animation

Robes disponible

En plus d’avoir des animations personnalisées sur StreamAvatars, je me suis amusée à mettre à disposition plein de robes ! Ainsi que des marquages et des accessoires.
La collection s’agrandira sûrement avec le temps, mais en attendant, les voilà tous avec leur prix (en gold) ou la façon dont vous pouvez les débloquer.

Robes uni

Alekiss
Cadeau

Alezan

Alezan flaxen

Alezan sooty

Blanc

Cremello
50

Gris

Gris rose

Noir

Palomino

Shadowmere
200

Smoky black
50

Robes avec extrémités d’une autre couleur

Bai

Bai clair

Bai seal brown

Bai silver
50

Bai sooty

Gris souris

Isabelle

Noir silver
50

Perlino
20

Marquages

Belle face

Dun
50

Rouan
25

Accessoires

Corne
200

Corne noire
200

Stream Avatar

Le nom est relativement clair, ce logiciel (que vous retrouverez sur streamavatars.com) sert à mettre à disposition de toustes un avatar sur vos lives Twitch, Mixer ou même Youtube.

Vos spectateurices auront la possibilité de les faire bouger, interagir avec les autres avatars, des jeux ou le décor et surtout, de les personnaliser !

Vous pouvez l’acheter sur Steam.

Il est super simple d’utilisation et de personnalisation, même du côté de sa mise en place pour le propriétaire du live ! Je m’attendais à quelque chose de plus complexe, mais en fait, non, c’est juste simple.
Pis bon, je trouve ça super classe de voir galoper des poneys sur mon live !

Rejoins le troupeau

C’est simple comme tout, mais voilà un petit guide rapide.

Déjà, assure-toi que tu me suis sur Twitch : Scotis.fr.

Descends sur ma page et tu devrais voir cette extension :
Il te suffit de l’autoriser et hop !
Tu n’auras plus qu’à personnaliser ton avatar et commencer à jouer avec !

Commandes disponible pendant que je live

Les commandes sont visibles dans la documentation, mais en anglais. Voilà donc une traduction pour les anglophobes. Je n’ai mis que celles que vous pouvez utiliser.

!help — Affiche une liste des commandes de base.

!random — Force votre avatar à équiper une apparence aléatoire. (avatar, couleur, équipement)

!avatars — Affiche une liste des avatars disponibles.
!avatars  [choice] — Force votre avatar à changer pour l’avatar choisi.

!gear — Affiche une liste des équipements disponibles pour l’avatar choisi.
!gear [choice] — Affiche une liste des équipements disponibles.
![choice] [choice] — Force l’avatar actuel à équiper l’équipement choisi.

!colors — Affiche une liste des couleurs disponibles pour l’avatar actuel.
!colors [choice] — Force l’avatar actuel à équiper la couleur choisie.

!nametags — Affiche une liste des nametags disponibles.
!nametags [choice] — Équipe le nametag choisi.

!actions — Affiche une liste des actions disponibles pour l’avatar actuel.
![choice] — Force l’avatar à effectuer l’action choisie.
![choice] [target]  — Force l’avatar à effectuer l’action choisie sur l’utilisateur cible choisi.

!show — Affiche une liste contenant l’avatar, la couleur, l’équipement et le nametag qui est actuellement équipé.

!shop — Affiche une liste pour parcourir les options de la boutique.
!buy avatar — Affiche une liste d’avatars pouvant être achetés.
!buy colors — Affiche une liste de couleurs pouvant être achetées pour l’avatar actuel.
!buy actions — Affiche une liste d’actions pouvant être achetées pour l’avatar actuel.
!buy gear — Affiche une liste d’équipement pouvant être achetées pour l’avatar actuel.
!buy nametags — Affiche une liste de nametag pouvant être achetées pour l’avatar actuel.

!bet — Affiche les instructions pour utiliser le jeu de roulette.
!bet [amount] [bet-type] — Place un pari sur le type de pari pour le jeu de roulette.
(type de pari : red/black, odd/even, 0-36, 1st12, 2nd12, ou 3rd12.

!duel [target] [amount]  — Défiez l’utilisateur cible en duel pour un certain montant, le gagnant prend tout.

!slots [amount]  — Pariez un montant sur la machine à sous.
(les montants des paris sont limités entre 5 et 500 par défaut).

