Skip to main content

Visite d’atelier / Art studio tour

Coucou les gens !

Ça faisait quelque temps que je me demandais si ça valait le coup de faire cet article … J’en avais très envie, mais en même temps, j’suis une artiste numérique avant tout, donc en dehors de mon écran et ma tablette, j’ai pas tellement de matériel …

Et puis, pour rire en octobre 2018 j’ai fait un livetweet de rangement de bureau. (oui, l’idée me faisait rire)
C’était pour m’auto-motiver et j’me suis dit que peut-être ça en intéressera quelques-uns.

Je n’ai pas pris de photos de ma bibliothèque où je stocke mes papiers et les 3/4 de mon matériel, mais depuis j’ai déménagé ailleurs dans l’appartement, pour un plus grand bureau.
C’est donc un article tout à fait nostalgique et je pense que je referais vite un article pour vous présenter mon nouveau lieu de travail.

Là où je bosse

J’appelle ça mon bureau … mais en fait, c’est notre salon.
Le meuble en lui-même fait 3m de long et je le partage avec mon conjoint. Je bosse dans le salon, qui est en fait plus un atelier entre les imprimantes (3D ou non), les outils qu’on a partout et les divers projets en cours. On a bien un canapé, mais on s’en sert que quand il y a des invités ou presque.

Entre les chats et ce détail, je bosse rarement seule et travaillant de chez moi, ça fait du bien.

Je continue d’appeler le morceau de salon où j’ai mon morceau de bureau et ma bibliothèque mon bureau, par extension, il s’agit de mon atelier où je peints/dessine, en plus de réaliser toutes les autres tâches qu’une autoentreprise demande joyeusement (on kiffe toustes faire notre paperasse ou notre compta).

Mon bureau

Voilà donc une vue d’ensemble de mon bureau.
On aperçoit à droite ma bibliothèque où je stocke mes pinceaux, vernis, outils de précisions, tubes de peinture, feutres, crayons, pantins, papiers, emballage pour l’envoi et un peu tout ce dont j’me sers pas toutes les heures quoi.

Déjà, on note que j’ai deux écrans.
L’un me sert principalement à garder sous les yeux Trello, ma musique (j’utilise Google Play et Youtube, principalement), mes pomodoros et souvent, Discord (j’aime papoter pendant mes pauses).
L’autre me sert pour tout le reste (bosser, dessiner, jouer, bref, tout quoi).

Portant mes écrans est une tablette réalisée par mon conjoint où j’entasse plein de choses diverses et variées, dont je me sers pour gérer mes crises d’angoisses et/ou me rappeler les gens que j’aime.

Entre autre gadget j’y ai : mon gant de tablette graphique (qui m’évite de coller à ma tablette quand il fait chaud), ma p’tite règle, un porte-bijou en forme de souris, un koala portant un drapeau australien avec une broche de koala planté (pour celleux qui ne le savent pas, j’ai de la famille australienne et ce koala a été rapporté d’Australie par mon grand-père, ça a donc plein de valeur sentimentale pour moi), des poneys en cristal (ou une matière ressemblante), ma collection de fidget cubes (j’les pose là dès que j’les retrouve, j’les perds dans mes pantalons/manteaux de façon régulière), un Cobra MIII (imprimé en 3D à la maison, posé sur un photophore, ça vient du jeu Elite Dangerous), un D20, une rose en fer réalisé par mon chéri, un slinki multicolore avec dedans un poisson rouge bleu qui brille de partout et, un cerflex en forme de coeur avec un bonbon momifié en forme de coeur.
Hors de la photo, se trouvent un T-rex en plastique et deux licornes (une de ma maman qui est en fait une veilleuse et un de ma belle-mère).

Je sais que concrètement, j’ai trop de mémentos de diverses choses sur cette tablette, mais j’arrive PAS à me séparer ou déplacer ces choses. Elles me rappellent ceux que j’aime, que je suis aimée et me donne la motivation d’être moi.
Pas mal de ses objets sont également des objets fidgets (oui, les fidget cubes sont obvious, mais le dé et le slinkie en sont aussi).

Sous la tablette, mon verre d’eau pour l’aquarelle et … plein de crayons, stylos, feutres, gelpens, crayon aquarelles … bref, il y a tout ce qu’on peut mettre habituellement dans des pots à crayons.

Il y a souvent dans la journée Eddy (un de mes chats) qui vient dormir entre les pots et le clavier.

Ma tour à papier.
Et ma zone à thé. C’est là que je pose la boite à thé du jour et ma coupelle à chinois pour éviter d’en mettre partout.

En haut se trouvent mon carnet, mon taille crayon et deux boites, où j’y range des produits d’entretien et des câbles divers et variés, comme ça, c’est le bordel, mais ça a l’air rangé.

Fun-fact, dans ma tasse du Professeur Koro se trouve tous mes gels à paillettes.

Ma tour est simple niveau rangement : en haut, mes papiers à moi important.
En dessous, tous mes papiers. Ils sont rangés dans des feuilles A3 pliées en deux pour que ça soit plus simple pour moi de trouver rapidement le papier que je veux.
En dessous, c’est les papiers de mon chéri (comme j’ai dit plus haut, c’est un bureau qu’on se partage).
Et enfin, les papiers à archiver dans leur endroit où ils resteront quelques décennies.

Contre ma tour à papier, se trouve une plaque que mon chéri m’a coupée à la bonne taille qui me sert de tableau magnétique.
J’y accroche des cartes postales qui m’inspirent, des mémos, entre autres. J’y ai aussi une enveloppe pour y glisser les tickets de caisse de la semaine (que je scanne et copie le vendredi).

Si vous avez reconnu les magnets GrandChampion, vous êtes des vrais.

