Skip to main content

StreamAvatars – Attaque de poney sur Twitch

Vous vous demandez ce que sont ces poneys en bas de mon écran lorsque je réalise un live sur Twitch ? Eh bien ce sont vos avatars avec lesquels vous pouvez personnaliser, faire interagir et participer à votre manière aux lives avec moi ! 

Détail(s) et inspiration(s) :

En étant sur le live de quelqu’un, je me suis longuement amusée à découvrir StreamAvatars et son utilisation avec des Kirbys. Et les Kirby c’est peut-être mignon, mais je voulais la même chose sur mon live AVEC DES PONEYS.
Parce qu’on sait bien que je suis pas du tout obsédé par le sujet.

J’ai donc acheté le logiciel, continué quelques tests avant de prendre finalement un après-midi pour me créer mes propres pixels art, animations, fonds pour OBS et robes.

Je ne pourrais pas faire une liste étape par étape, parce que je débute autant en animation qu’en pixel art, ce qui a donné pas mal d’essais et d’erreur.

Globalement, j’ai créée un damier que voilà pour bien avoir tous mes pixel arts de la même taille.
J’ai créée quelques animations en key-frame pour voir ce que je devais faire et ensuite ait intercalé d’autres frames entre.

Sur StreamAvatars j’ai pu indiquer les FPS de chaque animation, si l’animation retournait en idle après avoir joué, si je devais maintenir la dernière frame (et combien de secondes), si l’animation faisait un loop … Bref plein d’info.
Sachant que la plupart des animations existent de base dans le logiciel et génèrent un tracé particulier et/ou des particules.
Les versions que j’ai générées en gif pour mon blog sont donc des pâles copies qui manque de punch ou de rythme, parce que je n’ai pas les mêmes options sous Photoshop à mon grand regret et les refaire à l’identique aurait prit trop de temps.

J’avais pas fait d’animation depuis bien 2 ans et pas fait de pixel art depuis pratiquement 5.
Ce fut un bon retour dans le temps et j’ai pu constater que j’ai progressé sans le savoir entre temps. Ce qui fait toujours plaisir.

En plus animer des poneys, c’est mon dada !

Animations

Ces animations n’ont pas été générées de la même façon que dans StreamAvatar et manquent cruellement de détails … Pour les voir réellement s’animer, n’hésitez donc pas à me rejoindre en live !

Idle animation

Walk animation

Sit animation

Stand animation

Jump animation

Hug animation

Dance animation

Attack animation

Fart animation

Robes disponible

En plus d’avoir des animations personnalisées sur StreamAvatars, je me suis amusée à mettre à disposition plein de robes ! Ainsi que des marquages et des accessoires.
La collection s’agrandira sûrement avec le temps, mais en attendant, les voilà tous avec leur prix (en gold) ou la façon dont vous pouvez les débloquer.

Robes uni

Alekiss
Cadeau

Alezan

Alezan flaxen

Alezan sooty

Blanc

Cremello
50

Gris

Gris rose

Noir

Palomino

Shadowmere
200

Smoky black
50

Robes avec extrémités d’une autre couleur

Bai

Bai clair

Bai seal brown

Bai silver
50

Bai sooty

Gris souris

Isabelle

Noir silver
50

Perlino
20

Marquages

Belle face

Dun
50

Rouan
25

Accessoires

Corne
200

Corne noire
200

Stream Avatar

Le nom est relativement clair, ce logiciel (que vous retrouverez sur streamavatars.com) sert à mettre à disposition de toustes un avatar sur vos lives Twitch, Mixer ou même Youtube.

Vos spectateurices auront la possibilité de les faire bouger, interagir avec les autres avatars, des jeux ou le décor et surtout, de les personnaliser !

Vous pouvez l’acheter sur Steam.

Il est super simple d’utilisation et de personnalisation, même du côté de sa mise en place pour le propriétaire du live ! Je m’attendais à quelque chose de plus complexe, mais en fait, non, c’est juste simple.
Pis bon, je trouve ça super classe de voir galoper des poneys sur mon live !

