Aquarelle de licorne bai, triple corne

Le marron est une couleur tiède

Vous nous jetez parce que nous ne sommes pas suffisant. Espérant être aimé nous déformons tous les mots que vous prononcé juste pour pouvoir dormir aisément.

Aquarelle de licorne bai, triple corne

Détails techniques

Matériel(s) : Feutre aquarelle, crayon aquarelle et aquarelle
Taille du document : Format A6
Temps :
45min
Inspiration(s) musicale(s) : Van Canto – Faith, Focus, Finish

Détail(s) et inspiration(s) :

Après avoir apprit de Le jaune est une couleur froide, je voulais un second essais avec les feutres aquarelles ! Et j’adore le résultat que ça a donné, comme quoi ça valait le coup de retenter !

1. Les portraits de chevaux de trois-quart face ça semble être mon dada en aquarelle. C’est la première idée qui m’est venu en tête et comme j’avais envie de tenter de peindre des gemmes, j’en ai incrusté autour de l’encolure et des bras, j’ai aussi fait trois cornes, parce que juste une ça suffisait pas (et j’aime la blague des tricornes).
Le croquis a été fait au crayon aquarelle bleu.

2. J’ai fait aucune photo, mais globalement j’ai d’abord fait des dégradés et posés quelques teintes que je voulais en fond et sur le cheval pour faire varier sans effort les couleurs que je poserais ensuite.

Avec l’aquarelle plus classique j’ai ensuite peint le fond avec du bleu et du jaune (on voit le violet ressortir dans le bleu, un peu moins dans le jaune), puis peint les gemmes en bleu et jaune encore, mais en tentant d’avoir un rendu vert profond au jaune (parce que les gemmes ça brillent), puis j’ai peint le cheval en plusieurs couches
Pendant que c’était encore humide j’ai prit mes feutres pour faire des ombres plus profondes, comme l’eau l’étale très mal ça donne des traits très nets, mais pas trop car l’eau aide à la capillarisation, ça aide à faire des bords plus nets aux ombres. J’aime bien ce rendu.

Une fois le tout sec j’ai utilisé un feutre noire pour faire les crins et quelques détails, j’ai prit un feutre blanc pour rajouter quelques reflets sur les gemmes et de la craie sèche blanche pour faire des reflets blancs sur le cheval.

Aquarelle de licorne bai, triple corne

3. Au final, cela donne ça. Comme j’avais déjà fait une première peinture avec les feutres, ça a donné un résultat plus plaisant puisque je savais où j’allais. Je dis pas que c’est ma meilleure aquarelle, mais j’aime beaucoup le résultat final et c’est ça le principale.

Petit zoom pour vous laissez apprécier des textures.

Bilan des feutres aquarelles ?

Eh.

Ils ont un intérêt certain pour faire des bords nets tout en profitant de pouvoir un peu les étaler à l’eau, mais ça a vraiment aucun rapport avec l’aquarelle : les crayons aquarelles réagissent très bien à l’eau, les feutres très peu. J’suis content-e de pouvoir faire mumuse avec et j’y vois plein d’avantage, donc je pense que je vais continuer d’en utiliser ponctuellement, mais je préférerais toujours utiliser l’aquarelle en godet ou liquide, voir les crayons aquarelles de temps à autres.

Après, j’ai peut-être tout simplement pas encore tout exploré des possibilités des feutres aquarelles.


Aquarelle, licorne verte et jaune sur fond bleu

Le jaune est une couleur froide

J’étais en train d’attendre pour toi. Les réservations étaient faites. Maintenant, le soleil s’en va à contrecœur.

Aquarelle, licorne verte et jaune sur fond bleu

Détails techniques

Matériel(s) : Feutre aquarelle, crayon aquarelle et aquarelle
Taille du document : Format A6
Temps :
45min
Inspiration(s) musicale(s) : Van Canto – Turn back time

Détail(s) et inspiration(s) :

J’ai vu en promotion dans un magasin des feutres aquarelles et après avoir prit l’habitude de peindre avec des crayons aquarelles en plus de mon aquarelle classique, j’me suis dit « pourquoi pas ? ça doit pas être si différent que quand je peins au surligneur ». Du coup, armée de mes feutres, il me fallait tester ça et voici le premier essai !

1. Pour changer des chevaux, j’ai décidé de peindre … une licorne. Je sais, ça change pas grand-chose, mais j’avais envie de m’amuser en testant.
Le croquis a été fait avec un crayon bleu aquarellable, j’ai prit l’habitude de faire mes croquis pour de l’encre/aquarelle avec les crayons aquarellable, si jamais je passe le pinceau dessus, ça rends plus sympa que si c’était du graphite et faire le croquis d’une couleur que je compte utiliser en aplat aide à faire disparaitre le croquis quand je peins. Je trouve que c’est un combo gagnant.

