Skip to main content

Par-delà le voile

(Il s’agit d’une suite de Par-delà le clavier)

Charlotte n’est plus avec la Compagnie de Thorïn. Voilà. Il va falloir s’y faire. De l’autre côté du voile, une certaine personne continue cependant de chercher sa place en Arda.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps : 4h
Inspiration(s) musicale(s) : Bande-sons Le Hobbit et LOTRO (Lord of the ring Online)

Détail(s) et inspiration(s) :

Je savais déjà ce que je voulais, puisque j’avais fait quelques thumbnails dans un coin et j’avais déjà décidé d’une composition.
La première étape que j’ai donc effectuée à été de faire un croquis relativement correct de chacun des personnages (on peut observer que j’suis encore pas mal en galère avec les humains niveaux anatomie ahah, même si on les reconnaît relativement par je ne sais pas encore quel miracle).

1. Une fois mon croquis fait, j’ai peint mon fonds. Il est simple au possible, parce que je voulais l’attention sur les personnages, mais aussi parce qu’il s’agit d’une couverture qui fera 200px de haut à la fin … donc les détails que j’aurais pu faire auraient été perdus, de toute façon.
Il s’agit d’un ciel de nuit, enfin, à la fin du couché de soleil. D’où le dégradé du orange vers le noir. J’aime bien cette palette de couleurs. J’ai ensuite fait les étoiles et la lune, avec un léger dégradé d’opacité (avec du recul, j’aurais dû juste mettre moins d’étoiles vers le bas où est le soleil … eh, heureusement que j’suis pas astronome ou en train d’illustrer un propos astronomique quelconque).
Sur ce ciel étoilé, j’ai peint des nuages bien cotonneux et noirs.
Niveau symbolique, le soleil se couche sur la vie que les trois protagonistes principaux ont connue jusque-là, mais comme le soleil n’est pas la dernière lumière du jour de Durin, la nuit n’est certainement pas la fin de leurs aventures. Bilbo se tourne désormais vers son anneau qu’il doit détruire avec l’aide de Gandalf et des conseils de Charlotte. Nori se tourne vers le futur, car il n’a plus que ça et il ne sait pas encore trop vers où se tourner, sa famille, ses anciens projets avant de s’embarquer vers Erebor ou … est-ce qu’autre chose serait la solution ? Et Charlotte bien que n’était plus là, continue de penser à eux et à vouloir le meilleur pour eux. Elle n’est plus là, mais toujours dans leur patte.

2. Charlotte étant un spectre dans ce tome (au cas où le fait qu’elle sache soudainement voler ne le laisse pas deviner), j’ai transformé le line-art du noir vers le blanc après avoir mis en aplat ses couleurs. J’ai ensuite dupliqué ce line-art et ai mit du flou sur ce duplicata, créant ainsi cet effet brillant spectrale.

3. J’arrive toujours pas à piger comment j’ai fait pour que Nori soit reconnaissable en faisant le line-art, mais une fois les aplats fait, je suis fière de moi. Je crois qu’avec le fonds, c’est l’élément le plus sympa de cette couverture ! Il a tellement de petit détail ! Et encore, là j’ai fait que les nombreuses tresses, j’ai pas encore commencé les textures …

4. Pour finir mes lineart, j’ai réalisé Bilbo Baggins, notre hobbit préféré. Je sais pas ce que j’ai fichu sur le ventre ? Genre l’anatomie du tronc est loupé et j’ai pas réussi à rattraper ça … Enfin, ça veut dire plus de session de nue pour moi, en me concentrant un peu sur les hommes que je sais pas dessiner (et même si je préfère dessiner des femmes, savoir dessiner les deux genres principaux me fera jamais de mal).
J’ai aussi réalisé quelques textures sur les vêtements de Nori. Comme avec toutes mes couvertures de fanfictions, la version finale fera 200px de hauteur, ainsi je n’ai pas cherché à m’appliquer spécifiquement ni n’ai cherché à trop en faire.

5. Enfin, l’étape où j’ai un peu corrigé les détails qui me gênaient. Les deux plus gros détails étant les yeux de Charlotte qui avec le lineart blanc rendait étrange et le ventre trop plat de Bilbo.


À tes côtés (je suis là)

Évangéline et sa maladresse. Une erreur de mail. George et son train-train quotidien. Un mail surprise. Une rencontre imprévue quand le destin s’en mêle, deux vies s’emmêlent.

Évangéline et sa maladresse. Une erreur de mail. George et son train-train quotidien. Un mail surprise. Une rencontre imprévue quand le destin s'en mêle, deux vies s'emmêlent.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop et Krita
Temps : 2h
Inspiration(s) musicale(s) : Tokyo Hotel – An deiner seite (ich bin da)

Détail(s) et inspiration(s):