Près de ma bibliothèque, c’est là où je pose ma tablette : près de ma lampe à lave, mes diverses bouteilles Coca-Cola, mon parfum, mes bougies, ma tirelire, mes baguettes pour me coiffer.
Bref, un beau bordel totalement assumé.

Des fois on y trouve des magazines en train d’être lu ou ma manette pour quand je joue à Elite Dangerous.

Au revoir bureau

Ce bureau je l’ai eu de notre installation dans cet appartement en 2015 à février 2019. Autant dire que je l’ai eu longtemps.

Il était étroit et le fait de devoir le partager (avec les chats et le chéri) était pas toujours cool pour bosser et je voulais m’étendre.
Du coup, on a fini par me déménager sur mon propre bureau, que je vous montrerais dans le futur.
J’ai plus de places, plus de soleil et je suis moins dans le passage (j’étais au milieu de notre salon/bureau, je suis désormais dans un coin).

Je suis nostalgique de voir ses photos, parce que j’y ai passé beaucoup de temps et c’est là que l’aventure de mon autoentreprise a débuté.

On se reverra bientôt, avec un nouveau tour d’horizon de mon atelier actuel !

En attendant, si vous me montriez vos ateliers/bureaux à vous ?


Dessin d'OC de Scotis.

L’illustration numérique et moi

Je fais aussi de l’illustration traditionnelle, mais quiconque me suit sait que mon médium favori  reste l‘illustration numérique. Aussi appelé digital painting ou illustration digitale.

J’avais envie d’en parler plus en détail, avec mon parcours et mon avis sur plusieurs sujets, donc en voiture Simone, c’est moi qui conduit, c’est toi klaxonne.

Qu’est-ce que c’est l’illustration numérique

Aussi appelé peinture numérique ou digital painting c’est une façon de peindre en utilisant des outils numériques (communément un ordinateur et une tablette graphique, mais de plus en plus on peut aussi utiliser une tablette ou son téléphone).
C’est l’inverse de la peinture traditionnelle où on utilise de la peinture ou des feutres/crayons sur un support telle que du papier ou une toile.
Ça peut aussi être directement une forme d’art généré par un ordinateur, sans trop d’interaction de la part de l’artiste en dehors des commandes de bases.

Le pixel art c’est par exemple une forme d’illustration numérique. Certains disent que le pop-art en est aussi, j’saurais pas me placer sur la question.

L’avantage de l’illustration numérique ?
Numéro un : LES CALQUES.
Ou, le fait de pouvoir peindre en différente couche qu’on peut modifier à tout moment sans que ça altère les autres couches directement.
Numéro deux : le CTRL+Z. Ou le fait de pouvoir annuler une action.

Il y a des limites à l’illustration numérique, mais aussi pas mal d’avantages.
Bref, c’est un médium/outil comme un autre.

Dessin d'OC de Scotis.

Mes débuts

En 2007, j’avais 12/13 ans et je jouais à ZeCheval et Equideo. Et sur ces sites, j’ai découvert que des gens dessinaient sur leur ordinateur. Me demandez pas comment j’ai pu ignorer cette information pendant aussi longtemps, j’étais jeune et naïve, maintenant que je suis grande j’arrive pas à comprendre comment je suis passée à côté de ça et comment je pensais qu’étais fait les différents médias que je consommais (livre, dessin animé ou autre).
Et si des gens dessinaient des chevaux sur leur PC, moi aussi je voulais en être. Armée de Photofiltre et de ma souris, hop, je me jetais dans le grand bain. À moi les crampes aux mains.

Ma mère a vite eu pitié de moi et m’a acheté ma première tablette. Une petite Trust sans pression.
Relativement en même temps une amie de ma mère m’a offert une version CD de Photoshop (vous vous rappelez l’époque où on acheté une licence 2 000 euros et quelques sur CD ? Où on louait pas le logiciel ?)
J’naviguais encore entre dessins dans mon carnet, dessins que je scannais pour colorier ça sur mon ordi et dessins entièrement réalisé sur Photoshop.

Vers 2010, j’ai déboulé sur DeviantArt et commencé vraiment à suivre des communautés d’artiste, lire des tutos et les suivre.

Vers 2012 (mes 17 ans environ), j’ai eu mon premier smartphone et j’ai un peu délaissé mon carnet pour dessiner dessus.
Le fait d’avoir dans ma poche un logiciel de dessin m’a beaucoup plu. Je crois que c’est ça qui m’a définitivement accrochée à l’illustration numérique, le fait d’avoir en un seul endroit une multitude de brush et de couleurs sans avoir à me trimbaler une caisse à outils.
J’ai aussi vers cette époque eu ma première tablette graphique avec sensibilité (une Wacom Intuos).

Jusqu’en 2017 j’avais pratiquement laissé tomber l’illustration traditionnelle. Jusqu’à ce qu’à mes 22ans, je décide de me remettre à l’aquarelle doucement. J’ai aussi changé de tablette pour une Huion et commencé à jouer sur Krita en parallèle de Photoshop.

Si vous voulez voir mon parcours en image (parce que ça parle plus), j’ai retracé mon parcours dans le grand bain de l’illustration dans un article que je mets à jour tous les ans.

Si je devais recommencer

Maintenant que je suis grande, que je sais mieux ce que je fais, qu’est-ce que je conseillerais à mon moi du passé qui veut débuter ?

La petite tablette pas plus grande que du A5 c’est très bien, mais un stylet qui marche sans pile et qui gère la pression c’est mieux.

J’ai jamais vraiment lâché l’illustration classique, mais j’aurais dû me forcer un peu plus à utiliser de la couleur.

En dehors de ça ?
Je pense que partir un peu dans tous les sens et explorer fait partie du processus d’apprentissage et est très bon. Donc je changerais pas ça pour rien au monde.
Peut-être me forcer un peu à être plus régulière aurait pu aider, mais je pense que l’illustration doit être un parcours très personnel et pas régler par les horloges ou un calendrier. Aucun regret d’avoir suivi ma muse et ma motivation, donc.