2. Les crins sont fait avec deux feutres aquarellable donc, j’ai eut un peu de mal pour fondre les couleurs entre elles, surprenament ça s’étale moins à l’eau que des surligneurs ! J’étais surprise. Après, comme c’est une marque de supermarché et pas d’art, ça vient peut-être de là, mais mes surligneurs sont pas fait pour peindre et s’étale très bien à l’eau, donc … Enfin, c’est le but de ce dessin : d’apprendre. Donc pas de véritable déception, je le saurais pour la prochaine fois.

Le fond bleu a été fait à l’aquarelle, j’essaye de faire des variations de tons dans mes aplats. Je galère encore à bien doser mon eau et mes pigments, donc c’est un bon exercice que j’me force à faire régulièrement.

Aquarelle, licorne verte et jaune sur fond bleu

3. Le cheval a été fait avec un mélange de feutre et crayon aquarellable. Le résultat me plait, mais j’ai bien galéré à avoir le rendu que je voulais et ça a demandé plusieurs couches (d’habitude à l’aquarelle j’en fait qu’une).

J’ai ensuite reprit mon feutre aquarelle pour faire quelques contours et finition.

Et quand j’ai retiré le scotch, j’ai réussis à arracher une partie du papier 😀 ! Ça arrive, mais c’est toujours décevant.

Les feutres aquarelles alors ?

J’ai été surprise du rendu, j’m’attendais à l’utiliser comme un mélange des crayons aquarelles et surligneurs, mais c’était totalement différents. Malgré ça, j’aime bien. Ça va me demander un peu de pratique, mais je vois déjà ce que je peux en faire en plus de l’aquarelle classique pour avoir des trucs qui me plaisent !

Vous, vous en pensez quoi des feutres aquarelles si vous en avez déjà testé ?

Peindre à l'aquarelle, ça veut aussi dire se battre contre deux chats chez moi. Ici, Calypso fait la démonstration.

Ring / Anneau (Inktober)

Ah Inktober … Cette année j’étais pas décidé si je le faisais ou non. Il y a deux ans, c’était une évidence que oui pour me forcer à dessiner tous les jours, l’an dernier c’était une excuse pour expérimenter à l’encre et l’aquarelle. Cette année j’étais pas vraiment motivé et je m’étais pas trouvé d’excuse pour le faire.
Donc, j’ai tenté de participer sans me forcer au grès de la motivation.
Bilan ? J’ai réalisé trois illustrations et un brouillon d’un quatrième.

Autant dire que j’ai pas franchement été au top. Mais voilà la première des quatre illustrations qui est à mon sens la meilleure.

Détails techniques

Matériel(s) : papier aquarelle, crayon aquarelle, entre de chine noire.
Taille du document : 10,5 x 14,8 cm
Temps :
1h30

Détail(s) et inspiration(s) :

En plus du prompt officiel, j’ai décidé de suivre un prompt d’aventure. Juste un mot ça m’inspire jamais, c’est pour ça que j’avais jusque là jamais suivi le prompt officiel.

Du coup je suis partie sur la première idée que j’ai eue : aller chercher sur Pinterest une image que j’avais mise de côté il y a quelques mois. Il s’agit d’une photo par PK Photography d’un arbre sur un temple à Angkor, au Cambodge.

1. En m’aidant d’un quadrillage et de la photo, j’ai refait rapidement un croquis de ce que j’avais en tête sur Photoshop. J’avais pas trop envie de passer 15 ans sur le croquis et j’aurais dû : même si sur le lineart j’ai corrigé un brin le positionnement des personnages et la taille de la bague, j’me suis rendu compte après coup que j’avais un rat géant et une bague aussi haute que le trottoir.

2. Toujours sur Photoshop j’ai fait un lineart rapidement, enfin, une version plus propre du croquis.
Avec un crayon aquarelle je l’ai ensuite reporté sur mon papier final.

3. Avant d’attaquer l’encre, j’ai fait rapidement un test sur Photoshop. Comme je débute à l’encre, ça m’a permis de me focaliser sur la dilution des pigments et la pose, sans me soucier de faire des choix sur la teinte que je voulais.

4. J’ai fait une vidéo, donc je me permets de vous dire de la regarder pour comprendre comment j’ai peint, mais globalement, j’ai fait mes mélanges sur une palette et peints endroit par endroit, en repassant sur les zones déjà peintes à certains endroits pour créer des ombres.

