Skip to main content

Blog

Réaliser des dessins impressionnant

On a tous eu ce moment où on a eu l’idée trop géniale du siècle qui va être l’oeuvre où on connaitra la gloire et le succès. On se jette à corps perdu dans a réalisation de notre chef-d’oeuvre et … une fois finie, ça ne ressemble pas du tout à ce qu’on avait en tête. C’est pas moche, mais c’est passable. Rien à voir avec notre grandiose idée.

Comment éviter qu’une bonne idée finisse dans une réalisation bof

En très bref : la technique du thumbnailing.

En quoi consiste cette technique ?
Quand on a une idée, plutôt que de plonger directement dans le format final, il faut passer par une étape de croquis pour savoir exactement ce que vous voulez et comment vous allez parvenir au résultat que vous voulez.

La technique du Thumnailing permet d’explorer rapidement toutes les opportunités de votre idée pour choisir celle qui sera la plus impressionnante. Savoir à l’avance exactement ce que vous ferez vous permettra de rechercher des tutos si vous savez que vous ne savez pas faire tel ou tel élément, vous pourrez repérer rapidement les erreurs et les corriger avant même d’avoir commencé à dessiner ou peindre. Cette technique vous aidera à garder votre objectif en tête et de continuer à avancer, même si vous faites de nombreuses pauses, ce qui vous permettra de faire attention à vous et gagner du temps.

Au final, cette technique ne sera peut-être pas aussi magique qu’on le désire touste, parce qu’on est touste limités par notre propre créativité et notre savoir-faire, mais elle permet d’avoir plus souvent des illustrations dont on est fière. Et rien que pour ça, ça vaut le coup de prendre quelques minutes à faire des thumbnails, croquis et étude avant de commencer à dessiner.

Que faire avec les Thumbnails

Tester la composition de son dessin

Le personnage serait peut-être mieux dans une pose dynamique. Ou alors dans un tout autre angle. Oh, ça rend mieux comme ça !

Avec des croquis rapides et des traits jetés vous verrez vite si la pose, l’anatomie de votre personnage convient. C’est le moment de rendre l’illustration plus dynamique ou de travailler l’expression.
C’est aussi le moment de voir si le personnage n’est pas trop perdu dans son environnement ou si en bougeant un élément, on aurait pas moyen de faire focaliser l’oeil vers le cœur de la scène que vous chercher à représenter.

Tester la couleur

Vous vouliez une scène dans des tons froids, mais est-ce qu’en plaçant le personnage dans la lumière jaune que vous avez prévu ça ne le mettrait pas plus en valeur ? Ou peut-être que finalement, une palette de couleur pastel vous plait plus ?

Soyez créatif, en trois coups de pinceau l’ambiance entière du croquis change et c’est le moment de prévoir les lumières, la saturation, les valeurs et donner du caractère, de l’émotion à votre illustration.

Le secret du Thumbnail ?

Ne pas avoir peur d’explorer.

Ces petits croquis doivent être rapides et peu détailler, le but est d’aller vite à l’essentiel pour voir rapidement ce qui marche ou non et trouver une meilleure idée sans y passer des heures.

Il faut aussi se rappeler qu’il n’y a pas de mauvaise façon de faire.
Quel que soit le sujet de votre illustration, vous n’arriverez sans doute pas du premier coup à l’idée du siècle, mais en faisant plusieurs croquis sur le même sujet à la suite, vous trouverez celui qui fait BOOM dans votre cœur et sera agréable à travailler et à admirer une fois fini.


Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

Fenêtre sur la gravitation

La gravitation n’est quand même pas responsable du fait que les gens tombent amoureux, nan ?

Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

Détails techniques

Matériel(s) : Crayon aquarellable, encre de chine noire, aquarelle liquide, aquarelle et gelpen blanc.
Taille du document : Format 10,5 × 14,8 cm
Temps :
1h

Détail(s) et inspiration(s) :

Avec ma nouvelle aquarelle liquide, j’avais envie de tester une galaxie … parce que j’peux diluer plus facilement mes teintes avec et ça faisait longtemps que j’en avais pas fait.

1. J’ai d’abord pris un crayon aquarelle jaune pour placer grossièrement mes formes.
Avec un crayon aquarelle rouge, j’ai redéfini mes formes et réalisé le croquis final du cheval et de la fenêtre (que j’ai tracé à la règle).
Pourquoi avoir utilisé des crayons aquarelle ? Ils disparaissent avec l’eau (sauf sur ce papier aquarelle qui absorbe TOUT).

