Skip to main content
Illustration à l'encre de chine de Charlotte, représentant un pegase au dessus d'eau dans la nuit

Comme une larme dans la pluie

Entends le bruit des millions de luttes dans l’immensité. Regarde le ciel : nous sommes si peu et si éloigné, les yeux pleins d’étoiles élargit par les souvenirs.

Illustration à l'encre de chine de Charlotte, représentant un pegase au dessus d'eau dans la nuit

Détails techniques

Matériel(s) : crayon aquarellable, encre de chine, gelpen blanc
Temps : ~2 heures

Détail(s) et inspiration(s) :

Croquis préparatoire par Scotis d'un pégase

  1. Dans le train je m’occupais en dessinant ce qui me passait dans l’esprit sans trop me soucier du résultat quand ce croquis est ressortie. Il m’a tout de suite plu et je l’ai donc gardé sagement sous le coude, attendant le bon moment.

2. Ce moment est arrivé deux ou trois jours plus tard. Avec mon crayon aquarellable jaune j’ai redessiné le pégase sur une feuille de papier.

3. À l’aide de mon éternel pinceau et à de l’encre de chine (sérieusement, je l’ai depuis le collège) j’ai fait le lineart du sujet.

4. Avant de tracer l’horizon et de réaliser la forêt. Jusque-là, pas de soucis, il s’agit d’utiliser mon pinceau de façon à dessiner le contour et remplir.

5. Avec l’eau, ça se complique. Je suis nulle en texture, j’en fais jamais et encore moins comme ça de tête sans modèle et directement à l’encre de chine (j’aime les challenges des fois). Ma technique a été de faire plein de petits traits en écrasant bien le pinceau. C’est ça qui donne ce motif si particulier. Contre toute attente, ça rends pas mal !

Illustration en cours de réalisation d'un pegase à l'encre de chine

6. Avec un gelpen blanc, j’ai rajouté des vaguelettes autour du sabot.

7. Est ensuite venue le temps de faire le ciel. Je voulais un dégradé fluide … j’ai pas réussi. Le résultat reste rigolo ceci dit et finalement, ça colle à la texture de l’eau. J’ai simplement écrasé mon pinceau en haut de la feuille et laisser descendre le pinceau. En cours de route, j’avais plus d’encres cependant, c’est pour ça que la partie gauche de l’illustration est plus clair.

8.Avec un gelpen je suis venue rajouter des ch’tiotes n’étoiles et une lune.

Alors, cette histoire de texture ?

Eh bah … Je sais que pour le prochain Inktober j’ai de quoi travailler ahah.

Sérieusement, ça serait bien que j’apprenne à faire autre chose que des aplats simple en illustration traditionnel. Je commence à explorer mes limites de façon bien sympa, il serait temps que j’en apprenne plus pour me faire encore plus plaisir !

C’est très rare que je fasse des illustrations en noir et blanc, en plus. C’était agréable de changer autant de technique que de façon de procéder. C’est à refaire, clairement.


Viper, OC de Celsia°Lunatik, peint à l'aquarelle et encre de chine par Charlotte

Viper (Celsia°Lunatik)

J’ai le cœur comme du chewing-gum : tu me gouttes et je te colle. – Les Brigittes

Viper, OC de Celsia°Lunatik, peint à l'aquarelle et encre de chine par Charlotte

Détails techniques

Matériel(s) : Encre de chine et aquarelle
Temps : ~2 heures

Détail(s) et inspiration(s) :

1. Avec Celsia°Lunatik, on avait décidé de faire un échange de dessin : je lui dessinais son OC Viper, elle me dessinait Encre. La première étape a donc été comme tout dessin de faire le brouillon, au crayon de papier ce coup-ci.

WIP - Lineart de Viper, par Scotis

2. A l’aide d’un pinceau et de l’encre de chine, j’ai réalisé le lineart.

3. Armée d’un autre pinceau, d’eau et de mon aquarelle, est venu l’étape la plus coloré : celle de la peinture !

Alors, cette échange ?

