Visite d’atelier / Art studio tour (2019)

En juin 2019 je vous faisais visiter mon atelier tel qu’il était en octobre 2018 … et aujourd’hui en juillet 2020, je vous fais visiter mon atelier tel qu’il était en novembre 2019 !
Je suis consistante dans mon décalage, au moins.

J’aime bien archiver mes illustrations sur ce blog, ça me permet de regarder d’où je viens et d’avoir toujours sous la main tout ce que j’ai fait.
C’est un peu pareil pour mon bureau, j’aime ces articles parce qu’ils me permettent de me souvenir à quoi ressembler mon vieux bureau. Même si je reste une artiste numérique avant tout et que j’ai donc peu à montrer.

J’ai déménagé mon bureau

Oui, que le bureau.
En 2018 je partageais mon bureau (le meuble) avec mon conjoint et entre autres, il avait tendance à me déranger sans le vouloir quand il faisait des trucs de son côté et j’avais peu de place pour quand j’avais envie de peindre à l’aquarelle. En plus qu’être près de la porte me déconcentrer très rapidement dès que mon conjoint avait le malheur de faire sa vie.

Soucis réglés, puisque j’ai désormais un bureau (toujours le meuble) rien que pour moi !
Il s’agit en vérité d’une table de collectivité, très large, grande, très pratique, je l’aime d’amour. Je peux super facilement déplacer mon clavier et m’y aménager un atelier aquarelle et encre.

En janvier 2019, au jour du « déménagement » c’est à ça que ça ressemblait. Autant dire pas à grand-chose, puisque j’avais littéralement que ma table, mais c’était les débuts et déjà beaucoup plus spacieux que mon ancien bureau !
J’avais pour l’occasion découpé en deux ma bibliothèque de garage pour en avoir une partie au sol et une seconde sur le bureau, pour me faciliter le stockage à portée de mains. Parce que j’avais beau avoir une chaise roulante, je devais me lever auparavant dès que j’avais besoin de la boite à aquarelle.

Autre avantage de ce déplacement : le soleil !
J’ai deux fenêtres dans le bureau et j’étais dans le coin le moins lumineux de la pièce … Maintenant, quel que soit le moment de la journée, je suis éclairée. En fin de mâtiné le soleil est toujours géniale et je suis habilement situé pour n’avoir jamais de reflet sur mon écran grâce à un arbre judicieusement placé devant la fenêtre et l’orientation de la pièce.
Il n’y a pas que moi qui profite du soleil, par ailleurs.

Les aménagements pratiques

Je vais pas tout détailler en détail, parce que pas mal de changement ont été accessoire pour mon confort personnel (et parce que je me rappelle pas aussi).
Les deux plus gros aménagements que j’ai faits, ça a été de changer la tablette de l’écran pour qu’elles puissent accueillir les deux écrans (au revoir torticolis) et l’ajout d’un meuble de rangement à ma gauche.

J’ai donc un genre de bureau en L très accessible de partout avec ma chaise, très confortable tout ça pour travailler !

J’ai aussi changé de chaise, j’en suis heureuse, puisqu’elle se règle en trois points et que je l’ai donc tout à fait adapté à moi et ça me change la vie.

Niveau organisation, j’ai rien changé, je crois, donc si vous voulez voir comment j’organise mes pots/rangements dans le détail, je vous renvoie à l’article de l’an dernier.

Le tour

Enfin le vif du sujet ! Voici un petit tour de mon bureau !

Voilà à quoi il ressemble dans son ensemble.
Il y a pour le moment un meuble qui bloque la luminosité du côté gauche, il s’agit d’une ancienne tour de cuisine qu’on a pas encore trouvé de nouvelle place (mais qui me gêne pas).
J’ai pas mal rangé de choses ailleurs, ce sont les choses dont je me sers peu et ont donc leur étagère dédiée dans notre placard. Je les sors les jours où j’en ai besoin (pas plus d’une fois par mois) et les rerange le lundi suivant quand je fais mon gros ménage hebdo.