  1. Cette illustration étant une couverture pour une de mes fictions (à la base une fanfiction, mais j’ai changé les personnages en cours de route, j’en reparlerais plus tard), il fallait que ça résume l’histoire, sans faire de spoiler, tout en étant attirant pour l’œil. Préférant les illustrations figuratives, j’ai sans surprise choisie de représenter l’héroïne de l’histoire, Evangéline. Je la voulais en train de se relever et d’aller toucher la musique (oui, on peut toucher les vibrations d’une musique et la ressentir à défaut de l’entendre). Il s’agissait de montrer qu’elle tente de se lever et de voir autre chose, un monde qu’elle ne connaît pas.
    Pour comprendre exactement ce que je baragouine, je suis désolée, il faudra me lire …
  2. Après avoir fini le croquis, j’me suis attaquée à  » comment que je représente graphiquement la musique « . Sur le croquis, j’avais dessiné une note de porté, entouré d’ondes. L’idée était pas trop mal, je trouvais. La musique, c’est des ondes après tout. Ondes après ondes, altération du sons après altération, on finit par la ressentir.
    Je suis donc partie sur Krita et avec ses fonctions super utile, j’ai donc peint en noir sur blanc un zentangle concentrique de ce que je pensais qu’Eve ressentait pendant son histoire (personne ne captera ce détail et c’est pas le but, c’était juste pour me donner un guide visuel dans mes formes).
    De retour sur Photoshop, j’ai retiré le fonds blanc du zentangle et l’ai placé correctement dans l’illustration.
    J’ai choisi de mettre le zentangle rouge, mais au fur et à mesure de mes essais d’effets spéciaux sur la forme, ça a viré sur ces couleurs rouge-orange-jaune feu qui forme l’illustration finale. J’aimais bien ces couleurs et montre bien la beauté de ses couleurs, tout en évoquant un danger potentiel puisqu’on sort de la zone de confort du personnage.
  3. Pour le fonds, j’ai choisi un dégradé du bleu vers le noir. Le noir, puisque l’héroïne ne connaît pas la musique, mais cela se révèle être sa sortie de son monde d’ombres, de doutes et sans support émotionnelle. Et le bleu ? J’aime bien le contraste et c’est pour moi une couleur chaude d’espoir. Après tout, le bleu du ciel au bout d’un tunnel annonce toujours de bonnes choses.
  4. S’en est ensuite suivit la mise en aplat du personnage Evangéline.
    Note que le haut à rayure a été une plaie à faire. Les femmes ça a des seins et donc du volume. Peindre des rayures sur des volumes, c’est horrible.
  5. La couverture devait faire 200pixel de haut, du coup, j’suis restée très simple et n’ai pas fait de mise en volume, sinon un léger liseré de couleur pour donner un peu de volume au personnage. J’voulais pas noyer de détail l’illustration.

 

Tu nous parles de cette fanfiction ?

J’avais commencé il y a un an ou deux une fanfiction résolvant autour d’Evangéline et Gustav (du groupe Tokyo Hotel). En cours d’écriture, je l’avais abandonné pour manque de motivation.

Je l’ai reprise il y a deux mois, en me donnant pour objectif de finir toutes mes vieilles fictions commencées (parce que avant Par-delà le clavier j’avais jamais rien fini et si j’ai pu finir une fanfiction de 200 000 mots, j’peux bien finir ce que je veux).
Et pour me redonner la motivation, j’ai changé la localisation de l’histoire qui se passe uniquement en France au final et avec des personnages à moi (même si oui, ils sont plus qu’inspirés de Tokyo Hotel).

Choses dites, choses faites, en à peine deux semaines, j’avais finalisé et posté l’histoire !
Vous pouvez donc désormais lire A tes côtés (je suis là) !

Alors, oui, en tout j’ai mis deux ans à l’écrire, mais j’suis contente de m’être enfin motivée à en voir le bout. J’ai eut de bons retours dessus, en prime, ce qui m’a d’autant fait plaisir, même si elle est très peu lue par rapport à ma fanfiction du hobbit (100 lectures contre 10 000 au moment où j’écris cet article).

Mon conseil du jour sera : allez-y !
Reprenez ce vieux projet qui traîne dans vos placards et vous plaît, ça en vaux amplement le coup.

Mes OCs

Envie de découvrir mes personnages, leurs relations et leurs univers ? Je les ai regroupés ici !

Leur monde

Vivant dans les tréfonds d’une forêt normande, leur monde est en réalité une poche de réalité alternative les cachant des hommes et du monde moderne. Les passages entre les deux réalités est possible pour de nombreux animaux, bien que seul Encre sache le fonctionnement exact de la Bulle.

Cette Bulle protège ses occupants et permet à de nombreux phénomènes paranormaux ou magiques d’exister.

Au centre exact de la Bulle se trouve le Refuge d’Encre. Il s’agit d’une clairière avec l’arbre-maison d’Encre.

Alekiss

Âge : 13 ans

Robe : Overo splash alezan sooty

Lieu de résidence : Refuge d’Encre

Occupations : Faire des potions, récolter et s’occuper des plantes, apprendre d’Encre

Métiers : Apprentie d’Encre et échange de services avec les animaux de la forêt (potions et/ou soins)

Talents : Faire des potions avec des couleurs pétantes (mais inutile)

Caractère :
Pimpante et enfantine, c’est un moulin à parole toujours ravie de tout découvrir du monde. Au fond, elle est studieuse et douée avec les potions, mais elle préfère faire des blagues avec. Il n’y a que seul avec Encre qu’elle se laisse aller et exprime ses doutes et ses démons, qui sont très nombreux car elle n’a aucune confiance en elle.

Enfance :
Alekiss est née dans le Refuge d’Encre d’une jument de trait (Emeline). Cette dernière vient d’une ferme et du monde humain, elle avait fait un saut dans le pré d’à côté. Délaissée par son propriétaire, car pleine et donc incapable de travailler, elle décida d’aller s’aventurer dans la forêt pour aller demander l’aide d’un magicien dont parfois les animaux parlent. Elle s’enfuit loin des hommes et réussis à entrer dans la bulle. Alors que la mort l’attire doucement, Encre la croise et l’aide à finir sa mise à bas.Emeline a fait promettre à Encre de s’occuper d’Alekiss et d’en faire une bonne jument sauvage. Encre promet, sans savoir quoi faire du poulain. C’est une harde de cerfs qui finalement lui apportera la solution. Avec leur aide, elle remet la jument près de la clôture en dehors de la bulle et l’une des biches ayant perdu son petit devient la nourrice de la pouliche nommée Alekiss. 
C’est comme ça qu’Alekiss a grandit avec deux mamans adoptives (Rowena la biche et Encre) et entre deux mondes (la harde de cerf et le Refuge d’Encre).
 
Vers ses 1 an et son sevrage, elle quitte la harde de cerfs pour venir vivre dans la maison d’Encre.
 Elle commence alors à jardiner et à apprécier les plantes. 
Vers ses 3 ans, elle devient officiellement l’apprentie d’Encre qui plaisir à lui apprendre tout ce qu’elle sait.