J’adore les couleurs de Viper, on va pas se mentir. C’est ça qui m’a accroché l’œil et donné envie de la dessiner, c’était un projet pour  » un jour, peut-être « , cet échange m’a donc donné une bonne excuse de me faire plaisir !
Je trouve le charadesign du personnage intéressant, surtout au niveau des cheveux : déjà, le dégradé est intéressant, mais surtout, le changement de texture entre les pointes et les racines est intéressant.
La tenue a été inventé sur le vif. Je voulais un T-shirt difforme, mais féminin, comme le personnage avait déjà l’habitude de porter. Pour le short, je voulais rester dans le bleu et comme les ouvertures du T-shirt s’y prêtait bien, je suis partie sur un short, avec de la dentelle parce que je voulais rester sur une idée d’ouverture et de féminité. Cela reste discret, mais un élément important quand même (et croyez-moi, faire ça au pinceau a été rigolo).

Pour retrouver Celsia°Lunatik, voilà son Twitter ainsi que son DeviantArt. Faites-lui coucou de ma part !


Je n’ai plus d’ectoplasme

Fait vite pour me dire ce que tu as à me dire : je n’ai pratiquement plus d’ectoplasme et je dois m’en aller vers des horizons nouveaux.

Cheval zombie ensanglanté alezan, aquarelle par Scotis

Détails techniques

Matériel(s) : crayon aquarellable, Encre de chine, aquarelle et gelpen

Détail(s) et inspiration(s) :

  1. Au crayon aquarellable j’ai rapidement dessiné la forme globale de mon cheval
  2. Toujours avec ce crayon, j’ai dessiné les ossements avec référence et les autres détails de muscles sans référence (oui, je dessine du gore sans avoir l’estomac pour le supporter, bye-bye la logique)
  3. Une fois mon croquis qui me semblait sympa j’ai fait le line avec mon pinceau à encre de chine
  4. Les fibres des muscles ont été fait avec un stylo noir afin d’avoir toujours la même finesse
  5. J’ai ensuite attendue quelques minutes que l’encre sèche pour gommer le crayon aquarelle et ne laisser que l’encre
  6. Première sous-couche de rouge pour les endroits ensanglanter ainsi que du vert à certains endroits (même si on ne le voit plus une fois l’illustration finie)
  7. L’alezan du cheval a ensuite était peint, avec différente teinte pour les extrémités et les sabots
  8. Avec de l’aquarelle rouge, j’ai reprit certaines zones précédemment peintes en rouge pour les faire ressortir
  9. Une fois le tout sec, j’ai mouillée mes crayons aquarelles vert et rouge et ai reprit certain détails ici et là (surtout les côtes et membres osseux)
  10. Avec mon gelpen blanc j’ai rajouté des détails dans l’oeil et tada !

Comme ça tu mélange poney et gore ?

Oui, des fois j’ai des associations bien étrange … Je voulais me tenter à du gore, sans que ça soit trop écœurant (vu que je reste une petite nature). Au début, j’voulais tenter du pastel-gore, mais je sais pas, j’ai pas osé ? Enfin, si, j’ai bien osé sur des croquis, mais ça me plaisait pas. Du coup, j’ai finit avec un mélange pastel-gore ressemblant à mon style habituelle.
C’est pas fait pour être réaliste, c’est clair.

Même si le thème est pas joyeux, j’me suis vraiment éclatée sur cette illustration ! J’ai joué avec des textures que je tente pas autrement, que ça soit pour le line ou l’aquarelle en elle-même. J’avais jamais tenté d’utiliser telle quel les crayons aquarellables, aussi.

Bémol ?
Autant sur le coup j’ai vraiment apprécié de faire cette illu’, autant dès que mon moral remonte, je supporte plus de la voir … Du coup je l’ai rapidement rangé, en fait … Alors que j’suis méga-fière du travail sur le line-art !
J’suis assez lunatique sur les sujets que je traite pour moi-même ahah.

Si jamais le gore avec des chevaux c’est votre kiffe, je vous recommende d’aller voir la galerie de RuffyHeiko, une coupine qui en fait (et bien mieux que moi). Voilà une des œuvres qui m’a indirectement inspiré, d’ailleurs.


Aquarelle d'un betta splendens (poisson combattant) rouge et blanc

Il est l’heure de l’aquarelle !

J’avais du papier aquarelle format carte postale (A6) qui m’appelait pour tester des trucs, il y a pas mal d’effet aquarelle que je voulais tester j’en ai donc profité. L’avantage des petits formats c’est que je peux me permettre des sujets vraiment simplistes en peu de temps.