Je me suis pas mis particulièrement de pression pour progresser.
Mes proches m’ont pas mis de pression, mes profs m’ont pas mis de pression particulière.
Je pense que c’est ça qui m’a permis de conserver ma passion et ma motivation au travers des âges.

Je changerais pas grand-chose à mon parcours quoi, mais pour celleux qui veulent commencer, voici quelques conseils dans le désordre pour débuter :
achète une tablette bas-prix, du moment que le stylet gère la pression, t’as pas besoin d’une tablette à écran forcément et tu veux pas débuter à la souris
tu vas galérer ! C’est normal. Surtout si ta tablette graphique a pas d’écran. Ta coordination œil-main viendra avec le temps, t’en fais pas. En attendant, fais des bulles (ou peint l’espace)
– même si ton but c’est de devenir un artiste connecté à ton ordinateur, continue d’étudier ou d’explorer les techniques traditionnels, c’est les mêmes bases et t’apprends plein de trucs que tu réutiliseras sur ton logiciel, c’est formateur.
lis et suit des tutos sur ton logiciel pour le prendre en main. Il y a souvent plein d’outils cachés qui sont pourtant pratiques

Est-ce que la peinture numérique c’est plus simple que celle traditionnelle ?

La question à deux mille francs.

Certains disent que peindre sur ton ordinateur c’est de la triche car « le PC fait tout, c’pas de l’art ».

La véritable question c’est : est-ce que la peinture à l’huile c’est plus simple que l’aquarelle ?
Non, parce que la question est pareille.

Déjà « illustration traditionnelle » c’est vaste. Ensuite, c’est … vague comme question.

Est-ce que les calques et le CTRL+Z fait que c’est plus simple de recommencer ou éditer une zone de l’image ? Oui.
Est-ce que les logiciels permettent d’émuler des effets de peintures et brouiller les limites entre réel/imaginaire ? Oui, mais ça reste plus galère à émuler comme effet.
Est-ce que passer sur un ordinateur fera de toi un meilleur dessinateur ? Non. Tu devras bosser autant tes bases sur ordi que sur papier.
Est-ce que tu pourras faire trouze-mille couche de peinture sans que ton écran gondole ? … Oui. (si tu te posais vraiment la question : sérieusement ?)

En vrai, c’est pas plus simple ou plus dur. C’est différent.
C’est un médium différent, avec des courants artistiques différents, des techniques différentes.

Quel logiciel pour l’illustration numérique

Je sais pas.
Non, vraiment, c’est ma réponse.

Déjà, parce qu’il y a pas de bon ou mauvais logiciel, je pense. Du moment que le logiciel possède une zone de dessin et un pinceau (et une gomme, peut-être) … MS Paint et Oekaki sont des bons logiciels de dessin, en soi.

J’ai vraiment utilisé quatre logiciels, donc je vais en parler si jamais ça vous intéresse.

Photofiltre
C’est sur lui que j’ai fait mes premiers pas. La version gratuite, sans calque. C’était pas phénoménal et j’en ai pas de super souvenir, mais pour un débutant ça suffisait. Je le conseillerais pas, par contre. Il y a d’autres logiciels gratuits bien mieux fichus pour dessiner. (pour la retouche photo, par contre, là j’le conseillerais)

Photoshop
C’est lui que j’utilise depuis que je suis ado, quasiment tous les jours. Je suis à l’aise dessus, je le maîtrise et il répond à mes besoins. Donc, d’une certaine façon, je le conseille, forcément.
Il est payant et Adobe est pas connu pour son côté morale, par contre …

TheGimp
Je l’appelle l’équivalent gratuit de Photoshop, parce que globalement, en dehors de sa prise en main un peu bancale quand on est habitué à l’environnement Adobe, il a les mêmes outils ou presque. J’aurais tendance à le conseiller sans l’ombre d’un doute, même s’il est plus adapté à la retouche photo que l’illustration.

Krita
C’est gratuit, c’est beau, c’est simple. Que demande le peuple ? Il est même dit qu’il imite bien pas mal de techniques traditionnels. Perso, je l’utilise pas mal pour créer des motifs et mandalas, donc je saurais pas dire pour le côté tradi’, mais l’interface est simple et les outils sont bien cool.
Plus que TheGimp, si je dois conseiller un logiciel gratuit, j’vous dirai bien de foncer sur Krita.

Et bien sûr, il y a plein de logiciels que j’ai jamais testé, mais que les Internets en disent pleins de bien, donc hésitez pas à les explorer.
Dans ceux gratuits on a : Inkscape et Sketchbook Pro.
Dans ceux payants on a : Procreate et Corel Paint Shop.
Je sais que j’en oublie. Déjà parce que j’ai une mémoire de poulpe et aussi parce qu’il en existe trois tonnes.
Hésitez pas à regarder des vidéos/articles de critiques de différents logiciels pour trouver celui qui a l’air de mieux vous correspondre.

Tablette graphique ou souris

La souris te promet de belles crampes, surtout si tu comptes faire plus que des aplats.

La tablette graphique, il t’en faut une, fonce. Hésites pas.
Surtout qu’il en existe des petiotes à une trentaine d’euros avec un stylet sensible.

Après, si les petites à 30€ sont peut-être très bien pour débuter, si tu peux te le permettre, met un peu plus. Pour avoir une tablette un peu plus grande (entre le A5 et le A4 comme surface active par exemple), avec un stylet confortable, un touché confortable et bref, avoir quelque chose qui sera sympa à utiliser et durera.