Rejoins le troupeau

C’est simple comme tout, mais voilà un petit guide rapide.

Déjà, assure-toi que tu me suis sur Twitch : Scotis.fr.

Descends sur ma page et tu devrais voir cette extension :
Il te suffit de l’autoriser et hop !
Tu n’auras plus qu’à personnaliser ton avatar et commencer à jouer avec !

Commandes disponible pendant que je live

Les commandes sont visibles dans la documentation, mais en anglais. Voilà donc une traduction pour les anglophobes. Je n’ai mis que celles que vous pouvez utiliser.

!help — Affiche une liste des commandes de base.

!random — Force votre avatar à équiper une apparence aléatoire. (avatar, couleur, équipement)

!avatars — Affiche une liste des avatars disponibles.
!avatars  [choice] — Force votre avatar à changer pour l’avatar choisi.

!gear — Affiche une liste des équipements disponibles pour l’avatar choisi.
!gear [choice] — Affiche une liste des équipements disponibles.
![choice] [choice] — Force l’avatar actuel à équiper l’équipement choisi.

!colors — Affiche une liste des couleurs disponibles pour l’avatar actuel.
!colors [choice] — Force l’avatar actuel à équiper la couleur choisie.

!nametags — Affiche une liste des nametags disponibles.
!nametags [choice] — Équipe le nametag choisi.

!actions — Affiche une liste des actions disponibles pour l’avatar actuel.
![choice] — Force l’avatar à effectuer l’action choisie.
![choice] [target]  — Force l’avatar à effectuer l’action choisie sur l’utilisateur cible choisi.

!show — Affiche une liste contenant l’avatar, la couleur, l’équipement et le nametag qui est actuellement équipé.

!shop — Affiche une liste pour parcourir les options de la boutique.
!buy avatar — Affiche une liste d’avatars pouvant être achetés.
!buy colors — Affiche une liste de couleurs pouvant être achetées pour l’avatar actuel.
!buy actions — Affiche une liste d’actions pouvant être achetées pour l’avatar actuel.
!buy gear — Affiche une liste d’équipement pouvant être achetées pour l’avatar actuel.
!buy nametags — Affiche une liste de nametag pouvant être achetées pour l’avatar actuel.

!bet — Affiche les instructions pour utiliser le jeu de roulette.
!bet [amount] [bet-type] — Place un pari sur le type de pari pour le jeu de roulette.
(type de pari : red/black, odd/even, 0-36, 1st12, 2nd12, ou 3rd12.

!duel [target] [amount]  — Défiez l’utilisateur cible en duel pour un certain montant, le gagnant prend tout.

!slots [amount]  — Pariez un montant sur la machine à sous.
(les montants des paris sont limités entre 5 et 500 par défaut).

!currency — Affiche combien de monnaie vous avez.
![currency name] give [target] [amount]  — Donnez à l’utilisateur cible un montant de votre devise.

Par défaut j’ai laissé la monnaie comme étant le Gold.


Écrit ton histoire et bâtit ta nouvelle avec NaNoWriMo

Ah, Novembre … Le mois du NaNoWriMo où tous les auteurices se tapent la tête contre leur bureau et murmure des mots d’agonies à Twitter. Au premier jour de Novembre, tout le monde était motivé et plein de conseils pour écrire fleurisse sur la toile. Au trente Novembre, tout le monde est roulé dans un plaid, le cerveau au pied et tente de trouver les 50 (ou 5 000) mots qu’il manque.

Il y a pas à dire, NaNoWriMo c’est un bon mois.

C’est quoi NaNoWriMo ?

Un challenge pour les gens qui veulent écrire en un mois une nouvelle complète !
Du 1 au 30 novembre, les auteurices avancent au rythme d’environ 1666 mots par jour vers une nouvelle complète d’environ 50 000 mots.

L’acronyme lui, veut dire National Novel Writing Month, soit en français Mois national de l’écriture de nouvelle.