Relations :
Emeline – Mère qu’elle n’a jamais connu.
Encre – Maman d’adoption et mentor, c’est un modèle dans la vie d’Alekiss. Elle l’adore, mais la respecte.
Rowena – Mère laitière d’adoption. Elles s’entendent à merveille et s’adore mutuellement. Alekiss adore voir tous les ans ses petit-e-s frères et sœurs d’adoptions naître.
Luan, Gauvain, Elouan, Cédric – Frères et sœurs d’adoptions. Luan étant son aîné.
Le troupeau de Rowena – Devenu proche d’Alekiss, il revient régulièrement la voir.
Soda – Ami proche qui passe la voir de façon régulière.

Autres informations : Elle est capable de produire des show magiques de lumière, inutile, mais jolie. C’est la seule forme de magie qu’elle est capable de produire.

 

Encre

Âge : ≈ 600 ans

Lieu de résidence : Refuge d’Encre

Occupations : Apprendre plus de la nature et s’occuper de son jardin

Métiers : Soigner les animaux de la Bulle (et parfois ceux des hommes qui viennent à elle)

Talents : Création de baumes et pâtes de soins

Caractère : Lunatique et réservé, elle a bon fonds et adore aider les autres, mais elle n’est pas toujours socialement apte. En générale, elle préfère ne dire que le stricte nécessaire et rester dans son coin en bougonnant ce qu’elle fait ou pense, sans que ça n’ait vraiment de sens pour quelqu’un d’autre qu’elle. La seule personne avec qui elle s’entends et ne se lasse jamais est Alekiss avec qui elle adore discuter de milles choses à la fois, mais aussi la bichoner.

Enfance :
Née dans une fratrie de cinq au 15ème siècle dans une ferme de compagne. Toute la colonie de rats s’est vite rendue compte que quelque chose cloché avec Encre : bien que malingre, rien ne semblait la toucher, ni le froid, ni les blessures. Mit de côté par la colonie et sa famille à cause de ses aptitudes, elle finit par quitter la colonie dès son sevrage.
Seule face au monde, elle se rendit bien compte qu’elle n’avait pas juste une meilleure constitution de ses congénères : elle semblait immortelle.
Encre connu donc la Renaissance, le beau siècle, les grandes découvertes, le début de la science moderne, les lumières et beaucoup trop d’informations pour son cerveau de rongeur qui apprit cependant au fil du temps. A force de balade ici et là, plus grand chose ne lui fait peur et elle apprit au contact des hommes à lire. Elle vécu une vie d’homme avec un alchimiste pendant la renaissance. De là, elle apprit la plupart de son savoir actuel et trouva enfin sa place dans l’univers : soigner les animaux n’ayant pas accès aux hommes. Une fois l’alchimiste mort, elle s’installa dans une forêt.
Ce n’est qu’aux environs de ses 400 ans qu’elle se rendit compte qu’elle était capable de magie et plus exactement de modifier l’espace-temps à sa guise sur un périmètre donnée autour d’elle. C’est là que l’idée d’une Bulle d’univers alternatif lui est venu et que le Refuge fut crée.
Encre ne comprends pas toujours pourquoi elle est immortelle ni ce qu’elle fait quand il s’agit de magie, mais elle fait de son mieux pour servir les autres.

Relations :
Alekiss – Fille adoptive et de cœur. Elle tente de lui apprendre tout ce qu’elle sait.
Troupeau de cerfs – Ils sont trop nombreux et parlent trop, mais ils sont une occurrence régulière dans sa vie et au fond, elle les apprécie.
Soda – Il est têtue et trop souvent à son gout dans ses pattes, mais il a un bon fonds alors Encre le tolère.
Fortune – Une vieille amie.

Autres informations :
Encre est immortelle, rien ne peut la tuer, ni le temps, ni les blessures mortelles, ni les poisons. Elle peut manipuler à souhait l’espace-temps ainsi que pratiquer de la magie.

 

Rowena

Âge : 17 ans

Lieu de résidence : Forêt dans la bulle

Caractère : Mère de substitution pour tous, elle est toujours en train de s’occuper des autres à la limite d’en être étouffante.

Relations :
Klervi et Janig – Meilleures amies
Corentin et Douglas – Compagnons
Luan, Gauvain, Elouan, Cédric : Enfants biologiques
Alekiss – Enfant adoptive

 

La harde de cerf

Janig – Soeur de Klervi

Klervi – Soeur de Janig

Luan – Fille de Rowena et Corentin

Jennifer – Fille de Janig et Corentin

Gael – Fils de Klervi et Corentin

Erin – Fille de Janig et Corentin

Gauvain – Fils de Rowena et Corentin

Gwendal – Fils de Klervi et Corentin

Corentin 

Douglas

Elouan – Fils de Rowena et Corentin

Brendan – Fils de Janig et Corentin

Gladys – Fille de Klervi et Corentin

Cédric – Fils de Rowena et Douglas

Bryan – Fils de Janig et Douglas

Duncan – Fils de Klervi et Douglas

Logan – Fils de Luan et Douglas

Azel – Fille de Jennifer et Douglas

Enora – Fille d’Erin et Douglas

Sodas

Âge : 17 ans

Robe : Alezan (hétérozygote flaxen)

Lieu de résidence : Forêt (rôdeur)

Caractère :
Sodas apprécie de finir ce qu’il a commencé. Quand il a une idée en tête, il fera tout pour obtenir ce qu’il désire (que ce soit de manger une pomme ou aider son prochain).
Parfois son entêtement lui joue des tours et le fait tomber dans des situations peu agréable. La plupart du temps cependant, son envie de toujours bien faire en fait un excellent compagnon et quelqu’un de positif.
C’est un étalon réservé, qui se dévoile peu, mais certainement pas timide. S’il n’apprécie pas d’être entouré d’inconnu, il n’aime pas non plus la solitude.