Niveau marque, j’en ai eut que trois dans ma vie des tablettes, donc je doute d’être bien placé pour en parler, mais que tu sois team Wacom ou team Huion, les deux sont bien (même si je suis plus du genre à conseiller Huion, parce que moins de soucis de driver).
Avant d’acheter, lis les critiques, ça aide pas mal.

Niveau budget … Tu peux rester en dessous des 100euros si tu veux pas un écran dans ta tablette.

Où donner de la tête

Tu t’es armé d’un logiciel et d’une tablette, prêt à sauter dans la bataille ?

Avant que tu t’en ailles, quelques liens que j’aie utilisés par le passé :
La section tutoriel de Deviantart
La section ressource pour logiciel de DeviantArt
Les tutoriels de Jazza sur les logiciels de dessins


Cheval de selle perlino réalisant un passage, sketch par Scotis

Un jour, un cheval. Le challenge des 100 sketch de chevaux par Scotis

Cent chevaux en cent jours ?
CHICHE !

C’est quoi ce challenge ?

À la base, il s’agit d’un challenge par Jouroo sur Deviantart, où le but est de dessiner 100 chevaux.
Il n’y a pas de limite de medium, de sujet en dehors du fait que cela doit être un cheval ou en fait … il n’y a pas de limite tout court.
C’est une variation d’un challenge appelé 100ThemesChallenge où le but est de dessiner 100 fois un thème donné.

Cela faisait déjà quelques mois que j’me disais qu’il faudrait que je prenne l’habitude de dessiner quelque chose tous les jours de nouveaux et pas juste continuer pendant 30min une illustration en cours. Histoire de me rafraîchir l’esprit et me forcer un peu à bosser mes points faibles.

Ainsi, j’ai pris ce challenge et chaque jour de la semaine (du lundi au vendredi) je me pose le temps d’un pomodoro pour dessiner un cheval.

Septembre 2018

Ce premier mois, c’était surtout pour me mettre en jambe … Du coup, j’ai décidé de me concentrer à rendre au plus juste les chevaux, noter là où j’avais du mal et pouvoir dans le futur me concentrer sur les morceaux d’anatomies qui me faisaient buguer. Dans le même temps, j’en ai profité pour observer en détail les nuances dans les robes. Parce que si j’adore les alezans et bais, ça fait déjà quelque temps déjà que je note que j’ai du mal à ne pas les faire  » unies  » alors qu’ils ont plein de petites nuances de couleurs bien chouette.

Semaine 1

Cheval de selle bai faisant une jambette
Cheval de selle bai faisant une jambette
Cheval gris se grattant le dos, sketch par Scotis
Cheval gris se grattant le dos
Cheval semi-trait noir marchant avec un corbeau sur le dos, sketch par Scotis
Cheval semi-trait noir marchant avec un corbeau sur le dos
Cheval de selle gris au galop, sketch de Scotis
Cheval de selle gris au galop
Cheval de selle crème faisant une jambette, sketch par Scotis
Cheval de selle crème faisant une jambette

Semaine 2

Cheval de selle perlino réalisant un passage, sketch par Scotis
Cheval de selle perlino réalisant un passage
Cheval de selle gris ruant, croquis par Scotis
Cheval de selle gris ruant
Cheval de selle noir au trot, croquis par Scotis
Cheval de selle noir au trot
Cheval semi-trait noir rouan au trot, croquis par Scotis
Cheval semi-trait noir rouan au trot
Cheval de selle bai faisant une jambette, croquis par Scotis
Cheval de selle bai faisant une jambette

Semaine 3

Cheval de selle bai au trot, sketch par Scotis
Cheval de selle bai au trot
Cheval de selle noir au trot, sketch par Scotis
Cheval de selle noir au trot
Cheval de selle gris cabrant, sketch par Scotis
Cheval de selle gris cabrant
Cheval de trait gris au trot, sketch par Scotis
Cheval de trait gris au trot
Cheval de selle bai ruant, sketch par Scotis
Cheval de selle bai cabrant

Semaine 4

Cheval de selle bai au galop, croquis par Scotis
Cheval de selle bai au galop
Cheval de trait gris au pas, croquis par Scotis
Cheval de trait gris au pas
Cheval de trait bai au trot, croquis par Scotis
Cheval de trait bai au trot
Cheval de trait gris au trot, croquis par Scotis
Cheval de trait gris au trot
Cheval de trait bai levant un antérieur, croquis par Scotis
Cheval de trait bai levant un antérieur

Et avec tout ça, on est rendu à 20/100 chevaux !

Octobre 2018

Le mois d’Octobre a été plein de challenge … Déjà parce que j’ai continué celui-ci, mais à côté je tentais de survivre à l’Inktober (un dessin par jour à l’encre).
Autant dire que ce fut un mois cre-vant, mais j’ai réussi à tenir ce challenge ! Je sais toujours pas trop comment. J’ai continué à me concentrer en priorité sur les robes, mais aussi les points anatomiques que j’avais relevés le mois dernier et comme si le challenge était pas assez intéressant, les jours où je me sentais la motivation d’aller plus loin je me suis tenté de mettre de la lumière avec une nouvelle méthode qui ne passe plus par le N/B, c’est intéressant et finalement, plus coloré, donc je pense varier les plaisirs et utiliser les deux méthodes désormais, selon le résultat que j’attends.