C’est un challenge qui a son site dédié qui permet de gagner des badges, voir sa progression et ses statistiques tout au long du mois et surtout, de rassembler les gens. C’est surtout ça qui aide à motiver : les badges !
Pas de gagnant (enfin, si, pleins de gagnants), le but est de participer avant tout et se dépasser. Celleux ayant réussis à atteindre les 50k tant désirés peuvent obtenir des réductions pour des logiciels dédiés aux écrivains, mais surtout la satisfaction d’avoir réussis et survécu au mois de Novembre.

Pourquoi 50 000 mots ?
C’est un chiffre qui semble aléatoire, mais qui est en fait un nombre de mots qui est difficile à atteindre, mais faisable pour les personnes ayant un emploi ET des enfants.
Pour ce qui est de la définition de nouvelle … C’est pour définir en un seul mot « une œuvre relativement longue de fiction ».

Certains profitent du mois pour explorer des styles scénaristiques peu explorer, avancer une histoire déjà entamée ou comme beaucoup : réaliser une nouvelle complète de A à Z en un mois.

Mon histoire avec NaNoWriMo

J’ai participé l’an dernier (2017) à NaNoWriMo en totale débutante et … j’ai écrit Par-delà le clavier.
Ce fut un évènement marquant de ma vie et oh mon chat que j’adore cette fanfiction. Je n’avais jamais fini quoi que ce soit niveau littérature avant ça et j’me suis donc découverte un amour pour les mots (et les maux qui vont avec). J’ai fait plein d’erreur et beaucoup apprit.

Cette année (2018) j’étais donc motivée à bloc pour participer encore une fois, ce coup-ci pour continuer l’écriture de Par-delà le voile (oui, le second tome de ma fanfiction).
50 000 mots plus tard, ce fut encore une réussite et malgré quelques difficultés, une joie.

Je suis fière de moi à chaque fois.

Quels sont donc mes 5 conseils pour y participer et réussir à écrire 50K ? (la seconde va vous étonner)

  1. avoir des potos ça aide
  2. ne pas se relire
  3. autant que possible avoir une idée d’où on va
  4. cocooning-party
  5. se connaitre

Les ami-e-s

Par le pouvoir du crâne ancestral !

Je ne parle pas de béta-lecteur, qu’on soit bien clair (pour celleux ne le sachant pas, le but d’un béta-lecteur est de vous relire, vous critiquez et vous aider à vous relire avec un œil neuf repérant plot-holes, incohérences scénaristiques et autres erreurs), mais bien de gens avec qui papoter de tout et de rien, avec qui partager vos astuces et vous décoincer si jamais … bah ça coince.

Le but est pas de leur détailler votre histoire ou de leur faire lire, mais d’échanger librement et vous sortir un peu le nez de votre histoire. Changer d’air quoi et pourquoi pas, vous échangez vos bonnes adresses, vos aides et des gifs de Shia LaBeouf.

Et pis, voir vos amis parler de leur NaNoWriMo … ça aide à se dire « si ielle y arrive, je peux le faire » et s’y remettre dans son coin. Sans virer dans la compétition, comparer son avancée, c’est toujours plus motivant que de rester seul dans son coin.

Ne lis tes ratures pas

François Pérusse sort de ce corps.

NaNoWriMo c’est le mois où il faut avancer sévère. 1666 mots par jour, c’est environ une heure d’écriture. Vous avez une vie, vous avez pas une seconde heure dans votre journée à perdre à vous relire (si vous l’avez, continuer d’écrire, c’est bien d’avoir de l’avance sur le challenge en cas d’imprévu). C’est aussi long que c’est court, une heure.
Ce mois-ci, vous avez une nouvelle à sortir de votre magnifique tête et à faire parvenir au monde.
Concentrez-vous sur l’écriture. J’appelle ça du Freewriting : on écrit, on réfléchit pas trop.

C’est la version pas belle de votre histoire et en théorie, ça sera donc sa pire version. C’est pas de la belle littérature qu’on fait en Novembre.
Mais c’est le but !
En janvier ou plus tard, après une bonne pause, vous reviendrez sur ce que vous avez fait pour corriger et enfin, présenter au monde entier cette gemme que vous avez poli.
Cela vous semble nul pour le moment ? Vous inquiétez pas, j’vous promets que ça ira mieux. C’est un brouillon, mais on a tous besoin d’un brouillon avant de pondre une merveille. Vous aurez du temps pour vous relire plus tard, vous ralentissez pas, vous avez un mois entier à tenir et un rythme à garder.