!currency — Affiche combien de monnaie vous avez.
![currency name] give [target] [amount]  — Donnez à l’utilisateur cible un montant de votre devise.

Par défaut j’ai laissé la monnaie comme étant le Gold.


Visite d’atelier / Art studio tour (2018)

Coucou les gens !

Ça faisait quelque temps que je me demandais si ça valait le coup de faire cet article … J’en avais très envie, mais en même temps, j’suis une artiste numérique avant tout, donc en dehors de mon écran et ma tablette, j’ai pas tellement de matériel …

Et puis, pour rire en octobre 2018 j’ai fait un livetweet de rangement de bureau. (oui, l’idée me faisait rire)
C’était pour m’auto-motiver et j’me suis dit que peut-être ça en intéressera quelques-uns.

Je n’ai pas pris de photos de ma bibliothèque où je stocke mes papiers et les 3/4 de mon matériel, mais depuis j’ai déménagé ailleurs dans l’appartement, pour un plus grand bureau.
C’est donc un article tout à fait nostalgique et je pense que je referais vite un article pour vous présenter mon nouveau lieu de travail.

Là où je bosse

J’appelle ça mon bureau … mais en fait, c’est notre salon.
Le meuble en lui-même fait 3m de long et je le partage avec mon conjoint. Je bosse dans le salon, qui est en fait plus un atelier entre les imprimantes (3D ou non), les outils qu’on a partout et les divers projets en cours. On a bien un canapé, mais on s’en sert que quand il y a des invités ou presque.

Entre les chats et ce détail, je bosse rarement seule et travaillant de chez moi, ça fait du bien.

Je continue d’appeler le morceau de salon où j’ai mon morceau de bureau et ma bibliothèque mon bureau, par extension, il s’agit de mon atelier où je peints/dessine, en plus de réaliser toutes les autres tâches qu’une autoentreprise demande joyeusement (on kiffe toustes faire notre paperasse ou notre compta).

Mon bureau

Voilà donc une vue d’ensemble de mon bureau.
On aperçoit à droite ma bibliothèque où je stocke mes pinceaux, vernis, outils de précisions, tubes de peinture, feutres, crayons, pantins, papiers, emballage pour l’envoi et un peu tout ce dont j’me sers pas toutes les heures quoi.

Déjà, on note que j’ai deux écrans.
L’un me sert principalement à garder sous les yeux Trello, ma musique (j’utilise Google Play et Youtube, principalement), mes pomodoros et souvent, Discord (j’aime papoter pendant mes pauses).
L’autre me sert pour tout le reste (bosser, dessiner, jouer, bref, tout quoi).

Portant mes écrans est une tablette réalisée par mon conjoint où j’entasse plein de choses diverses et variées, dont je me sers pour gérer mes crises d’angoisses et/ou me rappeler les gens que j’aime.

Entre autre gadget j’y ai : mon gant de tablette graphique (qui m’évite de coller à ma tablette quand il fait chaud), ma p’tite règle, un porte-bijou en forme de souris, un koala portant un drapeau australien avec une broche de koala planté (pour celleux qui ne le savent pas, j’ai de la famille australienne et ce koala a été rapporté d’Australie par mon grand-père, ça a donc plein de valeur sentimentale pour moi), des poneys en cristal (ou une matière ressemblante), ma collection de fidget cubes (j’les pose là dès que j’les retrouve, j’les perds dans mes pantalons/manteaux de façon régulière), un Cobra MIII (imprimé en 3D à la maison, posé sur un photophore, ça vient du jeu Elite Dangerous), un D20, une rose en fer réalisé par mon chéri, un slinki multicolore avec dedans un poisson rouge bleu qui brille de partout et, un cerflex en forme de coeur avec un bonbon momifié en forme de coeur.
Hors de la photo, se trouvent un T-rex en plastique et deux licornes (une de ma maman qui est en fait une veilleuse et un de ma belle-mère).

Je sais que concrètement, j’ai trop de mémentos de diverses choses sur cette tablette, mais j’arrive PAS à me séparer ou déplacer ces choses. Elles me rappellent ceux que j’aime, que je suis aimée et me donne la motivation d’être moi.
Pas mal de ses objets sont également des objets fidgets (oui, les fidget cubes sont obvious, mais le dé et le slinkie en sont aussi).

Sous la tablette, mon verre d’eau pour l’aquarelle et … plein de crayons, stylos, feutres, gelpens, crayon aquarelles … bref, il y a tout ce qu’on peut mettre habituellement dans des pots à crayons.