Du côté gauche, j’ai un gros meuble de rangement à tiroir, avec tous mes dossiers et classeurs de l’entreprise qui prend de la place, ainsi que du matériel d’envois et … le tiroir à bonbons et jouet à chat que je laisse pas à portée, mais que j’utilise très souvent … Mon bureau est dans la pièce à vivre de la maison et ça se sent.

Sur ce meuble, j’y ai ma corbeille à washi-tape, mes boites à cartes de visite et plein de bougies parfumées. J’aime les bougies, que voulez-vous (c’est aussi le seul meuble inaccessible pour les chats).

Sur le bureau, tout à gauche, il y a mon range-document, avec en bas les papiers pas encore archivés, au-dessus les papiers dit spéciaux, ce sont principalement les papiers fins ou colorés dont je me sers pour écrire ou faire des collages, mais pas pour peindre, le troisième étage sert pour tous les documents que je dois garder à portée de main et me sers plusieurs fois par semaine, le quatrième étage pour les carnets (même si mon principal se balade souvent dans le troisième) et tout au-dessus ? C’est l’étage fourre-tout, il y a la boite à câble, la boite à produit d’entretien (type chiffon à écran), des blocs-notes, mes gants à tablettes, mon pot à stylo bic, baguette chinoise et ciseaux à papier … Bref, tout le petit matériel qu’il est bon d’avoir sous la main quoi.

Ma bibliothèque est l’endroit où je range mes boites.
Chaque boite sert à un médium ou une utilité. On a donc la boite à aquarelle/encre, la boite à feutre/crayon, la boite à acrylique/gouache/pastel, la boite à outils de précision/scrapbooking, la boite avec le pistolet à colle/ficelles/glue, la boite à mannequin en bois, la boite à fixatif/peinture en bombe et la boite où je range les projets en cours qui ne sont pas sur papier et ne doivent pas prendre la poussière.

Il y a aussi mon tas de carnets.
En vrai, il y a aussi des enveloppes A4 et divers papiers pour imprimante dans le tas, mais 50% de ce tas est composé de carnets divers et variés pour peindre.
Sur ce tas, il y a une boite où je range mes palettes et mon pinceau à poussière (très utile quand on gomme, vu que j’ai les doigts gras et sans ça je fais des traces partout).
On trouve à côté ma bébé-planche à découper (j’en ai une vraie dans mon placard, celle-là me sert juste quand j’ai uniquement quelques feuilles à faire et que c’est pas nécessaire de sortir l’exacto knife).

Entre ma tablette et ma bibliothèque il y a des boites de Jack Daniel’s (récupéré aux poubelles, que je trouve classe, mais je sais pas quoi en faire pour le moment) et mes nombreux pots à crayon. Chaque pots à un thème qui me permet de ranger rapidement, mais j’ai tendance à les déplacer selon mes besoins.

Le coin principal du bureau : l’endroit où il y a le clavier, la tablette et les écrans.

Ma tablette me permet d’avoir mes écrans à hauteur d’yeux, ce qui est toujours agréable, mais aussi à disposer plein de grigris sans que j’aie à les déplacer dès que j’ai besoin de place. À l’exception de ma souris porte-bijoux et de ma règle, tous sont des objets à fidgets que je peux prendre en main dès que j’ai besoin de tripoter un truc ou manipuler quelque chose le temps de faire passer mon stress.

Niveau écran, celui de gauche est un vieil écran pas réglé où les 3/4 du temps, j’ai Trello et mon pomodoro d’ouvert. Parfois j’y ai des refs, mais c’est un écran secondaire quoi : toujours sous les yeux.

Vous remarquerez (ou pas), que j’ai deux webcams. Cela me sert quand je veux me filmer ou faire des lives ! Celle au niveau de la tablette ne bouge pas et est de qualité moindre. Elle est pratique pour avoir un second angle ou pour les choses qui demandent une faible qualité (elle est en 320dpi). La seconde, sur l’écran sur la photo est une 1080p que je déplace selon les besoins, j’ai un mini-trépied dans mon pot à gomme (oui, c’est logique) pour la déplacer.

Et pour finir ce tour d’horizon, mon tableau blanc. Le vent a décollé pas mal de choses dernièrement, mais je dois le refaire, de toute façon. J’y ai collé des trucs qui trainer ici et là sur mon tableau et que j’aime, histoire de les garder sous les yeux et m’en inspirer, à l’occasion.