2. Après avoir gommé un peu les traits du crayon pour qu’ils s’estompent, j’ai utilisé mon pentel habituel pour réaliser tout le travail de lineart.

J’ai ensuite attendu que l’encre sèche un peu pour regommer un peu le crayon aquarelle.

3. Est ensuite venu le moment le plus fun : peindre le fond.

En soi, c’est simple, il s’agit d’ajouter par tâche le bleu le plus dilué vers un bleu classique vers du noir.
Dans la pratique, ça demande pas mal d’allées retour entre les teintes et tenter de palier le fait que le papier absorbe l’eau et pigment, sans les laisser se diffuser correctement.

Aquarelle par Scotis représentant un cheval palomino flottant dans l'air, en fond une forme géométrique représentant une fenêtre, les vitres sont une galaxie bleues avec une myriade d'étoile

4. Le fond fini, j’ai peint le poney en palomino.
Avec un gelpen blanc je suis ensuite venue faire des étoiles sur le fond.

Je pige pas ce papier

C’est un papier  » spécial aquarelle « , mais il se comporte pas comme mes autres papiers du même style.

Déjà, son défaut qui me fait hurler : il me laisse pas effacer mes crayons aquarelle.
Sur n’importe quel autre papier si je fais mon croquis au crayon aquarelle, quand je passe l’aquarelle, le crayon se diffuse avec l’eau/l’aquarelle et disparaît. Là, non. J’peux gommer en amont pour tenter d’effacer un peu, mais quoi que je fasse, le crayon restera ad vitam æternam. Du coup j’essaie d’utiliser des teintes que j’utilise après, mais quand même, c’est se casser la binette pour rien.

Ensuite, je pige pas sa relation avec l’eau ?
Bon, je débute encore en aquarelle, donc ça doit être moi, tout simplement, mais je pige pas.
D’un côté il fait le brouillon en avalant toute l’eau que j’lui file (pigment compris) et sèche super vite. De l’autre, si je remets de l’eau dessus, il garde le pigment et rejette l’eau déjà dans le papier, me créant des tâches étranges sur le papier.
Alors que mes autres papiers si je rehumidifie, ça relève juste le pigment et m’aide à faire des dégradés.

Bref, je pige pas ce papier, c’est un poil énervant.
Sans compter qu’il est énormément texturé et que j’aime pas d’un point de vue très personnel.

Je regrette pas de l’avoir acheté, il m’a permis de tester, mais clairement, quand j’aurais fini la ramette, je rachèterais pas ce genre de papier.

Et vous, vous avez un matériel que vous pigez pas ?


Portrait réalisé pendant InkTober

Le secret ? 
Il n’y à rien à sous-entendre, il est là où l’on ne cherche pas. Se déplaçant pour ne jamais paraître à nos yeux.

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détails techniques

Matériel(s) : Encre noire
Temps :
25min

Détail(s) et inspiration(s) :

Après les quatre Inktober très coloré (que vous aviez vu dans l’article Galaxie d’émotion) je suis restée avec mes portraits de chevaux émotifs, mais je suis partie entièrement à l’encre noire et que ça, me focalisant sur les motifs pour former un fond plus que sur la crinière.

C’était fun, j’fais jamais vraiment de fonds en motifs géométrique comme ça. J’ai pu expérimenté et ça m’a fait du bien. J’me pensais incapable de le faire, mais en fait j’adore le rendu. Je dis pas que c’est beau (enfin, si, j’le sous-entends), mais je dis que visuellement c’est agréable.
Il me reste à continuer d’expérimenté en ce sens.


Galaxie d’émotion

Elles sont toujours dans un coin de ma tête, à veiller, à s’exprimer. Tu aurais dû faire quelque chose plus tôt, j’aurais dû dire quelque chose, plus vite. Ce n’est pas si facile.
Elles sont toujours dans un coin de ma tête, veillant. Et je le dis à chaque fois : ce n’est pas si facile.
Et j’apprends. Et j’anticipe. Et je vais mieux. 