Il y a souvent dans la journée Eddy (un de mes chats) qui vient dormir entre les pots et le clavier.

Ma tour à papier.
Et ma zone à thé. C’est là que je pose la boite à thé du jour et ma coupelle à chinois pour éviter d’en mettre partout.

En haut se trouvent mon carnet, mon taille crayon et deux boites, où j’y range des produits d’entretien et des câbles divers et variés, comme ça, c’est le bordel, mais ça a l’air rangé.

Fun-fact, dans ma tasse du Professeur Koro se trouve tous mes gels à paillettes.

Ma tour est simple niveau rangement : en haut, mes papiers à moi important.
En dessous, tous mes papiers. Ils sont rangés dans des feuilles A3 pliées en deux pour que ça soit plus simple pour moi de trouver rapidement le papier que je veux.
En dessous, c’est les papiers de mon chéri (comme j’ai dit plus haut, c’est un bureau qu’on se partage).
Et enfin, les papiers à archiver dans leur endroit où ils resteront quelques décennies.

Contre ma tour à papier, se trouve une plaque que mon chéri m’a coupée à la bonne taille qui me sert de tableau magnétique.
J’y accroche des cartes postales qui m’inspirent, des mémos, entre autres. J’y ai aussi une enveloppe pour y glisser les tickets de caisse de la semaine (que je scanne et copie le vendredi).

Si vous avez reconnu les magnets GrandChampion, vous êtes des vrais.

Près de ma bibliothèque, c’est là où je pose ma tablette : près de ma lampe à lave, mes diverses bouteilles Coca-Cola, mon parfum, mes bougies, ma tirelire, mes baguettes pour me coiffer.
Bref, un beau bordel totalement assumé.

Des fois on y trouve des magazines en train d’être lu ou ma manette pour quand je joue à Elite Dangerous.

Au revoir bureau

Ce bureau je l’ai eu de notre installation dans cet appartement en 2015 à février 2019. Autant dire que je l’ai eu longtemps.

Il était étroit et le fait de devoir le partager (avec les chats et le chéri) était pas toujours cool pour bosser et je voulais m’étendre.
Du coup, on a fini par me déménager sur mon propre bureau, que je vous montrerais dans le futur.
J’ai plus de places, plus de soleil et je suis moins dans le passage (j’étais au milieu de notre salon/bureau, je suis désormais dans un coin).

Je suis nostalgique de voir ses photos, parce que j’y ai passé beaucoup de temps et c’est là que l’aventure de mon autoentreprise a débuté.

On se reverra bientôt, avec un nouveau tour d’horizon de mon atelier actuel !

En attendant, si vous me montriez vos ateliers/bureaux à vous ?


Dessin d'OC de Scotis.

L’illustration numérique et moi

Je fais aussi de l’illustration traditionnelle, mais quiconque me suit sait que mon médium favori  reste l‘illustration numérique. Aussi appelé digital painting ou illustration digitale.

J’avais envie d’en parler plus en détail, avec mon parcours et mon avis sur plusieurs sujets, donc en voiture Simone, c’est moi qui conduit, c’est toi klaxonne.

Qu’est-ce que c’est l’illustration numérique

Aussi appelé peinture numérique ou digital painting c’est une façon de peindre en utilisant des outils numériques (communément un ordinateur et une tablette graphique, mais de plus en plus on peut aussi utiliser une tablette ou son téléphone).
C’est l’inverse de la peinture traditionnelle où on utilise de la peinture ou des feutres/crayons sur un support telle que du papier ou une toile.
Ça peut aussi être directement une forme d’art généré par un ordinateur, sans trop d’interaction de la part de l’artiste en dehors des commandes de bases.

Le pixel art c’est par exemple une forme d’illustration numérique. Certains disent que le pop-art en est aussi, j’saurais pas me placer sur la question.

L’avantage de l’illustration numérique ?
Numéro un : LES CALQUES.
Ou, le fait de pouvoir peindre en différente couche qu’on peut modifier à tout moment sans que ça altère les autres couches directement.
Numéro deux : le CTRL+Z. Ou le fait de pouvoir annuler une action.

Il y a des limites à l’illustration numérique, mais aussi pas mal d’avantages.
Bref, c’est un médium/outil comme un autre.

Dessin d'OC de Scotis.