Semaine 5

Poulain de selle alezan cabrant, sketch par Scotis
Poulain de selle alezan cabrant
Cheval de selle bai dun, sketch par Scotis
Cheval de selle bai dun
Cheval ibérique gris cabrant, sketch par Scotis
Cheval ibérique gris cabrant
Poulain de selle alezan ruant, sketch par Scotis
Poulain de selle alezan ruant
Cheval de selle pie-noire au trot, sketch par Scotis
Cheval de selle pie-noire au trot

Semaine 6

Cheval de selle appaloosa varnish bai trottant, sketch par Scotis
Cheval de selle appaloosa varnish bai trottant
Etalon ibérique jouant, sketch par Scotis
Etalon ibérique jouant
Cheval crème vu de face sautant, sketch par Scotis
Cheval crème vu de face sautant
Cheval de selle bai assis faisant une jambette, sketch par Scotis
Cheval de selle bai assis faisant une jambette
Cheval gris sautant en l'air, sketch par Scotis
Cheval gris sautant en l'air

Semaine 7

Cheval arabe gris faisant le kéké, croquis par Scotis
Cheval arabe gris faisant le kéké
Cheval de selle pie bai sabino faisant une jambette, croquis par Scotis
Cheval de selle pie bai sabino faisant une jambette
Poulain de selle alezan donnant un coup de cul, croquis par Scotis
Poulain de selle alezan donnant un coup de cul
Cheval de selle bai vu de face lors d'un départ au galop, croquis par Scotis
Cheval de selle bai vu de face lors d'un départ au galop
Cheval de selle alezan au trot, croquis par Scotis
Cheval de selle alezan au trot

Semaine 8 (22 à 26)

Cheval de selle alezan reculant, dessin par Scotis
Cheval de selle alezan reculant
Etalon bai donnant un coup de cul, vu de dos, dessin par Scotis
Etalon bai donnant un coup de cul, vu de dos
Cheval islandais bai dun pie
Cheval islandais bai dun pie
Cheval bai pangaré au trot, dessin par Scotis
Cheval bai pangaré au trot
Poney shetland palomino au galop, dessin par Scotis
Poney shetland palomino au galop

Mes OCs

Envie de découvrir mes personnages, leurs relations et leurs univers ? Je les ai regroupés ici !

Illustration numérique d'Alekiss au sein de l'arbre refuge de la Bulle

Leur monde

Vivant dans les tréfonds d’une forêt normande, leur monde est en réalité une poche de réalité alternative les cachant des hommes et du monde moderne. Les passages entre les deux réalités est possible pour de nombreux animaux, bien que seul Encre sache le fonctionnement exact de la Bulle.

Cette Bulle protège ses occupants et permet à de nombreux phénomènes paranormaux ou magiques d’exister.

Au centre exact de la Bulle se trouve le Refuge d’Encre. Il s’agit d’une clairière avec l’arbre-maison d’Encre.

Personnages principaux

Corronig Alekiss

Âge : 13 ans

Robe : Overo splash alezan sooty

Lieu de résidence : Refuge d’Encre

Occupations : Faire des potions, récolter et s’occuper des plantes, apprendre d’Encre

Métiers : Apprentie d’Encre et échange de services avec les animaux de la forêt (potions et/ou soins)

Talents : Faire des potions avec des couleurs pétantes (mais inutile)

Caractère :
Pimpante et enfantine, c’est un moulin à parole toujours ravie de tout découvrir du monde. Au fond, elle est studieuse et douée avec les potions, mais elle préfère faire des blagues avec. Il n’y a que seul avec Encre qu’elle se laisse aller et exprime ses doutes et ses démons, qui sont très nombreux car elle n’a aucune confiance en elle.

Enfance :
Alekiss est née dans le Refuge d’Encre d’une jument de trait (Emeline). Cette dernière vient d’une ferme et du monde humain, elle avait fait un saut dans le pré d’à côté. Délaissée par son propriétaire, car pleine et donc incapable de travailler, elle décida d’aller s’aventurer dans la forêt pour aller demander l’aide d’un magicien dont parfois les animaux parlent. Elle s’enfuit loin des hommes et réussis à entrer dans la bulle. Alors que la mort l’attire doucement, Encre la croise et l’aide à finir sa mise à bas.Emeline a fait promettre à Encre de s’occuper d’Alekiss et d’en faire une bonne jument sauvage. Encre promet, sans savoir quoi faire du poulain. C’est une harde de cerfs qui finalement lui apportera la solution. Avec leur aide, elle remet la jument près de la clôture en dehors de la bulle et l’une des biches ayant perdu son petit devient la nourrice de la pouliche nommée Alekiss. 
C’est comme ça qu’Alekiss a grandit avec deux mamans adoptives (Rowena la biche et Encre) et entre deux mondes (la harde de cerf et le Refuge d’Encre).
 
Vers ses 1 an et son sevrage, elle quitte la harde de cerfs pour venir vivre dans la maison d’Encre.
 Elle commence alors à jardiner et à apprécier les plantes. 
Vers ses 3 ans, elle devient officiellement l’apprentie d’Encre qui plaisir à lui apprendre tout ce qu’elle sait.

Relations :
Emeline – Mère qu’elle n’a jamais connu.
Encre – Maman d’adoption et mentor, c’est un modèle dans la vie d’Alekiss. Elle l’adore, mais la respecte.
Rowena – Mère laitière d’adoption. Elles s’entendent à merveille et s’adore mutuellement. Alekiss adore voir tous les ans ses petit-e-s frères et sœurs d’adoptions naître.
Luan, Gauvain, Elouan, Cédric – Frères et sœurs d’adoptions. Luan étant son aîné.
Le troupeau de Rowena – Devenu proche d’Alekiss, il revient régulièrement la voir.
Soda – Ami proche qui passe la voir de façon régulière.

Autres informations : Elle est capable de produire des show magiques de lumière, inutile, mais jolie. C’est la seule forme de magie qu’elle est capable de produire.

 

Grave Encre

Âge : ≈ 600 ans (naissance 1462 même si elle l’ignore)

Lieu de résidence : Refuge d’Encre

Occupations :Protections des Animaux (principalement soins)

Métiers :Soigner les animaux de la Bulle (et parfois ceux des hommes qui viennent à elle). Recueillir toutes les informations disponible à propos de Shaikmushz.