L’InkTober c’est fini pour toi ?

J’en sais rien.

Maintenant que je dessine déjà tous les jours et sachant que je suis pas très encre, ni aquarelle (bien que j’adore en faire de temps à autre), me forcer pendant 1h à travailler un médium pendant 31 jours me parait énorme.

J’ai aucun souci à me poser quelques heures ici et là pour peindre à l’encre ou à l’aquarelle, mais un mois entier avec ce médium ? Pas fun.

Peut-être que du coup l’an prochain je ferais ça sur mon ordi ? J’en sais rien, en fait. J’aime l’énergie autour d’InkTober, donc ça m’embêterait de jamais reparticiper franchement, mais j’ai pas non plus envie de me forcer.

Qui vivra verra, donc.

Je peux ainsi vous aider à mettre en image vos différents besoins !


Licorne regardant son reflet dans l'eau. Aquarelle par Scotis.

Numinous

Numinous : Décrit une expérience qui vous rend craintif, cependant fasciné, impressionné cependant attiré, sentiment personnel d’être submergé et inspiré.

Licorne regardant son reflet dans l'eau. Aquarelle par Scotis.

Détails techniques

Matériel(s) : Crayon aquarelle, aquarelle, encre, pinceau.
Taille du document : Format A4
Temps :
4h
Inspiration(s) musicale(s) : Gossip – Perfect World

Détail(s) et inspiration(s) :

Après un an où je me suis mise relativement sérieusement à l’aquarelle, testant ici et là les effets qui m’intéressée, je me suis dit qu’il fallait peut-être que j’aille au-delà de ma peur de faire des fonds.

1. Je suis pas partie de 0 non plus, j’ai comme souvent réalisé un croquis et quelques testes de couleurs rapides sur mon ordi avant de refaire le croquis sur un papier de 300gr à l’aide de crayon aquarelle (qui disparaîtrons en passant dessus avec l’aquarelle).

2. J’ai oublié de prendre en photos parce que j’étais à fond, donc heureusement que j’ai filmé tout ça, mais globalement, j’ai d’abord posé en lavis l’eau, puis fait un dégradé pour le ciel du bleu vers le violet, avec une touche de jaune pour le soleil. J’ai ensuite fait les différents arbres avec du vert, tenté de créer du motif en appuyant plus de pigment après coup avec le pinceau (ce fut pas une réussite). Voyant que ça ne rendait pas comme je voulais, je suis repassé avec du crayon aquarelle sur les arbres pour dessiner des feuilles pour tenter que ça ne rendent pas aussi crade.
C’est une semi réussite dans le sens où ça cache bien la misère, mais ça crée une texture étrange.

Avec du recul, maintenant que j’écris cet article, je capte que j’aurais dû tenter de peindre toutes mes couleurs de bases d’un seul coup, au lieu d’attendre que ça sèche entre chaque couche. J’aurais aussi évité pas mal de feathering, c’est-à-dire l’eau qui déborde sur les anciennes couleurs sèches et crée des halos disgracieux. C’était mon premier fond, j’allais faire des bêtises, j’avais pas d’espoir de faire un chef-d’oeuvre et je savais que j’allais pas mal bidouiller pour rattraper, mais celle-là j’aurais tellement dû la voir venir.

3. Le fond était trop étrange à mon gout au niveau de la forêt, j’ai donc reprit les mêmes couleures, mais dilué et j’ai doucement rajouté des contours de nouveaux sapins, pour casser l’effet de mur et rajouté un peu de volume à cette forêt.

J’ai aussi rajoutez des couleurs à notre licorne.

Licorne regardant son reflet dans l'eau. Aquarelle par Scotis.

4. Au final, j’ai remis des contours là où je jugeais ça utile au crayon aquarelle, prit le jaune pour créer des zones de lumière sous tous les arbres, avec de la pastel blanche j’ai rajouté un peu de lumière dans l’eau et j’ai enfin fait l’herbe avec le crayon aquarelle.

Alors, verdict ?

Je suis à la fois déçue du résultat final qu’heureuse. C’est donc mitigé.

Les textures sont … j’vais pas m’insulter en disant que ça ressemble à un dessin d’enfant, mais on voit clairement que j’ai tenté de faire un truc illustré de façon cartoon sur ce qui à la base se veut semi-réaliste. Il y a qu’à voir l’herbe qui ressemble à une représentation d’enfant face à l’eau qui se veut réaliste.

Les couleurs par contre sont TOP, j’ai bien géré je trouve et ça aurait pu rendre tellement bien.