Mes débuts

En 2007, j’avais 12/13 ans et je jouais à ZeCheval et Equideo. Et sur ces sites, j’ai découvert que des gens dessinaient sur leur ordinateur. Me demandez pas comment j’ai pu ignorer cette information pendant aussi longtemps, j’étais jeune et naïve, maintenant que je suis grande j’arrive pas à comprendre comment je suis passée à côté de ça et comment je pensais qu’étais fait les différents médias que je consommais (livre, dessin animé ou autre).
Et si des gens dessinaient des chevaux sur leur PC, moi aussi je voulais en être. Armée de Photofiltre et de ma souris, hop, je me jetais dans le grand bain. À moi les crampes aux mains.

Ma mère a vite eu pitié de moi et m’a acheté ma première tablette. Une petite Trust sans pression.
Relativement en même temps une amie de ma mère m’a offert une version CD de Photoshop (vous vous rappelez l’époque où on acheté une licence 2 000 euros et quelques sur CD ? Où on louait pas le logiciel ?)
J’naviguais encore entre dessins dans mon carnet, dessins que je scannais pour colorier ça sur mon ordi et dessins entièrement réalisé sur Photoshop.

Vers 2010, j’ai déboulé sur DeviantArt et commencé vraiment à suivre des communautés d’artiste, lire des tutos et les suivre.

Vers 2012 (mes 17 ans environ), j’ai eu mon premier smartphone et j’ai un peu délaissé mon carnet pour dessiner dessus.
Le fait d’avoir dans ma poche un logiciel de dessin m’a beaucoup plu. Je crois que c’est ça qui m’a définitivement accrochée à l’illustration numérique, le fait d’avoir en un seul endroit une multitude de brush et de couleurs sans avoir à me trimbaler une caisse à outils.
J’ai aussi vers cette époque eu ma première tablette graphique avec sensibilité (une Wacom Intuos).

Jusqu’en 2017 j’avais pratiquement laissé tomber l’illustration traditionnelle. Jusqu’à ce qu’à mes 22ans, je décide de me remettre à l’aquarelle doucement. J’ai aussi changé de tablette pour une Huion et commencé à jouer sur Krita en parallèle de Photoshop.

Si vous voulez voir mon parcours en image (parce que ça parle plus), j’ai retracé mon parcours dans le grand bain de l’illustration dans un article que je mets à jour tous les ans.

Si je devais recommencer

Maintenant que je suis grande, que je sais mieux ce que je fais, qu’est-ce que je conseillerais à mon moi du passé qui veut débuter ?

La petite tablette pas plus grande que du A5 c’est très bien, mais un stylet qui marche sans pile et qui gère la pression c’est mieux.

J’ai jamais vraiment lâché l’illustration classique, mais j’aurais dû me forcer un peu plus à utiliser de la couleur.

En dehors de ça ?
Je pense que partir un peu dans tous les sens et explorer fait partie du processus d’apprentissage et est très bon. Donc je changerais pas ça pour rien au monde.
Peut-être me forcer un peu à être plus régulière aurait pu aider, mais je pense que l’illustration doit être un parcours très personnel et pas régler par les horloges ou un calendrier. Aucun regret d’avoir suivi ma muse et ma motivation, donc.

Je me suis pas mis particulièrement de pression pour progresser.
Mes proches m’ont pas mis de pression, mes profs m’ont pas mis de pression particulière.
Je pense que c’est ça qui m’a permis de conserver ma passion et ma motivation au travers des âges.

Je changerais pas grand-chose à mon parcours quoi, mais pour celleux qui veulent commencer, voici quelques conseils dans le désordre pour débuter :
achète une tablette bas-prix, du moment que le stylet gère la pression, t’as pas besoin d’une tablette à écran forcément et tu veux pas débuter à la souris
tu vas galérer ! C’est normal. Surtout si ta tablette graphique a pas d’écran. Ta coordination œil-main viendra avec le temps, t’en fais pas. En attendant, fais des bulles (ou peint l’espace)
– même si ton but c’est de devenir un artiste connecté à ton ordinateur, continue d’étudier ou d’explorer les techniques traditionnels, c’est les mêmes bases et t’apprends plein de trucs que tu réutiliseras sur ton logiciel, c’est formateur.
lis et suit des tutos sur ton logiciel pour le prendre en main. Il y a souvent plein d’outils cachés qui sont pourtant pratiques