Optimisme

Détails techniques

Matériel(s) : Encre de chine noire, aquarelle, gel à paillette, gel métallique argenté.
Temps :
 25min

Aggressivité

Détails techniques

Matériel(s) : Encre de chine noire, aquarelle, gel à paillette.
Temps :
 25min

Anticipation

Détails techniques

Matériel(s) : Encre de chine noire, aquarelle, gel à paillette, gel métallique dorée.
Temps :
 25min

Soumission

Détails techniques

Matériel(s) : Encre de chine noire, aquarelle, gel à paillette.
Temps :
 25min

Détail(s) et inspiration(s) :

Pour Inktober, j’avais décidé de faire des séries de 4. Pour varier, mais aussi avoir l’occasion de tester des choses qui m’intéresser, mais que j’avais pas eu l’occasion de tester avant.

Pourquoi série de quatre ?
Parce que je voulais pouvoir tester et revenir sur mes tests pour voir si vraiment j’aimais ou non les techniques.

Pour commencer tout doux, j’avais choisi de juste faire des petits portraits en me focalisant sur des expressions (parce que je trouve mes chevaux peu émotifs).
Le thème galaxie et des paillettes ? Indulgence. J’aime ça. Je pouvais, j’ai fait.


Illustration à l'aquarelle et l'encre représentant une licorne rose sur un fond géométrique jaune par Scotis

Licorne solitaire

Errant dans les bois à la recherche du comité des âmes, susurrant des idées de compassions et d’amour-propre à qui veut l’entendre. J’y ai trouvé des fables qui n’ont pas leur place dans mon monde, oh si belle et si douce. Ce sont de si merveilleuses ébauches, plus atteignables qu’on ne le songe.

Illustration à l'aquarelle et l'encre représentant une licorne rose sur un fond géométrique jaune par Scotis

Détails techniques

Matériel(s) : Crayon couleur rouge, plume métallique pointue, encre rouge, encre jaune, pinceaux, aquarelles (jaune et rose)
Taille du document : Format 10,5 x 14,8 cm
Temps :
30min

Détail(s) et inspiration(s) :

Je voulais faire une illustration rapide pour tester pas mal de nouvelles choses que j’ai eues pour les fêtes … de l’encre, une nouvelle plume (parce que j’ai perdu mon ancienne quelque part dans mes déménagements) et de l’aquarelle liquide.
Quoi de mieux que de réaliser un sujet que je maîtrise bien comme … les licornes ? (bah quoi, c’est un dérivé des poneys, hein).

1. Sur du papier aquarelle, j’ai pris mon crayon de couleur rouge pour esquisser mon cheval (avec sa corne, ce qui en fait une licorne, oui, vous suivez, bravo, deux cookies pour vous) et après quelques instants de réflexion, j’ai rajouté les losanges à l’arrière. C’était juste pour avoir une excuse pour faire des gros aplats et des grands traits. Je voulais tester ma capacité à tracer des choses avec ma plume.

2. J’avais déjà fait quelques traits sur une feuille à part avec ma plume pour tester. Elle est souple, mais pas autant que les pinceaux auxquels je suis habitué. Ce fut donc un moment rigolo parce qu’il s’agit d’un outil aussi rigide que souple, c’est … étrange à travailler, même si c’est pas ma première fois. En tout cas, pour du lineart, je préfère largement aux pinceaux !

J’ai aussi fait l’aplat du losange central à l’encre, j’ai un peu accroché le papier par contre … oups.

Illustration à l'aquarelle et l'encre représentant une licorne rose sur un fond géométrique jaune par Scotis

3. Et je passe à l’aquarelle. Bon, au départ je voulais faire juste des aplats classiques à l’aquarelle liquide (un peu dilué pour le jaune).

Et finalement, j’ai repris mon aquarelle sèche pour faire des dégradés et les crins, rehaussant la teinte de rose.

On note que j’ai fait des taches assez ignobles sur la robe de la licorne, je charge pas correctement mon pinceau quand il s’agit d’aquarelle liquide. J’le saurais pour la prochaine fois.

Alors, ton nouveau matériel ?

Je vais m’éclater !

Déjà, niveau lineart, passer de l’encre appliquée au pinceau et des feutres spéciaux  » lineart  » qui bavent, ça va me changer. J’aime pas spécialement avoir des mines souples (comme un pinceau) quand je fais du lineart et j’aime pouvoir repasser avec d’autres médiums après, du coup la plume me permet d’être toujours avec une épaisseur relativement fixe et l’encre colorée que je désire. Je serais moins limité dans ce que j’aime quoi ! J’aimerais tester d’autres embouts, mais déjà pour un début, je suis heureuse de mon plumier. J’pense pas oublier mon pentel pour autant, parce que je l’aime, mais ça me permettra d’alterner selon mes besoins.