Il est moche

Entre mes empilements d’objets divers et variés, le fait que tout est dépareillé et les couleurs différentes … Oui, il est moche. Il est clairement moins plaisant que tous les bureaux qu’on voit sur Instagram, Tumblr ou Pinterest et il fait pas rêver, clairement. Mais il est pratique et il m’est adapté, ce qui sont mes priorités.

Bien sûr que je rêve d’un jour avoir un bureau de rêve pratique et super beau !
En attendant, j’ai un bureau qui me convient et c’est le plus important. Peut-être qu’un jour je le peindrais histoire de tout raccordé, mais c’est en partant du principe que je me motive à le faire plus que d’autres aménagements/rangements dans mon appartement. Autant dire que c’est pas vraiment prêt d’arriver.

Tous les chats vous le diront : l’avantage d’un grand bureau, c’est de pouvoir s’y vautrer sans soucis à plusieurs.
Heureusement que j’ai que deux chats, je vous laisse imaginez si j’en avais dix (enfin, je dis ça, mais ielles sont bien dressés, quand j’écris vraiment ou dessiner, ielles se mettent sur le côté ou bouge dès que je dois m’étaler, donc en vérité ielles gênent jamais).

En janvier 2020 j’avais déjà en partie re-aménager mon bureau, donc vous pouvez être sûr-e qu’on se retrouve en 2021 pour un nouveau tour d’atelier !

Et vous il ressemble à quoi votre bureau ?


Nappé d’eau

La peau lisse, froide et sans poil, ressemblant étrangement à celle d’un phoque. Les crins semblant produire des cascades. Les yeux semblant percer mon âme et voir mes plus profondes peurs. Je doute que j’aie vu des chevaux. Quoi que j’aie pu voir, je ne suis pas restée longtemps et aie préféré courageusement les fuir.

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : 21 x 29,7 cm (5847 x 4134 px), 500dpi
Temps :
3h40
Inspiration(s) musicale(s) : Patty Gurdy – Luring

Détail(s) et inspiration(s) :

Ce dessin a été réalisé pour Ulysses dans le cadre de l’Ami secret du Pot créatif. Il s’agit d’un événement semi-annuel où l’on tire au sort une personne et on lui réalise alors un cadeau.
Ses demandes étaient simples : quelque chose en rapport avec l’eau, si possible l’océan ou la mer. 
Vous voyez Les chevaux de Neptune, la peinture de Walter Crane ? Bon, ça me tentait fortement de faire un effet similaire de chevaux sortant de l’eau et composé partiellement d’eau.

1. Ce coup-ci, le premier croquis a été le bon. J’avais une assez bonne idée en tête de ce que je voulais. Niveau couleur, j’hésitais entre du bleu/vert et du violet. Le résultat final est assez étrange, mais c’est ma faute, j’ai pas testé lors du thumbnail si les couleurs allaient aller entres elles.

2. J’ai tendance à suivre l’instinct plus que le plan initial, c’est ça qui fait que le fond a un peu changé (on passe d’une étendue d’eau qui fait la longueur de l’illustration à un point d’eau à droite) ainsi que la position des deux chevaux qui présentent un front uni dans la même direction.
J’ai zéro justification du pourquoi du comment, ça c’est fait comme ça.

J’ai commencé aussi à peindre en noir et blanc, j’étais vraiment pas sûre de mes couleurs, donc j’ai voulu poser mes valeurs et voir ensuite ce que je pouvais faire.

3.  Après avoir fini de poser en noir et blanc la plupart des éléments, j’ai mis les couleurs (principalement en mode produit). J’aimais l’idée du contraste entre l’herbe bleus/verte et le ciel violet.
Ce genre de ciel est particulièrement plaisant à peindre : un dégradé du foncé au clair en base, ensuite avec une couleur claire, la Voie lactée qui est peinte avec un brush nuage, plus on va au centre, plus l’opacité est forte et pour finir, on coupe la bande avec du foncé. C’est assez rapide à faire et toujours impressionnant.
Niveau chevaux, j’aimais l’idée de chevaux gris pour rappeler l’écume, donc c’est leur robe : gris, et gris pommelés.