Garder le cap

Savoir où on va, c’est bien pour avancer.

Je dis pas d’avoir quarante pages words détaillant les futurs chapitres (ou alors, si, si ça vous aide, c’est ça que je vous conseille), ça peut être un post-it avec trois mots écrits au bic. Juste savoir ce que vous voulez de votre histoire et une idée, même vague de la route et de la fin, ça évite la page blanche.
Qu’est-ce que vous voulez écrire ? Qu’est-ce que vous voulez que les gens retiennent de votre histoire ? Quel est votre message ? Qu’est-ce que vous voulez nous faire ressentir ?

Même si vous savez juste le milieu, si vous savez votre fin, écrivez-là, le début viendra sans doute après.
Pas besoin d’une carte détaillé, juste une idée suffit. Si vous êtes motivé à écrire le chapitre final en premier, faites-le. Tout ne commence pas par le début.

Cocooning

Vous participez à un challenge. Oui, c’est dur, c’est le but. Ce qui n’est pas le but, c’est de devenir désagréable ou votre mauvaise place personnelle.
Si vous vous faites du mal, c’est que vous réalisez mal ce challenge.

La première étape, c’est d’écrire sur un support qui vous convient.
Certains rédigent sur des feuilles volantes, d’autres sur un cahier, d’autres sur un ordinateur. Quel que soit votre outil, vérifiez qu’il vous est confortable et que vous êtes à l’aise dessus. Si ce n’est pas le cas, demain, tester un autre outil. Peut-être que vous seriez plus à l’aise sur un autre logiciel d’écriture, ou peut-être plus à l’aise sur des feuilles quadrillés, qui sait ?

La seconde, c’est d’être à l’aise avec votre corps.
Êtes-vous installé confortablement pour écrire ? Pas de douleur articulaire ? Vous êtes à l’aise ?
Chacun sa méthode, mais faites attention à votre santé. C’est important et oui, ça joue beaucoup sur votre motivation.

Enfin, c’est de trouver son rythme avec sois.
Peut-être que vous trouverez plus simple d’avoir plusieurs sessions de vingt minutes dans la journée qu’une heure d’un coup d’écriture. Peut-être que mettre un timeur vous motivera plus. Une boisson, c’est toujours chouette d’avoir sous la main (que ce soit du thé, du café, du chocolat chaud ou au lait froid, ou du soda peut-être). Certains apprécient de grignoter (des fruits ou autres) en écrivant. Certains doivent écrire dans un silence religieux, d’autres écoutent du jazz ou des OSTs de jeu-vidéos (sérieux, ces deux styles là aident à rester concentrer, si jamais vous avez jamais tenté, de manière générale, privilégiez des musiques qui ne sont pas dans la langue que vous utilisez pour écrire).

Du moment que vous êtes à l’aise avec votre façon d’écrire, c’est ça qu’on cherche.

Se connaître

C’est une suite du point précédant, mais un peu moins lifestyle et plus écriture.

On est toustes différents quand on approche de nos écrits. On a touste nos méthodes, nos astuces ; et ce qui est applicable pour moi ne sera pas forcément applicable pour vous.

Par exemple, moi j’ai besoin de savoir très en détail où je vais et comment j’y vais. J’ai plusieurs pages rien que pour mon plot, parce qu’avant de rédiger, j’ai besoin de faire un premier plan en acte des actions principales que je découpe en chapitre que je détaille avec une dizaine (ou une trentaine) de lignes où je liste des idées, les actions, les personnages, bref, ce qui se passe. À côté de ça, j’ai des documents où j’ai lister mes personnages, mes références de lieux et j’ai aussi un dossier complet avec des notes diverses et variées de sujets que je sais que je vais aborder et galérer (non, j’ai jamais fait de sport de combat, oui j’ai donc une fiche détaillant les parties d’une épée).