Enfance :
Né dans un troupeau dirigé par son père, il a grandit entouré d’une multitude de demi-frères et demi-sœur, à proximité de sa mère.
A 2 ans, il a quitté le confort de son troupeau avec quelques-uns de ses demi-frères pour rejoindre un troupeau de bachelor. Il avait en tête de trouvé l’amour, mais la réalité du monde l’a bien vite fait déchanté.
Il est resté jusqu’à ses 10 ans avec ce troupeau, pour apprendre la vie, à se battre, se défendre avant de finalement le quitter.

Fortune

Âge : 18 ans

Robe : Champagne classic silver

Lieu de résidence : Forêt dans la bulle

Caractère :
Relativement froide, elle est adaptable et spontanée, ses réponses sont immédiates et effectives, bien souvent logique et dénué de sentiments.
Faites quelques choses qu’elle n’apprécie pas et elle deviendra distante, voir détestable avec vous, qu’importe votre raison.
Bien que son physique semble indiquer qu’elle a tendance à se battre, cela n’en est rien. Elle est juste insensible à la douleur et se blesse donc régulièrement sans s’en rendre compte, en faisant une habituée d’Encre.

Relations :
Alekiss – Fortune veut bien lui servir de cobaye pour faire plaisir à Encre, mais elle ne l’apprécie pas vraiment : elle s’est déjà trompée plusieurs fois en la soignant.
Encre – La ratte a toujours été là pour elle et a donc son éternelle reconnaissance. Elle n’est jamais contre l’aider et l’apprécie même, au fonds.

 

Varuna (aka Scruffy ou Serpillère)

Âge : 5 ans

Robe : Noir dun silver

Lieu de résidence : Forêt (dans la bulle)

Caractère : 
Varuna est un étalon caaaaalme. Il ne sourcille pas souvent, ne renâcle pas et ne part pas en coup de cul au moindre bruit. Il a très souvent l’air ensommeillée. Peut-être est-ce dû au fait qu’il n’y voit pas grand chose par delà ses nœuds qui lui servent de crins.
Il ne s’énerve jamais et parle len-te-ment, même quand il est excitée il semble endormit.
Sa vie se résume assez bien en : manger, piquer un p’tit galop, dormir.
Ce n’est clairement pas le plus éclairé des étalons, ni le plus attentif, mais son amour est immense et si vous faites partie de ses amis (de ses vrais amis) il fera beaucoup d’effort pour vous. Il préfère vadrouiller plutôt que se poser et la vie de famille c’est clairement pas son truc, même si faire des roulades dans l’herbe avec ses demoiselles est une activité qu’il apprécie particulièrement.
Il déteste les gens qui le rabaisse. Ce n’est pas parce qu’il manque d’intelligence ou parfois de réaction qu’il faut le penser simplet. Il déteste aussi se battre et la violence en général, à son sens les mots et les câlins résolvent bien plus de problème

Enfance :
Varuna est né dans un petit troupeau comprenant un étalon, sa mère et deux autres juments et leurs poulains. Il n’a jamais connu son père, sa mère ayant changé de troupeau pendant sa grossesse. De ce qu’il a comprit son père a perdu un combat et ses juments un beau matin. Cela n’a jamais peiné la mère de Varuna qui disait toujours  » c’est la vie « . 
Il a grandit entouré de poulains et à ses deux ans, entourés d’une petite sœur toute pitchounette qui était la prunelle de ses yeux. Une belle baie dun ! Elle était magnifique et ferait une belle jument.
Enfin, c’est ce que se disait Varuna avant que son beau-père ne le chasse du troupeau, lui laissant une belle marque temporaire sur l’arrière-train.
De là, il n’a pas cherché à rejoindre un troupeau ou un groupe d’étalon de son âge : c’était bien plus rigolo de n’en faire qu’à sa tête. Certes, cela fut dure parfois. Si un troupeau fait peur aux prédateurs, un jeune tout seul ne fait peur à personne.
Mais la vie était douce, surtout avec les passages de chevaux dans sa vie. Varuna n’a jamais trouvé d’intérêt à se poser. Mais sa vie fut parsemé d’étalons et juments venus chercher l’amour, avant de repartir, parfois avec un petit cadeau au creux du ventre.

 

Airelle

Âge : 5 ans

Robe : Bai

Lieu de résidence : Forêt dans la bulle

Caractère : Elle semble toujours fatigué, même quand elle ne l’est pas réellement. Par ailleurs, elle se plaint souvent que tout l’agace. Autant dire qu’elle ne respire pas vraiment la joie de vivre. Sous son air réticent, elle est cependant relativement doué en tout. Trouver de quoi manger en hiver ? Pas de soucis ! Trouver une fleur bien particulière pour être sympathique à Encre ou Alekiss ? Pas de soucis ! Nager une rivière à contre-courant ? Pas de soucis ! Rien ne lui semble impossible, pour peu qu’elle se décide à tenter le coup. Elle adore particulièrement se baigner.

 

 

Cassican

Âge : 8 ans

Robe : Tovero noir

Lieu de résidence : Forêt dans la bulle

Caractère : Facilement excité, la plus petite des choses le fera sauter de joie. Toujours en mouvement, il semble être monté sur ressort et on le voit souvent sautiller ici ou là, se déplaçant parfois par saut de mouton. Il est aussi très franc, pouvant sans le vouloir dire des choses blessantes, mais qui sont vrai à ses yeux. Il n’a pas de filtre autant dans ses pensées que dans sa façon d’être. Il est ainsi très facile de lire ce qu’il pense.

Jujube

Âge : 18 ans

Robe : Alezan

Lieu de résidence : Forêt dans la bulle

Caractère : Très intelligente, elle apprends et comprends très vite. Elle n’oublie jamais ce qu’elle apprends et semble disposer d’un esprit d’analyse très important, lui permettant de résoudre les soucis en un claquement de sabot. Pourtant, elle semble toujours perdue le regard au loin, mais elle est toujours en train de tout analyser ce qui se passe sous son nez. Jujube est aussi une reine mère. Elle demandera poliment les choses, mais les voudra faite à sa façon et sans broncher, s’il vous plait.