4. Là on voit mieux les détails de la robe de base des deux chevaux. J’ai tenté de bien mettre en avant le visage qui est plus blanchi sur le reste, en dehors des extrémités. Toutes les robes sont pleines de nuance, mais c’est surtout vrai pour les chevaux gris qui sont d’une tierce couleur et blanchissent, autant j’aime pas la robe, à peindre elle est super intéressante !
Sur les aplats de la robe, j’ai commencé à peindre les volumes et ombres.

J’ai aussi rajouté diverses plantes dans l’herbe trop propre que j’avais faite en base : j’ai utilisé plusieurs types de brushs. Le but est de varier la végétation au sol, car dans la nature le gazon ça n’existe pas.
Ça donne aussi un peu de texture au fond qui jusque-là est pas mal plat.

5. Une étape un peu longue, mais qui rend tellement bien : peindre l’eau !
Avec du blanc j’ai d’abord fait les contours, en plusieurs couches d’eau en perspective et gerbe, pour définir exactement le volume de l’eau. J’ai peint en violet l’intérieur, avant de reprendre mon blanc pour créer mes carreaux-fenêtres, très arrondis. J’ai repris un violet plus foncé pour foncer le centre de ces carreaux.
J’ai ensuite pris un brush en forme d’écume blanc pour rajouter de l’eau qui sautille d’un peu partout sur les gerbes d’eau, puis faire l’écume des vagues et de l’eau touchant le sol.
Sur le papier résumé comme ça, c’est méga simple. Dans la réalité, ça a demandé pas mal de saut entre plusieurs brushs et couleurs, mais c’est la façon que j’ai faite, en ajustant là où j’en avais besoin jusqu’à avoir un résultat qui me satisfaisait.

6. J’ai peint en détail les silhouettes d’oiseau, avant de peindre plus en détail les ombres et lumières sur les chevaux qui étaient pas très définis jusque-là. J’ai aussi ajouté les ombres des vagues sur les chevaux et revu un peu l’implantation de l’eau pour un effet un peu moins transparent à certains endroits.

7. Après pas mal d’ajouts d’écume sur l’eau, j’ai rajouté des diffractions de lumière sur les robes des chevaux, ainsi que des reflets de l’eau sur leur robe.

J’ai ensuite fini de peindre les chevaux, ainsi qu’un maximum de détail sur eux.

8. Après avoir peint quelques détails supplémentaires et revu sensiblement la colorimétrie globale, voilà ce que ça donne !

L’inspiration des Kelphies

À la toute base, j’étais vraiment partie sur des chevaux de Neptune ou Poséidon, ou des chevaux marins dans ce style, mais au final, je sais pas trop comment, j’ai finis par avoir en tête des kelphies plus que des simples chevaux. Sans doute le fait d’avoir peint une scène nocturne. J’ai pas mal abusé sur les noirs et tons sombres pour faire ressortir le blanc. C’était délibéré, mais ça donne un côté moins léger à l’ensemble.

Quand je m’en suis rendu compte en cours de route, j’ai décidé d’embrasser l’idée des kelphies, parce que ça reste des chevaux avec de l’eau, au final, ça change rien du tout à l’illustration.

J’étais pas convaincue du contraste vert/violet, parce que si ça marche chez le Hulk, j’étais pas sûre de réussir à un résultat convenable sur un paysage, mais contre toutes mes attentes, ça marche ! Je suis contente de moi, j’aurais pas tenté il y a encore quelque temps et aurait fait l’herbe bleu, plus que vert. J’ai osé et ça m’a réussi. Go moi !

Je peux ainsi vous aider à mettre en image vos différents besoins !