Est-ce que vous aurez besoin de tout ça ?
Peut-être pas. En vous connaissant, vous saurez quoi préparer en amont et quoi ignorer parce que vous l’utiliserez pas.
Beaucoup de gens écrivent au jour le jour. Je sais que c’est pas pour moi, je le tente pas, mais ce n’est pas pour autant que c’est une mauvaise méthode. Les méthodes, elles existent pour donner des idées et être adapté à sois. On fonctionne tous différemment et savoir ce qui marche pour sois, bah ça aide grave à avancer correctement.

Dernier conseil pour la route : se souvenir qu’on écrit aussi pour sois avant le succès (même si yep, les bons retours sur ce qu’on fait nous nourris tous et nous aide à avancer, on est d’accord, mais ça doit pas devenir notre fuel) est aussi important.


Par-delà le voile

(Il s’agit d’une suite de Par-delà le clavier)

Charlotte n’est plus avec la Compagnie de Thorïn. Voilà. Il va falloir s’y faire. De l’autre côté du voile, une certaine personne continue cependant de chercher sa place en Arda.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Temps : 4h
Inspiration(s) musicale(s) : Bande-sons Le Hobbit et LOTRO (Lord of the ring Online)

Détail(s) et inspiration(s) :

Je savais déjà ce que je voulais, puisque j’avais fait quelques thumbnails dans un coin et j’avais déjà décidé d’une composition.
La première étape que j’ai donc effectuée à été de faire un croquis relativement correct de chacun des personnages (on peut observer que j’suis encore pas mal en galère avec les humains niveaux anatomie ahah, même si on les reconnaît relativement par je ne sais pas encore quel miracle).

1. Une fois mon croquis fait, j’ai peint mon fonds. Il est simple au possible, parce que je voulais l’attention sur les personnages, mais aussi parce qu’il s’agit d’une couverture qui fera 200px de haut à la fin … donc les détails que j’aurais pu faire auraient été perdus, de toute façon.
Il s’agit d’un ciel de nuit, enfin, à la fin du couché de soleil. D’où le dégradé du orange vers le noir. J’aime bien cette palette de couleurs. J’ai ensuite fait les étoiles et la lune, avec un léger dégradé d’opacité (avec du recul, j’aurais dû juste mettre moins d’étoiles vers le bas où est le soleil … eh, heureusement que j’suis pas astronome ou en train d’illustrer un propos astronomique quelconque).
Sur ce ciel étoilé, j’ai peint des nuages bien cotonneux et noirs.
Niveau symbolique, le soleil se couche sur la vie que les trois protagonistes principaux ont connue jusque-là, mais comme le soleil n’est pas la dernière lumière du jour de Durin, la nuit n’est certainement pas la fin de leurs aventures. Bilbo se tourne désormais vers son anneau qu’il doit détruire avec l’aide de Gandalf et des conseils de Charlotte. Nori se tourne vers le futur, car il n’a plus que ça et il ne sait pas encore trop vers où se tourner, sa famille, ses anciens projets avant de s’embarquer vers Erebor ou … est-ce qu’autre chose serait la solution ? Et Charlotte bien que n’était plus là, continue de penser à eux et à vouloir le meilleur pour eux. Elle n’est plus là, mais toujours dans leur patte.

2. Charlotte étant un spectre dans ce tome (au cas où le fait qu’elle sache soudainement voler ne le laisse pas deviner), j’ai transformé le line-art du noir vers le blanc après avoir mis en aplat ses couleurs. J’ai ensuite dupliqué ce line-art et ai mit du flou sur ce duplicata, créant ainsi cet effet brillant spectrale.