Poulain noir dun, dessin

Custom pack (jazza’s arty games app)

Jazza’s arty games est une petite (ou grosse en fait, vu le contenu) application disponible sur PC, Android et iOS permettant d’accompagner les sessions de dessins avec divers challenges tels que le Challenge couleur, le Challenge gribouillis, le Challenge personnage ou d’autres choses aussi fun.
Son but est de générer des idées ou mélanges d’idées pour vous aider (ou vous défiez) à dessiner ou peindre, en s’amusant.

Elle a été créee par Jazza de Draw with Jazza.
Au passage, si vous êtes anglophone, foncez sur sa chaîne, elle vaut le coup entre la personnalité super positive de Jazza et sa créativité, c’est un bon bol de motivation et de bonheur à chaque vidéo.

Il permet entre autres de choisir un temps (ou une infinité) et de personnaliser son profil pour indiquer quelles couleurs on possède ou non. Bref, un outil pratique en plus d’être didactique.

Je l’ai depuis plus d’un an maintenant et je m’en sers régulièrement.
Et il y a quelque temps il y a une option  » Liste personnalisable  » (Custom Lists) qui a fait son apparition. À votre avis, qui est votre dessinatrice de poneys qui a décidé de faire des listes dédiés aux chevaux ? C’est Scotis !

 » Choisis ton pack personnalisé « 

Comment utiliser les Custom Lists

Créer une liste personnalisée :

  1. Cliquez sur l’engrenage à côté de  » Custom generator « 
  2. Cliquez sur  » Pick a Custom Pack « 
  3. Cliquez sur  » Add new custom pack « 
  4. Dans  » Enter List Name  » mettez le nom de la liste
  5. Et dans le reste ? Les choix de la liste ^^

Utiliser mes listes 

L’ordre idéal qui facilite la lecture et que j’ai prévu est Genre et âge, Type de corps, Robe, Pie et pour finir Particularités OU Particularités + irréelle.

De manière générale, n’hésitez pas à personnaliser les listes en retirant ou rajoutant des choix. Si vous voulez me dire les changements que vous avez fait, n’hésitez pas par ailleurs, je suis curieuse de voir ce que vous utilisez.
Petite astuce, si jamais vous voulez qu’un choix en particulier apparaisse plus souvent, mettez-le plusieurs fois dans votre liste. Cela augmentera ses chances d’apparaître.

Poulain noir dun, dessin

Pouliche noir dun crée grâce à l’application

Les listes que j’ai crée

Genre et âge

  1. Un poulain
  2. Une pouliche
  3. Une jument
  4. Un étalon
  5. Une veille jument
  6. Un vieux cheval
  7. Une jeune jument
  8. Un jeune étalon
  9. Un yearling
  10. Une yearling

Type de corps

  1. de type trait
  2. de type selle
  3. de type poney
  4. de type ibérique
  5. de type pur sang arabe
  6. de type pur sang
  7. de type destrier
  8. de type poney shetland
  9. de type quarter horse

Robe

  1. Bai
  2. Bai cerise
  3. Seal bay
  4. Bai silver
  5. Alezan
  6. Alezan crins lavés
  7. Gris sur base noire
  8. Gris sur base baie
  9. Gris sur base alezan
  10. Gris fleabitten
  11. Noir
  12. Fading black
  13. Bai dun
  14. Noir dun
  15. Alezan dun
  16. Palomino dun
  17. Cremello dun
  18. Champagne Or dun
  19. Isabelle dun
  20. Perlino dun
  21. Champagne ambre dun
  22. Bai dun silver
  23. Cremello
  24. Alezan rouan
  25. Champagne or
  26. Smoky black
  27. Smoky crème
  28. Smoky black dun
  29. Smoky crème dun
  30. Classique champagne dun
  31. Noir silver dun
  32. Isabelle silver
  33. Noir silver
  34. Noir rouan
  35. Classique champagne
  36. Isabelle
  37. Perlino
  38. Bai rouan
  39. Champagne ambre
  40. Bai pangaré
  41. Wild bai
  42. Champagne sable

Pie

  1. Rabicano
  2. Appaloosa few spots
  3. Appaloosa léopard
  4. Appaloosa capé
  5. Appaloosa capé taché
  6. Appaloosa varnish roan
  7. Tobiano
  8. Sabino
  9. Dominant white
  10. Overo frame minimal
  11. Overo frame
  12. Splash
  13. avec une liste
  14. avec une liste et balzane haute
  15. avec une liste et balzane
  16. avec une liste et petite balzane
  17. avec une pelotte
  18. Avec une pelotte et balzane haute
  19. avec une pelote et balzane
  20. avec une pelote et petite balzane
  21. avec une liste dévié
  22. avec  liste dévié et balzane haute
  23. avec  liste dévié et petite balzane
  24. avec  liste dévié et balzane
  25. avec une belle-face
  26. avec une belle face et balzane haute
  27. avec une belle face et balzane
  28. avec une liste herminé
  29. avec une liste et balzane herminé
  30. zain

Particularités

  1. aux crins lisses
  2. aux crins ondulés
  3. à la crinière folle
  4. avec des dreads-lock
  5. aux crins en brosse
  6. aux crins particulièrement long
  7. sans crins
  8. aux crins particulièrement court
  9. sooty
  10. bringé
  11. avec des reflets métallique
  12. avec des bend’or spots
  13. avec des birdcatcher spots
  14. avec une queue gulastra plume
  15. chimère baie ou noire
  16. couvert de cicatrices
  17. recouvert d’herbe et de fleurs
  18. recouvert de boue et poussière

Particularités + irréelle

  1. aux crins lisses
  2. aux crins ondulés
  3. à la crinière folle
  4. avec des dreads-lock
  5. aux crins en brosse
  6. aux crins particulièrement long
  7. sans crins
  8. aux crins particulièrement court
  9. sooty
  10. bringé
  11. avec des reflets métallique
  12. avec des bend’or spots
  13. avec des birdcatcher spots
  14. avec une queue gulastra plume
  15. chimère baie ou noire
  16. couvert de cicatrices
  17. recouvert d’herbe et de fleurs
  18. recouvert de boue et poussière
  19. Licorne
  20. Pégase (ailes à plumes)
  21. Pégase (aile papillon/libellule)
  22. Pégacorne
  23. Avec des bijoux

Cheval gris truité, dessin par Scotis

Un étalon gris crée grâce à l’application


Brushs Photoshop (utilisations, conseils et mes chouchous)

De temps à autre, on me demande quels brushs j’utilise … ou encore qu’est-ce que c’est ! J’me suis dit qu’un petit article sur le sujet vous ferez plaisir ! Tada :p.