Ro-mew-o Montaigu et Juliette Chapulet

 » Foyez refpectueux, ne nous appelez plus fhat-pu-laids, mais fhat-moins-mofhes ! « 

Détails techniques

Logiciel(s) : Photoshop
Taille du document : divers, 72dpi
Temps :
50min pour l’ensemble des illustrations

Détail(s) et inspiration(s) :

Dans le cadre de l’Ami secret du Pot créatif, une des membres s’était désistée et allait laissé une autre membre sans cadeau. Areus et moi, en bon modos ne pouvions laisser quelqu’un sans cadeau, alors 3 jours avant on s’est mit en commun.
Elara aimait entre autre les trucs mignons, les chats et l’espace. On aime les chats, Areus écrit superbement bien, j’aime l’espace, et j’aurais bien fait un peu de mise en page. J’sais plus comment c’est partie, mais je crois d’un jeu de mot, du coup l’idée était : et si on re-écrivait Roméo et Juliette avec des chats dans l’espace ?

L’Ami Secret est un événement semi-annuel où l’on tire au sort une personne et on lui réalise alors un cadeau.

Du coup, on a passé deux jours à écrire un chapitre chacun (pour un total de six chapitres) l’histoire.
J’adore écrire Areus, parce qu’on s’entends bien (que ce soit pour parler, pour jouer ensemble ou pour écrire) et on sort toujours des trucs rigolos, parce qu’on écrit ensemble pour se détendre prioritairement.
Cette novella est la même, c’est plus une comédie qu’autre chose et c’était amusant à écrire, il y a eut pas mal de bonnes idées dans le tas et pour un truc écrit en trois jours, franchement, j’suis fière de nous.

Après ça, je suis passé sur Indesign pour mettre en page et sur Photoshop pour faire des illustrations. Je voulais quelque chose de rapide (2h au total pour la mise en page et les illustrations) parce que je manquais de temps, mais qui fasse conte pour enfant. D’où les grosses bordures colorés et le style méga simpliste des illustrations (le manque de temps, les enfants ont pas besoin de trucs simples).
J’ai fait des planètes parce que c’est super rapide à faire, quelques étoiles pour habiller les vides entre, des chats bien entendu et … un dino. J’voulais juste dessiner un dinosaure, il y a pas d’autre justification.

Et une fois dans les pages, ça donne un truc comme ça :

Le résultat final

Est un brin décevant quand on prends en compte mes capacités.
Mais sachant que j’ai fait ça en 2h top chrono, c’est pas si horrible que ça.

J’aurais adoré avoir plus de temps, ça fait quelques plombes que j’ai pas fait de véritable mise en page et ça me manque un poil. Il y a tellement de trucs intéressant à faire, d’autant plus quand on prends le thème d’espace. Mais bon, j’ai fait de mon mieux quoi …


Scraps du mois de Juin 2020

Juin, le début du printemps, des cuicuis et du soleil déjà debout à 6h du matin ! J’adore juin.
Avec le printemps dans ma vie, c’était aussi le printemps dans mon cerveau avec pleeiiin de croquis et début de futur peinture. Que je ne peux pas vous montrer dans cet article, parce que je les intégrerais aux articles de leur illustration respective. Vous verrez, ça va être bien !

Rappel : Scrap signifie bout, morceau, mais aussi reste. Scrap paper est un papier de brouillon. J’utilise ce terme pour englober tous mes essais et trucs pas finis. Les scraps du mois ont pour vocation de montrer les morceaux de réalisations pas finis. Parce qu’on ne progresse pas en ne faisant que des choses super léchées.

Pensez à survoler les images avec votre souris pour voir la description de l’image ou à cliquer dessus pour voir en grand.

Dessin, croquis et gribouillage du mois de juin

Ce mois-ci, il n’y a pas eut de soirée gesture drawing sur le serveur du pot créatif, donc j’ai juste deux croquis d’humains à montrer qui on été fait lors d’une soirée charadesign. Le reste, ce sont des croquis fait ici et là pour tester des styles graphiques ou juste m’amuser.
Notamment pour les deux médaillons qui sont des essais de moi de designé des médaillons pour mon univers. C’était rigolo à faire.

Conclusion du mois

Le printemps c’est bien.
J’ai pas tellement de grande conclusion ce mois-ci, j’ai pas grand chose à montrer, mais c’est parce que j’étais focaliser sur des plus gros trucs/projets et je suis assez contente de ma production. Alors, oui, j’ai encore plein de trucs à apprendre, mais en cet fin juin, j’ai pas d’ambition particulière au niveau de ce que je veux pour juillet. On verra ce que ça donnera !