3. J’arrive toujours pas à piger comment j’ai fait pour que Nori soit reconnaissable en faisant le line-art, mais une fois les aplats fait, je suis fière de moi. Je crois qu’avec le fonds, c’est l’élément le plus sympa de cette couverture ! Il a tellement de petit détail ! Et encore, là j’ai fait que les nombreuses tresses, j’ai pas encore commencé les textures …

4. Pour finir mes lineart, j’ai réalisé Bilbo Baggins, notre hobbit préféré. Je sais pas ce que j’ai fichu sur le ventre ? Genre l’anatomie du tronc est loupé et j’ai pas réussi à rattraper ça … Enfin, ça veut dire plus de session de nue pour moi, en me concentrant un peu sur les hommes que je sais pas dessiner (et même si je préfère dessiner des femmes, savoir dessiner les deux genres principaux me fera jamais de mal).
J’ai aussi réalisé quelques textures sur les vêtements de Nori. Comme avec toutes mes couvertures de fanfictions, la version finale fera 200px de hauteur, ainsi je n’ai pas cherché à m’appliquer spécifiquement ni n’ai cherché à trop en faire.

5. Enfin, l’étape où j’ai un peu corrigé les détails qui me gênaient. Les deux plus gros détails étant les yeux de Charlotte qui avec le lineart blanc rendait étrange et le ventre trop plat de Bilbo.


À tes côtés (je suis là)

Évangéline et sa maladresse. Une erreur de mail. George et son train-train quotidien. Un mail surprise. Une rencontre imprévue quand le destin s’en mêle, deux vies s’emmêlent.

Évangéline et sa maladresse. Une erreur de mail. George et son train-train quotidien. Un mail surprise. Une rencontre imprévue quand le destin s'en mêle, deux vies s'emmêlent.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop et Krita
Temps : 2h
Inspiration(s) musicale(s) : Tokyo Hotel – An deiner seite (ich bin da)

Détail(s) et inspiration(s) :

1. Cette illustration étant une couverture pour une de mes fictions (à la base une fanfiction, mais j’ai changé les personnages en cours de route, j’en reparlerais plus tard), il fallait que ça résume l’histoire, sans faire de spoiler, tout en étant attirant pour l’œil. Préférant les illustrations figuratives, j’ai sans surprise choisie de représenter l’héroïne de l’histoire, Evangéline. Je la voulais en train de se relever et d’aller toucher la musique (oui, on peut toucher les vibrations d’une musique et la ressentir à défaut de l’entendre). Il s’agissait de montrer qu’elle tente de se lever et de voir autre chose, un monde qu’elle ne connaît pas.
Pour comprendre exactement ce que je baragouine, je suis désolée, il faudra me lire …

2. Après avoir fini le croquis, j’me suis attaquée à  » comment que je représente graphiquement la musique « . Sur le croquis, j’avais dessiné une note de porté, entouré d’ondes. L’idée était pas trop mal, je trouvais. La musique, c’est des ondes après tout. Ondes après ondes, altération du sons après altération, on finit par la ressentir.
Je suis donc partie sur Krita et avec ses fonctions super utile, j’ai donc peint en noir sur blanc un zentangle concentrique de ce que je pensais qu’Eve ressentait pendant son histoire (personne ne captera ce détail et c’est pas le but, c’était juste pour me donner un guide visuel dans mes formes).
De retour sur Photoshop, j’ai retiré le fonds blanc du zentangle et l’ai placé correctement dans l’illustration.
J’ai choisi de mettre le zentangle rouge, mais au fur et à mesure de mes essais d’effets spéciaux sur la forme, ça a viré sur ces couleurs rouge-orange-jaune feu qui forme l’illustration finale. J’aimais bien ces couleurs et montre bien la beauté de ses couleurs, tout en évoquant un danger potentiel puisqu’on sort de la zone de confort du personnage.

3. Pour le fonds, j’ai choisi un dégradé du bleu vers le noir. Le noir, puisque l’héroïne ne connaît pas la musique, mais cela se révèle être sa sortie de son monde d’ombres, de doutes et sans support émotionnelle. Et le bleu ? J’aime bien le contraste et c’est pour moi une couleur chaude d’espoir. Après tout, le bleu du ciel au bout d’un tunnel annonce toujours de bonnes choses.

4. S’en est ensuite suivit la mise en aplat du personnage Evangéline.
Note que le haut à rayure a été une plaie à faire. Les femmes ça a des seins et donc du volume. Peindre des rayures sur des volumes, c’est horrible.