Attention, bien que les brushs sont un outil pratique pour obtenir des effets ou textures particuliers, ce ne sera jamais ça qui fera de moi (ou vous) le plus grand illustrateur de tous les temps.
De même, ceci est un article de mon blog et donc, pas une bible, mais clairement un condensé de mes connaissances, de mes préférences et donc de mes besoins. Il se peut que je survole des choses ou que mon ressentis et mon expérience personnelle ne soit pas le vôtre.

Quelques zoom sur des effets obtenus grâce à des brushs
Quelques zoom sur des effets obtenus grâce à des brushs

Un brush kézako ? Qu’est-ce que c’est ?

Alors, déjà, on dit fréquemment brush, mais en fait, Photoshop appelle ça un  » preset brush  » soit un pinceau prédéfinis.
La traduction officielle d’Adobe est Formes prédéfinies, mais la traduction de brush étant pinceau, étant habituée et trouvant ça logique, je continuerais d’appeler ça un pinceau dans cet article (ou brush quand j’oublierais de traduire).

Il s’agit d’un pinceau dont les caractéristiques sont définies. Cela englobe sa taille, sa forme, si ses bords sont dur, si la couleur se diffuse … Bref, plein de choses qui vous évitera de devoir modifier votre pinceau à chaque fois que vous voulez retrouver un pinceau particulier.

Il y a bien entendu ceux contenu dans le logiciel de base, qui sont déjà très bien et variés, par ailleurs. Et il y a tout ceux qui sont disponible sur internet et qui étends considérablement le champ des possibles.

Comme l’aide de Photoshop sera toujours plus complète que moi, voilà directement le lien vers l’aide d’Adobe concernant les brushs.

C’est quoi leur utilité, alors à ces pinceaux ?
Rajouter de la texture, faire rapidement de la végétation ou des éléments, imiter un effet qu’on peut obtenir dans la vraie vie avec un medium donné, faire rapidement des traits de constructions … faire rapidement et sans trop d’effort plein de truc quoi !

Barre d’option de l’outil pinceau

Image de présentation de la barre d'option des pinceaux dans Photoshop

1. Cette icône sert aussi bien à voir d’un clin d’œil quel pinceau on utilise actuellement, mais également si l’on clique dessus à afficher le menu des pinceaux prédéfinis. C’est sans doute le menu que l’on utilise le plus.

2. Ce bouton ouvre la fenêtre des personnalisations du pinceau que l’on utilise. Il y a toute une panoplie d’option que je vous conseille de fouiller à l’occasion, on apprends jamais mieux qu’en mettant la main à la pâte. Et si le brush que vous avez crée est sensationnel et que vous voulez le garder, n’oubliez pas de l’enregistrer en cliquant sur le bouton  » Créer une forme  » tout en bas à droite de la fenêtre (le bouton qui ressemble à  » créer un nouveau calque « ).

3. Le mode qu’utilise votre pinceau. Il possède les mêmes options que celle des calques et est bien pratique à utiliser pour certains effet. Il y en a 25, ici aussi vous avez de quoi jouer.
Couleur/teinte/incrustation peut servir à changer la couleur de façon ponctuelle.
Densité couleur – permet de « brûler » (illuminé) une zone avec une couleur précise (jaune pour éclairer un personnage le matin par exemple, bleue pour les réverbérations de la glace …).
Produit permet de rajouter une couleur sans changer les couleurs sombre.

4. C’est ici qu’on gère l’opacité de notre pinceau. A 100% il est opaque et ne laisse rien entrevoir en dessous. A 0% il ne fait rien. A 50% il laisse entrevoir au travers à moitié. Il est pratique pour fondre les couleurs.

5. Ce petit bouton une fois enfoncé permet à l’opacité précédemment définis de dépendre de votre stylet de votre tablette et plus particulièrement de votre pression dessus : plus vous appuyez, plus c’est opaque. Il n’ira pas au dessus de la valeur que vous avez indiquer, cependant.
Le désactiver vous permettra de faire des linearts et des aplats faciles, puisqu’il ne prendra pas en compte la pression de votre stylet.

6. Là, on gère le flux. Le flux de quoi ? Techniquement, c’est un outil fait pour ressembler à un aérographe, donc je dirais flux d’air à tout hasard (non, vraiment, je sais pas). Il sert à gérer la consistance de votre pinceau. Plus ce pourcentage est bas, plus votre pinceau est inconsistant, laisse des marques ou des trous. Plus le pourcentage est élevé, plus le pinceau est telle que vous l’avez conçu, unifié et sans trou.

7. Ce petit bouton-là sert lui-aussi à faire dépendre votre flux de la pression de votre stylet.

8. Ce dernier bouton sert à ce que la taille de votre pinceau dépende de la pression de votre stylet : plus vous appuyez, plus votre trait est gros.

Ceux que j’utilise le plus

En vert, une création de KyleBrush, le Mr Natural Brush.
J’a-dore sa texture ! Je l’utilise quasi toujours dès que je fais un croquis. J’ai l’impression qu’il rend mon trait plus vivant. À l’occasion je l’utilise également pour réaliser des linearts, tout dépends de mes besoins.
Vous le voyez très régulièrement dans mes Scraps of the month.