Talents :Création de baumes et pâtes de soins à base de plantes. Les plantes, leurs symbolisme et leurs transformation sont sa spécialité.

Caractère : Lunatique et réservé, elle a bon fonds et adore aider les autres, mais elle n’est pas toujours socialement apte. En générale, elle préfère ne dire que le stricte nécessaire et rester dans son coin en bougonnant ce qu’elle fait ou pense, sans que ça n’ait vraiment de sens pour quelqu’un d’autre qu’elle. La seule personne avec qui elle s’entends et ne se lasse jamais est Alekiss avec qui elle adore discuter de milles choses à la fois, mais aussi la bichonner.
Après des siècles d’apatis, c’est sans doute la meilleure chose qu’il lui fallait pour la motiver à faire ce qu’elle aime.

Enfance :
Née dans une fratrie de cinq au 15ème siècle dans une ferme de campagne. Toute la colonie de rats s’est vite rendue compte que quelque chose cloché avec Encre : bien que malingre, rien ne semblait la toucher, ni le froid, ni les blessures. Son étrange constitution finit par se faire remarquer en dehors de la colonie et finalement une chouette effraie s’installant dans la grange occupée par la colonie d’Encre finit par lui apprendre ce que tout le monde se doutait : Encre possédait le don.
Elle resta quelques temps avec sa colonie et sa famille, attendant la mort de sa mère avant de les quitter tous. Avec l’aide de la chouette effraie nommé Arn et finalement, d’un cerf, elle se retrouva dans la bulle LacheBullaVoengæs au côté de Bisque qui devint saon mentor.
Elle y découvrit l’histoire complète de l’Animalité, mais aussi à maîtriser son Don, avant de passer la fin du siècle à parcourir la France aux côtés d’Arn pour profiter de l’effervescende des hommes et de la Renaissance. Le foisonnement de réalisations et d’inventions, l’essor économique, le dévelopemment des esprits, mais aussi des découvertes, cela modela son esprit curieux. Elle continua de revenir passer l’hiver à LacheBullaVoengæs pour parfaire son enseignement, mais aussi rapport ses propres connaissances à Bisque et les animaux venu comme elle se reposer.
Ce n’est qu’aux environs de ses 300 ans, lors du Siècle des lumières, que sa passion pour les plantes prit véritablement.
Après avoir passé les 100 années suivantes à apprendre des plantes, Bisque l’envoya fonder sa propre bulle.
Ainsi, LaeBewellaNoerdhisae vit le jour dans une forêt Normande où elle n’en bougea plus et au fil du temps, même Arn finit par arrêter de venir.
Pendant les siècles qui suivirent, Encre fut la seule à habiter à plein temps dans le lieu et cette sédentarisation lui fit perdre sa joie de vivre.
Ce n’est qu’à l’arrivé d’Emeline et d’Alekiss que tout changea.

Relations :
Alekiss – Fille adoptive et de cœur. Elle tente de lui apprendre tout ce qu’elle sait.
La harde Corronig – Ielles sont trop et parlent trop, mais iells sont une occurrence régulière dans sa vie et au fond, elle les apprécie. Surtout Rowena et ses petits.
Bisque – Iel lui a tout apprit et est comme un troisième parent pour elle. Les deux conversent au travers de lettres régulièrement.

Autres informations :
Encre est immortelle, rien ne peut la tuer, ni le temps, ni les blessures mortelles, ni les poisons. Elle peut manipuler à souhait l’espace-temps ainsi que pratiquer de la magie.

 

Personnages secondaires

Corronig Rowena

Âge : 17 ans

Lieu de résidence : Forêt dans la bulle

Caractère : Mère de substitution pour tous, elle est toujours en train de s’occuper des autres à la limite d’en être étouffante.

Relations :
Klervi et Janig – Meilleures amies
Corentin et Douglas – Compagnons
Luan, Gauvain, Elouan, Cédric : Enfants biologiques
Alekiss – Enfant adoptive

 

La harde Corronig

Fondée par Corentin, Rowena et Janig, il s’agit d’une harde de cerfs résidant perpétuellement au sein de la Bulle d’Encre.

Ses membres changent d’une année sur l’autre.
Sa meneuse est Rowena, puis après sa mort, sa fille Luan.

C’est aussi la harde d’Alekiss, qui est sa famille.

Sodas

Âge : 17 ans

Robe : Alezan (hétérozygote flaxen)

Lieu de résidence : Forêt (rôdeur)

Caractère :
Sodas apprécie de finir ce qu’il a commencé. Quand il a une idée en tête, il fera tout pour obtenir ce qu’il désire (que ce soit de manger une pomme ou aider son prochain).
Parfois son entêtement lui joue des tours et le fait tomber dans des situations peu agréable. La plupart du temps cependant, son envie de toujours bien faire en fait un excellent compagnon et quelqu’un de positif.
C’est un étalon réservé, qui se dévoile peu, mais certainement pas timide. S’il n’apprécie pas d’être entouré d’inconnu, il n’aime pas non plus la solitude.

Enfance :
Né dans un troupeau dirigé par son père, il a grandit entouré d’une multitude de demi-frères et demi-sœur, à proximité de sa mère.
A 2 ans, il a quitté le confort de son troupeau avec quelques-uns de ses demi-frères pour rejoindre un troupeau de bachelor. Il avait en tête de trouvé l’amour, mais la réalité du monde l’a bien vite fait déchanté.
Il est resté jusqu’à ses 10 ans avec ce troupeau, pour apprendre la vie, à se battre, se défendre avant de finalement le quitter.