5. La couverture devait faire 200pixel de haut, du coup, j’suis restée très simple et n’ai pas fait de mise en volume, sinon un léger liseré de couleur pour donner un peu de volume au personnage. J’voulais pas noyer de détail l’illustration.

Tu nous parles de cette fanfiction ?

J’avais commencé il y a un an ou deux une fanfiction résolvant autour d’Evangéline et Gustav (du groupe Tokyo Hotel). En cours d’écriture, je l’avais abandonné pour manque de motivation.

Je l’ai reprise il y a deux mois, en me donnant pour objectif de finir toutes mes vieilles fictions commencées (parce que avant Par-delà le clavier j’avais jamais rien fini et si j’ai pu finir une fanfiction de 200 000 mots, j’peux bien finir ce que je veux).
Et pour me redonner la motivation, j’ai changé la localisation de l’histoire qui se passe uniquement en France au final et avec des personnages à moi (même si oui, ils sont plus qu’inspirés de Tokyo Hotel).

Choses dites, choses faites, en à peine deux semaines, j’avais finalisé et posté l’histoire !
Vous pouvez donc désormais lire A tes côtés (je suis là) !

Alors, oui, en tout j’ai mis deux ans à l’écrire, mais j’suis contente de m’être enfin motivée à en voir le bout. J’ai eut de bons retours dessus, en prime, ce qui m’a d’autant fait plaisir, même si elle est très peu lue par rapport à ma fanfiction du hobbit (100 lectures contre 10 000 au moment où j’écris cet article).

Mon conseil du jour sera : allez-y !
Reprenez ce vieux projet qui traîne dans vos placards et vous plaît, ça en vaux amplement le coup.


Par delà le clavier

« Charlotte était une femme normale, vivant dans le monde normale et jouant aux jeux-vidéos. Quand un jour en s’endormant devant Youtube, elle se réveille en Arda, dans la Terre du milieu sans trop savoir quoi faire avec elle-même. »

Début novembre, je me suis remise à LOTRO (Lord Of The Ring Online) après pratiquement 3 ans d’absence et avec ça, j’ai parlé à de nouvelles personnes. Chemin faisant, je suis genre, tombée dans le fandom (communauté de fan autour d’un livre/film/autre) ?
J’ai donc traîné mon conjoins devant les trois films du hobbit que je n’avais pas encore vue, version longue et lui ai emprunté son livre Le Hobbit. Chemin faisant … J’ai commencé à avoir envie d’écrire une fanfiction.

Pour les p’tits nouveaux dans le domaine des fandoms, une fanfiction c’est une histoire (une fiction) à propos des personnages d’un film/livre/autre écrit par un fan (et donc, sans autorisation de l’auteur original).
On parle parfois de fic’ ou fanfic’ en cours.

Devant le clavier

Cette fanfiction a commencé le 10 octobre.
Je l’ai écrit pour mon plaisir dans mon coin parce que j’arrivais pas à dessiner ou à me concentrer sur quoi que ce soit. C’était mon petit défouloir et à la base, j’avais aucun plan pour elle.

Début Novembre j’avais déjà dépassé les 50 000 mots et je me suis rendue compte que je m’étais attaché à mon personnage, à mon univers. Alors j’ai décidé de m’y consacré lors de mon NaNoWrimo, histoire de voir ce que je pouvais en faire de cette fanfiction (et voir si je pouvais la finir, aussi). Et le 23 novembre, j’avais fini mon histoire avec grand plaisir.
Faut dire que c’est pas mon premier essai de rédiger une nouvelle ou une fanfiction, mais jusque là, j’ai jamais rien fini, alors vous imaginez ma joie quand j’ai réussis à finir quelque chose !