En violet, l’indémodable pinceau à bord dur. Indétrônable. Un must-have. Je pense que tout le monde l’a dans ses presets.

En rouge, un pinceau texture craie que j’utilise principalement pour mes recherches de couleurs et pour mes premiers aplats de couleurs. Je l’ai depuis environs 2012 et je le quitte pas. Je m’en sers aussi avec l’outil doigt. Il a un peu de texture, mais douce et permet de bien mixer les couleurs quand utiliser avec une opacité réduite. C’est pratique pour donner un effet bien fini et lisse à de la peau par exemple alors qu’en fait je me contente de mettre des traits partout où j’en veux sans faire attention au lissage.

Où je trouve mes brushs

La plupart du temps, simplement sur DeviantArt. Parfois sur Twitter ou Tumblr.
La plupart du temps c’est du p’tit bonheur la chance, en fait. J’utilise Photoshop depuis longtemps et enregistre régulièrement mon setting de brush sur un coin de disque-dur externe, de ce fait, je les garde très longtemps et à force, j’ai à peu près ce que mon coeur a envie.
Cependant, si j’en manque d’un spécifique, mon premier réflexe est toujours de regarder sur DeviantArt. Il y a 99% de chance que j’y trouve mon bonheur. Et si jamais je ne trouve pas ? Je m’arrange pour en créer un en mélangeant deux presets, j’en crée un nouveau ou je dessine manuellement ce que je cherche (et parfois, le système D marche mieux que ce que j’avais en tête).

En cadeau, voilà certains liens vers des brushs que j’utilise :

Quelques conseils si vous désirez crée vos propre brush

Faites-les gros.
Faites en sortent qu’ils soient suffisamment gros pour l’utilisation que vous en ferez. Quand vous l’utiliserez, vous pourrez réduire la taille de votre pinceau sans soucis et avoir un pinceau propre et net. Si vous devez l’agrandir, photoshop créera virtuellement de la matière et cela vous fera un pinceau plein de pixel disgracieux.

Pensez en noir et blanc.
Votre pinceau définira l’opacité de votre trait via les valeurs de gris. Le blanc n’existera pas pour lui, le noir sera une opacité de 100% et les différentes teintes de gris que vous utiliserez seront donc un large panel d’opacité plus ou moins réduite dépendant de la teinte de gris.

Pensez à les enregistrer.
Surtout si il dérive d’un brush déjà enregistré. Ce serait dommage de perdre du temps régulièrement à le recréer manuellement alors que vous pouvez l’enregistrer et l’avoir facilement à portée de clique.

Dans la fenêtre  » Forme  »  (second bouton de votre barre d’option de l’outil pinceau) il y a pas mal d’option, voici les plus importantes en survol :

  • Forme de la pointe > pas ; permet d’espacer chaque apparition de votre pinceau, pensez à une ligne en pointillé, plus le pas est bas plus la ligne est continu
  • Dynamique de la forme > Variation de la taille ; si cela n’est pas à 0, la taille de votre pinceau ne sera pas fixe et sera légèrement aléatoire
  • Dynamique de la forme > contrôle de la variation de l’angle ; direction définis que la forme de votre pinceau suivra le déplacement de votre souris/stylet, pratique pour faire des chaines
  • Diffusion ; permet d’avoir un trait plus aléatoire (pratique quand on fait des tâches aléatoires ou des feuillages par exemple)
  • Dynamique de la couleur ; permet d’avoir une teinte, saturation ou luminosité plus ou moins aléatoire, mais dépendante de la couleur de base de votre pinceau

Bien régler vos pinceaux mélangeurs
Aussi appelé Smudge ou Blender.
Pour un résultat optimal, pensez à rajouter de la diffusion au pinceau et à l’utiliser en intensité réduite (à titre personnel, j’oscille entre 30% et 5% selon le brush en question et l’effet désirez).

Comment je les organise

Je suis quasi-toujours in-ca-pable de reconnaître mes pinceaux entre eux. Même si de formes ils ne se ressemblent pas. Au final, à force de les confondre entre eux, j’en utilise qu’un et c’est un peu triste. Pour résoudre ce souci de cervelle de moineau, j’ai pris l’habitude de faire des catégories. Et hop ! Tout le monde dans sa case, bien au chaud et j’arrive enfin à m’y retrouver.

Comment je fais ?

  1. Déjà, j’importe tous mes pinceaux, pour les avoir tous sous la main.
  2. Ensuite, je les teste pour voir à quoi ils correspondent.
  3. Quand je sais, je crée un nouveau preset de brush qui est simplement le nom de la catégorie écrit sur une image de 500px/500px (pour voir comment créer un pinceau, rendez-vous ici)
  4. Grâce au Gestionnaire des paramètres prédéfinis, je déplace mes brushs un à un pour les organiser. En premier le brush avec le nom de la catégorie, ensuite les brushs qui correspondent.
  5. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que chacun soit rangé.

Du coup, j’ai quoi comme catégories de brushs ?

  • En premier j’ai les deux brushs de départ, un à bord dur et un à bord doux. Je m’en sers peu, mais j’aime bien les garder sous la main.
  • Ensuite, mon brush de lineart. Il me sert à tracer mes traits finaux, c’est un simple brush à bord dur, mais à une taille bien définis.
  • Flat. Ici, ce sont mes pinceaux d’aplats, certains ont plus de texture que les autres.
  • Watercolor, mes pinceaux répliquant (comme ils peuvent) un effet aquarelle.
  • Smudge, les pinceaux dont je me sers quand j’utilise l’outil doigt, cela évite un effet trop lisse.
  • Crins et fur, respectivement crins/crinière et fourrure
  • Ecorce, foliage, herbe, nuage, cailloux/sable et eau, respectivement écorce, feuillage, herbe, nuage, caillou/sable et eau
  • Particule, dedans je range tous les p’tits effets que je peux rajouter une fois une illustration finie (pluie, nuage de poussière, paillette par exemple)
  • Autre. Là je range tous les brushs que j’aime, mais dont j’ai pas d’utilisation spécifique ou encore ceux que je suis en train de modifier à ma convenance ou de tester.
  • Le p’tit dernier, c’est ma signature. C’est pratique de l’avoir directement en pinceau plutôt que de devoir accoler une image, modifier la couleur pour faire une watermark.
Toute la végétation et les plumes ont été fait avec des brushs : et hop, 20min de gagnée !