Fortune

Âge : 18 ans

Robe : Champagne classic silver

Lieu de résidence : Forêt dans la bulle

Caractère :
Relativement froide, elle est adaptable et spontanée, ses réponses sont immédiates et effectives, bien souvent logique et dénué de sentiments.
Faites quelques choses qu’elle n’apprécie pas et elle deviendra distante, voir détestable avec vous, qu’importe votre raison.
Bien que son physique semble indiquer qu’elle a tendance à se battre, cela n’en est rien. Elle est juste insensible à la douleur et se blesse donc régulièrement sans s’en rendre compte, en faisant une habituée d’Encre.

Relations :
Alekiss – Fortune veut bien lui servir de cobaye pour faire plaisir à Encre, mais elle ne l’apprécie pas vraiment : elle s’est déjà trompée plusieurs fois en la soignant.
Encre – La ratte a toujours été là pour elle et a donc son éternelle reconnaissance. Elle n’est jamais contre l’aider et l’apprécie même, au fonds.

 

Varuna (aka Scruffy ou Serpillère)

Âge : 5 ans

Robe : Noir dun silver

Lieu de résidence : Forêt (dans la bulle)

Caractère : 
Varuna est un étalon caaaaalme. Il ne sourcille pas souvent, ne renâcle pas et ne part pas en coup de cul au moindre bruit. Il a très souvent l’air ensommeillée. Peut-être est-ce dû au fait qu’il n’y voit pas grand chose par delà ses nœuds qui lui servent de crins.
Il ne s’énerve jamais et parle len-te-ment, même quand il est excitée il semble endormit.
Sa vie se résume assez bien en : manger, piquer un p’tit galop, dormir.
Ce n’est clairement pas le plus éclairé des étalons, ni le plus attentif, mais son amour est immense et si vous faites partie de ses amis (de ses vrais amis) il fera beaucoup d’effort pour vous. Il préfère vadrouiller plutôt que se poser et la vie de famille c’est clairement pas son truc, même si faire des roulades dans l’herbe avec ses demoiselles est une activité qu’il apprécie particulièrement.
Il déteste les gens qui le rabaisse. Ce n’est pas parce qu’il manque d’intelligence ou parfois de réaction qu’il faut le penser simplet. Il déteste aussi se battre et la violence en général, à son sens les mots et les câlins résolvent bien plus de problème

Enfance :
Varuna est né dans un petit troupeau comprenant un étalon, sa mère et deux autres juments et leurs poulains. Il n’a jamais connu son père, sa mère ayant changé de troupeau pendant sa grossesse. De ce qu’il a comprit son père a perdu un combat et ses juments un beau matin. Cela n’a jamais peiné la mère de Varuna qui disait toujours  » c’est la vie « . 
Il a grandit entouré de poulains et à ses deux ans, entourés d’une petite sœur toute pitchounette qui était la prunelle de ses yeux. Une belle baie dun ! Elle était magnifique et ferait une belle jument.
Enfin, c’est ce que se disait Varuna avant que son beau-père ne le chasse du troupeau, lui laissant une belle marque temporaire sur l’arrière-train.
De là, il n’a pas cherché à rejoindre un troupeau ou un groupe d’étalon de son âge : c’était bien plus rigolo de n’en faire qu’à sa tête. Certes, cela fut dure parfois. Si un troupeau fait peur aux prédateurs, un jeune tout seul ne fait peur à personne.
Mais la vie était douce, surtout avec les passages de chevaux dans sa vie. Varuna n’a jamais trouvé d’intérêt à se poser. Mais sa vie fut parsemé d’étalons et juments venus chercher l’amour, avant de repartir, parfois avec un petit cadeau au creux du ventre.

 

Airelle

Âge : 5 ans

Robe : Bai

Lieu de résidence : Forêt dans la bulle

Caractère : Elle semble toujours fatigué, même quand elle ne l’est pas réellement. Par ailleurs, elle se plaint souvent que tout l’agace. Autant dire qu’elle ne respire pas vraiment la joie de vivre. Sous son air réticent, elle est cependant relativement doué en tout. Trouver de quoi manger en hiver ? Pas de soucis ! Trouver une fleur bien particulière pour être sympathique à Encre ou Alekiss ? Pas de soucis ! Nager une rivière à contre-courant ? Pas de soucis ! Rien ne lui semble impossible, pour peu qu’elle se décide à tenter le coup. Elle adore particulièrement se baigner.

 

 

Cassican

Âge : 8 ans

Robe : Tovero noir

Lieu de résidence : Forêt dans la bulle

Caractère : Facilement excité, la plus petite des choses le fera sauter de joie. Toujours en mouvement, il semble être monté sur ressort et on le voit souvent sautiller ici ou là, se déplaçant parfois par saut de mouton. Il est aussi très franc, pouvant sans le vouloir dire des choses blessantes, mais qui sont vrai à ses yeux. Il n’a pas de filtre autant dans ses pensées que dans sa façon d’être. Il est ainsi très facile de lire ce qu’il pense.

Jujube

Âge : 18 ans

Robe : Alezan

Lieu de résidence : Forêt dans la bulle

Caractère : Très intelligente, elle apprends et comprends très vite. Elle n’oublie jamais ce qu’elle apprends et semble disposer d’un esprit d’analyse très important, lui permettant de résoudre les soucis en un claquement de sabot. Pourtant, elle semble toujours perdue le regard au loin, mais elle est toujours en train de tout analyser ce qui se passe sous son nez. Jujube est aussi une reine mère. Elle demandera poliment les choses, mais les voudra faite à sa façon et sans broncher, s’il vous plait.


Contenu et emballage d'une commande de chez Scotis (Charlotte Leclère)

Comment j’envoie mes commandes

Envie de savoir comment j’envoie les commandes que je reçois ?
Une petite visite dans mon atelier et dans cet article est de rigueur alors !