Aquarelle d'un betta splendens (poisson combattant) rouge et blanc

Détails techniques

Matériel(s) : Papier aquarelle, pinceau, aquarelle, crayon aquarelle, posca et pastel.

Détail(s) et inspiration(s) :

  1. Je voulais tester de faire des effets de bubulles sur celui là. J’ai donc d’abord fait un aplat légèrement dégradé de bleu.
  2. Sans attendre que ça sèche j’ai déposé des relativements grosses gouttes d’eau sur l’applat. Cela rends pas comme je l’espérais, mais ça donne quand même un truc sympa. J’espérais que ça fasse comme quand on dépose de l’alcool sur des feutres à alcools. Ou alors il faut que je tente ça autrement, qui sait ?
  3. J’ai ensuite au crayon aquarelle dessiné le poisson
  4. J’ai ensuite coloré le combattant en alternant pastel blanc et crayon aquarelle rouge
  5. Je suis ensuite revenue faire des détails au crayon aquarelle noir
  6. Pour finir, avec le posca, j’ai blanchit encore plus les voiles du betta splendens

Aquarelle d'un cheval zombie bai crachant du sang

Détails techniques

Matériel(s) : Aquarelle, crayon aquarelle

Détail(s) et inspiration(s) :

  1. Au crayon aquarelle j’ai dessiné le cheval-vampire
  2. J’ai ensuite peint le tout à l’aquarelle
  3. Quand c’était bien sec, j’ai déposé des grosses gouttes d’aquarelle rouge pleine d’eau
  4. J’ai ensuite penché mon dessin jusqu’à ce que les gouttes coulent le long du dessin créant les traînés de sang

Et vous, vous testez quoi ?

Dans mes prochains trucs à tester, je pense tester de faire plus d’éclaboussures avec des pailles ou en faisant des bulles de savons. Bref, j’aimerais tenter de mettre le bordel dans mes illustrations ! Je suis certaines que ça peut faire plein d’effet sympa l’aquarelle quand on maîtrise !

Et si jamais l’une des deux illustrations vous intéresse, zachez qu’elles sont sur ma boutique ici et .


Pégase de la lune

Petite jument ailée bleue a décidé de faire un saut devant son amie la lune, voir le monde d’en haut.

Aquarelle d'un cheval ailé (Pégase) bleu devant une lune sur fond noir

Détails techniques

Matériel(s) : Aquarelle, encre de chine, pastel et posca

Détail(s) et inspiration(s) :

Après mon illustration Nébuleuse de la licorne, j’me suis dit que ça serais sympa de tenter de faire une lune (et ça reste dans les cercles et l’espace, l’idée me bottait bien)

Mock-up pré-aquarelle de l'illustration et planification des éléments

1. J’avais justement une jument-libellule qui traînait dans mon carnet et que j’avais envie de faire depuis quelques temps. Ni une, ni deux, j’ai scanné mon dessin, l’ai remit relativement au propre sur Photoshop et ai cherché une référence de lune. J’ai profité d’être sur photoshop pour faire des essais de compositions et de couleurs. Tant qu’à faire.

2. J’ai ensuite mit le croquis sur feuille spéciale aquarelle à l’aide d’une table lumineuse et d’un crayon aquarellable (je jure que ces crayons sont une invention de génie : ça disparait à l’eau et rends pas l’aquarelle toute grisâtre contrairement au crayon de papier).

Encre de chine pré-aquarelle

3. Équipée de mon pentel (un pinceau à encre de chine), est venu le temps relativement long du lineart qui m’a demandé plus de délicatesse que je n’en possède. Enfin, ce fut une étape bien sympa et qui donne tout son caractère à l’illustration finale, donc c’était important que j’en sois heureuse (et ce fut le cas une fois que j’ai eut fini). Et une fois le lineart fait, j’me suis donnée à cœur joie à peindre le fonds à l’encre de chine (parce que si je l’avais fait à l’aquarelle ça aurait pas était assez opaque, surtout aux zones proche du lineart).

4. J’ai ensuite fait la base de la lune à l’aquarelle, en tentant de refaire correctement les cratères … avant de me rendre compte que j’avais pas le niveau et que j’y arrivais pas. Je suis donc partie faire le cheval dans des tons bleus.

5. Une fois l’aquarelle bien sèche, je me suis équipée de ma référence de lune, de mon pastel blanc, d’un crayon aquarellable noir et d’un crayon buvard pour couche après couche foncer ou éclaircir des zonnes, puis mélanger les couches et ainsi de suite jusqu’à avoir un résultat qui me convenait.