Niveau encre … J’avais dit en passant qu’il me faudrait du sépia (parce que noire encre de chine, c’est sympa, mais ça dépends de l’effet attendu). J’ai désormais une belle panoplie d’encre colorée, du sépia, du noir et … de l’argenté.

Et niveau aquarelle liquide … On m’avait dit que c’était plus pigmenté et je voulais tester, après avoir débuté à l’aquarelle sèche et avoir commencé à utiliser l’aquarelle en tube. C’est encore une autre manière de travailler l’aquarelle et en effet, je passe mon temps à diluer l’aquarelle liquide ahah.
Bref, j’en suis heureuse !

Et vous, vous avez du nouveau matos que vous avez testé récemment ?


Jeune femme aux longs cheveux rose portant une tenue cyan et violette asiatique sur le dos, dans une eau étoilée et pleine de poisson

Marée de frémissement

Sombre est ce monde. Et solitaire si l’on craint les visions de démences que notre esprit conjure. Nos armes sont illusions, mais un coup suffit à taire nos démons.
La vie a un gout de liberté lorsque la délivrance arrive. Nous trouverons la réponse à nos maux et flotterons de bonheur dans cette étrange mer de vie.

Jeune femme aux longs cheveux rose portant une tenue cyan et violette asiatique sur le dos, dans une eau étoilée et pleine de poisson

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 21 x 29,7 cm (3508 x 2480 px), 300dpi
Temps :
3 heures
Inspiration(s) musicale(s) : Blind Guardian

Détail(s) et inspiration(s) :

Cette illustration est un cadeau pour ma Maman. Elle voulait une dame « comme je fais, avec des longs cheveux bleus ou roses ». Je suis donc partie sur des couleurs roses et bleus, m’inspirant fortement des paons (et principalement des paons Indian Blue de couleur violette).

1. Je voulais quelqu’un nageant dans l’espace, mais aussi pouvoir m’amuser à faire des détails sur la robe, c’est pour ça que j’ai choisi une position sur le dos. Je voulais que le personnage soit telle une comète dans l’espace, d’où le halo de lumière et les étoiles autour d’elle.
La géante gazeuse est un screen du jeu EliteDangerous, je voulais voir si ajouter des planètes dans la composition serait intéressant (au final, non, j’ai mis de côté l’idée).

2. Quand le croquis m’a plu, j’ai commencé à reprendre au propre les différents aplats des diverses couches de la tenue.

3. J’ai ensuite remis les différents détails (coutures sur la ceinture, pompons, ainsi que les cheveux et les voilures autour de la tenue).

4. Une fois tous mes aplats et détails finalisés, je me suis attaquée aux ombres avec un bleu et un pinceau en opacité réduite.

C’est là que les volumes se sont crées et que j’ai commencé à peindre les détails du visage.

5. Mon personnage étant quasi fini, je me suis attaqué à la mise au propre du fond.

Au dernier moment, j’ai changé l’idée de l’espace pour l’idée de l’eau. Je suppose que j’avais l’idée depuis le début puisque l’écume était déjà là, mais j’ai raffermi l’idée. J’aime l’idée de nager avec les poissons. (ou peut-être qu’on est toujours dans l’espace et que ce sont des poissons de l’espace)

Jeune femme aux longs cheveux rose portant une tenue cyan et violette asiatique sur le dos, dans une eau étoilée et pleine de poisson

6. J’ai finalisé la peinture de détails ici et là et fait mes derniers réglages de colorimétrie pour mettre en valeur le sujet et homogénéiser toutes ces couleurs.

Et tada !

Pourquoi est-ce que je mélange espace et eau si facilement ?

Si vous souvenez de mon illustration « Space Bath« , vous savez que j’en suis pas à mon premier coup d’essai de mélanger espace et baignoire (avec des bulles si possible).

Du coup, pourquoi je mélange souvent ces deux mondes ?
Bonne question.

Plus sérieusement, j’aime les bulles, j’aime l’espace. J’aime donc mélanger les deux univers (pour le meilleur et surtout le pire).
Mon seul début de réponse est que « peut-être » j’ai été plus que marquer dans mon enfance par le Tartare d’Éris dans le film Sinbad la Légende des sept mers (film à voir si c’est pas déjà fait).