Contenu et emballage d'une commande de chez Scotis (Charlotte Leclère)

Emballage du tirage ou de l’original

Dès que je reçois la validation de la commande (ou que j’ai fini de la réaliser, tout dépend s’il s’agit d’un tirage ou d’une commande personnalisés), j’emballe votre illustration dans du papier cadeau. Cela a comme effet premier de la protéger de l’humidité pendant les transports, mais aussi de possible frottement ou légers soucis de transport. Comme second essai : c’est plus rigolo ! Même si vous savez déjà ce que vous avez acheté, déballer un cadeau c’est toujours chouette !

Et comme je suis incorrigible avec mes paillettes partout, le washi-tape qui ferme le papier-cadeau est à paillettes (mais rassurez-vous, elles tiennent bien et ne risque pas de finir partout chez vous).

Contenu de l’enveloppe

Une fois les illustrations correctement emballées, je rajoute des p’tits cadeaux !

Tout dépend de la taille de la commande en général, mais cela varie aussi selon comment je vous connais.
Au minimum, vous aurez une carte réalisée fait-main avec un petit message et un petit dessin rien que pour vous !

En plus, je peux glisser dans l’enveloppe un tirage supplémentaire, un petit original ou une surprise dans ce genre pour vous remercier de votre confiance.

Le tout est glissé dans une enveloppe A4 cartonné (ça évite d’être plié ou trop malmené pendant les transports).

 Enveloppe d'une commande de chez Scotis (Charlotte Leclère)

Direction la Poste !

Votre commande sera envoyée en envoie avec suivit.
C’est-à-dire qu’au moment où elle arrive au centre de tri jusqu’à chez vous, vous pourrez suivre son petit trajet. Je vous envoie le numéro de suivi dès que je suis rentrée chez moi.

Votre commande mettra environ deux jours à arriver chez vous.

Si jamais La Poste a un souci quelconque en cours de cheminement qui met à mal l’illustration, je me tiens à votre disposition pour trouver un arrangement qui nous ira à tous les deux.
Bien sûr, s’ils malmènent un original, j’aurai du mal à en faire une exacte copie … Mais dans le cas de tirage, je peux sans doute réexpédier. Je gère ça au cas par cas, donc au moindre souci, prenez une photo des dégâts et venez par mail m’en parler.

Et si avec tout ça vous avez envie de m’acheter une illustration, vous pourrez trouver mes tirages et originaux à la vente sur ma boutique Etsy ou venir me passer commande.

Mon expérience des 24h de la BD

Les 24h de la BD (voir site) est un événement annuelle qui consiste à faire 24 pages de BD (couverture et quatrième de couverture incluse) en 24h. Le tout avec un thème imposé.
Autant dire que c’est très sportif et que ça demande un peu d’organisation !

On peut s’inscrire à l’avance sur le site. Ou comme moi faire ça dans son coin avec une amie.

 

Alors, cette première fois ?

Elle m’a tuée.

J’avais prévu de passer les 24h sur Discord avec la soeur de mon chéri qui a de l’expérience dans la BD de son côté. Le tout avec un p’tit programme et un rendez-vous à la banque (quoi ? j’rajoute du challenge !) Je me suis décidée le jour J, 4h avant, un truc comme ça. J’étais donc super préparée mentalement et physiquement.

Il faut rajouter à ça que je n’ai jamais réussit à finir une seule planche de comic. J’avais donc l’expérience derrière moi. Mais ça faisait quelques temps que j’avais envie de le tenter et comme j’avais Tori, j’me suis dit, pourquoi pas ?

L’idée était pas forcément de finir le challenge avec brio (même si ça aurait été cool), mais plutôt de voir ce que je pouvais faire en 24 en terme de narration.

Comment tu t’es organisée ?

J’ai planifié mes repas en des trucs simples à faire et je me suis fait un p’tit emploi du temps :

15h Ecriture du plot rapide
16h Brouillon des 22 pages en bonhomme bâton
18h Brouillon des couvertures
19h Sketch plus ou moins propre
21h Début Lineart et nom-nom
22h Départ au dodo
06h Réveil
07h Lineart
09h Couleur
11h RDV à la banque
12h Background et ambiance
13h Corrections
14h Temps en rab

En sois, j’étais organisée ! Mais trop ambitieuse. Et en fait, mal organisée.

La première heure, je me suis rendue compte d’une erreur presque fatale : comment tu script une histoire si tu n’as aucun personnage ? Je suis rapidement partie sur une fan-fiction de Miraculous Ladybug et de l’arrivée d’un nouveau kwami.
Le thème était : l’histoire doit mettre en scène un super héros farceur ou une super héroïne farceuse.

Vers 19, j’avais fini le charadesign du personnage, écrit le plot des 22pages et découpés ça par page et fait le croquis des 10 premières pages. J’avais aussi une magnifique ampoule au doigt, moi qui suis habituée à dessiner par période de 2h maximum.

Le lendemain, j’étais crevée, j’avais mal à la main et la motivation un peu dans les talons.

Au final, j’ai fini la BD avec 12 pages (13 si on compte la première de couvertures), le tout uniquement en sketch. Mais pour une première expérience, j’étais déjà contente de moi.

Tu le referas ?

Je pense que oui !

Mais j’aurais apprit de mes erreurs, mon planning ressemblera plutôt à quelques chose comme ça je pense :

15h Première esquisse de l’idée
16h Ecriture du plot
17h Commençage de brouillon des pages en bonhommes bâtons
19h Pause nom-nom
20h Continuation du brouillon des 22 pages
22h Coucouche panier
06h Réveil et relecture rapide du plot et brouillons
07h Continuations du brouillon
08h Nettoyage du brouillon un minimum
10h Mise en couleurs
13h Réglage de l’ambiance et des derniers détails

Et je pense que je partirais sur un style graphique plus brouillon. Rien que ça et je pense que j’irais plus loin. Mon but sera d’avoir les 22 pages de faites en sketch au moins.

Et vous ce genre de challenge, vous en avez tenté ?