Je gère encore très mal mon eau, faisant des effets de featherings un peu partout, ce qui gâche beaucoup l’illustration.

Bref, j’ai ressortie mes livres, je vais tâcher de bosser un peu en lavis quelques dessins et je reprendrais ensuite les fonds, j’ai pas encore dit mon dernier mot !


Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

Fenêtre sur la gravitation

La gravitation n’est quand même pas responsable du fait que les gens tombent amoureux, nan ?

Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

Détails techniques

Matériel(s) : Crayon aquarellable, encre de chine noire, aquarelle liquide, aquarelle et gelpen blanc.
Taille du document : Format 10,5 × 14,8 cm
Temps :
1h

Détail(s) et inspiration(s) :

Avec ma nouvelle aquarelle liquide, j’avais envie de tester une galaxie … parce que j’peux diluer plus facilement mes teintes avec et ça faisait longtemps que j’en avais pas fait.

1. J’ai d’abord pris un crayon aquarelle jaune pour placer grossièrement mes formes.
Avec un crayon aquarelle rouge, j’ai redéfini mes formes et réalisé le croquis final du cheval et de la fenêtre (que j’ai tracé à la règle).
Pourquoi avoir utilisé des crayons aquarelle ? Ils disparaissent avec l’eau (sauf sur ce papier aquarelle qui absorbe TOUT).

2. Après avoir gommé un peu les traits du crayon pour qu’ils s’estompent, j’ai utilisé mon pentel habituel pour réaliser tout le travail de lineart.

J’ai ensuite attendu que l’encre sèche un peu pour regommer un peu le crayon aquarelle.

3. Est ensuite venu le moment le plus fun : peindre le fond.

En soi, c’est simple, il s’agit d’ajouter par tâche le bleu le plus dilué vers un bleu classique vers du noir.
Dans la pratique, ça demande pas mal d’allées retour entre les teintes et tenter de palier le fait que le papier absorbe l’eau et pigment, sans les laisser se diffuser correctement.

Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

4. Le fond fini, j’ai peint le poney en palomino.
Avec un gelpen blanc je suis ensuite venue faire des étoiles sur le fond.

Je pige pas ce papier

C’est un papier  » spécial aquarelle « , mais il se comporte pas comme mes autres papiers du même style.

Déjà, son défaut qui me fait hurler : il me laisse pas effacer mes crayons aquarelle.
Sur n’importe quel autre papier si je fais mon croquis au crayon aquarelle, quand je passe l’aquarelle, le crayon se diffuse avec l’eau/l’aquarelle et disparaît. Là, non. J’peux gommer en amont pour tenter d’effacer un peu, mais quoi que je fasse, le crayon restera ad vitam æternam. Du coup j’essaie d’utiliser des teintes que j’utilise après, mais quand même, c’est se casser la binette pour rien.

Ensuite, je pige pas sa relation avec l’eau ?
Bon, je débute encore en aquarelle, donc ça doit être moi, tout simplement, mais je pige pas.
D’un côté il fait le brouillon en avalant toute l’eau que j’lui file (pigment compris) et sèche super vite. De l’autre, si je remets de l’eau dessus, il garde le pigment et rejette l’eau déjà dans le papier, me créant des tâches étranges sur le papier.
Alors que mes autres papiers si je rehumidifie, ça relève juste le pigment et m’aide à faire des dégradés.

Bref, je pige pas ce papier, c’est un poil énervant.
Sans compter qu’il est énormément texturé et que j’aime pas d’un point de vue très personnel.

Je regrette pas de l’avoir acheté, il m’a permis de tester, mais clairement, quand j’aurais fini la ramette, je rachèterais pas ce genre de papier.

Et vous, vous avez un matériel que vous pigez pas ?


Portrait réalisé pendant InkTober

Le secret ? 
Il n’y à rien à sous-entendre, il est là où l’on ne cherche pas. Se déplaçant pour ne jamais paraître à nos yeux.

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détail(s) et inspiration(s) :

Après les quatre Inktober très coloré (que vous aviez vu dans l’article Galaxie d’émotion) je suis restée avec mes portraits de chevaux émotifs, mais je suis partie entièrement à l’encre noire et que ça, me focalisant sur les motifs pour former un fond plus que sur la crinière.

C’était fun, j’fais jamais vraiment de fonds en motifs géométrique comme ça. J’ai pu expérimenté et ça m’a fait du bien. J’me pensais incapable de le faire, mais en fait j’adore le rendu. Je dis pas que c’est beau (enfin, si, j’le sous-entends), mais je dis que visuellement c’est agréable.
Il me reste à continuer d’expérimenté en ce sens.