6. Enfin, avec un posca blanc et mon nouveau copain le pastel blanc je suis partie mettre des détails sur l’aile du pégase qui devait avoir un contour blanc depuis le début, mais au moment du lineart je m’étais trompée (ça m’arrive souvent quand je garde pas sous les yeux mes recherches préalables …)

Et pour le suivant, quel astre ?

Je me retenterais bien une galaxie, mais dans les tons violet/rose, parce que je m’étais éclatée sur la première. Je me ferais bien aussi des planètes du système solaire, ou des naines gazeuses.
Je suis pas encore bien décidée, on verra bien donc ^^.


Licorne multi-colorée devant un ciel étoilée et une galaxie bleue en aquarelle par Scotis

Nébuleuse de la licorne

Une illustration à l’aquarelle dont je suis très fière pour bien commencer l’année 2018 !
Il s’agit d’une licorne blanche avec les crins couleurs arc-en-ciel devant une magnifique galaxie dans les teintes bleues.

Licorne multi-colorée devant un ciel étoilée et une galaxie bleue en aquarelle par Scotis

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Matériel(s) : Crayon aquarelle violet, aquarelle, posca blanc, gelpen blanc et stylo noir UniPin

Détail(s) et inspiration(s) :

J’ai une photo d’un chat s’amusant dans la neige. Oui-oui, tout est partie d’un chat. Sous Photoshop je me suis amusée à dessiner un cheval basé sur la position du chat.

Lineart par Scotis d'une licorne

1. Une fois le croquis relativement finit, j’me suis dit que je l’aimais beaucoup et que ça serait vraiment dommage de le laisser telle quel. J’ai rajouté une corne parce qu’en ce moment j’ai envie de licorne (parfois je cherche pas plus loin) puis j’ai trouvé la composition assez vide, donc j’ai rajouté une forme géométrique derrière la licorne (ç’aurait pu être un carré ou un triangle, j’ai vraiment pas réfléchis).

2. En commençant le lineart au propre, j’me suis dit que j’avais pas envie de dessiner sous Photoshop et j’ai donc passé le croquis sur une feuille multi-medium grâce à un crayon aquarelle (le crayon de papier rends l’aquarelle terne et grisâtre, en prenant du violet j’évite ça).

Coloration à l'aquarelle de la licorne

3. J’aurais pu commencé par le fonds, mais j’avais encore à ce stade aucune idée de ce que je voulais. J’avais envie de faire une forêt enneigé en fait à ce stade comme fonds. Mais je voulais une licorne blanche, ça je le savais. Et j’me suis plantée en faisant mon gris, j’m’en suis rendue compte que quand il a séché, ça donnait un cheval blanc/bleu. Du coup, j’me suis pas démontée, j’ai fait les sabots bleus également et suis partie sur un arc-en-ciel pour la crinière. Liberté artistique.

La peinture du fonds : une galaxie

4. Une fois la couleur de la licorne finie, j’étais en train de me balader sur les internets quand j’ai vu une photo d’Elite Dangerous et d’un beau ciel spatiale bleu plein de n’étoile. Et là, je me suis dit qu’un fonds bleu derrière une licorne bleue c’était une super chouette idée ! Surtout que je vois plein de gens faire de magnifique galaxie à l’aquarelle et que ça me tentait depuis quelques temps de tenter de faire de même.

5. Une fois tout ça sec, restez qu’à prendre un gelpen et mon posca blanc pour faire les étoiles blanches au fonds de ce magnifique ciel et à faire un beau lineart à ma licorne.

Alors, cette première galaxie ?

Elle a beaucoup plu et je peux comprendre !
Mais pour moi, elle est trop clair. J’reste fière de moi, hein, qu’on s’entende bien, mais j’ai oublié la faculté à s’éclaircir en séchant de l’aquarelle et ait donc fait mon premier lavis terriblement trop clair pour ce que je voulais. Je voulais un fond plus foncé et plus contrasté par rapport à la licorne.

Et une fois le fond bien sec, je pouvais pas refaire un lavis pour foncé par que ça faisait bouger tous mes pigments (papier de pas super qualité et surtout, pas fait pour l’aquarelle).
Erreur de débutante que je ne referais pas, donc. J’ai appris !