C’est basé très largement sur le film, mais incorpore des éléments du livre, du jeu en ligne Lord Of The Ring Online et de l’univers de Tolkien en général. C’est un mélange de fanfiction écrit par une jeune ado’, tranche de vie et tout ce que j’aimerais pouvoir vivre si un jour j’avais la chance d’arriver dans l’univers.
Je me suis régalée à écrire et beaucoup amusé. Il y a eut beaucoup de retour en arrière pour éditer des scènes qui me semblaient faible, rajouter des choses qui me faisaient rire. Beaucoup de travail de recherche (j’avais JAMAIS lu le livre avant de commencer à écrire), beaucoup de délire et beaucoup de temps passé en général dessus.

J’y ai passé beaucoup de temps et même si je sais que je le sujet a déjà été traité des centaines de fois, j’ai passé trop de temps dessus pour juste le laisser croupir dans un bout de mon google drive.
Alors, petit à petit, à partir du 15 janvier et jusqu’au 29 mai, je publie un chapitre tous les deux jours.

Par delà le clavier

 

Et comme je dessine avant d’écrire, une fois mon histoire quasiment fini d’être rédigée, j’ai décidé de m’offrir une couverture. Parce que j’en avait la capacité et que ça me faisait plaisir.
Il y en a deux versions : une pour le site où je la poste et une pour moi. La première contient un fonds tiré du film (il s’agit de la façade d’Erebor). La seconde un motif dérivé de la ceinture de Nori et une fleur de lotus.

Quelques statistiques et fait divers

Cette fanfiction, c’est :
– 1 magicien
– 2 hobbits
– 8 actes
– 8h20 de lecture environs
– 13 nains
– 69 chapitres
– 157 146 mots (techniquement, c’est plus long que le Hobbit qui ne fait que 95 022 mots)
– 889 537 caractères

J’ai beaucoup apprit sur l’écriture, en plus d’avoir énormément prit du plaisir à écrire tout ça. Ce fut une expérience super fun, du coup, l’an prochain je compte déjà resigner pour le nanowrimo pour finir une oeuvre originale que j’ai commencé il y a déjà plus d’un an.

Mes fanarts de ma fanfiction

Oui, visiblement, faire des fanarts de ma fanfiction est mon nouveau dada maintenant que j’ai fini d’écrire. Dooonc … les voilà. La plupart sont fait de façon rapide, parce que je les fait pour mon plaisir personnel avant tout.

Bilbo prenant la température de Charlotte (Ch 3 Une elle en moins)
La robe offert par Bilbo (Ch 5 Où est-ce qu’on va ?)
Fan-art dérivé du chapitre  » Je me suis faites belle pour un lustre  » (ch. 31) Nori démêlant les cheveux de Charlotte

Nail art à base de point

Danse de points

Nail art à base de point

Détails techniques

Base : Hight life 804 (marque inconnu)
Matériel(s) : Peinture acrylique et dotting tool

Détail(s) :

Nail art pas à pas

  1. Pose de la base en deux couches
  2. On fait une diagonale plus ou moins au milieu de l’ongle, pas trop fine, mais pas trop épaisse non-plus
  3. En haut de l’ongle, on crée un rond relativement gros, puis deux frises de petits points en suivant la diagonale
  4. En blanc, on vient recréer une frise de petit point en suivant la diagonale. Deux points libres sont ajoutés en bas de l’ongle pour habiller. Une couronne de point blanc est ajouté autour du gros ronds noir.

Explication(s) : J’avais une envie de points. Oui, j’ai souvent des idées comme ça, pouf. Et ça reste. Bon, j’aurais définitivement pu faire plus propre, mais j’me suis retrouvée à de nombreux endroits à partir sur du noir pour au final transformer ça comme je pouvais en blanc. Le noir sur du bleu, j’aime bien, mais je trouve ça tristounet. Certes le blanc ça refroidis l’ambiance, mais ça crée un équilibre appréciable.
Ou alors on va dire que c’est juste pour varier les points (et les plaisirs)

Les cornichons tournaient en ronds

Hahem.

Ce vernis n’est pas un duochrome, mais il oscille dangereusement entre le bleu menthe et le vert cornichon. Comme j’ai fait l’infographie de nuit, c’est la couleur vert cornichon qui est ressortie, mais au moins vous avez une idée de la vague de couleurs que cela donne.