Quelques tutos utiles sur les brushs Photoshop

De manière générale, je conseille l’aide d’Adobe qui est complète sur le sujet et la référence.
Je vous conseille de lire celui qui concerne la création et modification de brush en détail, il est génial. Et pour ajouter de la variété facilement à vos brushs, comprendre les dynamiques c’est cool.

Voilà aussi quelques-uns de mes tutorials favoris car très pratique, mais malheureusement en anglais : comment utiliser les brushs au maximum de leur capacité, comment faire une chaine (genre plusieurs maillons de fer relier entre eux) et un qui ne touche pas directement les brushs, mais qui a quand même un lien pour faire des tatouages facilement.

Par delà le clavier

 » Charlotte était une femme normale, vivant dans le monde normale et jouant aux jeux-vidéos. Quand un jour en s’endormant devant Youtube, elle se réveille en Arda, dans la Terre du milieu sans trop savoir quoi faire avec elle-même. « 

Cliquez ici pour commencer à lire.

Début novembre, je me suis remise à LOTRO (Lord Of The Ring Online) après pratiquement 3 ans d’absence et avec ça, j’ai parlé à de nouvelles personnes. Chemin faisant, je suis genre, tombée dans le fandom (communauté de fan autour d’un livre/film/autre) ?
J’ai donc traîné mon conjoins devant les trois films du hobbit que je n’avais pas encore vue, version longue et lui ai emprunté son livre Le Hobbit. Chemin faisant … J’ai commencé à avoir envie d’écrire une fanfiction.

Pour les p’tits nouveaux dans le domaine des fandoms, une fanfiction c’est une histoire (une fiction) à propos des personnages d’un film/livre/autre écrit par un fan (et donc, sans autorisation de l’auteur original).
On parle parfois de fic’ ou fanfic’ en cours.

Devant le clavier

Cette fanfiction a commencé le 10 octobre.
Je l’ai écrit pour mon plaisir dans mon coin parce que j’arrivais pas à dessiner ou à me concentrer sur quoi que ce soit. C’était mon petit défouloir et à la base, j’avais aucun plan pour elle.

Début Novembre j’avais déjà dépassé les 50 000 mots et je me suis rendue compte que je m’étais attaché à mon personnage, à mon univers. Alors j’ai décidé de m’y consacré lors de mon NaNoWrimo, histoire de voir ce que je pouvais en faire de cette fanfiction (et voir si je pouvais la finir, aussi). Et le 23 novembre, j’avais fini mon histoire avec grand plaisir.
Faut dire que c’est pas mon premier essai de rédiger une nouvelle ou une fanfiction, mais jusque là, j’ai jamais rien fini, alors vous imaginez ma joie quand j’ai réussis à finir quelque chose !

C’est basé très largement sur le film, mais incorpore des éléments du livre, du jeu en ligne Lord Of The Ring Online et de l’univers de Tolkien en général. C’est un mélange de fanfiction écrit par une jeune ado’, tranche de vie et tout ce que j’aimerais pouvoir vivre si un jour j’avais la chance d’arriver dans l’univers.
Je me suis régalée à écrire et beaucoup amusé. Il y a eut beaucoup de retour en arrière pour éditer des scènes qui me semblaient faible, rajouter des choses qui me faisaient rire. Beaucoup de travail de recherche (j’avais JAMAIS lu le livre avant de commencer à écrire), beaucoup de délire et beaucoup de temps passé en général dessus.

J’y ai passé beaucoup de temps et même si je sais que je le sujet a déjà été traité des centaines de fois, j’ai passé trop de temps dessus pour juste le laisser croupir dans un bout de mon google drive.
Alors, petit à petit, à partir du 15 janvier et jusqu’au 29 mai, je publie un chapitre tous les deux jours.

Par delà le clavier

 

Et comme je dessine avant d’écrire, une fois mon histoire quasiment fini d’être rédigée, j’ai décidé de m’offrir une couverture. Parce que j’en avait la capacité et que ça me faisait plaisir.
Il y en a deux versions : une pour le site où je la poste et une pour moi. La première contient un fonds tiré du film (il s’agit de la façade d’Erebor). La seconde un motif dérivé de la ceinture de Nori et une fleur de lotus.

Quelques statistiques et fait divers

Cette fanfiction, c’est :
– 1 magicien
– 2 hobbits
– 8 actes
– 8h20 de lecture environs
– 13 nains
– 69 chapitres
– 157 146 mots (techniquement, c’est plus long que le Hobbit qui ne fait que 95 022 mots)
– 889 537 caractères

J’ai beaucoup apprit sur l’écriture, en plus d’avoir énormément prit du plaisir à écrire tout ça. Ce fut une expérience super fun, du coup, l’an prochain je compte déjà resigner pour le nanowrimo pour finir une oeuvre originale que j’ai commencé il y a déjà plus d’un an.

Mes fanarts de ma fanfiction

Oui, visiblement, faire des fanarts de ma fanfiction est mon nouveau dada maintenant que j’ai fini d’écrire. Dooonc … les voilà. La plupart sont fait de façon rapide, parce que je les fait pour mon plaisir personnel avant tout.

Bilbo prenant la température de Charlotte (Ch 3 Une elle en moins)
La robe offert par Bilbo (Ch 5 Où est-ce qu’on va ?)
Fan-art dérivé du chapitre  » Je me suis faites belle pour un lustre  » (ch. 31) Nori démêlant les cheveux de Charlotte